Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Editorial de l'abbé Bouchacourt - La grande illusion - Juin 2009

Retour aux archives de la revue de presse en Amérique du Sud
Autre texte sur le voyage de Benoît XVI en Palestine : abbé Ludovic Girod


Editorial de l'abbé Bouchacourt
La grande illusion - Juin 2009

Abbé Christian Bouchacourt,
Supérieur du district d'Amérique du Sud

Le dernier voyage du pape en Terre Sainte a été l’occasion pour le Souverain Pontife de déplorer les tensions et les guerres à répétitions qui affectent ces régions depuis des décennies. Pour y remédier, lors de sa rencontre avec les chefs religieux de Galilée, le 14 mai dernier, à Nazareth, Benoît XVI lancera cet appel : « que les chrétiens s’unissent volontiers aux juifs, aux musulmans, aux druzes et aux membres des autres religions dans le désir de protéger les enfants contre le fanatisme et la violence, tout en les préparant à être les bâtisseurs d’un monde meilleur ». Quelques jours plus tôt, il n’hésitera pas à remettre en cause la doctrine traditionnelle de la tolérance face aux fausses religions pour appeler au dialogue religieux et aux actions communes les catholiques, les juifs et les musulmans : « Certains voudraient nous faire croire que nos différences sont nécessairement une cause de division et donc, ne doivent être au plus que tolérées. Quelques autres affirment même que nous devrions être réduits au silence. Mais nous savons que nos différences ne doivent jamais être dénaturées au point d’être considérées comme une cause inévitable de friction ou de tension soit entre nous, soit avec la société dans son ensemble. »

« Au contraire, elles fournissent une merveilleuse opportunité pour les personnes des différentes religions de vivre ensemble dans un profond respect, dans l’estime et la considération, s’encourageant les unes les autres sur les chemins de Dieu. Avec l’aide du Tout-Puissant et éclairés par sa vérité, puissiez-vous continuer d’avancer avec courage, en respectant tout ce qui nous rend différents et en promouvant tout ce qui nous unit comme créatures bénies par le désir d’apporter l’espérance à nos communautés et au monde ! Que Dieu nous guide tout le long de ce chemin ! » (1)

Pendant toute la durée de son voyage, pas une seule fois, le pape n’a invité les non catholiques de la région à la conversion. Pas une fois le Saint père n’a fait prier pour la conversion des juifs et des musulmans. Que penser d’une telle attitude et de telles affirmations ? Peut-on vraiment penser que Benoît XVI contribue ainsi à poser les bases d’une paix future ? La réponse se trouve très clairement exprimée par Pie XI dans son encyclique Mortalium animos (2): « on voit certaines personnes nourrir l’espoir qu’il serait possible d’amener sans difficulté les peuples, malgré leurs divergences religieuses, à une entente fraternelle sur la profession de certaines doctrines considérées comme un fondement commun de vie spirituelle. C’est pourquoi, (…) ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission.

De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu’elles s’appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous pousse à reconnaître avec respect cette puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s’égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étape dans le naturalisme et l’athéisme. La conclusion est claire : se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c’est s’éloigner complètement de la religion divinement révélée. »

Ni la paix civile, ni la paix sociale ne pourront exister hors de Notre Seigneur Jésus-Christ. Vouloir réaliser cette paix sans Celui « qui est la pierre d’angle (3) » est illusoire, c’est aller à l’échec certain, c’est tromper ceux qui écoutent de tels discours et mettre en péril leur salut éternel.

