Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Pèlerinage 2005 à Notre-Dame du Puy (1)

 

Pèlerinage au Puy

Organisé par le prieuré de Saint-Etienne

 

« En 992, le Pape Jean XI décrète que chaque fois que le 25 mars, date de l’annonciation et patronage de la Basilique, va coïncider avec le Vendredi Saint, c’est-à-dire en une rencontre merveilleuse des mystères de l’Incarnation et de la Rédemption, une année jubilaire sera accordée avec abondance de grâces. »

 

Or, en 2005, le Vendredi Saint sera le 25 mars.

Le trentième jubilé aura donc lieu en 2005 et le suivant en 2016, puis en 2157!
La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X organise donc un pèlerinage au Puy du samedi 23 avril au dimanche 24 avril 2005 .

Inscriptions et renseignements pour le pèlerinage du Puy à prendre à :

Pèlerinage du Puy
5, rue Grange Payre
42400 SAINT CHAMOND

04 77 31 25 92
06 83 98 21 36

 

42 - Loire : Prieuré Saint-François-Régis

Abbé Jacques MEREL

 

Prieuré Saint-François-Régis
31, rue Holtzer
42240 Unieux

 
04 77 40 20 55
04 77 40 20 59

Le site du prieuré Saint-François-Régis
 

 

Historique sur Notre-Dame-du-Puy

La Bienheureuse Vierge Marie et le Puy

Par l'abbé Claude Boivin

La fondation de l’Eglise du Velay

Les antiques traditions de l’Eglise du Puy nous enseignent que le premier évêque du Velay fut saint Georges, envoyé dans les Gaules par saint Pierre en vue d’évangéliser les hauts plateaux du Centre. Le Prince des Apôtres lui adjoignit comme compagnon de route saint Front, futur évêque de Périgueux. Mais à peine eurent-ils atteint la petite ville de Bolsène - au nord de Rome - que Georges trépassa. Abattu, Front repartit pour Rome où Pierre lui remit son bâton de marche, lui demandant de le déposer sur la tombe du défunt, enseveli depuis six jours. Saint Front s’exécuta et Georges ressuscita. Tous deux reprirent leur route.
Le bâton miraculeux fut ensuite partagé en deux moitiés et saint Georges déposa sa partie dans l’église de Saint-Paulien, siège primitif de l’évêché du Velay.
On porte au crédit du premier évêque du Velay la très spéciale dévotion qu’il avait à la Sainte Vierge. Jamais il ne manquait de la citer dans ses homélies et de chanter sa louange.

 

 

Les apparitions de la Sainte Vierge Marie et la Dédicace de la cathédrale

Avant de mourir « pour la seconde fois » de façon très paisible parmi ses ouailles (en l’an 84 selon les anciennes traditions ; vers le milieu du IIIe siècle, selon d’autres), saint Georges eut le temps de se rendre sur le Mont-Anis où une veuve venait d’être miraculeusement guérie par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie. Cette pieuse femme malade, baptisée par saint Front, s’était sans succès soumise à la médecine des hommes. Elle s’était alors adressée à la Sainte Vierge qui lui fit entendre ces paroles :

« Levez-vous, ma fille, du lit où vous ne sauriez trouver la santé, et allez la chercher sur le Mont-Anis où elle vous sera rendue. »

Elle se fit porter au lieu indiqué, y vit une grande pierre noire et carrée en forme d’autel sur laquelle elle se reposa et s’endormit. Cette pierre était un autel sacré sur lequel les druides accomplissaient les cérémonies du culte. Dans son sommeil lui apparut une Dame rayonnante de clarté entourée d’anges. Elle s’enhardit à demander quelle était cette reine :

« C’est, répondit un des anges, l’auguste Mère du Sauveur qui, entre tous les lieux du monde, s’est choisi spécialement cet endroit, pour y être servie et honorée jusqu’à la fin des siècles ; et afin que vous ne preniez pas ce que vous voyez pour un vain songe, sachez que la guérison que vous désirez vous est accordée. »

A la nouvelle de ce miracle, saint Georges était accouru sur le Mont-Anis et fut doublement étonné, en ce jour du 11 juillet, de voir le lieu couvert de neige et un cerf gambadant qui traçait l’enceinte du sanctuaire que Notre-Dame voulait voir ériger en ce lieu. Saint Georges ne planta qu’une haie d’aubépines. Le lendemain 12 juillet, la neige avait disparu et l’aubépine s’épanouissait comme une couronne virginale. Malgré la venue de saint Martial de Limoges, premier pèlerin du Mont-Anis, qui désigna dans l’enclos la place que devait occuper l’autel de la basilique future et qui remit à l’Eglise du Puy une relique de très grand prix - un soulier de la Sainte Vierge - le projet traîna et n’aboutit que plus tard.
Il fallut attendre l’épiscopat de saint Evode ou Vosy, septième évêque du Velay – vers 220 selon les uns, vers 375 de façon plus vraisemblable selon les autres - et une nouvelle guérison miraculeuse au même endroit, sur la pierre qu’on appellera Pierre des fièvres, pour que fût enfin entrepris le sanctuaire réclamé à nouveau par la Vierge Marie :

