Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Chronique du District de Suisse : septembre à octobre 2005 

 

Par monsieur l'abbé Wuilloud

Supérieur du District de Suisse

JOURNAL DE ROUTE DU DISTRICT DE SUISSE

 

2 septembre 2005

Une héroïque Tchèque passe à Rickenbach. Et oui, on trouve encore de l'héroïsme à notre époque ! Lisez donc un peu ! Madame Pavel (je ne me souviens plus de son nom exact) part de son pays en vélo pour faire un pèlerinage à la Vierge de Fatima. J'étais grosse comme cela, nous montre-elle par un ample geste, et voilà qu'avalant le goudron et les kilomètres, elle retrouve une taille de guêpe. Radicale la méthode ! Mesdames, prenez une boussole, et prenez le sud-ouest, c'est la moins ruineuse des recettes et la plus riche en grâce. Nous l'avons reçue au prieuré, les traits tirés par la fatigue, c'était le retour. Elle assista à la Messe du premier samedi du mois, et repartit courageusement vers l'Est. Formidable et courageux, me direz-vous, mais peut-être pas héroïque ! Ah, j'oubliais, la dame a 74 ans !

 

4 septembre 2005

Arrivée dénuée de tout repos pour M. l'abbé James Doran, nouveau prieur de Genève : deux heures à peine après son atterrissage, il se retrouve engagé dans la cérémonie de la Messe solennelle à l'Oratoire Saint-Joseph de Carouge. Mais l'accueil cordial fut la récompense de sa première générosité, puisque l'abbé Maret organisa un vin d'honneur spontané après la Messe, permettant un premier bonjour sous les premières brumes automnales du bout du lac.

 

6 septembre 2005

Soirée des parents pour l'école Saint-François de Sales, pour présenter les nouvelles têtes. Le nouveau prieur, est originaire des Etats-Unis de la région des grands Lacs, et plus précisément encore de Detroit, grand centre de l'industrie automobile, mais ce n'est pas pour cela qu'il roule en Chrysler[1]. Après ses débuts à Winona, il fut choisi afin de poursuivre quelques années d'études à Ecône. C'est pour cette raison qu'il n'est pas un illustre inconnu, de plus il possède déjà, ou encore très bien, la langue française. Après son ordination, il eut plusieurs postes d'apostolat, dont notamment celui de Post Falls, qui vient d'être repris par le prieur précédent, M. l'abbé Christian Granges. Puis M. l'abbé Doran devint professeur à Winona, où il enseigna spécialement le cours de Droit Canon. Les Genevois et les Français limitrophes n'ont qu'à bien se tenir : dura lex sed lex ! (voir le lexique).
La deuxième personne à présenter vient de Gruyère : après une année à Wil, soeur Marie-Sébastien se voit mise en poste comme directrice de l'école Saint-François de Sales. Etant la cousine du supérieur de district, certaines langues déliées ont tout de suite imaginé l'inimaginable, c'est-à-dire qu'il avait un pouvoir occulte sur les soeurs. Unmöglich et impensable, je vous rassure tout de suite ! C'est l'occasion de dire notre reconnaissance aux soeurs pour leur inépuisable dévouement pour l'école et la paroisse. Elles sont à Genève depuis si longtemps, qu'on oublie le miracle d'une école catholique, jour après jour, dans la cité de Calvin ! C'est d'ailleurs la seule école qui n'a pas besoin du district pour tourner financièrement. Le plus beau, c'est leur souci maternel pour les âmes de leurs élèves. C'est le plus grand don du Ciel. Un grand merci à nos soeurs !

 

14 septembre 2005

Encore un événement à Oberriet, important dans l'édification de l'église, puisque c'est un peu son couronnement. D'ailleurs il n'est pas passé inaperçu de la population locale qui vint jeter un coup d'oeil sur la rapide transformation de ce jour. En effet, c'est toute la flèche de l'église qui était posée en un seul tenant. La grosse grue se joua avec une étonnante facilité de l'immense fardeau, puisqu'en quelques minutes seulement l'église se retrouva coiffée de son clocher.Auparavant, une petite cérémonie s'était déroulée pour la bénédiction de la croix qui rayonne maintenant sur le village et sur notre prieuré.

 

17 septembre 2005

De passage à Mels, assis autour d'une table avec le nouveau recteur, M. l'abbé Stefan Pfluger, nous avons évoqués non pas les esprits mais les perspectives d'entrées pour les années à venir. Car l'internat de Mels voit poindre le seuil de sa capacité maximale. D'où les questions : Faut-il rester ici ? Faut-il agrandir ? Faut-il déménager ? L'école nous coûte déjà tellement cher que nous n'avons pas de grands moyens à investir. Il ressort de cette entrevue que, normalement, passé le cap des deux prochaines années, il y aura décrue d'élèves pendant deux ou trois ans. Ce qui nous laisse quelque répit. Aussi nous ne pensons rien changer ces prochains temps, sauf si la Providence nous fait signe bien explicitement qu'Elle désire une autre solution. Nous ne voulons ni La négliger ni La dépasser !

