Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Ils l'ont découronné - Partie I : le libéralisme - Principes et applications

Accès à tous les documents de la bibliothèque de La Porte Latine
Accès aux Œuvres de Mgr Lefebvre


Partie I : le libéralisme - Principes et applications
Chapitre 6 – Inégalités nécesssaires


Résumé : Un individualisme contre nature. Une égalité chimérique.

"La nature procède par des actions d’autorité et d’inégalité, contredisant à angle droit, la falote hypothèse libérale et démocratique."

Charles Maurras

Un individualisme contre nature

Poursuivons l’analyse du principe du libéralisme :
il est contre nature, dit le cardinal Billot, "en ce qu’il prétend que tout doit céder le pas au bien de la liberté individuelle, que les nécessités sociales ont multiplié les entraves à cette liberté, et que le régime idéal pour l’homme est celui où régnerait la loi du pur et parfait individualisme" . Or, ajoute l’auteur, "cet individualisme est absolument contraire à la nature humaine" .
Vous aurez reconnu le libéralisme individualiste de Jean-Jacques Rousseau, que nous retrouvons au fond de toute la pensée politique actuelle. Selon Rousseau, les hommes naissent libres, c’est-à-dire non assujettis à contrainte, par nature asociaux, faits pour vivre seuls dans la jungle, où ils sont heureux. L’origine de leurs malheurs et de l’inégalité réside dans l’introduction de la propriété privée, qui engendra les rivalités :
un "état de guerre de tous contre tous" . Si les hommes se groupent alors en société, ce n’est nullement par une nécessité de leur nature, mais c’est par la seule décision de leur libre volonté, comme une sortie de secours de cet état où l’homme est un loup pour l’homme. La société n’a rien de naturel, elle est purement conventionnelle dans son origine historique et dans sa constitution :
cette convention est le "contrat social"1.
Toute cette théorie est réfutée d’avance, d’abord par saint Thomas d’Aquin, qui démontre la nature sociale de l’homme, en mettant en évidence le fait que l’homme est l’animal le plus dépourvu de moyens naturels de subsister de manière autonome quand il vient au monde, et cet autre fait que les hommes, à l’âge adulte, ne peuvent satisfaire seuls à tous leurs besoins :
ils doivent donc s’entraider2. J’aimerais vous faire lire une page admirable du penseur politique contemporain, Charles Maurras (1868-1952) qui balaye magistralement à la suite de saint Thomas, la mythologie rousseauiste individualiste et égalitaire ;
elle s’intitule "l’inégalité protectrice"3. II me suffira ici de vous livrer ce qu’enseigne à ce sujet Léon XIII dans son Encyclique sur l’origine du pouvoir politique :

"L’erreur considérable de ces philosophes consiste à ne pas voir ce qui est pourtant évident ;
c’est que les hommes ne constituent pas une race sauvage et solitaire ;
c’est qu’avant toute résolution de leur volonté, leur condition naturelle est de vivre en société"4.

Une égalité chimérique

Chimérique, le principe égalitaire l’est, dit le cardinal Billot, "premièrement parce qu’il ne cadre aucunement avec la réalité :
il suppose, à l’origine de toute société, un pacte initial. Où l’a-t-il vu ?
Il suppose l’entrée libre de chacun dans la société. C’est encore plus fort. Il suppose tous les hommes taillés exactement sur le même modèle — exactement égaux — l’homme abstrait, des millions de fois reproduit sans notes individuantes. Où est-il ?
" — "Appliquez le contrat social, si bon vous semble, dit Taine, mais ne l’expliquez qu’aux hommes pour lesquels on l’a fabriqué. Ce sont des hommes abstraits qui ne sont d’aucun siècle et d’aucun pays, pures entités écloses sous la baguette métaphysique"5.
Léon XIII exprime le même jugement en quelques mots concis qui font suite à la phrase citée plus haut :
"Ajoutez à cela que le pacte dont on se prévaut est une invention et une chimère"6.
J’insiste sur la chimère de cette égalité, selon laquelle les hommes naissent égaux, ou du moins égaux en droits :
" les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits" , proclame l’article premier de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1791. Regardons ce qu’en ont pensé les papes
Le pape Pie VI, tout d’abord, condamnant spécialement l’article II de cette même déclaration7 en vient au principe même de la liberté-égalité :
il le condamne en le qualifiant de " chimères" et de " mots vides de sens"

