Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Lettre ouverte aux catholiques perplexes

Accès à tous les documents de la bibliothèque de La Porte Latine
Accès aux Œuvres de Mgr Lefebvre


Lettre ouverte aux catholiques perplexes
XXII. Il faut réagir en famille


Il est grand temps de réagir. Lorsque Gaudium et Spes parle du mouvement de l’histoire qui « devient si rapide que chacun a peine à le suivre », on peut entendre ce mouvement comme une précipitation des sociétés libérales vers la désagrégation et le chaos. Gardons-nous de le suivre !

Comment comprendre que des dirigeants se réclament de la religion chrétienne tout en détruisant dans la cité toute autorité ? Il importe au contraire de rétablir celle-ci, qui a été voulue par la Providence dans les deux sociétés naturelles de droit divin dont l’influence ici-bas est primordiale : la famille et la société civile. C’est la famille qui a subi ces derniers temps les plus rudes coups ; le passage au socialisme dans les pays comme la France et l’Espagne n’a fait qu’accélérer le processus.

Les lois et mesures qui se sont succédé montrent une grande cohésion dans la volonté de ruiner l’institution familiale : diminution de l’autorité paternelle, divorce facilité, disparition de la responsabilité dans l’acte de la procréation, reconnaissance administrative des couples irréguliers et même des couples homosexuels, cohabitation juvénile, mariage à l’essai, diminution des aides sociales et fiscales aux familles nombreuses… L’Etat lui-même, dans ses intérêts propres, commence à en apercevoir les conséquences en ce qui regarde la dénatalité, il se demande comment, dans un temps rapproché, les jeunes générations pourront assurer les régimes de retraite de celles qui ont cessé d’être économiquement actives. Mais les effets sont considérablement plus graves dans le domaine spirituel.

Les catholiques n’ont pas à suivre mais à peser de tout leur poids, puisqu’ils sont aussi citoyens, pour redresser tout ce qui doit l’être. C’est pourquoi ils ne sauraient rester à l’écart de la politique. Pourtant leur effort sera surtout sensible dans l’éducation qu’ils donneront à leurs enfants.

Sur ce chapitre, l’autorité est contestée dans ses sources mêmes par ceux qui déclarent que « les parents ne sont pas les propriétaires des enfants », voulant dire par là que leur éducation revient à l’Etat, avec ses écoles laïques, ses crèches, ses maternelles. On fait grief aux parents de ne pas respecter la « liberté de conscience » de leurs enfants lorsqu’ils les éduquent selon leurs propres convictions religieuses.

Ces idées remontent aux philosophes anglais du XVIIe siècle, qui ne voulaient voir dans les hommes que des individus isolés, indépendants de naissance, égaux entre eux, soustraits à toute autorité. Nous savons que cela est faux. L’enfant reçoit tout de son père et de sa mère, nourriture corporelle, intellectuelle, éducation morale, sociale. Ils se font aider de maîtres qui partageront dans l’esprit des jeunes, leur autorité mais, que ce soit par les uns ou par les autres, la presque totalité de la science acquise au cours de l’adolescence sera plus une science apprise, reçue, acceptée, qu’une science déduite de l’observation et de l’expérience personnelle. Les connaissances viennent pour une part considérable de l’autorité qui transmet. Le jeune étudiant croit en ses parents, en ses professeurs, en ses livres et ainsi son savoir s’étend.

C’est encore plus vrai des connaissances religieuses, de la pratique de la religion, de l’exercice de la morale conforme à la foi, aux traditions, aux coutumes. Les hommes en général vivent en fonction des traditions familiales, cela s’observe sur toute la surface du globe. La conversion à une autre religion que celle que l’on a reçue au cours de son enfance rencontre de sérieux obstacles.

Cette extraordinaire influence de la famille et du milieu est voulue par Dieu. Il a voulu que ses bienfaits se transmettent par la famille d’abord ; c’est pour cette raison qu’il a accordé au père de famille une grande autorité, un immense pouvoir sur la société familiale, sur son épouse, sur ses enfants. L’enfant naît dans une faiblesse si grande qu’on peut juger de la nécessité absolue de la permanence du foyer, de son indissolubilité.

Vouloir exalter la personnalité et la conscience de l’enfant au détriment de l’autorité familiale, c’est faire son malheur, le pousser à la révolte, au mépris des parents, alors que la longévité est promise à ceux qui honoreront les leurs. Saint Paul, en le rappelant, fait un devoir aussi aux pères de ne pas exaspérer leurs fils, mais de les éduquer dans la discipline et la crainte du Seigneur.

S’il fallait attendre d’avoir l’intelligence de la vérité religieuse pour croire et se convertir, il n’y aurait que bien peu de chrétiens à l’heure actuelle. On croit aux vérités religieuses parce que les témoins sont dignes de croyance par leur sainteté, leur désintéressement, leur charité. Puis, comme le dit saint Augustin, la foi donne l’intelligence.