 

18 septembre 2005

Petit passage à la longiligne chapelle d'Uznach pour la Fête fédérale d'action de grâce, que l'on préfère de beaucoup à l'appellation protestante de Jeûne Fédéral. (.) Revenons sans cesse à notre bon Saint Nicolas de Flüe qui connaît notre peuple, et puisons-y les ressources morales et spirituelles pour poursuivre la lutte. Voici une de ses sentences qui nous élèvent et nous entraînent dans la pure espérance de Dieu : Homme, lis-tu ou entends-tu volontiers parler de Dieu ? Alors aime-Le et garde ses commandements. Fais-le autant que tu peux ! Alors l'espérance te fortifiera maintenant et au dernier souffle. O homme ! crois en Dieu fortement, Car en la foi se tient l'espérance, En l'espérance se tient l'amour, En l'amour se tient la connaissance. En la connaissance, la victoire, En la victoire, la récompense. En la récompense, le couronnement. En le couronnement, la réalité éternelle, Que maintenant l'on prise si peu.

 

19 septembre 2005

Réunion des prêtres de Suisse allemande à Wil. M. l'abbé Köchli nous parle de l'histoire de la Vierge pèlerine en Europe et en Suisse. Ceci en prévision d'un développement de l'apostolat marial. Les premiers plans ont été tracés à Fatima cet été, et voici que les premiers éléments sont en train d'être disposés. Le but c'est de mettre ce district en de bonnes mains, c'est-à-dire entre les mains de Marie, notre bonne Mère. Non pas simplement une envie passagère, mais du long terme qui fait de Marie, le fondement, l'édifice, la couverture et l'embellissement de toute l'oeuvre traditionnelle en Suisse. Nous accueillons un nouveau confrère, M. l'abbé Léonhard Amselgruber, qui laisse l'Autriche pour un nouvel apostolat à l'école de Mels. Le tout est de savoir si ce remarquable organiste va se mettre à la Schwyzerörgeli ? Voilà un bel exemple d'inculturation, affaire à suivre donc !

 

26 septembre 2005

La terre gruérienne accueille les prêtres de Suisse romande pour la première réunion automnale. Le seul nouveau est l'abbé Doran. On échange les nouvelles et les péripéties qui ont touché le monde de la Tradition. Une nouvelle qui nous a particulièrement plu, c'est l'annonce faite au pape de la contre gay-pride de Lucerne et de la non-réaction des évêques suisses. Est-ce que le Saint Père n'a pas eu dans son coeur un désir de bénir spécialement ces catholiques défenseurs de la morale chrétienne, Dieu le sait ! L'exposé développe l'état actuel du monde, dans lequel depuis 35 ans la Tradition lutte avec l'énergie du désespoir contre les forces toujours plus fortes et renouvelées du mal. Pour être juste, il faudrait remonter au début du modernisme, plus haut encore à la Révolution, et au protestantisme, et peut-être à Adam. « Mais le mal, comme dit le professeur Bergevin, a atteint une telle vitesse que, même si on cessait de l'amplifier, il continuerait de s'aggraver. Il est semblable en cela à une fusée qui a atteint la vitesse dite "de libération", c'est-à-dire qu'aucune poussée supplémentaire n'est nécessaire pour qu'elle continue de s'éloigner de la terre. Le progrès technique, la décadence des moeurs, l'évolution culturelle, l'indifférence en matière religieuse, sont les moteurs qui conduisent indubitablement au chaos : on finira par arriver au big-bang mais se sera la fin et non le principe de la vie ! » Alors il nous faut un miracle ! Nous l'avons à disposition ! C'est Marie, évidemment. D'où l'absolue nécessité de recourir à Marie, mais non pas simplement succinctement, non pas provisoirement, non brièvement, mais lui donner le commandement absolu : rien sans Elle, tout par Elle ! Il faut qu'Elle devienne notre Générale.

