Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Apostolat de la Fraternité Saint-Pie X en Lituanie - 2007

Retour aux pages consacrées aux Pays de l'Est

L'apostolat de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X en Lituanie

Par l'aumône de carême de cette année, nous vous avons proposé d'aider un pays de l'Est, la Lituanie, où trois membres de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X luttent contre l'affreuse érosion engendrée par le communisme et contre le minage actuel exercé par le modernisme. Sans doute êtes-vous quelque peu intéressés à connaître la situation locale. Elle est de bien des manières différentes de celle de notre pays. Comme je ne puis pas tout mentionner, j'en retiendrai ici quelques éléments seulement.

Reportage extrait du Rocher n° 46 du District de Suisse

 

Les débuts

Il y a quelques années, après que la Lituanie eût été visitée pendant quelques semaines par nos prêtres (on avait retenu un logement dans le chef-lieu Vilnius) on loua, voilà environ trois ans, une minuscule maison dans le centre de Kaunas, entre les grand bâtiments de l'université.

Elle sert depuis lors de prieuré et de chapelle. Au début, le père Eric Jaqmin y travailla, ensuite pendant trois ans le père Joseph Verlinden et le père Edmundas Naujokaitis, originaire lui-même de Kaunas et ordonné prêtre à Zaitzkofen.

Pour les nouveaux qui voudraient une fois visiter les lieux, ce n'est pas très simple : la petite chapelle dans le logement diffuse une atmosphère intime, dans laquelle un inconnu en recherche ne pénètre pas facilement. Le manque de place dans la maison ne permet guère la discrétion. Quand notre troisième confrère, le père Werner Bösiger, qui dessert d'ici la communauté de Minsk (Biélorussie) est dans la maison, il doit se contenter d'un lit dans la modeste bibliothèque.

 

Achat d'une maison répondant à nos besoins

Le père Verlinden que je remplaçai en septembre 2006 avait réussi finalement à acheter dans la banlieue de Kaunas le gros-oeuvre d'une maison qui semblait faite pour répondre à nos besoins. Près d'un grand bois, on avait voulu, après la période soviétique, ériger ici un restaurant et un petit hôtel. Mais, faute d'argent, l'oeuvre ne fut jamais achevée.

Après l'élévation des murs, la pose du toit et la mise en place des fenêtres, le bâtiment demeura vide pendant des années et se détériora tellement que les fenêtres, par exemple, ne sont plus guère utilisables. L'isolation du toit est défectueuse parce que le bois utilisé était gorgé d'humidité. La répartition des pièces est cependant si bien adaptée à nos besoins que nous pouvons y installer non seulement un prieuré avec une chapelle attenante, mais que nous avons aussi la possibilité d'aménager à l'étage supérieur des chambres pour les Exercices Spirituels.

De cette manière, nous ne serons plus obligés de louer dans ce but une maison à la campagne. Après l'achat toutefois commencèrent les difficultés, car la bureaucratie de l'ère soviétique est toujours à l'oeuvre. L'architecte encaisse un paiement sans songer à commencer le travail. De notre point de vue il est impensable d'imaginer quelles fieffées insolences et quelles pertes de temps ces gens, faute de concurrence, se permettent. On est d'autant plus livré entre leurs mains qu'ils doivent se charger d'obtenir l'autorisation de construire auprès des autorités.

L'entente avec les artisans est très mauvaise et, chez eux, la main droite ignore ce que fait la main gauche. Les artisans bien formés vont à l'étranger parce qu'ils y gagnent davantage. En Lituanie, les entrepreneurs de construction cherchent du monde dans l'urgence.

 

Les travaux ont commencé

Après d'interminables va-et-vient, voilà que s'est manifesté un petit (?) miracle et que les travaux ont commencé.

Les fidèles me regardent incrédules lorsque je déclare que j'aimerais fêter Pâques dans la nouvelle chapelle (ce qui serait aisé dans des conditions normales ; mais qu'est-ce qui est normal ici ?).

Je dis cela si souvent que pour finir eux-mêmes y croient, et voilà que ça avance. Saint Joseph a dû se faire pressant pour y parvenir. Je crois qu'il est aussi capable de tenir les délais.

La raison de notre hâte n'est pas seulement la hausse continuelle des prix de la construction ; nous voulons surtout ne pas être empêchés plus longtemps dans notre apostolat par ces circonstances matérielles. Cet apostolat, commencé peu après la dissolution de l'Union soviétique, était alors porté par de grandes espérances.