« Ma fille, dit-elle à la malade, c’en est fait, vous êtes guérie. Allez trouver mon serviteur Vosy ; dites-lui, de ma part, qu’il ne manque pas de jeter ici au plus tôt les fondements du sanctuaire que n’ont pu m’y élever ses prédécesseurs… C’est ici que j’accorderai aux supplications de la piété le soulagement des malades et la consolation des affligés. J’ai choisi cette montagne entre mille pour donner une audience favorable à ceux qui viendront m’y présenter leurs demandes et leurs requêtes. »

En confirmation de cela, la neige tomba à nouveau en abondance.
Saint Vosy jugea bon de transférer le siège épiscopal de Saint-Paulien à Anicium ou Mont-Anis, devenant le premier évêque du Puy, nom qui sera donné au Mont-Anis au début du XIe siècle. Aidé de saint Scutaire, patricien romain, architecte et l’un de ses successeurs, il construisit le sanctuaire qui ne comprenait alors que ce que l’on appelle la « chambre angélique », c’est-à-dire l’abside et la première travée de l’actuelle cathédrale du Puy. Il enfermait la Pierre des fièvres.

L’église fut consacrée du vivant de saint Vosy, non par la main des hommes mais par le ministère des anges, à la lueur de milliers de torches célestes dont plus de trois cents furent recueillies à la suite de la cérémonie par la piété des fidèles. Elle fut achevée par saint Scutaire dans la première moitié du Ve siècle.
En raison des apparitions de la Sainte Vierge et de la consécration angélique, la cathédrale du Puy, tout comme la ville et le diocèse, est placée sous le patronage de Notre-Dame de l’Annonciation, vocable qui unit le 25 mars et la dévotion à Notre-Dame et la dévotion aux saints anges.
De plus, la fête de la Dédicace de la cathédrale est fixée au 11 juillet, jour de la première chute de neige.
Ce sanctuaire angélique allait devenir le plus vénéré des lieux de pèlerinage de la chrétienté en l’honneur de Notre-Dame, avec Sainte-Marie-Majeure à Rome.

Accomplissant de nombreux miracles de guérison sur cette antique pierre druidique du Mont-Anis, la Bienheureuse Vierge Marie apparut comme l’instrument de la victoire du catholicisme sur le paganisme antique.

 

Le Puy et Lourdes.

Mais elle va apparaître également comme l’instrument de la victoire du catholicisme sur l’Islam, à l’époque de Charlemagne. Par deux fois, en tant que roi des Francs puis en tant qu’empereur, Charlemagne se rendit au Puy. Pour mieux assurer le service du Mont-Anis et mieux pourvoir à la majesté du culte, il développa le chapitre de Notre-Dame en créant dix canonicats supplémentaires. Voici en quels termes s’exprime l’empereur :

« Nous avons visité dernièrement la basilique ou très sainte et angélique église de la bienheureuse Marie d’Anicium…
Pour l’accroissement du culte et du service divin, dans une si sainte basilique où les fidèles de toutes les parties du monde viennent implorer le secours de Dieu et… la très clémente Mère de Dieu… nous créons dix chanoines qui prieront pour l’augmentation et la dilatation de toute l’Eglise apostolique et romaine. »

De plus, en compagnie de Rorice ou Borice, évêque du Puy, Charlemagne s’occupa de réduire, dans les Pyrénées, la province de Bigorre où un chef sarrasin s’était constitué une sorte de souveraineté indépendante. Il l’assiégea dans son imprenable citadelle de Mirambelle. Devant l’insuccès de l’entreprise, Rorice du Puy se mit en prière et invoqua la Reine du Ciel. Grâce à l’intercession de Notre-Dame et à un miracle qu’elle accomplit, l’évêque rencontra le chef musulman, jusqu’alors intraitable, qui s’adoucit et fut touché par la grâce. Il fit don de sa seigneurie de Bigorre à Sainte-Marie du Mont-Anis, ce qu’approuva Charlemagne. Quelque temps plus tard, le chef maure ratifia la convention dans l’église angélique du Puy. Il y reçut le baptême avec ses hommes dans les meilleures dispositions.

Le château de Mirambelle et la ville qui l’entoure s’appellent désormais Lourdes. Le Puy, Lourdes : deux lieux où apparut la Bienheureuse Vierge Marie à des siècles de distance, mais lieux qui vivent de Notre-Dame, dans un lien très étroit de parenté spirituelle.
En 1062, devant l’évêque du Puy Pierre II de Mercoeur, le comte Bernard Ier de Bigorre renouvela l’allégeance à Notre-Dame du Puy de son domaine , exempt de toute autre suzeraineté que celle de Notre-Dame.

En 1307, l’évêque du Puy et son chapitre céderont à Philippe le Bel l’hommage de Lourdes et de la Bigorre, lequel sera remplacé par un tribut annuel et perpétuel qui sera versé jusqu’à la Révolution française.

Ainsi, l’église angélique du Puy revendique hautement et à juste titre son droit d’aînesse et de suzeraineté sur la terre de Lourdes.

Plus près de nous, les pèlerinages reprendront de Lourdes au Puy et celui du 15 août 1829 sera l’un des plus marquants. De plus, le 11 février 1856, le pape Pie IX signera le décret d’érection de la cathédrale du Puy, église-mère de Lourdes, en basilique mineure, soit deux ans jour pour jour avant la première apparition de la Bienheureuse Vierge Marie à Lourdes, église-fille du Puy. La Sainte Vierge reste maîtresse et du Puy et de Lourdes.

 

Les papes au Puy.

