Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Editorial de l'abbé Bouchacourt - Soyons fidèles ! - Avril 2011

Accès aux archives de la revue de presse en Amérique du Sud


Editorial de l'abbé Bouchacourt
Soyons fidèles ! - Avril 2011

Abbé Christian Bouchacourt,
Supérieur du district d'Amérique du Sud

 

Les 6 années écoulées du pontificat de Benoit XVI offrent un panorama bien contrasté d’ombres et de lumières … Côté lumière, il faut souligner que les cérémonies pontificales, malgré le nouveau rite célébré, ont retrouvé une certaine dignité qu’elles avaient perdue sous le pontificat de Jean Paul II. Le Motu proprio de 2007, Summorum Pontificum, a reconnu que la messe de saint Pie V n’avait jamais été abolie et l’injuste décret d’excommunication de nos évêques a été annulé. Des discussions ont été ouvertes avec Rome pour donner à la Fraternité Saint Pie X la possibilité d’exposer les raisons doctrinales de son opposition aux principaux textes du Concile Vatican II. Ces décisions, impensables il y a 10 ans, ont été des motifs de réelle espérance. De plus certaines voix comme celle de Mgr Gherardini se sont élevées pour amorcer une critique du dernier concile. Peut-on affirmer pour autant que  la crise de l’Eglise est terminée et que les motifs d’un accord entre Rome et la FSSPX sont enfin réunis ? Non, malheureusement non ! Pour justifier cela il faut rappeler les ombres qui jalonnent le pontificat de Benoît XVI.

En effet si le Motu Proprio de 2007 a bien reconnu que la Messe de Saint Pie V n’avait jamais été abrogée, Benoît XVI, lui attribue cependant une valeur égale ou inférieure à la nouvelle messe en l’appelant rite extraordinaire, alors que le Novus Ordo Misae, désigné comme rite ordinaire, souffre de graves défauts intrinsèques que Monseigneur Lefebvre et bien d’autres théologiens n’ont cessé de dénoncer depuis qu’il a été imposé. Il faut aussi constater qu’en Amérique du Sud comme un peu partout dans le monde, la grande majorité des évêques continue à interdire la célébration de la messe traditionnelle ou dissuade ceux qui veulent la célébrer en posant des conditions draconiennes que le document romain n’a jamais prévues. Nombreux sont les jeunes prêtres diocésains qui se plaignent auprès de nous de cette intransigeance voulue pour les empêcher de célébrer de la messe traditionnelle. Rome semble bien impuissante pour imposer sa volonté.

 Il nous faut aussi constater que les actes d’œcuménisme et les réunions interreligieuses continuent à se multiplier dans l’Eglise avec les encouragements de Rome. Benoît XVI ne montre t-il pas l’exemple lorsqu’il à chanté les vêpres anglicanes avec les ministres anglicans lors de sa visite en Angleterre ? N’a-t-il pas visité trois synagogues depuis le début de son pontificat ? Ne s’est-il pas recueilli dans la mosquée bleue d’Istanbul tandis que le grand mufti priait à voix haute. Tous ces actes gravissimes sont en contradiction totale avec le premier commandement de Dieu.  Ces faits ont leurs sources dans les principes de Vatican II qui empoisonnent la vie de l’Eglise depuis des décennies.

Il nous faut aussi dénoncer l’annonce prochaine de la béatification de Jean Paul II, le « pape d’Assise » qui initia les réunions interreligieuses. Celui qui, le 14 mai 1999, baisa le Coran qu’il appela « le livre saint » ! Lui qui, en mars 2000 s’exclama devant une assemblée de musulmans lors de son voyage en Terre Sainte : « Que saint Jean Baptiste bénisse l’Islam ! » et qui le 5 mai 2001 se déchaussa pour visiter la mosquée de Damas. Comment peut-on béatifier un tel homme alors que tant de catholiques continuent d’être martyrisés au nom de l’Islam ? Il faut aussi se rappeler les cérémonies scandaleuses qu’il présida. Il est enfin le Pape qui excommunia la Tradition.

Comment ne pas réagir avec stupeur à l’annonce d’un « Assise IV  » ? Alors qu’il avait été notoire que le cardinal Ratzinger s’était opposé à l’organisation «  d Assise I » en 1986. Voilà que devenu Pape, il convoque une nouvelle réunion interreligieuse… Un tel projet est  cependant conforme à la pensée qu’il a maintes fois exprimée, à savoir que les religions  doivent jouir de la pleine liberté car elles «  sont des facteurs de paix et d’unité entre les hommes ». Ce langage s’explique encore une fois à la lumière des déclarations de Vatican II qui professe que « l’Esprit ne refuse pas de se servir des communautés chrétiennes séparées comme moyens de salut  », et qui affirme, à propos des religions non chrétiennes, que « l’Eglise ne rejettent rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions  ».On comprend alors pourquoi Benoit XVI rappelle si souvent que l’Eglise catholique « ne demande aucun privilège » mais simplement le libre droit d’exister aux côtés des autres religions pour le bien des hommes et des peuples…

