Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Chronique du District de Suisse : septembre - octobre 2007

Retour aux archives des chroniques du District de Suisse

Par monsieur l'abbé Claude Pellouchoud

Rédacteur en chef du "Rocher"

FEUILLES DE ROUTE DU DISTRICT DE SUISSE - Le Rocher n° 50

 

3 septembre 2007

L’école Fleurs de Mai à Riddes entame une nouvelle année sous les auspices de notre bien-aimé patron saint Pie X, et c’est avec admiration que nous voyons se presser les familles qui entourent leurs petits pour ce premier jour d’école.

L’Eglise d’Ecône est remplie mais pas bruyante malgré une moyenne d’âge très très jeune. « Les jeunes ne savent plus prier ! » nous disait une brave femme habituée de son église paroissiale, « même pas un Notre Père ! » et nos sérieux (mais pas toujours) bonshommes sont encore tout sages, pleins de bonnes résolutions. Persévérer sans relâche, pour avoir une tête bien faite, c’est un grand défi, et il est nécessaire d’implorer le Ciel pour que les grâces se fassent abondantes.

Les enseignants qui modèlent ces jeunes intelligences ont une responsabilité immense, car la capacité qu’auront nos jeunes à se défendre contre les dangers et les leurres de la vie, proviendra aussi de leur capacité à faire connaître et aimer le vrai et le beau. Saint Pie X secourez-les tous, prêtres, parents et enseignants afin que tous, soient fermes et bons comme vous !

 

3 au 8 septembre 2007

Salutaire temps de prière et de réflexion pour une centaine de membres de la Fraternité assistant à leur retraite annuelle que prêche à Ecône le Supérieur Général Mgr Fellay. Les fidèles imaginent volontiers que ces retraites sont similaires aux Exercices de saint Ignace, mais ici chacun s’organise un peu différement. Il n’y a en effet que deux conférences par jour, ce qui laisse bien du temps pour prier, pour lire, pour se promener, pour…dormir aussi, et même pour gambader assez haut à hauteur de chamois.

Chacun sa spiritualité, pourvu qu'elle permette la plus grande disponibilité à la grâce, afin de rendre notre pauvre volonté la plus docile aux souffles du Saint-Esprit. Dans de telles retraites, pas de colonne pour se confesser, ce n'est pas que nous n'avons que peu de choses à dire, bien au contraire, mais cela provient de la foison de confesseurs à disposition.

L'Eglise veut pour tous ses prêtres, annuellement, ce temps d'arrêt pour faire les comptes, alors même qu'ils ont bien plus de facilité d'être en contact avec le Seigneur, alors on imagine mal la facilité de certains pour renvoyer "à perpète" l'échéance d'une retraite.

 

13 septembre 2007

Vite un aller retour en Valais, cela fait beaucoup de kilomètres et cela nous fera rentrer tard, mais il me semblait important d’aller entendre les arguments de M. Pascal Bernardin sur le prétendu réchauffement climatique. Heureusement l’orateur n’est pas coloré comme le gazon, sinon on n'aurait jamais osé faire un tel déplacement et apporter ainsi notre contribution au réchauffement.

L’argumentation actuelle, apportée notamment par la déferlante médiatique, ne tient pas longtemps la route devant les explications du scientifique français, qui montre et démontre plutôt une manoeuvre mondialiste pour conduire les hommes
à « penser comme il le faut » ! L’effet de serre, l’épuisement des ressources, la couche d’ozone, et bien sûr le réchauffement de la planète qui a son corollaire dans la fonte des pôles sont le quotidien dans les revues de presse et il n’en reste rien d’autre que de simples manifestations naturelles où l’homme n’a guère (encore) de poids pour désorienter la nature. Mais je ne crois pas non plus qu’on peut polluer sans conséquences, le bon sens autrement ne s’y retrouve pas… que ce soit dans l’agriculture, dans l’industrie, dans le tourisme, et surtout dans l’éducation : il faudra bien qu’un jour nous payions la note de tous ces abus, car la nature se venge toujours de ce qu’on lui fait subir. Qui vivra verra, disait l’autre !