Seule l’Eglise catholique, fondée par le Christ, peut soigner la nature humaine blessée par le péché originel. Elle seule perpétue l’action du Verbe Incarné sur la terre par sa prière, sa prédication et les sacrements qu’elle dispense. Sans ces moyens ordinaires qui communiquent la grâce divine, l’homme demeure esclave de ses passions, de l’emprise du démon et des attraits trompeur du monde. Cette doctrine a été enseignée par tous les papes jusqu’au dernier concile exclusivement. Il a fallu attendre le décret sur l’œcuménisme Unitatis Redintegratio pour apprendre que « l’Esprit du Christ ne refuse pas de se servir d’autres Eglises, comme moyens de salut (4) » et, peu après, dans la déclaration Nostra aetate, que l’Eglise « ne rejette rien de ce qui est vrai et saint (dans les religions non chrétiennes) (5) ». De tels textes sont totalement en rupture avec ce qu’enseigne la Tradition catholique. Cette grande tromperie est une des causes de la ruine de la paix sociale et civile que l’on constate un peu partout de par le monde.

Le Pape Pie XII proclama alors que la seconde guerre mondiale venait tout juste d’éclater que : « la reconnaissance des droits royaux du Christ et le retour des individus et de la société à la loi de vérité et de son amour sont la seule voie du salut (6) ». Aucune restauration sociale et politique ne pourra se faire sans l’Eglise catholique qui, elle seule, peut réorienter les hommes et les sociétés vers Dieu. Le grand cardinal Pie, qui inspira tellement saint Pie X, rappellera cette vérité essentielle et totalement oubliée aujourd’hui : « Nous subirons malgré nous les conséquences des fautes de nos pères, tant que nous n’aurons pas rebâti, au sein de la société, le temple renversé. Rien ne sera fait, tant que Dieu ne sera pas replacé au-dessus de toutes les choses humaines, tant que son droit ne sera pas solennellement reconnu, et respecté d’une façon sérieuse et pratique. (…) Un seul parti pourra sauver le monde, le parti de Dieu. Il n’y a de salut que là : abjurer nos rêves d’indépendance à l’égard de l’Être Souverain, et nous soumettre à lui ; relever parmi les hommes le drapeau du prince de la milice céleste, avec sa devise : « qui est comme Dieu ? » quis ut Deus?- La conciliation ? Eh oui, sans doute, mais nous avons plus et mieux à faire que de rapprocher les hommes entre eux ; le grand rapprochement à opérer, c’est de réconcilier la terre avec le ciel. Qu’on ne s’y méprenne pas : la question qui s’agite, et qui agite le monde, n’est pas de l’homme à l’homme mais de l’homme à Dieu (7) ».

Comme nous souhaiterions entendre le pape et nos évêques retrouver ces accents salvateurs ! Ce n’est pas la solidarité entre les hommes, ni le respect des croyances de chacun, ni le rejet de l’intolérance qui apportera la paix à nos sociétés agonisantes mais le retour des personnes et des états au Christ. C’est ainsi qu’il faut interpréter ces paroles de Saint Pierre après la guérison d’un impotent : « par la foi en son nom, (Jésus-Christ), à cet homme que vous voyez et connaissez, ce nom a rendu la force, et c’est la foi en lui, qui devant vous tous, l’a rétabli en pleine santé (8) ». Cet impotent, c’est notre monde malade et gémissant qui refuse Jésus-Christ comme Sauveur et Roi.

Monseigneur Lefebvre se fera l’écho de cette doctrine éternelle : « Il n’y a qu’un nom sur la terre pour transformer les âmes, la civilisation, et même les corps, la société, et l’économie. C’est le nom de Jésus-Christ. Il n’y a pas à chercher ailleurs. On veut transformer la société ; on veut la rendre vivable, on veut la rendre sainte ; on veut la rendre même économiquement saine, politiquement saine : le moyen, c’est Notre Seigneur Jésus-Christ. Je suis reparti de l’Afrique avec cette conviction qu’il n’y avait qu’un moyen de sauver les âmes et en même temps de leur donner une civilisation chrétienne ici-bas, de les faire participer un peu ici-bas au bonheur du Ciel par le bonheur que donne la grâce : c’est le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ (9) ».

