Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Assise, une espérance ?, par l'abbé Yves Le Roux - Mars 2011

Accès aux archives des lettres de l'abbé Yves le Roux

Assise, une espérance ?

Par Monsieur l'abbé Yves le Roux,
Recteur du séminaire de Winona (USA)

Mars 2011

 

Version française

Chers amis et bienfaiteurs,

« Je ne connais point cet homme ! » La messe est dite, le reniement accompli.

Tel un beau diable se débattant dans le bénitier, avec force imprécations et serments, saint Pierre a renié son Maître. La voix d’une servante et les sarcasmes de ceux qui l’entourent ont eu raison de l’amour encore trop humain qu’il Lui porte. Par trois fois, il renouvelle sa forfaiture, puis, rencontrant enfin le regard du Christ, il se fige ; au loin la voix du coq s’est fait entendre distinctement, saint Pierre se souvient alors des paroles du Maître, il sort pleurant amèrement, repentant et converti.

« Je ne connais point cet homme ! » La messe sera-t-elle dite et le reniement accompli ?

Pour la troisième fois en effet, le pape invite à renouveler la forfaiture d’Assise.

Puissent les voix qui s’élèvent contre cette scandaleuse invitation papale se faire entendre distinctement à leur tour et l’inviter à se convertir alors qu’il est encore temps ! Telle cette supplique de certains catholiques italiens à Benoît XVI afin qu’il n’aille pas à Assise en octobre prochain. Mais ces voix seront-elles entendues ? Sauront-elles couvrir celles assourdissantes des adeptes de l’œcuménisme et des tenants de la liberté religieuse ? Nous en doutons fort, hélas.

« Je ne connais point cet homme ! »

Cette phrase terrible a traversé les siècles ; Pierre, une nouvelle fois, la répète en se faisant l’instigateur de cette foire des religions où le Christ n’est plus qu’un parmi d’autres.

Pour Le traiter ainsi, vraiment il ne faut point Le connaître !

Le Christ n’est point l’un, Il est l’Unique. Le reste n’est que mascarade diabolique.

Et le terme de reniement que nous employons en établissant un parallèle entre l’attitude de saint Pierre chez Caïphe et celle du pape invitant tous les représentants des « traditions religieuses » à Assise souligne cette perte d’exclusivité salvatrice qui appartient en propre au Christ. « Ecce Homo » : Il est Celui seul par lequel nous pouvons être sauvés.

La connaissance de cet homme – l’Homme par excellence ! – interdit d’inviter les autres à prier dans le respect de leurs « traditions religieuses ».

Comment pourrions-nous taire notre indignation face à une telle prévarication ? Devrions-nous rejoindre le flot des chiens muets dont la politique n’est autre que celle du chien crevé au fil de l’eau ? Avec force, avec véhémence même - pourquoi ne pas l’avouer ? - nous nous indignons. Il est impossible qu’il en soit autrement, l’honneur du Christ et de l’Eglise l’exige.

Mais déjà, de-ci de-là, ce cri d’indignation nous est reproché comme étant un manque de déférence au pape et une marque d’orgueil. « De quel droit, disent-ils, vous permettez-vous de le juger ou de juger ses intentions ? Ce procès en diabolisation, n’est-il pas la preuve que votre fonds de commerce est un esprit schismatique au moins latent ? »

Qui ne voit dans ces critiques déplacées une dérobade méprisable, indigne d’un tel sujet ? Nos adversaires nous objectent de pauvres raisons personnalistes et subjectivistes qui n’ont point lieu d’être lorsque seule la foi est en cause. Confondre les plans et ne point répondre aux interrogations précises qui leur sont adressées, n’est-ce point l’attitude et le réflexe de ceux qui n’ont aucun argument à présenter en défense ? Dont acte !

Que ce soit le pape qui soit à l’origine de cette invitation qui blesse l’honneur du Christ et les âmes en les inclinant vers un relativisme mortifère, nous n’en pouvons mais. C’est un fait. Un fait regrettable et que nous regrettons hautement, mais qui ne peut être nié. Le signaler et s’en indigner n’est pas attaquer le pape en tant que tel et lui manquer d’égards. Lorsque nous flétrissons l’attitude de saint Pierre au soir du Jeudi saint, nous ne flétrissons aucunement sa fonction…et nous n’oublions pas également que nous sommes capables de bien pire !

N’est-ce point cependant un devoir grave pour l’inférieur que d’interpeller le supérieur lorsque la foi et les mœurs sont en péril par la faute de ce dernier ? L’attitude de saint Paul interpellant saint Pierre répond à cette question. Notre indignation exprimée publiquement, et en termes forts, a pour objet de défendre l’honneur du Christ et de prémunir les âmes contre le poison mortel du relativisme qui tue la foi en elles. Mais qui ne voit que cette indignation filiale portée publiquement aux marches de Rome se veut être également une tentative désespérée de défendre le pape contre ses propres démons libéraux ?

