Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Chronique du District de Suisse : septembre-octobre 2009

Retour aux archives des chroniques du District de Suisse

Extrait du Rocher

Rédacteur en chef : abbé Claude Pellouchoud

FEUILLES DE ROUTE DU DISTRICT DE SUISSE - Le Rocher n°62

6 septembre 2009

Une paroisse suisse, quelque part dans le Fricktal, fêtait ce jour-là ses 800 ans d’existence… ; à Wil, une petite fête est organisée pour célébrer les 25 ans de la Tradition. Le rapport est drôle, ils ont les années, mais nous avons la Tradition. Oui, ces 25 ans de Tradition à Wil, il valait certainement la peine qu’on s’y arrête quelques instants afin de voir ce qui a été fait et surtout par qui cela a été réalisé ! Même le deuxième Assistant de Mgr Fellay, M. l’abbé Nély, a fait le déplacement. S’il parle déjà passablement de langues, il n’a pas encore eu le temps d’apprivoiser l’allemand. Ainsi il laisse miséricordieusement la place à un autre pour l’homélie.

Comme Wil est maintenant bien spacieux, avec surtout une belle église, il semblait important de faire entendre un texte de saint Athanase qui revenait souvent dans les premières années du combat. Car les jeunes notamment ne réalisent pas trop les enjeux de ces luttes des années 70 et suivantes pour garder la foi de nos ancêtres. Toutes les messes anciennes étaient alors célébrées dans des chambres, des salles, des entrepôts… tout était bricolé et était fait comme on pouvait ! Aussi le texte du grand défenseur de la foi au IVe siècle venait à point nommé pour consoler les fidèles désemparés devant la dislocation de ce qui était pour eux l’Eglise visible : les évêques, les prêtres, les cérémonies, etc. Lisons plutôt :

« Que Dieu vous console !... Ce qui vous attriste aussi, c’est que les autres ont occupé les églises par violence, tandis que vous, pendant ce temps, vous êtes dehors. C’est un fait, ils ont les locaux : mais vous avez la foi apostolique. Eux, ils peuvent occuper nos églises, mais ils sont hors de la vraie foi. Vous restez, vous, en dehors des lieux de culte, mais en vous demeure la foi. Réfléchissons : qu’est-ce qui est le plus important, le lieu ou la foi ? La vraie foi, c’est évident. Dans cette lutte, qui a perdu, qui a gagné, celui qui garde le lieu ou celui qui garde la foi ?
Le lieu, c’est vrai, est bon quand on y prêche la foi apostolique ; il est saint, si tout s’y passe saintement... C’est vous qui êtes heureux, vous qui restez dans l’Église par votre foi, vous qui tenez fermement aux fondements de la foi qui vous est parvenue de la Tradition apostolique, et si, à maintes reprises, une jalousie exécrable a voulu l’ébranler, elle n’y a pas réussi. C’est eux qui s’en sont détachés dans la crise présente.
Personne, jamais, ne prévaudra sur votre foi, frères bien-aimés. Et nous croyons que Dieu nous rendra un jour nos églises. Ainsi donc, plus ils s’acharnent à occuper les lieux du culte, plus ils se séparent de l’Église. Ils prétendent représenter l’Église, en réalité ils s’en expulsent eux-mêmes et s’égarent. Les catholiques fidèles à la Tradition, même s’ils sont réduits à une poignée, voilà ceux qui sont la vraie Église de Jésus-Christ. »

Le Seigneur a fait des merveilles, saint est son Nom ! Il en fait encore et Il continuera d’en faire. Souvenons-nous de ses serviteurs qui ont si bien oeuvré pour Lui… Certains sont déjà en train de jouir de la récompense dans le Ciel éternel.

20 septembre 2009

Encore une fête… Il faut un bon foie pour être supérieur ! Mais rien à faire, on aime voir ces rassemblements de fidèles soit dans l’église soit dehors. Devant l’église de Littau, la paroisse « jubile » pour le premier anniversaire de la consécration de son temple. Bon enfant, simple et familial, c’est la recette pour combler les âmes, c’est le remède contre l’abrutissement de notre société sophistiquée et complexe. C’est surtout le lieu pour échanger avec des personnes ayant les mêmes principes chrétiens (du moins je l’espère !), et cela aussi est capital, tellement le fossé avec « les autres » est profond.

 

20 au 22 septembre 2009

Chaque fois que je passe à Mels, je vois cette belle petite propriété mais étriquée pour cette ribambelle d’adolescents qui ont besoin d’espace pour laisser sortir leur trop-plein d’énergie. Ma foi, c’est aussi la part qu’ils prennent à la crise de l’Eglise, avant que nous puissions nous installer dans un lieu plus approprié. Pendant ce temps, l’école qui a connu quelques changements durant l’été semble avoir trouvé son rythme de croisière.

Nos écoles, après les premières années où on pouvait vivre et compter sur beaucoup d’aide et de bénévolat, se voient toujours plus contraintes de travailler professionnellement, de par les exigences étatiques et celles aussi de nos parents. C’est très bien de fait, le but étant de donner la meilleure formation et éducation à nos enfants. Quant au prix, nous préférons faire confiance en la Providence, c’est elle qui tient le cordon de la bourse et c’est très bien ainsi.

 

28 septembe 2009

Je vous propose une petite galerie de photos pour illustrer notre réunion de prêtres à Littau. En effet, il m’avait semblé intéressant de constater comment nos prêtres cernaient le problème de la nouvelle messe et quel argumentaire ils choisissaient pour la contrer. Comme la validité n’est pas contestée, il s’agit de bien connaître son aspect vénéneux pour les âmes : c’est-à-dire mettre en relation le poison instillé avec le dogme non pas nié mais touché. Aussi on les voit se pencher en petits groupes sur la question… Pas forcément facile d’analyser les différents éléments du poison.