Saint Paul, ce héraut de la foi, qui conjura Saint Pierre à abandonner les pratiques judaïques qui n’avaient plus de sens dans la Nouvelle alliance, cet Apôtre des Gentils n’aura de cesse d’appeler les juifs et les païens à la conversion et mettra en garde Timothée contre un danger pressant « un temps viendra où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine, mais au contraire, au gré de leurs passions et l’oreille les démangeant, ils se donneront des maîtres en quantités et détourneront l’oreille de la vérité pour se tourner vers les fables (10) » Ce temps est bel et bien arrivé. Faire croire aux hommes qu’ils pourront trouver la paix ici-bas et se sauver hors de Notre Seigneur Jésus-Christ, c’est les inciter à vivre dans une terrible illusion dont l’enjeu est gravissime : le salut éternel de millions d’âmes. Rester silencieux face à ce drame, car c’en est un, serait gravement coupable. Se résigner à admettre un tel discours serait être complice de la damnation d’un grand nombre. C’est pourquoi la Fraternité Saint Pie X ne peut s’y résoudre et fait sienne cet ordre de saint Paul à Timothée : « Je t’adjure devant Dieu et devant le Christ Jésus qui doit juger les vivants et les morts, au nom de son apparition et de son Règne : proclame la parole, insiste à temps et à contre temps, réfute, menace, exhorte avec une patience inlassable et le souci d’instruire (11) » Que Notre Seigneur nous en donne la force jusqu’à notre dernier souffle !

Dieu vous bénisse !

Abbé Christian Bouchacourt, Supérieur du District d'Amérique du Sud

Editorial de "Iesus Christus" n° 122

 

Notes


(1) Discours du 11 mai 2009, Auditoire Notre Dame de Jérusalem
(2) Pie XI, encyclique Mortalium animos du 6janvier 1928
(3) Actes des Apôtre IV, 11
(4) Concile Vatican II, Décret Unitatis Redintegratio, du 21 novembre 1963, numéro 3.
(5) Concile Vatican II, déclaration Nostra aetate du 28 octobre 1965, n° 2.
(6) Pie XII, encyclique Summi Pontificatus, du 23 octobre 1939
(7) Card. Pie, Lettre pastorale à l’occasion de la prise de possession de son diocèse le 25 novembre 1849
(8) Actes des Apôtres, III, 16
(9) Mgr Lefebvre. Homélie donnée à Zaitzkofen le 15 février 1987.
(10) II Tim IV, 3-4
(11) II Tim IV, 1-2

 

Pour joindre le District d'Amérique du Sud

 Tout sur le District d'Amérique du Sud

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 121

Le sacrement de pénitence

Camps d'été 2019

Pour garçons
et jeunes gens

Juillet 2019 : activités proposées par l'école Saint Joseph des Carmes (camp travaux, camp vélo)
Vox cantorum : camp de vacances pour garçons à partir de 8 ans - 30 juin au 6 juillet 2019 à Châteauroux (36)
Camp Saint-Joseph pour garçons de 8 à 13 ans à Bourg-Saint-Pierre, du 6 au 20 juillet 2019
Camp pour garçons de 10 à 15 ans à St-Aubin-d'Aubigné (35) du 8 au 21 juillet
Camp St-Pierre J-E. pour garçons de 14 à 17 ans au milieu des volcans d'Auvergne
du 11 au 26 juillet

Camps Saint-Pie X à l'Etoile du Matin à Eguelshardt du 12 et du 15 au 30 Juillet 2019
Camp Bx Théophane Vénard pour garçons de 8 à
13 ans du 17 au 30 juillet à Kernabat

Camp Saint-Dominique pour garçons de 13 à 17 ans en Dauphiné du 27 juillet au 10 août
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp garçons du 1er au 15 août 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)
Camp itinérant à vélo Raid Saint Christophe du 5 au 19 août 2019 pour les garçons de 14 à 17 ans

Pour filles et
jeunes filles

Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 10 au 19 juillet pour filles de 7 à 17 ans
à Châteauroux

Soeurs de la FSPX - Camp ménager du 23 juillet au 1er août pour jeunes filles de 15 à 18 ans à Châteauroux
Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 23 juillet au 1er août pour filles de 7 à 17 ans à Châteauroux
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp filles du 17 au 31 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Dimanche 25 août 2019
06:59 20:47