"— Où est donc cette liberté de penser et d’agir que l’Assemblée Nationale accorde à l’homme social comme un droit imprescriptible de la nature ?
Ce droit chimérique n’est-il pas contraire aux droits du Créateur suprême à qui nous devons l’existence et tout ce que nous possédons ?
Peut-on d’ailleurs ignorer que l’homme n’a pas été créé pour lui seul, mais pour être utile à ses semblables ?
Car telle est la faiblesse de la nature humaine que, pour se conserver, les hommes ont besoin du secours mutuel les uns des autres ;
et voilà pourquoi les hommes ont reçu de Dieu la raison et l’usage de la parole, pour les mettre en état de réclamer l’assistance d’autrui et de secourir à leur tour ceux qui imploreraient leur appui. C’est donc la nature elle-même qui a rapproché les hommes et les a réunis en société :
en outre, puisque l’usage que l’homme doit faire de sa raison consiste essentiellement à reconnaître son souverain auteur, à l’honorer, à l’admirer, à lui rapporter toute sa personne et tout son être ;
puisque dès son enfance, il faut qu’il soit soumis à ceux qui ont sur lui la supériorité de l’âge, qu’il se laisse gouverner et instruire par des leçons, qu’il apprenne d’eux à régler sa vie d’après les lois de la raison, de la société et de la religion, cette égalité, cette liberté si vantées ne sont donc pour lui, dès le moment de sa naissance, que des chimères et des mots vides de sens"8.

De cette liberté-égalité, soi-disant native de l’individu, dérivera, en vertu du contrat social, le principe de la souveraineté du peuple ;
la souveraineté réside primitivement dans le peuple et nullement en Dieu ni dans les autorités naturelles constituées par Dieu :
Pie VI ne manque pas de noter cette conséquence.
Le pape Léon XIII condamne à son tour le principe libéral de l’égalité des hommes, repris par les socialistes et il distingue soigneusement l’égalité que les hommes ont de par leur commune nature, de l’inégalité qu’ils revêtent de par leurs fonctions diverses dans la société, et qui est affirmée par l’Evangile :

"Les socialistes (…) ne cessent, comme nous le savons, de proclamer que tous les hommes sont, par nature, égaux entre eux, et à cause de cela ils prétendent qu’on ne doit au pouvoir ni honneur ni respect, ni obéissance aux lois, sauf à celles qu’ils auraient sanctionnées d’après leur caprice.
Au contraire, d’après les documents évangéliques, l’égalité des hommes est en cela que tous ayant la même nature, tous sont appelés à la même très haute dignité de fils de Dieu, et en même temps que, une seule et même fin étant proposée à tous, chacun doit être jugé selon la même loi et obtenir les peines ou la récompense suivant son mérite. Cependant, il y a une inégalité de droit et de pouvoir qui émane de l’Auteur même de la nature, " en vertu de qui toute paternité prend son nom au ciel et sur la terre"9.

Léon XIII rappelle alors le précepte de l’obéissance aux autorités, donné par l’apôtre saint Paul :
"il n’y a point de puissance qui ne vienne de Dieu :
et celles qui sont, ont été établies par Dieu. C’est pourquoi, qui résiste à la puissance résiste à l’ordre voulu par Dieu" (Rom 13. 2). Puis le Pontife enseigne que la hiérarchie qui se trouve dans la société civile n’est pas un pur fruit de la volonté des hommes, mais avant tout l’application d’une ordination divine, du plan divin