La dévotion à la Vierge du Mont-Anis ne cessera de croître au cours des siècles. Les pèlerins malades prendront l’habitude de s’étendre sur la Pierre des fièvres pour obtenir leur guérison. Les pèlerins pécheurs trouveront auprès de Notre-Dame soulagement et conversion.
De plus dès 951, partira du Puy la première des quatre grandes routes qui conduiront au tombeau de l’apôtre saint Jacques à Compostelle ; à partir de la fin du Xe siècle, en 992, se mettra en place le Grand Pardon ou Jubilé du Puy.

Papes, rois, saints, pèlerins inconnus sont venus innombrables et fervents se prosterner dans l’église angélique et apporter à Notre-Dame le tribut de leur vénération et de leurs prières.
Et tout d’abord, relevons l’hommage de six papes venus vénérer la Vierge du Puy.
Sans s’être rendu au Puy, le pape saint Léon IX écrivit dans une bulle célèbre de 1051 :

« Nulle part, la Sainte Vierge ne reçoit un culte plus spécial et plus filial de respect, d’amour et de vénération que celui que les fidèles de la France entière lui rendent dans cette église du Mont-Anis, autrement dite du Puy-Sainte-Marie . »

A cette occasion, il concèda à l’évêque du Puy Etienne II de Mercoeur le privilège du pallium.
En 1095, le bienheureux Urbain II, ancien grand-prieur de Cluny, fut le premier pape à se rendre au Puy, en vue de lancer la Croisade contre les musulmans et pour la délivrance des Lieux Saints. Il y présida la fête du 15 août et passa la journée au pied de l’autel de Notre-Dame, lui confiant la formidable entreprise qu’il avait conçue.
De là, il partit pour Clermont où se tint le concile, convoqué par une lettre du pape datée du Puy. Le pape choisit comme légat et chef spirituel de la croisade l’évêque du Puy, Adhémar de Monteil, qui mourra de la peste à Antioche en 1098. C’est à l’occasion du départ de la Croisade que, selon la tradition, l’évêque du Puy composa le Salve Regina appelé immédiatement Antiphona de Podio ou Antienne du Puy. Elle fut probablement chantée pour la première fois dans la cathédrale du Puy.

Au XIIe siècle, cinq papes se rendront au Puy. Pascal II s’y trouva le 14 juillet 1107. Gélase II, fuyant l’Italie en raison du conflit l’opposant à l’empereur Henri V se réfugia en France, la terre hospitalière des pontifes romains persécutés. Il visita le Puy en 1118 avant de mourir à Cluny. L’année suivante en 1119, Callixte II, pape bourguignon élu à Cluny, vint mettre son pontificat sous la protection de la puissante Reine du Mont-Anis. En 1130, Innocent II, chassé de Rome par les intrigues de l’antipape Pierre de Léon, se rendit au Puy pour supplier Notre-Dame de mettre un terme aux divisions de l’Eglise. Alexandre III, fuyant l’empereur Frédéric Ier Barberousse vint rendre hommage à la Vierge du Puy en août 1162 et en juin 1165.

 

Les rois au Puy

Evoquons maintenant l’hommage des rois venus prier la Vierge. Nous avons déjà mentionné le double pèlerinage de Charlemagne au Puy. Son fils, Louis le Pieux, s’y rendit en 795 alors qu’il n’était que roi d’Aquitaine. Devenu empereur en 814, il y revint deux fois en 832 et 833. En 877, son fils l’empereur Charles le Chauve fit également le pèlerinage.
En 892, le roi de France Eudes vint implorer la Vierge Marie pour qu’elle protège le royaume des invasions normandes. En 1029, la dévotion amena également le roi Robert II aux pieds de Notre-Dame du Puy, ainsi que Louis VI un petit peu plus tard. En 1146, Louis VII ne voulut pas partir à la seconde Croisade sans se mettre sous la protection de la Vierge du Puy. Son fils, Philippe-Auguste agira de la même façon en 1188 avant d’entreprendre la troisième Croisade.
Saint Louis vint au Puy en 1245 puis en 1254. Nous verrons plus loin que, très probablement, lors du second voyage à l’issue de la septième Croisade, il fit hommage au sanctuaire de la fameuse « Vierge noire » détruite en 1794.

Philippe III en 1283 et Philippe IV en 1285 firent de somptueux présents à la bienheureuse Vierge Marie lors de leur venue. Accompagné de ses oncles, les ducs de Berry et de Bourgogne, Charles VI vint vénérer la Vierge à l’Annonciation de 1394.
A l’Annonciation de 1420, le futur Charles VII confia à Notre-Dame la situation désespérée de la France, juste avant la vente du royaume aux Anglais. Devenu roi, Charles VII reviendra quatre fois encore à l’église angélique. En 1422, au début de son règne, il accourut au Mont-Anis pour demander aide et protection. Il y revint en janvier 1424, et en décembre 1425 dans la « grande pitié du royaume de France ». Sans être présent au Grand Pardon de 1429 qui fut un véritable pèlerinage national, du 25 mars au 3 avril, le roi, ainsi que le peuple, mit toute son espérance en le secours de Notre-Dame. Tant de confiance allait être récompensée. Une intervention miraculeuse se produisit : Jeanne d’Arc apparut et la France fut miraculeusement sauvée.