Bientôt, il fut sanctifié par de grandes difficultés, des revers et des croix. Cependant j'entendis à mon grand étonnement de la bouche d'un curé parlant bien l'allemand, ces paroles :

« Les prêtres en Lituanie regardent votre Fraternité. Nous attendons que vous apportiez quelque chose, des impulsions spirituelles. »

Cet homme, totalement isolé, parlait de confrères qui s'intéressaient à boire, à l'argent, ou à autre chose, mais pas à la théologie. La voix de ce curé est-elle représentative de la population, on peut en douter, mais elle révèle quelque chose de la situation du clergé qui est très mal formé.

 

L'apostolat

De gauche à droite : les abbés Edmundas Naujokaitis, Josef Persie, Karl Stehlin (Supérieur de la Maison Autonome des Pays de l'Est : voir infra), et Joeph Verlinden.

La langue constitue une grande difficulté. Le lituanien et le letton sont les dernières langues baltiques conservées. Ce sont il est vrai des langues indo-européennes, mais quand on les entend on remarque qu'elles ont vraiment peu de commun avec les langues romanes ou slaves. Du lituanien, on dit qu'il a 4 000 ans. C'est avec le russe qu'on s'en tire le mieux. Les jeunes générations étudient plutôt l'anglais et l'allemand.

Notre apostolat consistait jusqu'ici dans la desserte du prieuré de Kaunas et d'une chapelle à Siauliai (à 140 km de Kaunas) installée dans l'ancienne synagogue, comme du reste la chapelle de Minsk. Toutes les trois ou quatre semaines, le père Bösiger ou un confrère, s'en va jusqu'à Moscou ; toutes les six ou huit semaines, je vais jusqu'à Tallinn (chef-lieu de l'Estonie) qui est aussi desservi par Varsovie. Chez nous, le trajet vers Tallinn représente un parcours de bus de 8 heures. On circule ici presque exclusivement en bus. A cette occasion, on connaît l'aventure; et elle ne consiste pas seulement en une langue totalement différente (la langue de l'Estonie n'est apparentée qu'avec le finnois et le hongrois).

En plus, le père Naujokaitis s'en va plusieurs fois l'an en Ukraine pour enseigner au séminaire d'une fraternité sacerdotale amie.

L'apostolat par l'écrit a une grande importance. Presque tout doit d'abord être traduit ce qui cause de très grandes dépenses. Nous sommes également en train de faire frapper la médaille miraculeuse avec l'inscription en langue lituanienne. Jusqu'à ce jour, cela n'existait pas. Les gens ici sont profondément marqués par le temps de l'occupation soviétique. 500 000 Lituaniens disparurent en Sibérie.

On ne pouvait faire confiance à personne et l'on devait se préoccuper de sa propre survie. Lorsque la Lituanie, après un combat dramatique, se libéra la première de l'Union soviétique chancelante, il y eut brièvement une grande euphorie et un sentiment de libération ; mais personne ne donna à ce peuple les valeurs positives et les orientations nécessaires pour profiter des circonstances.

La conséquence est maintenant la désillusion et le vide intérieur. La Lituanie a l'un des taux de divorce et de suicide les plus hauts du monde. Dans la plupart des cas, l'alcool y contribue. Il y a beaucoup d'avortements. Les familles sont brisées, le sens social et l'engagement manquent largement, parce que chacun ne pense qu'à soi. Pour beaucoup d'hommes en ce pays, catholique à 80-90%, l'existence n'a plus de sens. Il y a même un mouvement néo-païen qui tente de faire revivre les vieux cultes. Les Lituaniens furent, en Europe, le dernier peuple qui se convertit au christianisme.

 

Jésus miséricordieux et la Mère de la Miséricorde

Dans ce pays, il n'y a d'avenir que si l'amour de notre Sauveur et de sa sainte Mère est à nouveau apporté dans les coeurs, ce qui ne saurait advenir sans un miracle de la divine miséricorde.

Mais est-ce un hasard, dans ces conditions, que ce peuple si terriblement éprouvé ait honoré depuis longtemps la Sainte Vierge comme « Mère de la Miséricorde » ? N'est-ce pas également la prévoyance divine qui voulut que soeur Faustine peignît ici à Vilnius sa première icône de Jésus miséricordieux avec Stand de publications en lituanien 18 cette mention : « Jésus, j'ai confiance en vous » ?

La miséricorde infinie de Dieu et la confiance en elle est le seul remède qui puisse guérir cette indicible misère et sauver d'une chute certaine.

