Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   La lettre de l'abbé le Roux de juin 2007

Retour aux Lettres de l'abbé Yves le Roux

Ce qu'il faut d'amour à l'homme

 

Par monsieur l'abbé Yves le Roux, Recteur du séminaire de Winona (USA)

Vendredi 1er juin 2007

 

Version française

Chers amis et bienfaiteurs

Un homme privé d’amour ne serait-il qu’un monstre innommable ?

Saint-Exupéry, en une heureuse formule, nous invite à considérer que l’amour est avant tout « regarder ensemble dans la même direction » et non point « se regarder l’un l’autre ». Cette simple réflexion frappée au coin du bon sens souligne avec force que l’amour est avant tout une union de volontés et non une épuisante et stérile recherche de nous-même dans le visage de l’autre.

Peu le savent encore ; infiniment moins en vivent !

Le monde n’est plus qu’un immense lupanar où la sensualité – baptisée sans vergogne amour – s’y étale au grand jour en ses débordements les plus malsains. Salomon n’est plus seul, hélas, à pouvoir s’enorgueillir de n’avoir rien refusé à ses sens ; du moins n’avait-il pas, lui, cette prétention d’attribuer à ses passions les plus vulgaires le noble nom d’amour !

Cette recherche insatiable de tout ce qui satisfait les sens stérilise l’exercice normal de l’intelligence et de la volonté entraînant l’homme dans la spirale infernale de l’égoïsme, l’empêchant radicalement d’aimer. Aimer, en effet, n’est-ce point se donner, sortir de soi, se consacrer en un mot ? L’égoïste qui ne s’intéresse foncièrement qu’à lui-même, ne le peut ! Ses proclamations d’amour sont autant de mensonges : incapable de s’oublier, il ne peut se donner et ses aveux enflammés sont le prix qu’il lui faut payer afin de donner le change et recevoir son lot de maigres et fugitives satisfactions.

Nous sommes les témoins quotidiens et affligés du triste étalage d’une sensualité effrénée, assassin de l’amour véritable qui, lui, unit les volontés à coup de renoncements.

L’homme, épuisé par cette vaine course au plaisir, ne trouve aucun repos. Le bonheur le fuit à mesure que les plaisirs se multiplient. Puis les plaisirs se multiplient pour compenser l’absence de bonheur ! Cercle vicieux dans lequel l’homme tourne sans fin sur lui-même, hébété, assoiffé, desséché. Pâle apparence d’homme que cet être esclave de ses sens, incapable d’aspirer à autre chose que lui-même !

La question ne se pose plus : un tel homme est un monstre.

  Nous éprouvons habituellement une certaine réticence à nous étendre sur ce sujet de l’amour tant il est galvaudé ! Nous avons tort au fond. Ne craignons pas de lui redonner ses lettres de noblesse, nous rappelant que, fils de l’amour incarné, nous sommes appelés à en être les témoins.

Précisons au prime abord que seul l’homme est capable d’aimer car lui seul possède une âme spirituelle. Nous n’aimons point parce que nos sens sont envoûtés par les plaisirs, mais parce que nous engageons notre volonté à rechercher un bien que l’intelligence lui a désigné. Sachant que toute connaissance passe par les sens, nous ne nions pas que ces derniers participent au processus de l’amour ; nous récusons simplement l’enlisement et la stérilisation de l’amour réduit à n’être qu’une excitation sensuelle.

Nous repoussons également les vaines prétentions de ceux qui affirment que l’animal est capable d’aimer. Cette erreur, assez commune somme toute, trouve sa source dans la confusion habituelle régnant entre attachement servile et consécration amoureuse. L’attachement du chien à son maître, souvent admirable reconnaissons-le, n’est point, cependant, un acte d’amour. Soyons clair : pour remarquable qu’elle soit, sa fidélité provient plus simplement – ou plus prosaïquement ! – de son instinct de conservation. Par défaut d’élection et de volition, l’animal ne peut aimer.

