Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Chronique du District de Suisse : mai à juin 2008

Retour aux archives des chroniques du District de Suisse

Par monsieur l'abbé Claude Pellouchoud

Rédacteur en chef du "Rocher"

FEUILLES DE ROUTE DU DISTRICT DE SUISSE - Le Rocher n°54

 


1er mai 2008

Après bien des tâtonnements, le printemps semble vouloir enfin s’engager en ce beau jour de l’Ascension ; d’ailleurs à la sortie de la Messe à Bâle, les fidèles sont pressés… il semble que le premier pique-nique est agendé pour ce jour et c’est bien.

Devant me rendre en région zurichoise, et ayant un peu de temps à disposition, je profite de m’arrêter en un endroit qui m’intrigue depuis longtemps. C’est un point stratégique depuis la nuit des temps, au confluent de l’Aar et de la Reuss, c’est là que la famille des Habsbourg a bâti sa première demeure seigneuriale. Ce que l’on peut dire en premier lieu, c’est que l’endroit est admirablement bien choisi : à proximité de deux cours d’eau, politiquement bien centralisé en Europe et de plus, ce qui ne gâche rien, avec une superbe vue sur le Plateau suisse dominé au loin par les Alpes.

Superbe ! Ce qui est plus étonnant, c'est l'utilisation du château, qui est devenu un restaurant. Est-ce la réponse frisant la dérision de la Suisse aux monarques de tout poil qui ont pu avoir des vues sur notre pays, je ne sais ? Malgré tout, l'histoire de cette famille n'en reste pas moins magnifique, elle qui arriva à établir une domination de plusieurs siècles dans l'Empire romain germanique, puis en Espagne, en Hongrie, en Bohême. Au pied de la colline, il reste encore un joyau que la stupidité destructrice du protestantisme a laissé : c'est la collégiale de Königsfelden. C'était un couvent où les filles des nobles familles entraient comme clarisses au Moyen-Age, et qui a rayonné fort loin son influence.

La réforme par la puissante Berne a dépouillé le couvent de ses richesses ; ce qui reste, ce sont les splendides vitraux gothiques qui sont faramineux de beauté. Qu'on me montre une fois ce que le protestantisme a produit comme splendeur, alors je daignerai me montrer moins sévère à son égard. Dans tous leurs temples, s'il reste quelque chose qui vaut le détour, c'est un reste du catholicisme. Les faits sont têtus, mais ce sont les faits ! Le soir, j'ai encore la grâce de donner le sacrement de l'Extrême-Onction à une malade, et quelle belle récompense ! Vous auriez dû voir le sourire de joie profonde de cette âme. Ça, pas un rationaliste n'est capable de la causer ! En ce beau jour de l'Ascension, le divin Maître entrait dans le Ciel et Il montrait à cette malade qu'elle allait le suivre bientôt, et effectivement deux jours plus tard, elle entrait dans l'éternité.

 

3 mai 2008

A Olten, c'est cette fois aux vieux catholiques que va ma colère, et spécialement à leur «présidente» qui estime notre présence devant leur édifice indue : elle n'a rien contre l'avortement. Incroyable ! Heureusement que je ne peux pas écrire tout ce que je pense, car elle en prendrait bien pour son grade et votre vocabulaire risquerait d'être enrichi d'une mauvaise manière. Bref, nous nous retrouvons donc, menés par l'association « Oui à l'enfant » devant la Vierge de Guadalupe pour chanter publiquement le chapelet.

L'abbé Weber, responsable de cette oeuvre, a composé une courte et profonde méditation entre chaque Ave. Prier pour les victimes que sont les enfants et leurs mères, supplier le Bon Dieu de pardonner ces crimes qui montent vers le Ciel en criant vengeance. Cette manifestation doit devenir habituelle, neuf fois par année. Que nos fidèles n'hésitent pas à inviter leurs amis, c'est un biais pour faire connaître la Tradition. Nous y apparaissons pleins de miséricorde et du désir d'aider. Nous n'y faisons pas peur, comme cette petite fille qui durant notre prière, déambulait sur son petit vélo : l'enfant sentait qu'elle était protégée et en paix.