Tout cela continue de semer le trouble dans l’Eglise et désoriente un grand nombre de fidèles qui ne savent plus ce qu’ils doivent croire. La foi est plus que jamais en péril. Cette situation est aussi entretenue par une désacralisation de l’enseignement du Pape. Le souverain Pontife est le Vicaire du Christ sur la terre. Elevé sur le trône de Saint Pierre, il a pour mission de garder le dépôt de la foi, de l’expliciter et de le défendre contre les erreurs. Il a la charge d’énoncer ou de rappeler les principes de la foi et de la morale qui ont besoin d’être éclairés ou défendus. Est-il vraiment fidèle à sa mission lorsqu’il se laisse aller à des confidences dans les ouvrages personnels qu’il publie ? Il y expose ses idées personnelles, ses opinions. Il semble que le souverain pontife souhaite être plus professeur que pape, désireux d’ouvrir des débats, des discussions. Ainsi à propos du tome II du livre de Benoit XVI sur la vie de Jésus, le Père Lombardi, porte parole du Saint Siège, a souligné que cet ouvrage était écrit pour « le dialogue ». Il en fut de même lors de la parution de Lumière du monde qui ouvrit tant de polémiques lorsque le pape a traité de l’usage du préservatif dans un cas particulier. Quelle confusion a suivi sa publication ! Ces prochains jours, le Vendredi saint, pour la première fois une entrevue de Benoit XVI avec la télévision italienne sera retransmise. Ces initiatives dévalorisent la fonction du Souverain Pontife. Le pape n’enseigne plus, il se confie. Il ne veut plus imposer, il propose. Il ne désire plus confirmer le troupeau qui lui est confié mais dialoguer avec lui et avec le Monde.  La pastorale a pris le pas sur la doctrine, le cœur sur l’intelligence, le dialogue sur l’appel à la conversion.

Même si, au cours de ces 6 années, des signes d’espérance se sont manifestés ça et là, preuve que Jésus-Christ fidèle à sa promesse, n’a pas abandonné son Eglise, la crise qui secoue l’Eglise n’est pas pour autant terminée ! Cependant gardons-nous de deux graves écueils vers lesquels un manque de foi pourrait nous entraîner :

- Soit cesser le combat, par lassitude, et penser qu’un accord pratique avec les autorités ecclésiastiques actuelles serait la solution pour amorcer une restauration dans l’Eglise. Cette tentation a montré ses effets désastreux chez ceux qui y ont succombé.  Quelle communauté ayant signé de tels accords, a protesté officiellement, par la voix de son Supérieur Général, contre la béatification prochaine de Jean Paul II et l’organisation d’Assise IV ? Il n’y en a aucune. Certes, dans d’obscurs blogs ont a pu lire ça et là une désapprobation. Mais c’est bien insuffisant ! Comme Monseigneur Lefebvre l’a fait en son temps, une annonce officielle des autorités ecclésiastiques sur des sujets si graves, exige une désapprobation officielle de ceux qui veulent défendre la Tradition. Et là, il faut bien reconnaitre que la FSSPX a été la seule à  monter au créneau. Quelques intellectuels catholiques ont courageusement protesté contre la réunion prochaine d’Assise auprès de Benoit XVI mais es communautés Ecclesia Dei sont restées muettes jusqu’à ce jour. Certains de leurs membres ont même tenté de justifier l’injustifiable.. Elles gardent l’arme au pied alors que les droits de Dieu sont bafoués. Cela est d’autant plus grave, qu’en particulier, beaucoup de prêtres, membres de ces communautés, sont en désaccord avec ces décisions du Souverain Pontife mais n’osent l’exprimer en public.

- Soit désespérer de l’Eglise en déclarant que la défaillance des autorités ecclésiastiques actuelles est la preuve qu’elles ne sont plus légitimes et qu’elles n’existent plus. C’est la tentation sédévacantiste. Il n’y aurait donc plus ni pape, ni cardinaux ni évêques légitimes. Ces groupes sédévacantistes vivent repliés sur eux-mêmes, animés d’un zèle amer et se disputent entre eux.  Que font-ils alors des promesses du Christ qui a assuré à Saint Pierre et à ses successeurs que « les forces de l’enfer ne prévaudront pas contre l’Eglise et son chef  » ? De telles positions que Mgr Lefebvre a toujours condamnées, stérilisent l’apostolat et relèvent d’un esprit schismatique.

