Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Lettre de l'abbé le Roux

 


Les Anophèles : de la Rumeur à la Tumeur

Par monsieur l'abbé Yves le Roux, Recteur du séminaire de Winona (USA)

5 Septembre 2005

 

Version française

Chers amis et bienfaiteurs,

« Tous ceux qui cultivent la rumeur, la diffusent, s'en nourrissent, ressemblent, à s'y méprendre, à ces insectes nuisibles qui vivent de la boue des marécages et s'abattent sur les hommes qui s'en approchent. Les anophèles, tel est leur nom, transmettent par leurs piqûres la terrible maladie du paludisme qui donne une fièvre intermittente et violente que l'homme doit supporter, en des accès soudains, jusqu'à sa mort. »

La brève rencontre qui s’est déroulée entre le Souverain Pontife et le Supérieur Général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X a soudainement provoqué un certain nombre de rumeurs. Le phénomène n’est point nouveau et mérite que nous nous y arrêtions pour ne point se laisser envahir par l’esprit de suspicion qui n’est autre que la semence de zizanie semée par le diable qui, selon la forte expression de saint Pierre, semblable à un lion dévorant tourne autour de nous afin de fondre sur nous et nous dévorer.

Le diable rôde. C'est une évidence. Il ne faudrait pas pour autant restreindre le champ de bataille aux attaques actuelles contre la foi et les mœurs. Après sa chute le démon a gardé sa puissance et ses ruses sont toujours meurtrières. Comme Jean le Bon à Poitiers, nous devons « prendre garde à droite et prendre garde à gauche », la subtilité de la Bête reste entière. En nos milieux, elle s'insinue dans les cœurs par le venin de la rumeur.

« Je vous en préviens, comme je l'ai déjà fait, que ceux qui s'y livrent n'auront point de part au royaume des cieux, »

l'avertissement de l'apôtre concerne les fauteurs de cabales et s'adresse, par conséquent, à tous ceux qui colportent – ou fabriquent – les rumeurs. Cette race appartient à la triste famille des calomniateurs qui ne respirent que fiel et amertume qu'ils déversent sur le dos du prochain sous des airs faussement amènes.

La rumeur est une arme diabolique pour celui qui veut détruire, car elle laisse, dans l'âme de celui qui l'entend, l'impression persistante d'un malaise durable qui l'inquiète et le pousse à répandre autour de lui la nouvelle qu'il vient de recevoir sous le sceau de la confidence. Preuve flagrante de la marque luciférienne, la rumeur déteste le grand jour. Elle affectionne au contraire les discussions de coteries et les assemblées réduites où les conciliabules vont bon train sous prétexte d'édifier le prochain ou de le mettre en garde contre telle personne. Elle a trouvé un terrain de prédilection grâce à l’Internet qui lui permet désormais de répandre son poison dans le monde entier.

Soyons sérieux : la rumeur est une preuve en elle-même que ceux qui la propagent ont l'âme souillée par les rancœurs, les rancunes ou la jalousie. Quels bons apôtres que voilà ! S'ils sont si sûrs de leur fait, pourquoi n'en parlent-ils pas au grand jour ? La lumière les incommode-t-elle à ce point qu'ils préfèrent diffuser leur propos dans une atmosphère où règne la suspicion et où, à loisir, on peut parler des absents, les juger et les condamner sans pitié ? Belle et noble charité ! On ne peut que s'incliner devant une telle bravoure !

Allons, soyez courageux : ces affaires ont l'air bien importantes et méritent une large audience ! Vous vous taisez ! D'où vient ce silence gêné, vous qui, il y a peu, jouiez les matadors et parliez haut et fort dans votre cercle restreint ? Réveillez-vous ! Vous êtes devenus les jouets de Satan et agissez comme lui en fuyant la lumière et en jetant le trouble dans les âmes. Puisque vous prétendez être certains de vos informations, pourquoi les distillez-vous en prenant des airs de conspirateurs ou d'amoureux transis qui viennent compter fleurette à la belle et n'ont qu'une peur, celle d'être découverts ?

Vous aurez à rendre compte, au tribunal de Dieu, de toutes ces vaines paroles, de ces jugements sans appel où vous vous attribuez le rôle de procureur et de juge au mépris de toutes les lois de la plus stricte équité. Vous devrez répondre au Juste Juge de ces troubles jetés dans les âmes, de ces réputations bafouées, de ces suspicions qui suivent longtemps ceux qui en ont été victimes, de ces divisions qui naissent entre les individus ou les familles à la suite de ces paroles vénéneuses. Que lui répondrez-vous lorsqu'Il vous accusera d'avoir fourni de l'aide à l'ennemi du genre humain qui exulte en constatant les divisions qui affaiblissent les bons et empêchent les conversions ? N'est-ce point la charité des premiers chrétiens qui a converti l'empire romain ?

