Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Chronique du District de Suisse : novembre à décembre 2006

Retour aux archives des chroniques du District de Suisse

Par monsieur l'abbé Claude Pellouchoud

Rédacteur en chef du "Rocher"

FEUILLES DE ROUTE DU DISTRICT DE SUISSE - Le Rocher n° 45

 

4 - 5 novembre 2006

Un de ces tours de Suisse, comme on ne peut que les aimer, m'attend pour ce week-end. Départ pour Menzingen, chez mon traducteur qui me fait repasser mon sermon en italien ; c'est le moment où on peut encore rire de ses fautes et exagérer les mimiques, ma. demain il faudra être sérieux !

Dimanche, de bon matin, direction Coire, puis passage par le col du San Bernardino. Personne au sommet, les plaques de glace recouvrent une partie de la route, aussi dans cette petite solitude, un temps est donné au bréviaire. Puis descente sur le Tessin, pour Lugano. La petite communauté a de la peine à vraiment prendre pied. Pour un esprit italien, il est très difficile d'imaginer le culte catholique dans un appartement. L'église ou la chapelle, c'est capital pour lui. Avec nos faibles moyens et ne pouvant compter sur aucun support local, nous en sommes réduits à végéter dans un appartement. Cela n'est pas très motivant pour les prêtres qui desservent le Tessin, ni pour les quelques fidèles pourtant très attachés à la Fraternité. On se demande vraiment parfois ce qu'attend de nous la divine Providence !

Le retour se fera par Locarno avec un petit passage au sanctuaire de la Madonna del Sasso ; afin de quémander quelques lumières. Puis dans les Centovalli, à Ré plus précisément, célèbre pour sa magnifique rotonde et plus encore pour sa Vierge du miracle (du sang avait suinté d'une image peinte sur le mur après qu'un blasphémateur lui eût jeté une pierre). Ah, l'histoire religieuse catholique est vraiment passionnante, partout, même dans les endroits les plus reculés, Dieu agit de manière merveilleuse. Encore un col, celui du Simplon, et me voilà en terre valaisanne, que je retrouve incendiée par un sublime coucher de soleil d'automne. Qu'il est bon le Bon Dieu, aurait dit le Père Barrielle !

 

6 - 11 novembre 2006

On se retrouve à deux prêtres pour quatre retraitants dans la charmante Gruyère. C'est un peu du luxe ! Oui, si l'on n'examine cela que sous l'aspect de la rentabilité, mais non, au grand jamais, sous l'aspect des âmes. Il suffit qu'un de ceux-ci devienne un saint, peut-être un autre François-Xavier ou Nicolas de Flüe ! Qui sait les voies de la divine Providence ! Au moins, nous avons accompli notre ministère et notre devoir, mais combien ont négligé - j'insiste - objectivement négligé ce trésor qui leur est proposé sous tous les prétextes possibles et imaginables. Comme si cinq jours de tête-à-tête avec notre Créateur et Sauveur étaient un luxe superflu. C'est un luxe, il est vrai !

Cependant il est nécessaire et vital ! Il est possible que tous ceux qui n'ont jamais fait ces Exercices soient prêts à nier cette vérité, tandis qu'au contraire, de ceux qui les ont suivis, peu me contrediront. Cela me fait penser à un vieux copain qui s'occupe d'une décharge. Il ne pratique pas mais saura toujours tout mieux que quiconque sur la religion. Il ne fait pas de politique mais connaîtra évidemment toutes les ficelles des votations et des élections. Et cela dans tous les domaines. Moins on sait, plus on croit savoir !

 

14 novembre 2006

Nous prenons le pouls de notre école d'Onex. Depuis quelques mois, une petite classe de 6e année primaire garçon s'est ouverte. On y fait de l'anglais sous la houlette du prieur, M. l'abbé Doran, et, paraît-il, les progrès sont phénoménaux. Nous pouvons aussi relever l'excellent travail de nos soeurs, bien laborieuses et fidèles dans le devoir quotidien. "Tenez fidèlement à vos constitutions", comme le rappelait sainte Thérèse d'Avila à ses filles sur son lit de mort, "et vous serez toutes des saintes canonisables !"

Nos soeurs sont aussi soumises à ces pressions du monde "rentabilisateur", qui tente toujours de venir briser ces lois internes d'une communauté. Nous les remercions pour cette fidélité et cet exemple, qui vaut toutes les plus belles prédications.