 

18 septembre 2007

A Oberriet, il est nécessaire de faire les plans pour discerner la future utilisation du grand bâtiment du prieuré. Plusieurs idées et projets suivent leur cours, il faut jauger avec prudence les nécessités et les possibilités. pour arriver à des solutions acceptables financièrement, pas trop dérangeantes pour la vie du prieuré.

 

22 septembre 2007

On le disait languissant, bon pour le troisième âge, mais voilà lorsqu'une culture est entretenue et arrosée régulièrement, bientôt la végétation devient plus verte et plus abondante. Ainsi notre Tiers-Ordre de la Fraternité a bien relevé la tête, et nous le devons à un aumônier bien généreux et bien fidèle à la tâche.

La chapelle d’Enney était remplie en ce 22 septembre, jour du martyre de saint Maurice et de ses compagnons, pour les engagements de neuf nouveaux membres. Bien des fidèles recherchent à plus et à mieux dans le service du Seigneur, ils sont attirés par les familles religieuses : les Tiers-Ordres bénédictins, franciscains et dominicains reçoivent tous de nouveaux adhérents. J’y vois pour ma part, le début de la rechristianisation de la société : simples et adaptés à la vie familiale et professionnelle, répondant chacun à une forme de spiritualité, ils nourrissent les fidèles dans le combat quotidien. Seigneur, donnez-nous encore beaucoup de tertiaires catholiques !

 

24 septembre 2007

Longue journée qui débute par une réunion de prêtres à notre prieuré de Vouvry. Un prêtre du Portugal nous accompagne durant la journée, il n’est de loin pas un inconnu, c’est un des frères Maret, l'abbé Daniel Maret, ravi de se trouver en si nombreuse compagnie de confrères du pays, lui qui vit un peu une solitude, étant le seul prêtre desservant le Portugal. Mais cette année, il aura son jeune frère, l’abbé Pierre-Marie Maret qui le rejoindra pour une année sabbatique. Voilà encore quelque chose que les gens mariés ne peuvent avoir… partir une année pour se requinquer, pour se redonner beaucoup de temps à la prière et à l’étude et ensuite revenir rempli de force et d’un zèle nouveaux et peut-être d’un tonneau de Porto !

Dans la soirée, le cercle Saint-Luc reçoit deux membres de la Avifa (Amour, Vie, Famille), qui vont présenter leur manière d’informer dans les écoles et auprès des couples, cherchant à faire le pendant au Planning Familial, promoteur de la sexualité débridée et de toutes ses conséquences. Apprendre à connaître les admirables oeuvres du Créateur, afin de mettre notre agir sous sa Volonté. Ces principes qu'il est toujours utile de rappeler à temps et à contre-temps, furent d'ailleurs entendus par bien plus de personnes que le Cercle Saint-Luc n'en comprend habituellement. Pour mémoire, ce Cercle regroupe les milieux de la santé de la Tradition. Il avait débuté voici bien longtemps lorsque l'abbé Laroche demeurait au Séminaire d'Ecône.

Il a repris vie voici quelques mois, et bien des jeunes gens étudiant ou travaillant dans les branches médicales sont intéressés à suivre les différentes réunions, car ils ont compris que bien des gestes quotidiens portent leur poids de moralité. Et si ne pas savoir n'entache pas la conscience, cependant vouloir ne pas savoir rend coupable celui qui pose des actions illicites. Et donc certains se font une conscience de bien se former des principes catholiques.

 

30 septembre 2007

Le Jura est au programme aujourd’hui, nous passons accompagnés de nos soeurs le Schelltenpass, enfin "la Scheult" quoi, comme on dit dans la région ! Nous rencontrons les fidèles affairés, ils ont dû, en effet, rechercher le lieu de la rencontre par un jeu motorisé (rallye).