 

10 mai 2008

Il y a des événements dans la vie qui ne manquent pas de montrer que le temps passe et que l'éternité approche. En ce jour dans notre église de Delémont se marie celle qui était la plus jeune des paroissiennes lors de mes premières années de sacerdoce, et maintenant c'est "madame", encore un peu on deviendrait mélancolique. L'apéritif nous emmène bien loin des sentiers battus, auprès d'une belle tour qui domine l'Ajoie, un haut-lieu pour la Damassine, donc comme vous le savez tous, nous sommes au château de la Pleujouse. La Damassine est une fine eau-de-vie provenant de la prunelle sauvage des collines jurassiennes, et son bouquet est vraiment remarquable. Cor des Alpes et cornemuses jouent leurs aubades, et le mélange des genres est apprécié. Il est du moins très intéressant de constater un engouement pour tout ce qui est folklorique. Nous avons tellement besoin de racines, c'est manifeste, tout le monde le comprend et y revient. sauf l'Eglise officielle qui poursuit son cavalier seul alors que l'orgue, l'encens, la soutane et le grégorien avec la foi de toujours auraient assez vite fait de remplir les églises.

 

15 mai 2008

Il y a deux ans que je n'ai assisté à la fête de l'école de Mels, et c'est avec bonheur que je puis constater l'évolution. Les élèves ont toujours à coeur de montrer devant les leurs, leurs talents d'artistes. Ceux-là riment, ceux-là chantent, ceux-ci instrumentisent, et ces derniers étalent des prouesses de comédiens. La magie des planches fait son effet, on les retrouve transformés. Les jeunes aiment la comédie et le théâtre, il me semble même plus qu'auparavant. Ils sont à l'aise dans le paraître et le virtuel. Y a-t-il encore un phénomène de société là-dessous, la question vaut d'être posée pour les enseignants. Ils nous ont pourtant bien enchantés par leurs innocentes malices, et tous les parents ont été convaincus de l'atmosphère de l'école et du bon travail accompli par le corps enseignant de l'Institut Sancta Maria.

 

24-25 mai 2008

La météo annonçait beaucoup de précipitations, aussi c'est un peu le coeur lourd qu'on est parti pour la Suisse centrale. Car là quand il pleut, il pleut et le plafond est très bas. Le charme des lacs, les collines verdoyantes, les montagnes se font encore plus abruptes et grises, alors ce n'est guère engageant. Mais les prévisions humaines ont l'avantage de se tromper assez facilement, et le soleil brilla sur les pourtours du lac des Quatre-Cantons. Accompagné d'une belle jeunesse, nous découvrons les racines historiques de notre Suisse chérie : Tell-Platte, Grütli, Hölle-Gasse, Schwytz, Einsiedeln, Morgarten, Sempach, Neuenkirch et Vater Wolf, et pour finir la magnifique abbaye de St Urban. L’histoire de notre pays est moins riche de crimes, de trahisons, de guerres que les contrées qui nous avoisinent, cependant l’héroïcité s’est révélée dans la simplicité et la fidélité à supporter le poids de l’ordinaire. Il suffit de se rendre au Grütli pour comprendre cette vérité : « Grütli, terre sacrée, image de notre terre, pour te donner une âme, une volonté, une voix, nous, le peuple triple et un, nous avons créé à notre ressemblance trois hommes, trois héros qui se donnent la main. (…) Ils sont là, ils seront éternellement là, tant que nous serons comme nos pères ; tant que nous parlerons nos trois langues, tant que du Saint-Gothard les eaux s’écouleront vers trois mers »(1). Si le départ a été un peu lourd, la marche sur les traces de nos aïeux a élevé nos âmes et notre amour du pays va plus loin que la simple beauté de la nature, il remonte à travers l’histoire jusqu’à la divine Providence qui a voulu et permis cette belle histoire Suisse.

(1) Cités et pays suisses, Gonzague de Reynold.

1er juin 2008

Le détour vers Lucerne valait vraiment la peine en ce premier dimanche du mois du Sacré-Coeur, car notre église de Littau inaugurait par un concert son nouvel orgue. Découvert en Allemagne, il a été acheté pour une fort modique somme après consultation de notre expert M. l'abbé Leonhard Amselgruber. Totalement rénové, cet orgue de consonance romantique s'est parfaitement intégré dans notre église et lui donne un nouveau cachet. Comme il est difficile de vous donner une idée du concert qui passa de John Stanley à Felix Mendelssohn- Bartholdy, puis de Camille Saint-Saëns à Josef Rheinberger en nous faisant encore découvrir José Maria Usandizaga, pour la plupart des auteurs relativement récents et encore plus relativement connus. Voici quelques données techniques qui vous laisseront bouche bée : c'est un Nelson 16/II+P (année de construction 1936) monté tout d'abord en Angleterre. Dans le cercle des orgues en Suisse, c'est certainement une rareté. Cet orgue dispose donc de 17 registres divisés sur deux claviers et un pédalier. En tout, cela représente 1055 tuyaux. Les experts sont unanimes, grâce à Dieu, cela a été une bonne affaire.

