Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   La lettre de l'abbé Yves le Roux de juillet 2009

Retour aux Lettres de l'abbé Yves le Roux
Retour aux éditoriaux archivés

De la Crèche au Calvaire : la noble marche du chrétien.

Par Monsieur l'abbé Yves le Roux, Recteur du séminaire de Winona (USA)

1er juillet 2009

 

Version française

Chers amis et bienfaiteurs

Saint Bernard, d’une formule lapidaire, n’hésitait pas à dire de l’homme qu’il n’est qu’un « amas de pourriture ». Or la sainte liturgie semble prendre le contre-pied de cette affirmation péremptoire. Ainsi le prêtre, à l’Offertoire, lorsqu’il verse l’eau dans le calice du salut, prononce-t-il ces paroles cristallines : «Dieu qui d’une manière admirable avez créé dans la noblesse la nature humaine et qui l’avez réformée plus merveilleusement encore…».

Quel regard convient-il donc de porter sur la nature humaine ? Qu’en est-il de l’homme ? Devons-nous le regarder comme un agrégat putride ou bien plutôt comme un être revêtu d’une dignité suréminente ? N’est-il pas, en réalité, d’abord l’un par sa faute, puis l’autre par la grâce de la bonté divine ?

Il ne fait aucun doute que l’homme est sorti des mains de son Créateur dans la beauté rayonnante de sa nature spirituelle. Mais la prévarication de nos premiers parents au jardin d’Éden l’a rejeté loin de Dieu et l’a plongé dans une bien téméraire opposition. Et si le baptême détruit les chaînes infernales qui font naître les hommes enfants de la colère,  les blessures purulentes demeurent vives en sa nature et s’enveniment par la répétition des fautes. L’Incarnation seule, dans la grandeur de son mystère ineffable de Charité, peut résoudre l’apparente contradiction qui oppose saint Bernard et la liturgie. Car, si l’homme porte gravé dans son cœur le sceau de sa révolte première comme une source empoisonnante, il peut en s’unissant au mystère de l’Homme-Dieu, être configuré au Christ et participer en Lui à la pureté divine. La noblesse de l’homme repose dans le sang que le Sauveur a versé pour lui : régénérée dans le bois du berceau de la crèche qui préfigurait celui de la Croix.

À la naissance de Notre Seigneur Jésus Christ, par une grâce divine qui surpasse tout ce que l’intelligence humaine peut concevoir, l’homme reçoit l’honneur d’être incorporé à la noblesse infinie de Dieu puisque la nature humaine est incorporée à la divinité. La noblesse de l’homme consiste à y prendre part. Désormais, l’Incarnation s’établit comme le critère de ses choix et de sa vigilance à se conformer au plan du Christ sur son âme découlent ses lettres de noblesse. Son honneur est l’honneur même de Dieu et il trouve son amitié dans l’amitié sacerdotale du Christ qui le rend participant de sa propre nature par ses sacrements qui lui imposent de vivre sous la suzeraineté du Christ. Le chrétien est le chevalier du Christ, les titres de noblesse du chrétien seront ceux de sa stricte fidélité à reconnaître cette bienheureuse vassalité.

La noblesse se reçoit. Elle se perd aussi. Honte à celui qui fait commerce, vend son titre par amour du lucre et préfère reconnaître la domination de l’argent à celle de l’honneur et des vertus : celui-là, iste, déchoit. Honte au chrétien qui se tourne vers le monde, il en redevient l’esclave au prix des trente deniers que sont les appâts de la chair et de la vanité.

Noblesse oblige ! Parée des vertus de la crèche, elle sera un sujet de dérision aux yeux du monde qui ne peut distinguer la beauté intérieure dont elle honore ceux qui en vivent. La fête de Noël laisse entrevoir aux âmes bien nées que la vocation de l’homme repose tout entière dans le mystère de la naissance de l’Homme-Dieu car Dieu rétablit, par son Fils, l’homme dans une noblesse infiniment plus haute que ne fut celle de la création.

« Comprends, Ô Chrétien, ta dignité, disait saint Léon le Grand, et montre que tu sais en être conséquent ! » Aussi le Chrétien chante-t-il victoire, par le Christ et la vertu de Son Sang Précieux. Aux yeux des hommes il peut paraître échouer, il s’en relève plus fort. Les échecs, loin de stériliser les progrès de son âme, y sculptent la Croix et lui donnent l’intelligence du mystère de l’amour de Dieu qui s’incarne dans les âmes humbles.

La chrétienté, depuis quatre siècles, connaît elle-même de bien lourdes épreuves et les revers émaillent son histoire. Les ennemis de la défunte chrétienté ont posté, de nouveau, des gardes auprès de son tombeau. Depuis deux mille ans, trop infatués d’eux-mêmes, ils n’ont rien retenu ni compris ! Les hommes continuent de se moquer de ce qu’ils appellent la faiblesse de Dieu et aiment à l’outrager. Insensés ! Ils ne savent donc pas encore que ce qui paraît faiblesse en Dieu n’est que la forme suprême de sa miséricorde. Ils en rient, ils s’en gaussent : ils signent leur propre condamnation. Ils rient aussi de nos efforts pour maintenir dans l’honneur notre fidélité à Dieu et se félicitent de nos difficultés manifestes. Demain, peut-être, voudront-ils nous forcer à abandonner notre combat en recourant à la force et nous imposeront-ils des lois qui nous contraindront à préférer la mort au déshonneur et à la forfaiture d’un abandon.

Ils se moqueront alors bien haut et clameront leur triomphe. Mais il nous restera la certitude que la victoire appartient au Christ et à ceux qui veulent Le suivre. Car le Calvaire est déjà une victoire.

La seule qui soit digne d’une âme chrétienne.

Abbé le Roux +


English version

The Rector's Letter (July 2009)  

 

 

Localisation

 
U.S.A (Etats-Unis)
  St. Thomas Aquinas Seminary
21077 Quarry Hill Rd.
Winona. Minnesota 55987
USA
 
   

00 1 507 454 80 00
00 1 507 454 80 44
Le site du séminaire de Winona

 

Entretien avec Father Yves le Roux

Entretien avec Father Yves le Roux (décembre 2004)

 

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Nouvelles parutions
Spes Unica n° 32 de l'automne 2018 - Un saint ? Mais sur quel autel ?, abbé L. Ramé
Monsieur Vincent
n° 97 - Quelle(s)
fin(s) ultime(s)
pour l'homme ?

La Bonne Nouvelle n° 01 d'oct. - Le secret de notre sainteté se trouve dans notre poche, abbé de Clausonne
Saint-Nicolas - Le Chardonnet - Lumières dans la tempête, abbé Pierpaolo Petrucci
Unieux - Le Pelican Les catholiques de plus en plus perplexes,
abbé Pierre Barrère

Marseille - L'Acampado n° 141 - Deux encycliques à lire et à relire pour la conduite des chefs, abbé X. Beauvais
Lettre de "Missions" d'oct. 2018 : Russie, Liban, Chine, Sri Lanka


Messes dans l'Océan Indien Oct.-Nov.
La Réunion
L'Île Maurice


Le mois du rosaire
Prier le rosaire avec les saints et les peintres gothiques italiens,
abbé P. Toulza


Catéchisme n° 104
Le 8ème commandement

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Vendredi 19 octobre 2018
08:19 18:53

  Suivez notre fil RSS