 

29 septembre 2005

Journée traditionnellement consacrée à nos chers Frères. Nous avons eu cette année la profession perpétuelle de Bruder Thomas, notre frère d'Oberriet. C'est à Zaitzkofen, au berceau des frères de langues allemandes, qu'il a la joie de se donner pour toujours à l'oeuvre de la Tradition. Qu'il est beau ce service de Dieu, par lequel les frères peuvent sans cesse renouveler leur regard de foi. Foi en l'obéissance, alors que leur "patron" a quelquefois moins de compétence pour l'oeuvre exigée ! Foi en l'humilité, puisqu'ils offrent l'encens plus souvent qu'ils n'en reçoivent ! Foi en la pauvreté, parce qu'ils s'abandonnent au bon soin de la Providence ! Magnifiques, toutes ces vertus que le monde exècre. Nos frères deviennent ainsi des paratonnerres, sachons nous y abriter ! A Flavigny, chez les frères de langues françaises, un Valaisan fait ses premiers voeux. Devant le tabernacle ouvert, Frère Benoît Gischig affirme publiquement sa volonté de vivre selon les conseils évangéliques. Après le repas, nous aurons l'immense joie d'entendre un magnifique témoignage d'un frère montfortain, qui nous raconta son itinéraire de 55 ans de vie religieuse. Par ses paroles fortes : « Au noviciat, il faut en mettre un coup ! » et « La fidélité et la persévérance sont des plantes fragiles », il a donné à tous les frères présent un lumineux exemple de la constance religieuse. Il termina par une humble demande de prière : « pour passer le cap de mon entrée officielle chez vous ! » Deo gratias mille fois.

 

30 septembre 2005

La famille Gischig nous fait décidément faire beaucoup de kilomètres, puisque nous nous retrouvons, l'abbé Jacot et moi-même, au centre de la France, dans le petit village de Ruffec. C'est là, au coeur de la Brenne, dans une église en pleine restauration, que Véronique Gischig reçoit l'habit des soeurs de la Fraternité Saint-Pie X. « Jésus, couronne des vierges, vous que conçut cette mère qui seule enfanta en restant vierge, agréez avec bonté notre prière. Vous qui marchez dans les lys, environné des choeurs des vierges, Epoux resplendissant de gloire, vous donnez à vos épouses la récompense de leurs mérites. Partout où vous allez, les vierges vous suivent; en chantant vos louanges, elles se pressent à votre suite et font monter vers vous la douceur de leurs hymnes.» Hymne Jesu, corona Virginum. Quelle bénédiction pour ces familles nombreuses qui voient leurs enfants se donner au Seigneur, mais aussi quelle fierté pour eux de voir les fruits d'une bonne éducation, les résultats de tant et tant de sacrifices et d'abandon à la divine Providence ! C'est vrai, il a fallu en attendre des années pour la récolte, mais quelle joie là au fond de l'âme pour le bon papa et la chère maman qui ont donné sans rien retenir.

 

1er octobre 2005

Les journées se succèdent rapidement, nous voilà de bon matin avalant les kilomètres, pour franchir le Nufenen. Les premières neiges bordent la route du col et le soleil luit sur les sommets, au coeur de ces radieuses beautés de la nature, on ne sait que dire, sinon platement : « Qu'il est beau mon pays ! » C'est au Tessin, qu'un traditionnel pèlerinage rassemble les pèlerins venus principalement d'Oberriet, Wil et Lucerne vers la belle église de San Vittore. Là, le prêtre doyen de la contrée nous prépare toute la cérémonie pour que le rit séculaire de la sainte Messe puisse être célébré. 150 fidèles emplissent la nef, priant et chantant la Vierge aux Larmes qui est honorée dans l'église : une Vierge de la Salette trône sur un autel latéral. L'homélie tente de réunir, en ce premier samedi du mois, Fatima et la Salette, en reprenant la formule lapidaire du pape Pie IX : « Voulez-vous connaître le secret de la Salette ? Il est ainsi : Si vous ne faites pas pénitence vous périrez tous ! » Prière et pénitence reste le programme pour que nous puissions un jour jouir de la réalité suivante : « A la fin mon Coeur Immaculé triomphera !»

 

8 octobre 2005

En tant qu'aumônier honoraire du Tiers-Ordre, c'est avec joie que je me rends à l'invitation de M. l'abbé Herrbach, pour la réception des nouveaux membres tertiaires. Je suis tout d'abord surpris, il semble que pas mal de têtes ont changé en trois ans. Bon signe qui révèle un renouvellement des troupes.
Il est, pour nous prêtres, très encourageant de constater que des laïcs osent venir se mettre sous la bannière de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Il y a là une force incroyable, la plupart du temps insoupçonnée, pour le rétablissement d'une chrétienté. Car ce qui est évident dans le monde économique et politique, c'est-à-dire que celui qui veut réussir et être entendu largement doit bénéficier d'une infrastructure en rapport avec l'enjeu désiré, et bien cette réalité est une grande inconnue dans nos milieux. Certes parfois quelques francs-tireurs tirent leur épingle du jeu, cependant ils demeurent l'exception. On ne peut progresser avec des troupes complètement dispersées. Une guérilla disséminée physiquement reste unie par un idéal, par un chef. Trop souvent notre Tradition ressemble à un agrégat d'indépendants. Allez essayer d'y retrouver une force d'action, de réaction ; non chacun a son opinion sur ce qui devrait être fait ou non !
Le Tiers-Ordre doit absolument montrer une autre réalité, une recherche de dépendance envers l'enseignement de l'Eglise, plutôt que des présupposés, des a priori découlant du feeling de chacun.