"Car celui qui a créé et qui gouverne toutes choses les a disposées, dans sa prévoyante sagesse, de manière à ce que les inférieures atteignent leur fin par les moyennes et celles-ci par les supérieures. De même donc qu’il a voulu que, dans le royaume céleste lui-même, les chœurs des anges fussent distincts et subordonnés les uns aux autres, de même encore qu’il a établi dans l’Eglise différents degrés d’ordres avec la diversité des fonctions, en sorte que tous ne fussent pas apôtres, ni tous docteurs, ni tous pasteurs (Rom 13. 1-7), ainsi a-t-il constitué dans la société civile plusieurs ordres différents en dignité, en droits et en puissance, afin que l’Etat, comme l’Eglise, formât un seul corps composé d’un grand nombre de membres, les uns plus nobles que les autres, mais tous nécessaires les uns aux autres et soucieux du bien commun"10.

II me semble que ces textes montrent bien le total irréalisme du principe fondamental du libéralisme liberté-égalité. Il est au contraire un fait de nature indéniable, que l’individu, à aucune étape de sa vie, n’est précisément pas un individu interchangeable, mais qu’il est un membre faisant d’emblée partie d’un corps constitué sans qu’il ait eu son mot à dire. Dans ce corps, encore, il est soumis à de nécessaires et bienfaisantes contraintes. Dans ce corps enfin il trouvera la place qui correspond à ses talents naturels ou acquis, ainsi qu’à ses dons surnaturels, soumis là encore à des hiérarchies et à des inégalités tout aussi bienfaisantes. Ainsi le conçoit Dieu, qui est un Dieu d’ordre et non de désordre.



  1. Cf. Baltasar P. Argos S. J. Catéchisme politique, Orme Rond, 1981, p. 58.
  2. Cf. saint Thomas, de Regimine principum, L.I, ch. I.
  3. Charles Maurras, Mes idées politiques, la politique naturelle, p. 17 sq.
  4. Encyclique Diuturnum, du 29 juin 1881, PIN. 97.
  5. Taine, La Révolution, T. I, L. II, ch. 2.
  6. Loc. cit.
  7. “ La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. ”
  8. Lettre Quod aliquantulum, du 10 mars 1791, aux évêques de l’Assemblée nationale française, PIN. 3.
  9. Encyclique Quod apostolici, PIN. 71-72.
  10. Ibid. n° 74

 

Page précédente       Page suivante

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 121

Le sacrement de pénitence

Camps d'été 2019

Pour garçons
et jeunes gens

Juillet 2019 : activités proposées par l'école Saint Joseph des Carmes (camp travaux, camp vélo)
Vox cantorum : camp de vacances pour garçons à partir de 8 ans - 30 juin au 6 juillet 2019 à Châteauroux (36)
Camp Saint-Joseph pour garçons de 8 à 13 ans à Bourg-Saint-Pierre, du 6 au 20 juillet 2019
Camp pour garçons de 10 à 15 ans à St-Aubin-d'Aubigné (35) du 8 au 21 juillet
Camp St-Pierre J-E. pour garçons de 14 à 17 ans au milieu des volcans d'Auvergne
du 11 au 26 juillet

Camps Saint-Pie X à l'Etoile du Matin à Eguelshardt du 12 et du 15 au 30 Juillet 2019
Camp Bx Théophane Vénard pour garçons de 8 à
13 ans du 17 au 30 juillet à Kernabat

Camp Saint-Dominique pour garçons de 13 à 17 ans en Dauphiné du 27 juillet au 10 août
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp garçons du 1er au 15 août 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)
Camp itinérant à vélo Raid Saint Christophe du 5 au 19 août 2019 pour les garçons de 14 à 17 ans

Pour filles et
jeunes filles

Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 10 au 19 juillet pour filles de 7 à 17 ans
à Châteauroux

Soeurs de la FSPX - Camp ménager du 23 juillet au 1er août pour jeunes filles de 15 à 18 ans à Châteauroux
Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 23 juillet au 1er août pour filles de 7 à 17 ans à Châteauroux
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp filles du 17 au 31 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Dimanche 21 juillet 2019
06:12 21:43