Tous ceux qui cultivent la rumeur, la diffusent, s'en nourrissent, ressemblent, à s'y méprendre, à ces insectes nuisibles qui vivent de la boue des marécages et s'abattent sur les hommes qui s'en approchent. Les anophèles, tel est leur nom, transmettent par leurs piqûres la terrible maladie du paludisme qui donne une fièvre intermittente et violente que l'homme doit supporter, en des accès soudains, jusqu'à sa mort.

Notre premier devoir est d'éviter d'évoluer en ces eaux troubles et malsaines. Nous devons refuser de nous aventurer dans ces régions marécageuses où il n'est point rare de trouver la mort par une lente mais inexorable asphyxie de l'âme. La rumeur, en effet, agit par insinuations dans lesquelles il est rapidement difficile de distinguer le vrai du faux suivant le slogan inventé par Voltaire et qui pourrait servir de devise à tous ceux qui se complaisent dans le rôle de propagateur de ouï-dire : « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose. »

« Tout trouble vient du démon » nous enseigne saint Jean Berchmans ; il suffit d'appliquer les règles du discernement des esprits au cas précis de la rumeur, pour s'apercevoir que ses fruits empoisonnés ne viennent pas de Dieu. Le premier est l'inquiétude qui ronge l'âme ; mais le plus dangereux est la suspicion qui, comme une tumeur, s'étend à tous les membres du corps et stérilise l'œuvre de la Rédemption, puisque le lien de la charité est mort.

Face à ce cancer, nous nous devons de réagir fortement. Les demi-mesures sont vaines, il nous faut nous interdire de prêter une oreille à ces racontars et, si la nécessité nous y pousse, tenir en quarantaine ces personnes qui ne respirent que ressentiment et animosité. Les écouter, même sans rien dire, est pécher : notre silence les encourage et peut leur donner l'impression que nous acquiesçons tant soit peu.

Le combat que nous avons à mener est grave, son enjeu dépasse infiniment nos personnes, il en va de l'avenir du catholicisme. Sommes-nous prêts à œuvrer avec intelligence et détermination pour que nos enfants, demain, puissent continuer de respirer un air de chrétienté ? Faisons fi, alors, de nos susceptibilités, cessons ces querelles inutiles qui dispersent nos forces – comme si nous pouvions nous le permettre ! – et appliquons-nous à agir dans la vérité et la charité avec nos frères sans acception de personnes, sans s'arrêter avec délice sur leurs travers, mais en ayant entre nous le lien de la perfection, la charité qui excuse tout, comprend tout, et nous rend participants de la vie divine.

In Christo Sacerdote et Maria,

Abbé Yves le Roux†

 

English version

The Rector's Letter (September 5, 2005)

 

Localisation

 
U.S.A (Etats-Unis)
  St. Thomas Aquinas Seminary
21077 Quarry Hill Rd.
Winona. Minnesota 55987
USA
 
   

00 1 507 454 80 00
00 1 507 454 80 44
Le site du séminaire de Winona

 

Entretien avec Father Yves le Roux

Entretien avec Father Yves le Roux (décembre 2004)

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Nouvelles parutions
Spes Unica n° 32 de l'automne 2018 - Un saint ? Mais sur quel autel ?, abbé L. Ramé
Monsieur Vincent
n° 97 - Quelle(s)
fin(s) ultime(s)
pour l'homme ?

La Bonne Nouvelle n° 01 d'oct. - Le secret de notre sainteté se trouve dans notre poche, abbé de Clausonne
Saint-Nicolas - Le Chardonnet - Lumières dans la tempête, abbé Pierpaolo Petrucci
Unieux - Le Pelican Les catholiques de plus en plus perplexes,
abbé Pierre Barrère

Marseille - L'Acampado n° 141 - Deux encycliques à lire et à relire pour la conduite des chefs, abbé X. Beauvais
Lettre de "Missions" d'oct. 2018 : Russie, Liban, Chine, Sri Lanka


Messes dans l'Océan Indien Oct.-Nov.
La Réunion
L'Île Maurice


Le mois du rosaire
Prier le rosaire avec les saints et les peintres gothiques italiens,
abbé P. Toulza


Catéchisme n° 104
Le 8ème commandement

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Vendredi 19 octobre 2018
08:19 18:53

  Suivez notre fil RSS