Jeanne d’Arc voulut elle-même mettre son entreprise sous la protection de Notre-Dame du Puy. Elle concevait ce jubilé comme le point de départ de la rédemption de la France. Dans l’esprit de l’héroïne, c’était au moment où la prière de la France entière retentirait sous les voûtes du sanctuaire du Mont-Anis que la sainte Vierge manifesterait son intervention miraculeuse en faveur du pays occupé. La conviction de sainte Jeanne d’Arc était si forte que, ne pouvant se rendre au Puy, retenue à Poitiers, elle se fit représenter au jubilé par sa mère, Isabelle Romée, par ses frères Jean et Pierre et par plusieurs chevaliers de son escorte de Vaucouleurs à Chinon. Jeanne d’Arc pria donc au Puy par le truchement de sa famille et de son entourage. Le jubilé s’acheva début avril 1429. Le 29 du même mois, Jeanne entrait dans Orléans et la délivrait totalement le 8 mai suivant. Le 17 juillet de la même année, dans l’octave de la dédicace de Notre-Dame du Puy, Charles VII était enfin sacré à Reims et couronné roi de France. Il n’était pas ingrat. Il voulut manifester sa reconnaissance en venant en 1434 remercier solennellement Notre-Dame du Puy qui avait daigné bénir sa couronne et sauver la France.

Voici venir maintenant le roi Louis XI, trois fois pèlerin du Mont-Anis. Jeune prince, il accompagna son père en 1434. Devenu roi et inquiet de son salut au soir de sa vie, il vint au Puy en 1475 et 1476 en manifestant des largesses royales à l’égard de tous. En 1449, fut institué au Puy le troisième Angelus, récité le midi. L’usage fut consacré en 1455 par Callixte III et Louis XI l’étendit à tout le royaume en 1476.
En 1495, Charles VIII au retour de la guerre d’Italie vint remercier Notre-Dame de l’avoir puissamment protégé.

C’est du fond de sa prison de Madrid, après la défaite de Pavie en 1525, que François Ier s’engagea à se rendre au Puy s’il recouvrait la liberté. Libéré l’année suivante, il se rendit au Mont-Anis en 1533. L’entrée de François Ier, accompagné de la reine, des trois princes ses fils, du cardinal de Lorraine, du nonce, d’évêques nombreux, de six ambassadeurs, d’une suite nombreuse, fut la plus brillante dont les annales du Puy aient conservé le souvenir. Ce fut en même temps la dernière des visites d’un roi de France au Puy.

Toutefois, en 1621 encore, le roi Louis XIII avouera au pape sa spéciale dévotion à la Vierge du Puy à laquelle il se consacra personnellement en 1629. Fort des grâces nombreuses qu’il en reçut, il consacra son royaume à Notre-Dame en 1638. On peut d’ailleurs dire que l’Assomption est devenue la fête « principale » de la cathédrale du Puy, accompagnée ce jours-là de la grande procession dans les rues de la ville.
Plus près de nous, la reine Marie-Amélie se rendra au Puy à l’occasion du Jubilé de 1842.

 

Les saints au Puy.

Si les papes ne sont venus au Puy qu’à la fin du XIe siècle et au XIIe siècle, lors de la grande période de l’efflorescence mariale, si les rois ont cessé au XVIe siècle de prier la Vierge du Mont-Anis sur l’emplacement même des apparitions et des miracles, les saints, eux, n’ont jamais interrompu le pèlerinage du Puy. Certains, comme sainte Jeanne d’Arc, ont puisé leur force dans la dévotion à la Vierge du Puy sans pouvoir la prier sur place, mais nombreux sont ceux qui l’ont visitée et lui ont rendu hommage. Aujourd’hui encore, venir prier au Puy, c’est mettre ses pas dans les pas des saints qui n’ont jamais cessé de fréquenter ce haut-lieu marial privilégié. Prier sur place la Vierge noire, c’est continuer une prière qui n’a jamais été interrompue.

Rappelons maintenant le souvenir de quelques saints qui ont voulu honorer les gloires de la Vierge du Puy. Nous avons déjà évoqué saint Martial, l’apôtre du Limousin, qui offrit au Puy un soulier de la Sainte Vierge toujours visible dans le trésor de la cathédrale. Nous rappellerons au début du VIIIe siècle saint Eudes, premier abbé du Monastier et son successeur et neveu saint Théodfrède, second abbé, mort martyrisé par les sarrasins le 19 octobre 728.

Vinrent au Puy également les abbés de Cluny qui ne manquèrent pas de puiser prudence et force auprès de Notre-Dame. Saint Mayeul, quatrième abbé de Cluny de 948 à 994, accomplit au Puy en 960 un miracle qui laissa un tel souvenir que l’Université de la cathédrale le choisit pour son patron.

Son successeur saint Odilon, abbé de 994 à 1049, fut lui-même élevé au Puy. Il vint souvent prier la Vierge du Mont-Anis. En 1031, l’évêché de la ville fut attribué à son neveu Etienne II de Mercoeur. Plus tard, saint Pierre le Vénérable, abbé de 1126 à 1156, vint au Puy en 1138 où il accomplit un miracle fameux, puis en 1146, en même temps que Louis VII.

Saint Robert de Turlande, après un pèlerinage à Rome, vint prier au Puy avant de fonder le célèbre monastère de La Chaise-Dieu où il mourut en 1067 entouré de 300 moines.