D’autres fidèles protègent leurs organes vocaux : ni apéritif, ni repas pour celles-ci, il ne faut rien perdre des qualités sonores de la gorge par un estomac rempli. On avait cru entendre que feu Pavarotti s’attaquait à un plat de spaghetti avant de se lancer dans l’arène. C’est comme cela que naisse les légendes. Mais enfin pour nos braves choristes, le régime devient spartiate

.Journée paroissiale donc sous l’égide du chant : la schola devient profane pour quelques heures et pour notre plus grand bonheur. Et surtout, oui surtout le niveau est là ! Il y a de la puissance, il y a de la justesse, il y a de l’interprétation, c’est magnifique. Le "secret" provient d’une dame qui a connu voici quelques mois la petite église de Delémont, et le sacré des saints Mystères l’a conquise, et elle est professeur de chant et même cantatrice, ce qui fait le résultat ci-devant. Ceci est un appel, à toutes les chapelles où la schola fait ce qu’elle peut et guère plus, des cours de chant peuvent être suivis, et cela vaut la peine. Oui vraiment !

 

2 octobre 2007

 

6 octobre 2007

La route du Sud nous est toujours agréable à prendre, car elle permet de quitter quelques heures les mornes brumes du Plateau suisse. Non que nous partions en villégiature, mais dès qu’on passe le Gothard, l’air du sud des Alpes nous donne le sentiment d’être en vacances… un peu comme lorsqu’on écoute du Syrtaki, on se sent les pieds dans l'eau au bord d'une mer hellénique.

Mais on n'est pas venu ici pour goûter les charmes de la plaisante vallée tessinoise, mais pour perpétuer une heureuse tradition qu'est le pèlerinage à San Vittore, église dédiée à Notre-Dame de la Salette. Pour quelle raison venait-on chaque année ici depuis l'époque de l'abbé Aloïs Kocher ?

Voici quelques années, alors que nous n'avions la Messe que dans de pauvres demeures : salles basses, garages, on se trouvait bienheureux de pouvoir assister à la sainte Messe de toujours dans une véritable église. Avec le temps et la Providence aidant, des églises ont été bâties un peu partout, et donc cette joie et ce besoin de célébrer dans de véritables lieux sacrés ont moins leur raison d'être.

Pourquoi venons-nous donc encore ici ? A mon avis deux raisons principales à cela :
- Etant traditionnalistes dans l'âme, nous suivons les traces de nos prédécesseurs, qui sont venus dans cette église implorer les grâces si nécessaires dans le gigantesque combat qu'ils avaient débuté. En enfants fragiles et pauvres, mais remplis de confiance envers la Mère de Dieu, ils sont venus demander le secours divin. Nous voulons pareillement demander, mais de plus nous voulons remercier pour les faveurs dont Dieu a entouré notre chère Tradition. Elle aurait pu, peut-être même dû, finir rapidement, et pourtant elle subsiste toujours et encore malgré tout.
- Si nous avons maintenant des églises, nous n'avons pas d'antiques églises ! Et cela aussi est capital ! Ici nous pouvons prier dans un édifice, et notre prière vient se mêler à celles qui se sont élevées ici depuis de nombreux siècles. Cela nous rattache à l'Eglise qui n'est pas seulement aujourd'hui, mais heri et in saeculum, hier et dans les siècles ! Ces voûtes ont entendu des générations entières chanter le symbole des apôtres, et notre foi vient humblement se joindre à celle de nos aïeux. Je pense que c'est la raison principale de notre présence ici. On peut même ajouter, sans aucun doute, l'agréable et fraternel accueil de Don Comolli, qui sait se montrer toujours bienveillant envers les prêtres et les fidèles de Fraternité sacerdotale Saint-Pie X.

Nous retournerons donc de nouveau l'année prochaine.