La Lituanie étant un pays consacré à Marie, n'est-ce pas également un motif de penser que Dieu lui réserve encore un destin, même si une terrible purification est peut-être nécessaire. Il est dans la manière divine de faire quelque chose avec ce qui, du point de vue humain, permet le moins d'espérance.

Ce pays marial n'aura-t-il pas aussi son rôle à jouer dans le retour de la Russie dont parle Marie à Fatima ? Cette heure sonnera-t-elle bientôt ? Nous ne le savons pas. Mais les voies de la Providence, comme le fait que Dieu, malgré les revers et les croix, nous a empêchés d'abandonner, que nous avons même pu ériger un prieuré, maintient en nous l'espérance que la toute-puissance de la grâce divine veuille faire son chemin ici également.

Fasse Dieu que nous ne soyons rien d'autre que ses instruments. Si l'on considère l'ensemble, on commence à aimer ce pays. Ramené à l'essentiel, on commence à réfléchir. Et effectivement, malgré tant de misère spirituelle, on trouve des âmes qui vivent à la suite du Christ d'une manière qui nous couvre de confusion. On ne les découvre que lentement. Car ce qui est grand devant Dieu ne vient pas avec pompe, éclat et gloire, mais est caché, humilié et méprisé par les hommes. Surtout en Lituanie.

Nous comptons sur votre prière. Kaunas, le 16 novembre 2006.

Abbé Josef Persie

 

Les renseignements sur l'apostolat de la FSSPX en Pologne et dans les pays de l'Est

Supérieur : Pater Karl STEHLIN
Przeorat Bractwa'sw. Piusa X
ul. Garncarska 32
04-886 WARSZAWA
POLOGNE
 
00 48 22 615 28 60
00 48 00 615 52 09
Le site de la Pologne

Estonie

Püha Pius X Preestrite Vennaskond Eestis

FSSPX Eesti Sekretariaat
Pärnu mnt. 23-10
10141, Tallinn.
Eesti

 
6 314 322

Le site de l'Estonie

 

Lituanie

Sv. Pijaus X brolija
Sv. Kasimiero Prioratas
V. Putvinskio g. 37
LT - Kaunas 44243
 
(370) 37/42 24 92
(370) 37/22 44 69
Le site de la Lituanie

 

Biélorussie et Russie

 
Missions en Biélorussie et en Russie
Monsieur l'abbé Werner Bösiger, résidant en Lituanie, est chargé des missions en Biélorussie et en Russie.
Il édite le périodique Molis' za nas (Priez pour nous).
 

 
Il s'occupe d'un centre de messe à Minsk , Chapelle du Sacré-Coeur et d'un autre à Moscou
Pour tout renseignement :
00 48 22 615 28 60
00 48 00 615 52 09
Le site pour accéder à la Biélorussie et à la Russie

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 121

Le sacrement de pénitence

Camps d'été 2019

Pour garçons
et jeunes gens

Juillet 2019 : activités proposées par l'école Saint Joseph des Carmes (camp travaux, camp vélo)
Vox cantorum : camp de vacances pour garçons à partir de 8 ans - 30 juin au 6 juillet 2019 à Châteauroux (36)
Camp Saint-Joseph pour garçons de 8 à 13 ans à Bourg-Saint-Pierre, du 6 au 20 juillet 2019
Camp pour garçons de 10 à 15 ans à St-Aubin-d'Aubigné (35) du 8 au 21 juillet
Camp St-Pierre J-E. pour garçons de 14 à 17 ans au milieu des volcans d'Auvergne
du 11 au 26 juillet

Camps Saint-Pie X à l'Etoile du Matin à Eguelshardt du 12 et du 15 au 30 Juillet 2019
Camp Bx Théophane Vénard pour garçons de 8 à
13 ans du 17 au 30 juillet à Kernabat

Camp Saint-Dominique pour garçons de 13 à 17 ans en Dauphiné du 27 juillet au 10 août
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp garçons du 1er au 15 août 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)
Camp itinérant à vélo Raid Saint Christophe du 5 au 19 août 2019 pour les garçons de 14 à 17 ans

Pour filles et
jeunes filles

Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 10 au 19 juillet pour filles de 7 à 17 ans
à Châteauroux

Soeurs de la FSPX - Camp ménager du 23 juillet au 1er août pour jeunes filles de 15 à 18 ans à Châteauroux
Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 23 juillet au 1er août pour filles de 7 à 17 ans à Châteauroux
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp filles du 17 au 31 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Mardi 20 août 2019
06:52 20:57