Saint Hugues, évêque de Grenoble, vint à deux reprises en 1087 et 1130 offrir ses hommages et ses prières à Notre-Dame. La seconde fois, il y rencontra Innocent II. Saint Etienne de Muret, fondateur de l’ordre de Grandmont vint à son tour en pèlerinage au Puy avant 1124.

L’ordre de saint Dominique peut se réclamer de très forts liens avec Le Puy. Au moment où le Sud de la France gémissait sous l’hérésie des Albigeois, Dieu suscita saint Dominique qui s’en vint visiter la Vierge du Mont-Anis. Alors qu’il la priait dans la cathédrale, la Sainte Vierge lui apparut soudainement. Elle l’encouragea dans ses labeurs et lui dit :

« Si vous voulez arrêter le débordement des maux qui affligent en ce moment une portion notable de l’Église, prêchez sans relâche aux pauvres égarés les mystères de la Rédemption et amenez-les à les méditer, car tout le mal actuel vient de l’ignorance et de l’oubli des vérités de la foi. »

Elle l’encouragea dans ce but à développer partout le Rosaire en vue de la conversion des hérétiques, pratique qui, ainsi, se rattache à la dévotion à Notre-Dame du Puy.

Au soir de la vie de saint Dominique fut établi au Puy un couvent de religieux dominicains à proximité de l’église Saint-Laurent. Saint Thomas d’Aquin visita lui-même l’établissement, y enseigna et pria la célèbre Vierge. Un peu plus tard, saint Roch, vraisemblablement tertiaire dominicain, vint également prier aux pieds de Notre-Dame.
En 1416, le couvent abrita saint Vincent Ferrier qui, alors qu’il prêchait pendant quinze jours, visita la Vierge du Mont-Anis.

Plus tard encore, en 1602, naîtra au Puy la bienheureuse Agnès de Langeac, tertiaire dominicaine, élevée dans l’amour de Notre-Dame du Puy, à laquelle elle se consacra dès l’âge de sept ans. En 1631, elle fut gratifiée d’une vision lors de son oraison l’invitant à prier pour un prêtre qu’elle ne connaissait pas. Trois ans plus tard, en mars 1634, elle rencontra ce prêtre. Il s’agissait de Monsieur Olier, futur fondateur de la Société de Saint-Sulpice venu confier son projet à la Vierge du Puy. Sœur Agnès le recommanda à Monsieur de Condren, supérieur de l’Oratoire de France et le soutint dans son œuvre de formation et de sanctification du clergé de France. En 1652, l’évêque du Puy confiera son séminaire aux Sulpiciens, juste retour des choses.

Si saint François d’Assise ne vint pas au Puy, il ne pouvait manquer d’y établir une maison de son vivant. Les Franciscains s’y fixèrent en 1223. L’illustre thaumaturge saint Antoine de Padoue y fut deux ans gardien et y enseigna la théologie. Les religieux se chargèrent de répandre au loin la renommée et la popularité du pèlerinage. Le Grand Pardon du Puy associait en effet deux mystères particulièrement chers à saint François, l’homme de la Crèche et des Stigmates : l’Annonciation et le Vendredi-Saint.
Fille de sainte Claire d’Assise et réformatrice, sainte Colette vint au Puy en 1425, munie d’une bulle de Martin V, en vue de fonder un couvent de Clarisses. Elle y revint en 1432 pour y installer les religieuses dans un établissement tout neuf. Le 2 juillet, la petite troupe de quinze religieuses vénéra la Vierge Noire à la cathédrale, et l’évêque « mit les sœurs en possession » de leur monastère. Il est encore aujourd’hui le cœur du quartier où sainte Colette avait choisi de l’implanter il y a plus cinq siècles.

Faut-il évoquer saint François-Régis, apôtre du Velay et du Vivarais ? Il passa sept années d’une vie bien remplie à l’ombre de Notre-Dame du Puy. Professeur au collège, catéchiste éminent, confesseur infatigable, prédicateur de missions populaires dans les campagnes du Velay et du Vivarais, soutien des pauvres, il mourut en mission à La Louvesc en 1640.
La liste des saints déjà imposante ne peut que s’allonger. Mentionnons, plus près de nous, la venue au Puy de saint Benoît-Joseph Labre, le pèlerin-mendiant. Saint Bénilde, Frère des Écoles Chrétiennes vécut à Saugues, dans le diocèse du Puy, de 1841 à sa mort en 1862. Il fut un dévot très fervent de Notre-Dame du Puy. Il en fut de même de sainte Euphrasie Pelletier venue vénérer la Vierge du Puy à qui elle confia certainement son œuvre de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur.

Bien loin d’être exhaustive, cette série de saints ne fait que mesurer l’ampleur de la dévotion des fidèles de toute la Chrétienté à la Vierge du Puy.
Mais c’est plus encore à l’occasion des jubilés que se manifestera le recours des chrétiens à Notre-Dame du Puy.