 

7 octobre 2007

L’Oratoire Saint-Joseph de Carouge, vu du dehors, semble toujous un peu misérable, ce n’est pas vraiment la somptuosité d’aériens murs en pierre, ou de flèches culminant sur les bords de l’Arve, mais une ancienne usine. Mais voilà les portes franchies, nous retrouvons un sanctuaire très digne, garni d’une grille artistique du plus bel effet. Les autels gothiques sont superbes et on ne remarque pas tout d’abord le changement qui s’est opéré dans cette chapelle.

Deux nouvelles ornementations enrichissent notablement le choeur mais avec un si bon goût et si bonnes proportions qu’elles semblent avoir été toujours là. Une nouvelle chaire qui par son élévation va permettre au prêtre d’être mieux vu et donc suivi par les fidèles, mais aussi de mieux voir les tendres ouailles afin de constater de visu s’il est hors sujet ou non…

De l’autre côté, saint Joseph est accueilli beaucoup plus dignement sur un bel oratoire qui le met bien plus en valeur ; sûr que les luminaires ne vont brûler que plus, car nos fidèles aiment prier sur du beau.

 

9 octobre 2007

Après une journée passée à Wil pour une réunion de prêtres et être allé visiter une liquidation d’objets pour une école enfantine ! Et oui, qu’est-ce que on ne doit pas faire dans ce métier ! Je me retrouve dans un décor tout différent… l’aube n’a pas encore pointé ses premiers rayons que seul sur un sentier de montagne, environné de la nuit déjà froide, accompagné
des bruits des cascades et par intermittence des sonnailles des troupeaux, je me permets une petite revigoration physique et spirituelle. Et tonnerre, cela fait du bien !

L’automne éclaire les cimes de ses couleurs, c’est tellement beau ce mariage des plantes avec les roches variant leurs teintes sous les lichens déséchés. Et si je vous écris ce petit épisode de vie qui ne vous intéresse pas vraiment, c’est pour vous transmettre cette photo où l’alpe s’étend mollement sur les rides imperceptibles de ce petit lac de montagne. Serait-on arrivé aux sources de la coquetterie, mais ici il y a de quoi !

 

14 octobre 2007

A Granges-Paccot bien des prières et des supplications se sont élevées ces trois derniers jours. La Madone de Fatima continue de répandre ses faveurs chez ceux qui veulent bien l’accueillir. Cet étonnant constat nous révèle chaque fois la même chose : tant qu’on ne l’a pas eue, tant qu’on est pas resté quelques instants à la prier, on ne se sent guère concerné par elle. Mais voilà ceci fait, on s’attache à elle, on ne voudrait plus qu’elle nous quittât. Combien de chapelles aurait bien voulu la garder !

Elle va cependant quitter Fribourg pour passer la semaine à Enney, où se déroule une retraite mariale. Marie notre Mère attire et attirera toujours… c’est les seules retraites où il faut toujours refuser du monde faute de place. A nous prêtres de savoir user de ses suffrages sans crainte d’en abuser.

 

26 au 30 octobre 2007

Une invitation pour prêcher à Ecône et ce pour la fête du Christ-Roi, quelle aubaine après toutes les émotions que les élections ont pu susciter dans notre pays. Nos chers Suisses ne sont pas prêts à se laisser mener par le bout du nez par les médias et je dois vous avouer que je trouve cela vraiment extraordinaire. Il reste quelque chose de l’esprit d’indépendance de nos pères. Nos Suisses sont libéraux en matière de morale, influençables sur bien des slogans à la mode, naïfs sur bien des propositions qui leur sont faites… et pourtant quelquefois ils sont indirigeables et presque imprévisibles sur leur choix.

Est-ce la bonté divine qui se continue par l’intercession de notre bon saint Nicolas ? Est-ce un bon sens indéracinable ? Ou autre chose ? Je ne peux le dire !

