Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Lettre de l'Institut Saint-Pie X du 1er trimestre 2016 : Vers l'extinction des Lumières ?, abbé F-M Chautard

Accès aux pages consacrées aux écoles de la Tradition en France et dans le monde
Accès aux pages consacrées aux Sessions, Symposiums, Colloques et Congrès
Accès aux bulletins et revues du monde de la Tradition
Accès aux revues de presse du monde de la Tradition
Accès au calendrier des activités du monde de la Tradition

Lettre aux parents, amis et bienfaiteurs
de l'Institut Saint-Pie X - 1er trimestre 2016

Lire l'intégralité de la LAB au format pdf en cliquant sur ce lien

Vers l'extinction des Lumières ?
Abbé François-Marie Chautard

 

Chers parents, bienfaiteurs et amis,

Le libéralisme, dans sa pureté la plus absolue, la plus éthérée, se refuse à toute contrainte. Et il s’est toujours attelé à démanteler toute forme de contrainte.

La contrainte religieuse fut la première congédiée. Obéir à un dogme heurtait ces rationalistes qui voulaient conserver la liberté de leur esprit et ne pas se soumettre à une vérité née du dehors.

Le rejet de la contrainte politique ne se fit pas attendre. On n’avait pas chassé Dieu pour conserver un monarque. Il fallait pouvoir s’autodéterminer individuellement, collectivement, et surtout librement.

La contrainte morale, plus concrète et plus enracinée, fut plus longue à détruire. Il n’est jamais agréable de vivre en barbarie. Mais qu’importe ; foin des normes, des règles, des interdits, il fut interdit d’interdire.

Naturellement, la contrainte familiale fut renversée. « Familles, je vous hais » fut le nouveau slogan de ces nouveaux amis du peuple. Après le déicide et le régicide, le parricide était de mode.

La révolte contre toute espèce de contrainte sexuelle fait aujourd’hui peau neuve. Il ne s’agit même plus de libertinage ou de licence des mœurs, voire de débauche, mais de la liberté de choisir son sexe. Car s’abandonner à ce dernier quand on nous l’impose, c’est encore suivre une contrainte. Il faut donc la déconstruire.

Cette « tabula rasa » ne pouvait que s’accompagner du refus de la contrainte du passé. Les penseurs français, tels Descartes ou Bayle, s’empressèrent d’en détruire le crédit. Avec le temps, l’Éducation nationale s’est emparée de l’idée, et l’héritage du passé, de l’histoire, des auteurs et des classiques, s’est réduit comme peau de chagrin.

Mais il restait la contrainte du livre. L’aide efficace de Jean-Jacques et de son fameux « Je n’aime pas les livres » trouva auprès de ses lecteurs dociles de nombreux émules.

Après le livre demeurait toujours la contrainte du maître, fût-il ignorant du passé et débarrassé d’ouvrages. Il fallut donc le supprimer. On ne parla plus de maîtres mais d’enseignants, puis d’éducateurs.

Libéré du livre et du maître, quelle chaîne pouvait-encore asservir l’homme? La contrainte de la langue. Car « la langue est fasciste ». Qu’à cela ne tienne, les structuralistes allaient s’enquérir de briser cette servitude.

N’y avait-il pas encore une dernière contrainte, un ultime mur porteur à abattre ? La culture ne serait-elle pas un odieux privilège envers ceux qui ne la possèdent pas ? N’est-il pas injuste de priver l’homme de choisir sa culture et de le soumettre à des valeurs dites supérieures ? Mieux valait donc anéantir la contrainte de la culture pour faire l’éloge des cultures, c’est-à-dire des mentalités et des coutumes, fussent-elles de taguer les murs.

Ainsi s’acharnent nos « intellectuels » et notre système scolaire, depuis des lustres, à libérer les hommes de toute domination du savoir, de la langue ou de la culture.

Seulement, à force d’avoir prôné la déconstruction de toute contrainte, le libéralisme des Lumières a démantelé l’homme. L’homme avait un Dieu, un roi, un père, une terre, une patrie, un nom, un passé, des maîtres, une langue, une science, une culture, un esprit.