 

24 octobre 2005

Priestertreffen à Rickenbach. Intéressante conférence de M. l'abbé Grün qui nous explique la signification des lettres aux 7 églises de l'Apocalypse, et surtout le sens de la prédication du Christ. En effet, on peut remarquer avec quel doigté le Christ part d'une situation politique, d'un événement naturel, des capacités artistiques qui concernent la ville en question, et de là il montre la perversion qui l'atteint, et il termine chaque lettre par un encouragement à la vertu nécessaire et particulière à la ville. Dans l'après-midi, discussion animée sur certains points d'apostolat. Enrichissante journée.

 

30 octobre 2005

La jeunesse catholique de Suisse allemande accueille la rencontre internationale du KJB, c'est-à-dire l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse. Le samedi et le dimanche, la sainte Messe est célébrée dans l'église d'Au (SG), où un curé complaisant, parce que libéral conséquent, ne voit aucun inconvénient à le faire.
Aussi nous avons une magnifique Messe solennelle pour le Christ-Roi au maître-autel orné d'un beau retable baroque. Les jeunes accompagnent la Messe par une belle polyphonie, le grégorien est très bien exécuté, l'organiste chevronné. Le Roi du Ciel et de la terre a été honoré. Notre Messe finie, eh bien, le retour sur la terre conciliaire est un peu brusque, puisque dans leur calendrier c'est le dimanche des Missions. Et qui dit missions, dit l'Afrique. Et qui dit l'Afrique, dit la culture africaine. Je ne vous dirai pas plus que cela, mais la liturgie changea de rythme. C'est vraiment deux religions complètement différentes. Le contraste était manifeste et saisissant : excellent argument apologétique pour les jeunes.
Après le repas, le père Jean-Dominique donna une conférence appréciée sur la nécessité de l'apostolat pour rester catholique. Il fut suivi par Mme Thürkauf qui fit un "one woman show", en interprétant une pièce de théâtre composée par elle-même. Elle représenta 5 femmes autour de l'histoire d'un Français, prisonnier volontaire en Allemagne durant la guerre, pour venir en aide à ses compatriotes. Une belle histoire d'amour ! Mais où l'amour de Dieu domine.

Henri Wuilloud †

 

[1] Le prieur étant évidemment venu sans voiture, il s'agit de lui trouver une petite occasion pas trop chère ! Mais ce n'est pas assez compter sur la Providence, qui tient à gâter ceux qui quitte leur continent pour évangéliser. Une bonne âme qui n'utilise que rarement sa belle Chrysler, la lui met à disposition. Et voilà notre Américain roulant en américaine.

 

 

Chronique extraite du Rocher numéro 38 - Bulletin du District de Suisse

Supérieur : Abbé Henri WUILLOUD
Prieuré Saint-Nicolas-de-Flüe
Solothurnerstrasse
4613 Rickenbach. SO
SUISSE
 
00 41 62 216 18 18
00 41 62 216 00 22
Le site de la Suisse

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 121

Le sacrement de pénitence

Camps d'été 2019

Pour garçons
et jeunes gens

Juillet 2019 : activités proposées par l'école Saint Joseph des Carmes (camp travaux, camp vélo)
Vox cantorum : camp de vacances pour garçons à partir de 8 ans - 30 juin au 6 juillet 2019 à Châteauroux (36)
Camp Saint-Joseph pour garçons de 8 à 13 ans à Bourg-Saint-Pierre, du 6 au 20 juillet 2019
Camp pour garçons de 10 à 15 ans à St-Aubin-d'Aubigné (35) du 8 au 21 juillet
Camp St-Pierre J-E. pour garçons de 14 à 17 ans au milieu des volcans d'Auvergne
du 11 au 26 juillet

Camps Saint-Pie X à l'Etoile du Matin à Eguelshardt du 12 et du 15 au 30 Juillet 2019
Camp Bx Théophane Vénard pour garçons de 8 à
13 ans du 17 au 30 juillet à Kernabat

Camp Saint-Dominique pour garçons de 13 à 17 ans en Dauphiné du 27 juillet au 10 août
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp garçons du 1er au 15 août 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)
Camp itinérant à vélo Raid Saint Christophe du 5 au 19 août 2019 pour les garçons de 14 à 17 ans

Pour filles et
jeunes filles

Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 10 au 19 juillet pour filles de 7 à 17 ans
à Châteauroux

Soeurs de la FSPX - Camp ménager du 23 juillet au 1er août pour jeunes filles de 15 à 18 ans à Châteauroux
Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 23 juillet au 1er août pour filles de 7 à 17 ans à Châteauroux
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp filles du 17 au 31 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Mercredi 17 juillet 2019
06:07 21:47