Le rôle des parents s’est fait très difficile. Nous l’avons vu, la majorité des écoles libres sont laïcisées de fait, on n’y enseigne plus la vraie religion ni les sciences profanes à la lumière de la foi. Les catéchismes répandent le modernisme. La vie trépidante est mangeuse de temps, les nécessités professionnelles éloignent parents et enfants des grands-pères et grands-mères qui autrefois participaient à l’éducation. Les catholiques ne sont pas seulement perplexes mais désarmés.

Point tant cependant qu’ils ne puissent assurer l’essentiel, la grâce de Dieu suppléant au reste. Que faut-il faire ? Il existe des écoles vraiment catholiques, bien qu’en nombre réduit. Envoyez-y vos enfants même si cela pèse sur votre budget. Ouvrez-en de nouvelles, comme certains l’ont déjà fait. Si vous ne pouvez fréquenter que des écoles où l’enseignement est dénaturé, manifestez-vous, réclamez, ne laissez pas les éducateurs faire perdre la foi à vos enfants.

Lisez, relisez en famille le catéchisme de Trente, le plus beau, le plus parfait et le plus complet. Organisez des « catéchismes parallèles » sous la direction spirituelle de bons prêtres, n’ayez pas peur d’être traités, comme nous, de « sauvages ». De nombreux groupes fonctionnent d’ailleurs déjà, qui accueilleront vos enfants.

Rejetez les livres qui véhiculent le poison moderniste. Faites-vous conseiller. Des éditeurs courageux diffusent d’excellents ouvrages et réimpriment ceux que les progressistes ont détruits. N’achetez pas n’importe quelle Bible ; toute famille chrétienne devrait posséder la Vulgate, traduction latine faite par saint Jérôme au IVe siècle et canonisée par l’Eglise1. Tenez-vous en à la véritable interprétation des Ecritures, gardez la vraie messe et les sacrements tels qu’ils étaient administrés partout naguère.

Actuellement le démon est déchaîné contre l’Eglise, car c’est bien de cela qu’il s’agit ; nous assistons peut-être à une de ses dernières batailles, une bataille générale. Il attaque sur tous les fronts et si Notre-Dame de Fatima a dit qu’un jour il monterait jusque dans les plus hautes sphères de l’Eglise, c’est que cela pourrait arriver. Je n’affirme rien de moi-même, cependant il y a des signes qui peuvent nous faire penser que, dans les organismes romains les plus élevés, des gens ont perdu la foi.

Des mesures spirituelles urgentes sont à prendre. Il faut prier, faire pénitence, comme la Sainte Vierge l’a demandé, réciter le chapelet en famille. Les gens, on l’a vu dans chaque guerre, se mettent à prier quand les bombes commencent à tomber. Mais précisément, elles tombent en ce moment : nous sommes sur le point de perdre la foi. Comprenez-vous que cela dépasse en gravité toutes les catastrophes que les hommes redoutent, les crises économiques mondiales ou les conflits atomiques ?

Des renouveaux s’imposent, mais ne croyez pas que nous ne puissions pas compter pour cela sur la jeunesse. Toute la jeunesse n’est pas corrompue, comme on essaie de nous en persuader. Beaucoup ont un idéal, à beaucoup d’autres il suffit d’en proposer un. Les exemples abondent de mouvements faisant appel avec succès à leur générosité ; les monastères fidèles à la Tradition les attirent, les vocations ne manquent pas de jeunes séminaristes ou novices demandant à être formés. Il y a un magnifique travail à accomplir conformément aux consignes données par les Apôtres : Tenete traditiones… Permanete in iis quæ didicistis.

Le vieux monde appelé à disparaître est celui de l’avortement. Les familles fidèles à la Tradition sont en même temps des familles nombreuses, leur foi même leur assure la postérité. « Croissez et multipliez-vous ! » En gardant ce que l’Eglise a toujours enseigné, vous vous accrochez à l’avenir.



  1. Les traductions françaises de la Vulgate sont hélas ! difficiles à trouver. On peut se référer soit à l’ancienne édition du « Crampon », soit, pour le Nouveau Testament, à l’édition faite par Dominique Martin Morin. Les éditions Clovis proposent une traduction de la Bible selon la Vulgate.

 

Page précédente       Page suivante

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Messes en direct
depuis Saint Nicolas du Chardonnet

Voir les horaires

Marchés de Noël

16 & 17 novembre : vente de Noël de l'école Sain-Louis du Petit Musc - Paris
23 et 24 novembre : Vente de charité, Chapelle Notre-Dame de Consolation - Paris
30 novembre : Fête de St Nicolas et marché de Noël de l'école St-Jean-Eudes de Gavrus
1er Décembre : marché de Noël de l'école St-Jean Bosco de Toulouse
1er décembre : fête de la Saint Nicolas organisée par le prieuré - Nancy
7 décembre : Forum Orientation et Métiers du MCF
13 décembre : pièce de théâtre donnée par l'école Sainte-Philomène de Nancy

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 125

L'ordre

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Dimanche 17 novembre 2019
08:04 17:07