L’homme, grâce à ses facultés spirituelles qui lui permettent de choisir parmi de multiples attractions, le peut quant à lui. Ayant choisi librement, il s’engage alors ou pour le dire autrement : il se donne. L’amour est essentiellement un don et donc un sacrifice. À son sommet, il consiste dans le don de soi-même et donc dans le sacrifice de soi-même.  Le sacrifice fait essentiellement parti du processus de l’amour, il en est son premier et ultime fruit : l’amour n’est rien d’autre, au fond, qu’une consécration totale de soi

Le sacrifice est le socle de l’amour. Vient-il à disparaître ? L’amour à son tour disparaît et nous est offert le triste spectacle de notre société hédoniste et décadente. S’il n’est enraciné dans le sacrifice, l’amour s’éteint en dépit de toutes les étreintes…

Ce renoncement fort pénible à notre nature et si peu en vogue de nos jours, loin de nous mutiler, est source d’équilibre et de joie profonde. Aimer est une nécessité de nature pour l’homme. L’homme ne vit que dans la mesure où il aime et n’aime que s’il se livre sans calcul. Nous ne sommes point Dieu : il est donc dans notre nature de rechercher nécessairement notre fin en dehors de nous-même. L’amour, en nous obligeant à sortir de nous, nous place dans l’ordre de notre nature et permet l’exercice normal et ordonné de toutes nos facultés. Vouloir efficacement le bien de l’autre au mépris de notre intérêt propre est la clef du bonheur, la respiration de notre âme et notre plein épanouissement.

Il est évident que ce plan purement naturel est limité et qu’un amour digne de ce nom n’est qu’un tremplin pour permettre à l’âme de recevoir l’amour divin. Il est, cependant, bien important de nous y arrêter car la surnature repose sur la nature. Si, par malheur, nous faisions l’impasse sur le naturel, nous refuserions l’ordre établi par Dieu Lui-même. Ce refus serait la preuve d’un incommensurable orgueil qui refuse obstinément à aimer en refusant de se donner ; car il ne croit pas à l’amour ne croyant qu’en lui-même !

Que Dieu nous en préserve et qu’il nous apprenne à aimer, à L’aimer surtout !

In Christo sacerdote et Maria.

Abbé le Roux


English version

The Rector's Letter (June1, 2007)  

 

Localisation

 
U.S.A (Etats-Unis)
  St. Thomas Aquinas Seminary
21077 Quarry Hill Rd.
Winona. Minnesota 55987
USA
 
   

00 1 507 454 80 00
00 1 507 454 80 44
Le site du séminaire de Winona

 

Entretien avec Father Yves le Roux

Entretien avec Father Yves le Roux (décembre 2004)

 

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Nouvelle Calédonie
Agenda des visites
pour janvier 2018


Camps d'été 2018

Pour garçons
et jeunes gens

Camp St-Pierre-Julien Eymard :
7 au 23 juillet
châteaux de la Loire

Vox cantorum :
4 au 10 juillet
à La Peyrate


Pour filles et
jeunes filles

Camp ménager du 16 au 25 juillet 2018,
à Wil en Suisse


Pèlerinage de
Pentecôte 2018

19, 20 et 21 mai 2018 - Croisade pour Jésus-Christ
Editorial de M. l'abbé Bouchacourt
Inscrivez-vous au
chapitre Ste-Jeanne
d'Arc des Soeurs
de la FSPX


Catéchisme n° 85
La charité pour Dieu


Bulletins et revues
Bulletin des Foyers Adorateurs de janvier
Foyers Ardents :
L'acte d'espérance,
par le Père Joseph

Le Lien n° 127 - Notre Dame du Rosaire, Reine de la paix - Janvier 2018
Vers les sommets de janvier 2018- Ton mot d'ordre : Serviabilité, abbé Gérard
Stella Maris n° 82 : La pauvreté, Abbé Louis-Joseph Vaillant
Le Flamboyant
Ne pas ouvrir avant, Père Bochkoltz

L'expérience mariale de saint François de Sales, abbé Castelain
LAB école St-Martin - A l'école notre règle c'est le Christ, par M. l'abbé Lajoinie
Aux Sources du Carmel - Sauver les âmes avec l'Immaculée, abbé Dubroeucq
Courrier de Rome 604 - Le dépôt de la foi, abbé J-M. Gleize

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Dimanche 21 janvier 2018
08:36 17:29

  Suivez notre fil RSS