Mes chers amis, ces deux tentations sont graves. Que Dieu nous en préserve ! Il est pratiquement impossible de donner une explication toute rationnelle de cette crise comme il est impossible d’expliquer la Passion du Christ. On touche au mystère ! Comment le Verbe incarné a-t-il pu souffrir et mourir abandonné de tous, lui Dieu tout puissant et éternel ? C’est un grand mystère comme est mystérieuse cette passion que traverse l’Eglise depuis des décennies. L’Eglise prolonge l’action du Christ sur la terre jusqu’à la fin du monde. Comme son Fondateur, elle connait des trahisons, des abandons, la persécution et la mise au tombeau, mais comme le Christ elle se relèvera plus forte et plus belle. Cela est de foi et nourrit notre espérance.

Que faire alors ? Soyons fidèles ! Notre position est une ligne de crête, que nous a tracé Mgr Lefebvre et qu’il nous faut suivre sans tomber ni à droite ni à gauche. Cette grâce, Dieu nous l’accordera si nous accomplissons notre devoir d’état, si nous prions et faisons pénitence. Si nos âmes se  nourrissent de la Sainte Messe et des sacrements le plus souvent possible. C’est ainsi que durant ce carême, nous  accompagnerons et soutiendrons, l’Eglise comme le firent Simon de Cyrène et les Sainte femmes le Vendredi saint qui accompagnèrent le Christ jusqu’au Golgotha. Prions et sacrifions-nous pour le pape, les évêques et les prêtres comme l’a demandé la Vierge Marie à Fatima.

Prions aussi pour les Supérieurs de la Fraternité Saint Pie X afin que Dieu leur donne la force, les lumières et la prudence dans ce combat qu’il faut mener. Les embuches sont parfois si difficiles à discerner et si subtiles…

Restons fidèles, chacun à notre poste. Dieu nous jugera sur cela et pas sur autre chose ! C’est là que nous obtiendrons du Cœur de Notre Seigneur les grâces dont l’Eglise et ses chefs ont tant besoin. Voilà où nous veut la Providence en ces jours difficiles. Et enfin que la jeunesse se forme au combat doctrinal que leurs anciens ont mené depuis le dernier concile. Sans formation doctrinale, la fidélité est impossible. Il faut connaître les principes de la foi et de la morale pour y être fidèle et pouvoir les défendre lorsqu’ils sont attaqués. Ce sont eux qui guident une vie. Notre combat est doctrinal et non sentimental !

Ne nous endormons pas pour l’amour du Ciel ! Virgo Fidelis, ora pro nobis !

Que Dieu vous bénisse !   

Padre Christian Bouchacourt, Supérieur du District d’Amérique du Sud

Extrait de la revue Jesus Christus131

Notes :

1. Il y a eu en effet une réunion interreligieuse à Assise en 1986- 1993 et 2002
2. Vatican II, décret sur l’œcuménisme, « Unitatis redintegratio » §n° 3 du 21 novembre 1964.
3. Vatican II, déclaration «  Nostra aetate » § n° 3  sur les relations de l’Eglise avec les religions non Chrétiennes du 28 octobre 1965.
4. RP Lombardi le 14 mars 2011..
5. Saint Mathieu XVI, 18

 

Pour joindre le District d'Amérique du Sud

 Tout sur le District d'Amérique du Sud

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Camps d'été 2018

Pour garçons
et jeunes gens

Vox cantorum :
4 au 10 juillet
à La Peyrate


Pour filles et
jeunes filles

Camp ménager du 16 au 25 juillet 2018,
à Wil en Suisse


Pèlerinage de
Pentecôte 2018

19, 20 et 21 mai 2018 - Croisade pour Jésus-Christ
Editorial de M. l'abbé Bouchacourt
Inscrivez-vous au
chapitre Ste-Jeanne
d'Arc des Soeurs
de la FSPX


Catéchisme n° 85
La charité pour Dieu


Bulletins et revues
Bulletin des Foyers Adorateurs de janvier
Foyers Ardents :
L'acte d'espérance,
par le Père Joseph

Le Lien n° 127 - Notre Dame du Rosaire, Reine de la paix - Janvier 2018
Vers les sommets de janvier 2018- Ton mot d'ordre : Serviabilité, abbé Gérard
Stella Maris n° 82 : La pauvreté, Abbé Louis-Joseph Vaillant
Le Flamboyant
Ne pas ouvrir avant, Père Bochkoltz

L'expérience mariale de saint François de Sales, abbé Castelain
LAB école St-Martin - A l'école notre règle c'est le Christ, par M. l'abbé Lajoinie
Aux Sources du Carmel - Sauver les âmes avec l'Immaculée, abbé Dubroeucq
Courrier de Rome 604 - Le dépôt de la foi, abbé J-M. Gleize

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Jeudi 18 janvier 2018
08:39 17:25

  Suivez notre fil RSS