 

Le Grand Pardon ou Jubilé de Notre-Dame du Puy

Aux approches de l’an mil, en une période de grand désordre que ce soit dans l’Église ou dans le monde féodal, bien des phénomènes laissaient présager la fin des temps. Bien que l’Église n’autorisât pas la croyance en la fin prochaine du monde, croyance entretenue par maints visionnaires et illuminés, les multitudes des fidèles partaient en pèlerinage pour se confier à la miséricorde divine. De plus, une croyance était accréditée selon laquelle la fin du monde arriverait lorsque l’Annonciation tomberait un Vendredi-Saint. Or, cette rare et mystérieuse coïncidence, unissant dans le même jour du 25 mars les mystères de l’Incarnation et de la Rédemption, s’était produite en 970 et 981. Elle devait se renouveler en 992. En raison des foules nombreuses qui venaient habituellement au Puy, fut institué en cette année 992 un jubilé solennel. Il fut le premier d’une longue série. Il se renouvellera toutes les années où l’Annonciation se rencontrera avec le Vendredi-Saint. L’occurrence des deux événements se présentera le 25 mars 2005 pour la trentième fois depuis 992. Le jubilé de Notre-Dame du Puy est ainsi le plus ancien de tous les jubilés de l’univers catholique.

Tout au long des siècles, les papes se sont plu à enrichir le sanctuaire de nombreuses faveurs et indulgences spirituelles. De plus, le sanctuaire bénéficie du privilège des sept autels ou stations romaines, en sorte qu’en allant prier à sept autels de la cathédrale du Puy, on gagne les mêmes indulgences qu’en allant prier aux sept grandes basiliques de Rome.

Le premier jubilé bien connu fut le dixième, célébré en 1407 sous l’épiscopat d’Élie de Lestrange, évêque du Puy de 1397 à 1418. Il ne dura qu’un seul jour, le 25 mars. Mais l’affluence fut telle que l’évêque demanda à Martin V d’allonger la durée du onzième jubilé en 1418. Dans sa lettre au pape, l’évêque évoque l’existence du jubilé depuis des « temps immémoriaux ». Le pape prolongea le jubilé jusqu’au Mardi de Pâques.

Nous avons déjà évoqué le douzième jubilé, celui de 1429, qui fut un véritable pèlerinage national où s’amorça la délivrance de la France. Il fut prolongé jusqu’au Dimanche de Quasimodo. Il fut suivi des jubilés de 1440, 1502, 1513 et 1524.

En 1502, l’évêque du Puy crut que le récent jubilé de l’Année Sainte romaine de 1500 diminuerait considérablement le nombre des pèlerins du Puy. Aussi ne recourut-il pas au Saint-Siège pour obtenir une prolongation du jubilé. Mal lui en prit, car il y eut à partir des Rameaux une foule tellement considérable de pèlerins venus de France, d’Espagne, d’Italie, d’Angleterre et même de Grèce que les trois mille confesseurs dont l’évêque s’était pourvu ne suffirent pas et qu’on dut en ajouter encore un millier. Ils étaient échelonnés dans la basilique ; les églises, les porches, les cimetières en étaient bondés.

En 1622, le dix-septième jubilé, près d’un siècle après le précédent, dura sept jours. A la requête de l’évêque appuyé par le roi Louis XIII, le pape Grégoire XV prolongea, à perpétuité, pendant l’octave entière, le privilège accordé par ses prédécesseurs pour le seul jour du Vendredi-Saint.

En 1633, le dix-huitième jubilé se déroulera avec un temps très serein, tout à fait inhabituel.
En 1644, malgré le froid et la neige, le succès du dix-neuvième jubilé fut complet. Il se déroula après la consécration de Louis XIII à Notre-Dame du Puy et après la consécration de la France à la Vierge de l’Assomption.

A l’occasion du vingtième jubilé de 1701, l’affluence des pèlerins n’eut plus de bornes. Le temps était affreux, mais, malgré tout, les confesseurs ne purent suffire à la multitude des pénitents. Pour éviter l’encombrement de la cathédrale, il fut permis de communier dans n’importe quelle église ou chapelle de la ville. D’après les procès-verbaux de l’époque, on compta quinze mille communions chez les Jésuites, trois mille chez les Cordeliers, six mille chez les Carmes, dix mille chez les Capucins et sans doute autant chez les Dominicains de Saint-Laurent. A la Cathédrale, l’autel de Notre-Dame, la Pierre des Fièvres et les issues étaient tenus par un corps de garde spécial, les confessions et les communions ininterrompues.

Fort de ce qui s’était passé en 1701, le pape Clément XI prolongea le jubilé de 1712 jusqu’à Quasimodo. Lors du vingt-deuxième jubilé de 1785, on pressentait vaguement que le calme complet dont jouissait la France était celui qui précédait la tempête. Aussi les populations coururent-elles en foule se jeter aux pieds de Celle que l’Église invoque du titre d’Étoile de la Mer et, malgré les ravages de l’impiété voltairienne, on ne compta pas moins de quatre-vingt mille pèlerins à ce jubilé.

Le jubilé de 1796 se présenta sous des auspices tragiques : la cathédrale était profanée et la Vierge brûlée. Une créature pécheresse avait osé s’asseoir à la place de la Vierge immaculée et y avait reçu un culte idolâtre. Le sanctuaire était aux mains des schismatiques. Dans cette triste conjecture, l’évêque du Puy alors exilé avait obtenu de Pie VI une bulle du 29 janvier 1796 par laquelle le pape, suspendant la faveur octroyée à la cathédrale par ses prédécesseurs, accordait un nouveau pardon que l’on pourrait gagner là où ce serait possible dans le diocèse, en évitant tout contact avec les assermentés. Le jubilé connut un beau succès spirituel car la persécution, bien loin d’éteindre la foi, l’avait ravivée dans bien des âmes.

