Ga 4,22-31

Lettre de saint Paul Apôtre aux Galates 4,22-31.
Frères : il est écrit qu'Abraham eut deux fils, l'un de l'esclave, l'autre de la femme libre.
Mais le fils de la servante naquit selon la chair, et celui de la femme libre en vertu de la promesse.
Ces choses ont un sens allégorique; car ces femmes sont deux alliances. L'une, du mont Sinaï, enfantant pour la servitude : c'est Agar, — car Sinaï est une montagne en Arabie — elle correspond à la Jérusalem actuelle, laquelle est esclave, elle et ses enfants.
Mais la Jérusalem d'en haut est libre : c'est elle qui est notre mère; car il est écrit : " Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantais point ! Eclate en cris de joie et d'allégresse, toi qui ne connaissais pas les douleurs de l'enfantement ! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux que les enfants de celle qui avait l'époux. " Pour vous, frères, vous êtes, à la manière d'Isaac, enfants de la promesse.
Mais de même qu'alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l'Esprit, ainsi en est-il encore maintenant.
Mais que dit l'Ecriture ? " Chasse l'esclave et son fils, car le fils de l'esclave ne saurait hériter avec le fils de la femme libre. "
C'est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de la servante, mais de la femme libre.