 

19 au 24 novembre 2006

Un séjour qui ne sera pas passé inaperçu : le docteur Jean-Pierre Dickès et son épouse sont invités en Suisse romande pour donner plusieurs conférences sur différents thèmes, tant pour les fidèles que pour les ecclésiastiques. Un sujet important est « L'Homme artificiel » ; le livre qui vient de paraître sous ce titre traite globalement de toutes les déviations contemporaines pour y déceler le lien qui les unit. La réponse se trouve dans l'homme artificiel, c'est-à-dire dans l'être humain réduit à l'état de matériel hu- main, formaté et aseptisé contre le virus d'une morale et d'une liberté qui échappe à la démocratie nouvelle.

Un aspect très intéressant, et très intéressé de ma part, fut la réunion des milieux médicaux de la Tradition à Monthey. Toute une belle et jeune cohorte de disciples d'Hippocrate put écouter le docteur et son expérience. Depuis maintenant 18 ans je crois, il est à la tête de l'ACIM (Association catholique des infirmières, médecins et professionnels de santé) et dirige la rédaction des Cahiers Saint-Raphaël qui sont une précieuse source de renseignements et de formation pour les professionnels de la santé (comme on dit aujourd'hui). Il est tellement diffi cile de rester catholique dans ce milieu qui s'est spécialisé dans le corps, et le corps seulement ; comme il est important de se grouper, de resserrer les rangs, pour garder et transmettre toutes les valeurs de la médecine !

On peut très bien apprécier certaines techniques nouvelles, et rester inébran- lable sur les principes qui régissent et qui régiront pour toujours l'être humain. Le devoir ne transgressera jamais ces principes. Médecins, pharmaciens, infirmiers, aide-infirmiers, secrétaires m édicaux, vous tous qui travaillez dans les branches médicales et para-médicales, unissez-vous !

 

27 novembre 2006

C'est déjà la préparation de la nouvelle année, on ne peut s'empêcher de constater que cela va trop vite. Les nouvelles dates, la distribution des tâches pour 2007 : qui est prêt pour aller à Chartres-Paris ? trois mains se lèvent. C'est encourageant, il y a encore de la vigueur et du zèle et (mieux encore pour moi) il n'y a pas besoin d'appeler !

Et ce fut la même chose pour les retraites, pour les camps, etc. ; cela prouve un bel esprit puisque les confrères se présentent sans rechigner devant la besogne et s'effacent au besoin devant un autre désireux de participer à une oeuvre particulière. Voilà le résumé de la dernière réunion des prêtres à Bâle.

 

30 novembre 2006

Pour l'assemblée générale de Fleurs de Mai, il y a cette année (presque) foule ! Y aurait-il de grands changements en perspective ? Oui et non ! Non, car ce sont quelques lignes modifiant les statuts de l'association, et que sont quelques lignes sur les milliers que nous voyons défiler chaque jour ! Mais oui aussi, parce que ces quelques lignes modifient essentiellement le rôle du prêtre dans l'école.

Nous ne sommes pas pour l'école laïque et même plutôt contre, car l'Eglise n'y a aucun mot à dire. Mais nous ne sommes pas non plus pour des écoles où l'Eglise dirige tout sans les laïcs.

Il y a une anecdote sur les pères du libéralisme catholique (de soi les deux termes sont inconciliables !) qui sévirent au milieu du XIXe siècle en France : Mgr Dupanloup, Montalembert, de Falloux. C'était dans les premiers jours de janvier 1849, une commission de 24 membres fut réunie pour débattre de la grande question de la liberté d'enseignement. Thiers présidait, il était républicain pur et dur, c'est-à-dire anti-catholique et franc-maçon. La France venait de connaître des heures troubles (les Journées de Juin) et Thiers, tout apeuré, proposa une solution inattendue de sa part :

"Il n'y a qu'un seul remède, il faut confier à l'Eglise l'instruction primaire, entièrement et sans réserves."

Que répondirent nos libéraux présents ? Ils se récrièrent. Ils n'en demandaient pas tant :

"Il y a un point, déclara Montalembert, sur lequel je ne saurais être d'accord avec M. Thiers, c'est sur l'influence exclusive à donner au clergé ; car je ne veux aucunement abdiquer le principe de la liberté d'enseignement."