Après la tourmente révolutionnaire, des catholiques s’étaient interrogés sur le bien fondé de la reprise du jubilé romain en 1825. Les libéraux y étaient franchement hostiles. Malgré cela, le pape Léon XII avait tenu à mettre en place l’Année Sainte romaine de 1825 et la piété des fidèles lui avait donné raison.

Il en fut de même au Puy. La gloire du sanctuaire et du jubilé allait vigoureusement se ranimer au XIXe siècle et jeter au loin une nouvelle splendeur.
En 1842, le vingt-quatrième jubilé dura douze jours et fut digne de ceux qui avaient précédé la tourmente révolutionnaire. Cent quarante-deux mille pèlerins dont la reine Marie-Amélie y assistèrent.
En 1844, l’actuelle statue de la Vierge du Puy prenait place au-dessus du maître-autel de la cathédrale en remplacement de l’ancienne.
C’est entre les deux jubilés de 1853 et 1864 que le pape Pie IX, comme nous l’avons vu, érigea la cathédrale du Puy en basilique mineure, le 11 février 1856. Le 8 juin suivant, la statue de la Vierge trônant au-dessus du maître-autel était couronnée solennellement au nom du pape et par décision du Chapitre de Saint-Pierre de Rome.

En cette année 1856, Monseigneur de Morlhon, évêque du Puy, adressa un mandement à ses fidèles dans lequel il écrivait :

« De tous les sanctuaires bâtis en l’honneur de Marie sur le sol sacré de la France, il n’en est pas dont la fondation remonte à une époque plus reculée ! Aucun n’a attiré un plus grand nombre de pèlerins de tout rang, de tout sexe et de toute condition. Enfin, dans aucun, la Reine du Ciel ne s’est plu davantage à répandre ses grâces et ses faveurs sur ceux qui l’invoquent. Encore moins en est-il un autre que les Souverains Pontifes aient dotés de plus de privilèges et enrichi de plus d’indulgences. N’y eut-il que son célèbre jubilé, l’église angélique pourrait se glorifier d’être dans un rang suréminent parmi toutes les autres églises consacrées à Marie, non seulement en France, mais dans le monde tout entier. »

Lors des jubilés de 1853 et 1864, l’affluence des pèlerins fut considérable. Les calculs qui furent faits en portent le nombre à trois cent mille environ à chaque fois. La Vierge Noire fut solennellement portée en procession dans les rues de la ville.
Les jubilés du XXe siècle eurent lieu en 1910, 1921 et 1932.
En 1910, saint Pie X étendit la durée du Grand Pardon du 24 mars au 10 avril.
Dans un bref du 31 janvier 1932, le pape Pie XI « confirmait, étendait et rendait perpétuelles les insignes faveurs du jubilé de Notre-Dame du Puy ».

Monseigneur Rousseau, l’évêque du Puy d’alors, annonça le Grand Pardon par une lettre pastorale du 11 février 1932 :

« Le jubilé du Puy, écrivit-il, est l’exaltation de l’Incarnation et de la Nativité du Verbe, de la Maternité divine de Marie, et, par suite, l’annonce de la rédemption de beaucoup d’âmes… Il a lieu toutes les fois que le 25 mars, jour béni de l’Annonciation, coïncide avec le Vendredi-Saint : c’est la rencontre de l’Incarnation du Verbe avec la mort du Christ. Notre cathédrale, notre cité, notre diocèse ont pour fête patronale Notre-Dame de l’Annonciation : le jubilé est donc comme la consécration des liens qui unissent nos âmes au mystère de l’Incarnation, le plus doux, le plus consolant des mystères chrétiens. »

Le jubilé de 1932 fut le plus important du XXème siècle : 300.000 pèlerins se rendirent au Puy dont 10.000 enfants de la Croisade Eucharistique.
La journée de clôture, présidée par le Cardinal Verdier, archevêque de Paris, représentant du Pape, entouré de vingt archevêques et évêques, fut une apothéose, avec plus de 100.000 pèlerins présents. Monseigneur Rousseau s’exprima en dernier, adressant à Notre-Dame du Puy l’hommage et consécration solennelle suivante :

« O Vierge du Mont-Anis… Reine de France, Mère pleine de miséricorde et de tendresse… »
« Bénissez, ô Reine de la Sainte Église, le père très aimé de nos âmes, Sa Sainteté Pie XI, dont le cœur paternel a étendu, consacré magnifiquement les faveurs spirituelles de notre Grand Pardon… »
« Bénissez l’éminent Cardinal de Paris, le représentant du pape parmi nous. Le prestige de son autorité, l’éclat de sa pourpre apportent à ces fêtes une splendeur incomparable. Supérieur de l’illustre Compagnie de Saint-Sulpice fondée au pied de votre statue d’Anis, archevêque de la capitale de votre Royaume, il est donc le premier de vos fils. »
« Bénissez ces augustes prélats, accourus de tous les points de la France pour déposer à vos pieds l’hommage de l’épiscopat français, le tribut de l’amour fidèle de la Fille aînée de l’Église. »

Bénissez la France. Si, à juste titre, on a proclamé votre basilique angélique “le plus national parmi les sanctuaires de la Très Sainte Vierge”, de ce sanctuaire doit éclater le cri de la prière confiante…