 

9-10 juin 2008

Faites attention au lieu où vous parquez, ou alors ayez une vieille voiture "pas trop dommage". C'est la conclusion de notre sortie sur les hauts de Grenchen sur la crête du Jura, car les génisses, créatures curieuses et frivoles, ont un intérêt marqué et marquant pour certaines marques de voitures ! Le plus remarquable, les prénommés "Markus" se virent gratifiés le plus sérieusement du passage du troupeau. Mais heureusement cette embêtante finale ne troubla pas cette rencontre au sommet, où les confrères se côtoyèrent avec un évident plaisir.

Il y eut même un petit concours, avec questions bibliques et historiques, accompagnées d'un petit circuit pour vélocipédiste et lancer d'une lourde balle. Pour la petite histoire, c'est le duo P. Bayer - Br. Franz qui devança allégrement les autres équipes, mais il aurait fallu voir comme certains cherchaient à grapiller les secondes pour saisir tout l'enjeu de la compétition. et pourtant il n'y avait aucune mutation en jeu !

 

14 juin 2008

Le cadre idyllique de l'école de Schönenberg convient parfaitement pour l'organisation de remise de diplôme. Tout d'abord la belle église qui, lorsque les voix s'unissent pour chanter une messe de Mozart, nous fait découvrir un petit air de paradis. Puis le parc ombragé soulageant des premières ardeurs de l'été, les vieux murs qui restent silencieux sur tous les secrets qui s'échangent toujours dans une école de jeunes filles. Mais attention la cérémonie commence, on se lève pour chanter les hymnes patriotiques, puis les discours fusent car les notables du lieu ne manquent pour rien au monde ce dénouement de l'année scolaire ; alors quelques larmes se mettent à faire briller quelques regards. Les petites apportent aussi leurs souhaits à celles qui vont s'élancer dans la vie : elles leur souhaiter beaucoup de bonheur et surtout un charmant jeune homme pour continuer à deux sur le chemin de la vie. Intéressant, cet unique idéal !

 

16-17 juin 2008

Les cartes et les curés. mettez-les ensemble, et qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il fasse un temps mirifique, ils seront toujours contents. C'est tellement sympathique de les voir ! De les entendre, c'est encore plus drôle, car c'est la petite note ecclésiastique qui vient constamment pimenter les plis qui se succèdent. Je ne vous en dirai pas plus car c'est notre petit monde à nous, et nous laissons volontiers les autres hors de nos rencontres amicales qui se déroulent une fois l'an. Mais simplement pour vous démontrer que nous ne nous sommes pas encroûtés dans un chalet de montagne, je vous laisse voir notre frère suspendu dans les airs sous le paternel contrôle de l'abbé Demierre. C'était sur les hauts du col du Pillon entre deux bancs de brouillard et un timide soleil.

 

20-26 juin 2008

Le prêtre est facilement honoré et le supérieur encore plus. Nous les voyons bien souvent recevoir quelques coups d'encensoir (au figuré normalement !). Et nous savons bien que ce n'est pas le pauvre pécheur qui reçoit cette fumée d'encens, mais le sacerdoce de Jésus-Christ. En cette fin juin, un honneur plus redoutable et qu'on laisse généralement bien volontiers à d'autre m'est proposé : prêcher la retraite pour les futurs prêtres. Ce premier mouvement provient de ce que ces derniers ont toutes leurs études de théologie fraîchement en tête, et alors on se les imagine à notifier cruellement toutes les hérésies matérielles qui vont être débitées par le prédicateur. Après réflexion, on se raisonne car un avantage non négligeable nous est laissé : nous avons le choix des armes ! Oui, si on est pratique, si on reste sur le terrain de l'expérience, il nous reste là tout de même quelques longueurs d'avance. Et c'est ce qu'ils attendaient ! A la sortie du séminaire, il y a une certaine soif d'apprendre sur le concret de la vie sacerdotale : vie de prière du prêtre, comment vit-on au prieuré, nos rapports avec les fidèles, les défauts qui s'incrustent avec le temps, etc. En plus de ce bon public, il y avait le lieu enchanteur d'Enney ; enfin tout a fait que cet honneur fut moins difficile à assumer que prévu initalement. Et puis de toute façon, tout est grâce.