L’homme purement libéral, absolument libéral, parfaitement libéral, est absolument libéré, mais il l’est comme un athée, un apatride, un orphelin, un déraciné, un analphabète, un ignorant, un inculte, un sot. En un mot, un sauvage.

En termes métaphysiques, c’est le règne de la puissance sur celui de l’acte. Mais le règne de la pure puissance est voisin de l’impuissance, tout proche du néant, mais aussi tout proche de l’asservissement. Tel est le paradoxe du libéral, mûr pour les chaînes de la barbarie.

Fort logiquement, le parfait libéral issu des Lumières en est donc arrivé au paradoxe de dénoncer la contrainte de la connaissance sur l’ignorance, de la culture sur l’inculture, de l’esprit sur la bêtise, des Lumières sur les ténèbres. Au terme d’une course folle, on est arrivé à cette apparente étrangeté que les Lumières produisent les plus profondes ténèbres.

La boucle est bouclée. On dit des étoiles filantes qu’elles brillent quand elles sont mortes. Nous constatons le même paradoxe pour la pensée des Lumières. Elle brille mais elle est morte. Et elle est morte parce qu’elle est mortifère.

Pie IX avait pourtant averti les esprits de son siècle dans l’ultime proposition condamnée du Syllabus qui sonnait comme un avertissement solennel : « Le Pontife Romain peut et doit se réconcilier et transiger avec le progrès, le libéralisme et la civilisation moderne ». Car il est folie de s’abandonner aux chimères de l’esprit libéral.

En ce temps de la Nativité, il sera plus sage d’accueillir « La vraie lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde » Jn (1/7) qui seule peut chasser les ténèbres.

Abbé François-Marie Chautard, Recteur

 

 

Paris : Institut Universitaire Saint-Pie X

      Abbé François-Marie Chautard - Recteur [15/08/2010]

Diplômes et formations auxquels prépare l'Institut St Pie X :

- Licences européennes en :
- Humanités ( Parcours Lettres classiques et parcours Lettres cultures et patrimoines)
- Histoire (avec spécialisation possible en Géographie ou Histoire de l'Art)
- L'Institut assure une formation universitaire en Philosophie (diplôme d'établissement)
- Le cursus universitaire permet de suivre deux formations intégrées : Formation des Maîtres et Initiation juridique
- Cours de latin vivant (en cours du soir)

Institut Universitaire Saint-Pie X
21, rue du Cherche-Midi
75006 Paris
 

01 42 22 00 26
01 42 84 31 94
Le site de l'Institut Universitaire Saint-Pie X

 

 

Lettres aux parents et Bienfaiteurs de l'ISPX

Archives des Lettres aux parents, amis et bienfaiteurs de l'Institut Saint-Pie X

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Catéchisme n° 102
Les 6ème et 9ème commandements


Nouvelles parutions
Le Petit Echo de N-D n° 56 de septembre 2018 - L'huile du Laus
La Malle aux Mille Trésors n° 65
de sept.-oct. 2018

Bulletin des Foyers Adorateurs de septembre 2018
Fontpeyrine - Bulletin de sept. - « Joyeux anniversaire Maman » - Abbé
Sébastien Gabard

L'Acampado n° 140 - Si vous ne devenez pas comme des petits enfants,
abbé X. Beauvais

Foyers Ardents - Que le Christ règne !
Vannes - La Trompette de St-Vincent n° 7 - La vie du prieuré en images
Fabrègues - Apostol nº 123 - Padre Pio, abbé J-M. Mavel
Mulhouse - Couronne de Marie n° 67- La peine de mort est-elle immorale ?, par l'abbé L-M. Carlhian
Courrier de Rome 612 de juillet-août
Carillon n° 186 - Quel calvaire !, abbé Benoît Espinasse

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Samedi 22 septembre 2018
07:39 19:48

  Suivez notre fil RSS