Avec le professeur Roberto de Mattei, nous osons dire : « Aujourd’hui nous vivons une époque dramatique où tout baptisé doit avoir le courage surnaturel et la franchise apostolique de défendre à voix haute sa propre foi, suivant l’exemple des saints et sans se laisser conditionner par la « raison politique », comme il se passe très souvent dans le domaine ecclésiastique aussi. Ce n’est que la conscience de notre foi et aucune autre considération qui nous a poussés à refuser Assise I et II et à exprimer au Saint-Père, avec respect, toutes nos préoccupations devant l’annonce d’un prochain Assise III. »

S’indigner ne saurait suffire. Nous devons et nous voulons réparer. L’indignation sans la volonté efficace et réelle de réparer par nos prières et nos sacrifices ne serait qu’une lamentation pharisaïque. Ce devoir de réparation est urgent. Il est nécessaire. Il est la marque de fabrique de la sainteté, tout particulièrement en notre siècle apostat. Il est l’écho fidèle des invitations maintes fois répétées de Notre Bonne Mère du ciel à nous convertir à Dieu par notre fidélité au chapelet et au sacrifice du devoir d’état. S’indigner et réparer par l’offrande joyeuse de nos prières et de nos misères quotidiennes sont deux attitudes d’âme qui ne sauraient être détachées l’une de l’autre.

Mais cette indignation et cette réparation ne sont pas l’ultime attitude qui doit être la nôtre en ces heures sombres. Au-delà de ce devoir de fidélité rendu à Dieu, nous devons également Lui rendre l’hommage de notre foi et vivre d’espérance.

Ce reniement douloureux des plus hautes instances de l’Eglise ne saurait ébranler notre foi indéfectible en l’Eglise. Mieux, le drame qu’il nous est donné de vivre actuellement en raison de tous ces reniements successifs ne peut que conforter nos âmes à adorer le mystère de l’Eglise, épouse fidèle du Christ et, à ce titre, appelée à entrer avec Lui dans Sa passion pour être identifiée à Lui.

«  M’est avis que du Christ et de l’Eglise, c’est tout un » disait avec justesse sainte Jeanne d’Arc. L’Eglise est appelée à vivre les stations de la Passion du Christ les unes après les autres. A son tour, Elle doit perdre sa forme et sa beauté en étant couverte des ignominies dont le Christ, le premier, a été souillé. Et Elle doit, à l’instar de son Maitre, les recevoir de ceux qui sont ses apôtres si chers.

C’est en cette identification mystérieuse, divine, que l’Eglise réalise sa vocation d’Epouse. Grâce aux ignominies dont on la couvre, Elle est vraiment l’icône du Christ

« Je ne connais point cet homme ! »

Pouvons-nous oser espérer que ce troisième reniement sera l’ultime ? Le regard du pape rencontrera-t-il enfin celui douloureux du Sauveur ? Assisterons-nous à un Quo Vadis Domine spirituel en l’âme du pape ?

Nous constaterions alors une nouvelle fois la justesse de l’adage qui dit que le diable porte pierre ! Telle est notre espérance confiante face à ce drame actuel et plus généralement en cette crise dans l’Eglise. Le Christ en sortira vainqueur et Pierre confirmera ses frères dans la foi, grâce à la prière du Christ pour lui.

Nous nous joignons de toute notre âme à cette prière infaillible afin que l’heure de sa réalisation ne tarde plus guère !

In Christo Sacerdote et Maria.

Abbé le Roux +


English version

The Rector's Letter (February,2011)

 

 

Localisation

 
U.S.A (Etats-Unis)
  St. Thomas Aquinas Seminary
21077 Quarry Hill Rd.
Winona. Minnesota 55987
USA
 
   

00 1 507 454 80 00
00 1 507 454 80 44
Le site du séminaire de Winona

 

Entretiens avec Father Yves le Roux

Mai 2011 - Quelques nouvelles du séminaire de Winona : entretien vidéo avec l'abbé Yves Le Roux [12' 40'']
Entretien avec Father Yves le Roux (décembre 2004)

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Messes dans l'Océan Indien en août 2018
Madagascar
La Réunion
L'Île Maurice


Cahiers Saint Raphaël n° 131 - Le piège des écrans
Lettre de l'école St-Jean-Bosco de Marlieux n° 30 - Mens sana in corpore sano, par M. l'abbé L. Girod
Le Petit Echo de N-D n° 55 d'août 2018 - Pour servir à la cause de Benoîte Rencurel
Marie Reine des Coeurs - Lettre de liaison nº 158 - L'âme mariale et montfortaine d'Edel Quinn,
abbé Castelain

Vers les sommets d'août 2018 - Ton
mot d'ordre : fidélité, abbé Gérard

La Malle aux Mille Trésors n° 64 de
juillet-août 2018


Catéchisme n° 99
Le troisième commandement

Catéchisme par
correspondance

Actualisation des cours de catéchisme par correspondance dispensés par les Soeurs de la FSPX


UDT 2018
12-16août - XIII ° Université d'été
Visionner la vidéo de présentation

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Jeudi 16 août 2018
06:46 21:04

  Suivez notre fil RSS