 

27-28 juin 2008

Ravi, mille fois ravi en ce jour des ordinations à Ecône. Nous avons entendu une réponse épiscopale à l'ultimatum du Cardinal Castrillon Hoyos. Principes et hauteur de vue s'appuyant avec justesse sur les écrits du grand saint Paul, Mgr de Galarreta pouvait ainsi clairement démontrer la voie de la Fraternité. Pas de polémique, pas de prise à partie, encore moins de justification, la foi qui domine et éclaire, reste le chemin de la Tradition catholique. Et c'est pour cela que « nous nous revendiquons de Mgr Lefebvre » lanca fièrement notre évêque hispanique, car Mgr Lefebvre a été fidèle au combat de la foi jusqu'à subir les foudres de Rome, et que nous, ses disciples, nous ne voulons pas craindre de subir les mêmes condamnations. J'ai dû me retenir de ne pas applaudir !

Nous n'avons pas pu rester bien longtemps à Ecône, car le lendemain déjà, débutait la même cérémonie à Zaitzkofen, mais plus à l'ombre, ce qui n'est pas négligeable en l'occurrence. Même Mgr Tissier est venu certes un peu plus tard, mais cela provenait d'un accord fait tacitement avec son ange gardien : « S'il me réveille dans la nuit, j'y vais ! » Et "tatsächlich", à 3h30 du matin un ange passa, et Monseigneur obéit à la délicate injonction de son "chérubin" d'ange gardien. Il n'y eut qu'une ordination, celle de notre compatriote Markus Kretz (avec un tel prénom, il a meilleur temps de commencer avec une veille voiture.). Il ne fut pas dit cependant que la fête devait être moins belle. Les Allemands se sont beaucoup déplacés, pour manifester leur amour du sacerdoce catholique, car un prêtre c'est un prêtre !

 

Abbé Henry Wuillod

 

Chronique extraite du Rocher numéro 54 - Bulletin du District de Suisse

 

Supérieur : Abbé Henry WUILLOUD
Prieuré Saint-Nicolas-de-Flüe
Solothurnerstrasse
4613 Rickenbach. SO
SUISSE
 
00 41 62 216 18 18
00 41 62 216 00 22
Le site de la Suisse

 

  Accéder au site du District de Suisse pour lire et vous abonner au "Rocher"

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 121

Le sacrement de pénitence

Camps d'été 2019

Pour garçons
et jeunes gens

Juillet 2019 : activités proposées par l'école Saint Joseph des Carmes (camp travaux, camp vélo)
Vox cantorum : camp de vacances pour garçons à partir de 8 ans - 30 juin au 6 juillet 2019 à Châteauroux (36)
Camp Saint-Joseph pour garçons de 8 à 13 ans à Bourg-Saint-Pierre, du 6 au 20 juillet 2019
Camp pour garçons de 10 à 15 ans à St-Aubin-d'Aubigné (35) du 8 au 21 juillet
Camp St-Pierre J-E. pour garçons de 14 à 17 ans au milieu des volcans d'Auvergne
du 11 au 26 juillet

Camps Saint-Pie X à l'Etoile du Matin à Eguelshardt du 12 et du 15 au 30 Juillet 2019
Camp Bx Théophane Vénard pour garçons de 8 à
13 ans du 17 au 30 juillet à Kernabat

Camp Saint-Dominique pour garçons de 13 à 17 ans en Dauphiné du 27 juillet au 10 août
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp garçons du 1er au 15 août 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)
Camp itinérant à vélo Raid Saint Christophe du 5 au 19 août 2019 pour les garçons de 14 à 17 ans

Pour filles et
jeunes filles

Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 10 au 19 juillet pour filles de 7 à 17 ans
à Châteauroux

Soeurs de la FSPX - Camp ménager du 23 juillet au 1er août pour jeunes filles de 15 à 18 ans à Châteauroux
Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 23 juillet au 1er août pour filles de 7 à 17 ans à Châteauroux
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp filles du 17 au 31 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Jeudi 18 juillet 2019
06:08 21:46