« Soyez remerciée, ô Mère de la divine grâce… O clémente, ô tendre, ô douce Vierge d’Anis ! »

 

Le Jubilé de 2005

Le trentième et prochain jubilé se déroulera en 2005. Il précédera ceux de 2016, 2157 et 2168. Il a été fixé par Rome du Jeudi-Saint 24 mars au lundi 15 août 2005. Il était autrefois annoncé, comme dans l’Ancien Testament, au son de la trompette, par un diacre, avant la messe du 15 août précédant l’Année Jubilaire. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.
Voici en quels termes s’exprime le Décret romain de la Sacrée Pénitencerie du 25 mars 2003 concédant les indulgences jubilaires :

« L’église cathédrale du Puy, éminente par le patronage de la Très Bienheureuse Vierge Marie… a été construite à l’époque du Synode d’Éphèse (431)… La dévotion des fidèles, non seulement du Puy, mais encore de toute la Gaule et de presque toute l’Europe, s’est très tôt portée avec un intérêt particulier vers cette église cathédrale, au point que celle-ci est devenue un sanctuaire marial très célèbre… Assurément, cette pieuse célébration du jubilé du Puy est intimement liée au dogme défini au Concile œcuménique d’Éphèse, de l’unique personne et de la double nature dans le Christ Notre-Seigneur et, conséquemment, de la maternité divine de Marie. »

Monseigneur Brincard, évêque du Puy, a de son côté officiellement annoncé le jubilé dans une Lettre pastorale du 25 mars 2003 :

« … En l’année 2005, où le Vendredi-Saint coïncide avec l’Annonciation, nous aurons donc la grâce exceptionnelle d’un nouveau jubilé. Recevons cette grâce comme un don précieux du Seigneur. Nous nous attacherons à vivre ce Grand Pardon dans la joie et l’action de grâce, pour la sanctification de nos personnes et de nos vies. »
« “Femme, voici ton Fils… voici ta Mère”. Prononcées par Jésus du haut de la croix, ces paroles retentiront profondément dans nos cœurs. »
« Avec Marie, Mère de Dieu, nous ferons mémoire des mystères de notre salut, principalement des mystères de l’Incarnation et de la Rédemption pour contempler, admirer et approfondir le contenu de notre foi et les merveilles de grâces dont le Dieu d’infinie bonté nous a favorisés… Un temps de célébration du Grand Pardon : du Jeudi-Saint 24 mars 2005, à la fête de l’Assomption, le 15 août 2005… »

La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X a fixé son pèlerinage national les samedi 23 et dimanche 24 avril 2005.
Rappelons les conditions pour l’obtention des indulgences jubilaires, second baptême du chrétien :

Conditions générales :
- Confession dans les huit jours précédents ou suivants.
- Communion le jour même de l’accomplissement de l’œuvre.
- Exclusion de toute affection à tout péché, même véniel. (Si cette condition était imparfaitement remplie, l’indulgence serait alors partielle).
De plus, les œuvres prescrites sont les suivantes :
- Effectuer un pèlerinage à la cathédrale Notre-Dame du Puy en priant aux intentions du pape et de l’Église.
- Accomplir un acte significatif de charité envers le prochain.
Les intentions du Souverain Pontife sont les suivantes :
- Exaltation de la Sainte Église
- Extirpation des hérésies
- Propagation de la foi
- Conversion des pécheurs
- Paix entre les Princes chrétiens

Abbé Claude Boivin †

 

Suites

  Suite 1 : Histoire des statues de la Bienheureuse Vierge du Puy
  Suite 2 : La Cathédrale du Puy : du paganisme au Christianisme

 

Prières à Notre-Dame du Puy

  Les litanies de Notre-Dame du Puy

 

Programme et bulletin d'inscription

  Page de renseignements et d'inscription à imprimer

 

  Recevez par email nos mises à jour


Camps d'été 2018

Pour garçons
et jeunes gens

Vox cantorum :
4 au 10 juillet
à La Peyrate


Pour filles et
jeunes filles

Camp ménager du 16 au 25 juillet 2018,
à Wil en Suisse


Pèlerinage de
Pentecôte 2018

19, 20 et 21 mai 2018 - Croisade pour Jésus-Christ
Editorial de M. l'abbé Bouchacourt
Inscrivez-vous au
chapitre Ste-Jeanne
d'Arc des Soeurs
de la FSPX


Catéchisme n° 85
La charité pour Dieu


Bulletins et revues
Bulletin des Foyers Adorateurs de janvier
Foyers Ardents :
L'acte d'espérance,
par le Père Joseph

Le Lien n° 127 - Notre Dame du Rosaire, Reine de la paix - Janvier 2018
Vers les sommets de janvier 2018- Ton mot d'ordre : Serviabilité, abbé Gérard
Stella Maris n° 82 : La pauvreté, Abbé Louis-Joseph Vaillant
Le Flamboyant
Ne pas ouvrir avant, Père Bochkoltz

L'expérience mariale de saint François de Sales, abbé Castelain
LAB école St-Martin - A l'école notre règle c'est le Christ, par M. l'abbé Lajoinie
Aux Sources du Carmel - Sauver les âmes avec l'Immaculée, abbé Dubroeucq
Courrier de Rome 604 - Le dépôt de la foi, abbé J-M. Gleize

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Vendredi 19 janvier 2018
08:38 17:26

  Suivez notre fil RSS