D’où il me semblait intéressant de développer devant les séminaristes et les fidèles d’Ecône, le rôle du prêtre dans la société en m’appuyant sur les dires du chanoine Aubry1, prêtre dont Mgr Lefebvre encourageait la lecture et qui disait notamment ces mots qui ne vont pas dans le sens des encyliques de Benoît XVI, mais cependant dans le bon sens :

• Je constate que la vie chrétienne se retire à grands pas de la nation ; il semble que nous assistons à la réalisation de la prophétie : « Auferatur a vobis regnum Dei » (« Le Royaume de Dieu vous sera ôté », Matt XXI, 43). Je constate que nous avons des promesses sûres de réussir, si nous sommes fidèles aux lois de l’apostolat, et que ces promesses ne se réalisent pas. Je constate que, de par l’Evangile, nous avons mission de régir, de paître la société, et qu’aujourd’hui notre action ne porte plus que sur l’exception, sur des individualités ; ce n’est plus une action sociale.

• L’éducation ecclésiastique se désintéresse trop des intérêts sociaux, elle aboutit à un véritable scepticisme politique. S’exiler des affaires publiques, c’est pratiquer la séparation de l’Eglise et de l’Etat, c’est professer qu’il y a un ordre où l’évangile ne doit pas régner ; car partout où il doit régner, c’est par le clergé qu’il règne. Nous (les prêtres) devons laisser une trace, une empreinte profonde dans la société et nous sommes responsables du vide qui nous suit.

• Ce qu’il nous faut, ce ne sont pas des amateurs de religion, des hommes qui louent le christianisme sans le pratiquer, en libéraux ; ce qu’il nous faut, ce sont des chrétiens radicaux, des prêtres radicaux ; et quand les idées régnantes et le courant du siècle auront enlevé à l’Eglise la moitié, les 3/4, puis les 9/10, puis les 99/100, puis les 999/1000 de sa famille, si le 1/1000e qui lui reste alors ou qui lui reviendra est excellent et radical, tout sera gagné, parce que ce 1/1000e sera la semence saine et irréprochable avec laquelle il faudra recommencer l’apostolat.

Abbé Henry Wuillod

 

Chronique extraite du Rocher numéro 50- Bulletin du District de Suisse

 

Supérieur : Abbé Henry WUILLOUD
Prieuré Saint-Nicolas-de-Flüe
Solothurnerstrasse
4613 Rickenbach. SO
SUISSE
 
00 41 62 216 18 18
00 41 62 216 00 22
Le site de la Suisse

 

  Accéder au site du District de Suisse pour lire et vous abonner au "Rocher"

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 121

Le sacrement de pénitence

Camps d'été 2019

Pour garçons
et jeunes gens

Juillet 2019 : activités proposées par l'école Saint Joseph des Carmes (camp travaux, camp vélo)
Vox cantorum : camp de vacances pour garçons à partir de 8 ans - 30 juin au 6 juillet 2019 à Châteauroux (36)
Camp Saint-Joseph pour garçons de 8 à 13 ans à Bourg-Saint-Pierre, du 6 au 20 juillet 2019
Camp pour garçons de 10 à 15 ans à St-Aubin-d'Aubigné (35) du 8 au 21 juillet
Camp St-Pierre J-E. pour garçons de 14 à 17 ans au milieu des volcans d'Auvergne
du 11 au 26 juillet

Camps Saint-Pie X à l'Etoile du Matin à Eguelshardt du 12 et du 15 au 30 Juillet 2019
Camp Bx Théophane Vénard pour garçons de 8 à
13 ans du 17 au 30 juillet à Kernabat

Camp Saint-Dominique pour garçons de 13 à 17 ans en Dauphiné du 27 juillet au 10 août
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp garçons du 1er au 15 août 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)
Camp itinérant à vélo Raid Saint Christophe du 5 au 19 août 2019 pour les garçons de 14 à 17 ans

Pour filles et
jeunes filles

Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 10 au 19 juillet pour filles de 7 à 17 ans
à Châteauroux

Soeurs de la FSPX - Camp ménager du 23 juillet au 1er août pour jeunes filles de 15 à 18 ans à Châteauroux
Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 23 juillet au 1er août pour filles de 7 à 17 ans à Châteauroux
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp filles du 17 au 31 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Dimanche 21 juillet 2019
06:12 21:43