Cela ne passa donc pas. Thiers est ici sans conteste plus catholique que nos libéraux. Une loi (nommée loi de 1850) fut votée, qu'un Mgr Pie nommera plus radicalement Loi de servitude. Car la lettre et l'esprit de cette loi se résument dans la composition du Conseil supérieur de l'Instruction publique : au sommet le ministre qui est de droit président ; au-dessous : quatre évêques, deux ministres protestants et un ministre israélite. Rassurez-vous, on n'en était pas là à l'école Fleurs de Mai, mais le prêtre qui avait la fonction d'aumônier ne dirigeait pas, il n'avait qu'un rôle de conseil, tandis que son nouveau rôle est d'être le recteur de l'école, c'est-à-dire qu'il dirigera comme l'Eglise le demande, aidé en cela par le soutien, l'expérience et le conseil de laïcs dévoués à l'oeuvre de Fleurs de Mai.

 

9 décembre 2006

Plus d'une quarantaine de personnes se sont réunies pour la session de formation de nos enseignants d'Outre-Sarine à Wil, invitées par le recteur, M. l'abbé Schreiber. Une personne compétente, lisant Platon dans le texte, vient donner quelques principes de pédagogie à partir des leçons du disciple de Socrate. Tout chez ce maître d'Aristote ne peut pas être pris tel quel, comme par exemple son principe que l'homme ne pèche que par ignorance, c'est-à-dire qu'une fois éclairée par l'intelligence, la volonté ne peut faillir ; ceci démontre une méconnaissance certaine des suites du péché originel. Mais sa manière de hiérarchiser les domaines de l'intelligence semble déjà faire partie des règles de l'abstraction et ces dernières sont très importantes pour la philosophie. De fait le niveau était assez élevé, et notre maîtresse de conférence, Mme Stéphanie Gliwitzky de Dresde, a donné le goût des principes. C'est vraiment par l'assimilation de ceux-ci que notre combat pour la foi, pour la morale et même pour la nature, garde toute sa force et son intensité.

 

8-10 décembre 2006

Depuis son couronnement à Biberist le 3 décembre 2005, la Vierge pèlerine du district de Suisse a fait le tour de tous les grands centres d'apostolat de la Fraternité en Helvétie.

rance a lancé ce mouvement marial. Il faudra plusieurs années à la Vierge Pèlerine pour parvenir à visiter toutes les communautés de la Tradition de ce district. Le couronnement de la Vierge pèlerine eut lieu le 8 décembre, en un lieu hautement symbolique : la basilique Notre Dame de Fourvière à Lyon.

La capitale mariale a organisé pour cette occasion son 2ème colloque marial sur le thème de "La médiation universelle de Marie". Un prêtre du district de Suisse y était présent, pour la plus grande joie de ses confrères curieux de connaître comment les missions mariales se sont déroulées en Suisse et les fruits que nous en avons retirés dans notre apostolat.

 

 

Chronique extraite du Rocher numéro 45 - Bulletin du District de Suisse

Supérieur : Abbé Henry WUILLOUD
Prieuré Saint-Nicolas-de-Flüe
Solothurnerstrasse
4613 Rickenbach. SO
SUISSE
 
00 41 62 216 18 18
00 41 62 216 00 22
Le site de la Suisse

 

  Accéder au site du District de Suisse pour lire et vous abonner au "Rocher"

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Messes en direct
depuis Saint Nicolas du Chardonnet

Voir les horaires

Marchés de Noël

23 et 24 novembre 2019 : marché de Noël de l'école St-François-de-Sales de Rouen
23 et 24 novembre : Vente de charité, Chapelle Notre-Dame de Consolation - Paris
30 novembre : Fête de St Nicolas et marché de Noël de l'école St-Jean-Eudes de Gavrus
30 novembre et 1er décembre 2019 - Vente de charité de la conférence St-Vincent de Paul - Saint-Nicolas du Chardonnet - Paris
1er décembre 2019 : marché de Noël de l'école St-Pierre-Julien Eymard du prieuré de Meylan
1er Décembre : marché de Noël de l'école St-Jean Bosco de Toulouse
1er décembre : fête de la Saint Nicolas organisée par le prieuré - Nancy
7 décembre : Forum Orientation et Métiers du MCF
13 décembre : pièce de théâtre donnée par l'école Sainte-Philomène de Nancy
14 décembre 2019 : concert de l'Avent à Saint-Nicolas du Chardonnet- Paris

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 125

L'ordre

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Jeudi 21 novembre 2019
01 1