 

5 octobre 2009

Nous abordons un thème capital lors de notre réunion de prêtres à Enney : le voile des femmes à l’église, et ce alors que les affiches anti-minarets présentent une femme burqisée dans nos rues. Le débat semble anodin alors que la crise fait rage au dehors et que les âmes se perdent par milliers : ne serait-il pas plus judicieux de voir ailleurs ? Il est toutefois intéressant de constater que saint Paul vivait également dans un monde à convertir, et cependant il n’hésita pas à mettre des normes de tenue visant à un ordre ecclésial.

Ces mêmes normes ont perduré durant 2 000 ans et étaient même fixées comme loi dans le droit canon. Qui donc aurait l’autorité ou même l’audace de déclarer que les paroles inspirées de l’Ecriture sont dépassées ou abolies du fait de la modernité de notre époque ? Nous avons trouvé une belle unanimité dans les prêtres de Suisse romande sur les deux points suivants : la loi du port d’un vêtement couvrant la chevelure des femmes reste de précepte, et la conséquence qui en découle : celle qui désobéit au précepte commet une désobéissance, ce qui est la définition du péché.(1)

Maintenant que j’ai écrit cela, je me demande bien comment la Suisse allemande va traduire ce passage, car là-bas il y a comme une tradition de tête découverte. Nous demandons quelquefois si ce n’est pas la sempiternelle tentative d’Eve de se libérer de son rapport à Adam ! Bon, pour conclure, si certaines donnaient mieux l’exemple, on n’aurait certainement pas besoin de perdre du temps sur cela, car il y a tant de choses à réaliser !

 

6 et 7 octobre 2009

Passage à Vouvry chez les deux frères Maret. Avec l’aîné, le prieur, nous nous entretenons du développement de Monthey, où il y a beaucoup à faire et à suivre avec la nombreuse jeunesse qui fréquente la chapelle. Mais là aussi, on entend le même refrain, qu’« avant » il y avait plus de générosité, on usait alors davantage des agenouilloirs pour la prière. C’est vrai de fait, il y avait beaucoup plus de prières, par les pèlerinages, par les nuits de prière ; mais il me semble qu’il ne faut pas négliger non plus les efforts de bien des parents pour mener une vie chrétienne dans le cadre d’une de nos paroisses, avec la messe en semaine, le chapelet en famille, le soutien aux écoles.

A l’époque, tout ce réseau de vie ecclésiale n’existait plus, mais il a été refait et ces familles en sont les pièces maîtresses. On peut toujours espérer plus de générosité, mais il ne me semble pas très juste de vouloir trop comparer avec « avant ». Pour revenir à Monthey, quelques idées avancent dans le sens de réunir le prieuré et la chapelle en un seul lieu. Pourquoi pas si c’est réalisable…

Avec l'autre abbé Maret, c’est Lausanne qui nous préoccupe. Lausanne est un bel exemple de la confiance qu’on peut donner à nos évêques diocésains. Autrement dit, c’est le feuilleton de l’été… Un prêtre, ancien de la Fraternité, aidait à l’apostolat pour la chapelle des conservateurs. Mgr Genoud que l’on connaît tellement magnanime dans ses représentations médiatisées, juge alors la collaboration impossible et exige que l’abbé prenne aussi la nouvelle messe. Donc mise en touche. Elle ne fait pas envie, cette Eglise conciliaire, et c’est tout à fait dans le ton des années 70. Mgr Masson, le premier directeur d’Ecône, a publié d’intéressants témoignages sur les évêques d’alors… On pourrait vraiment chanter avec Dalida : « Non, tu n’as pas changé, tu es toujours le même ! » Peut-être un peu inconvenant, mais tellement vrai.

 

10 octobre 2009

Le traditionnel passage dans le Messocco à San Vittore pour le pèlerinage à Notre-Dame de la Salette. C’est un peu étrange de trouver cette dévotion dans cette vallée, surtout que pas très loin dans les Grisons existe la Vierge de Ziteil, plus ancienne de plus de trois siècles et qui rappelle si étrangement la Vierge de la montagne qui annonce des châtiments divins. Mais l’abbé du lieu, Don Comolli, raconte que c’est suite aux persécutions de la France laïque du début du XXe siècle que des religieuses françaises vinrent s’installer dans la région et y apportèrent le culte marial à Notre-Dame des hauteurs de Grenoble. Il est d’ailleurs étonnant dans le sanctuaire de voir que la Vierge est de facture très classique et n’a rien à voir avec la Vierge qui pleure, mais deux enfants sont à ses pieds, ce qui explicite tout.

Bien des fidèles nous firent le reproche justifié que peu de réclame avait été faite pour cette occasion. Nous allons essayer de mieux faire la prochaine fois, mais notez déjà, c’est le deuxième samedi du mois d’octobre, alors que le Tessin se pare de ses premières couleurs automnales, que nous avons la joie de célébrer la sainte Messe traditionnelle dans une antique et magnifique église.

 

11 octobre 2009

L’abbé Niklaus Pfluger nous fait l’honneur d’un déplacement en terre jurassienne pour bénir les vitraux apostoliques de Delémont. Les douze disciples du Seigneur ont pris place dans la nef et assistent majestueusement aux offices de la communauté. La première église de notre district voit ainsi couronner son embellissement. Un tel acte ne saurait avoir de portée réelle si les âmes de nos chers Jurassiens étaient moins belles, mais au contraire quelle signification merveilleuse si elles manifestent cette réalité !

Aussi le sermon vibrant du premier Assistant du Supérieur général appelle à cette manifestation de la foi, à cette ardeur à combattre le bon combat, comme il a pu les connaître dans les débuts. Cette belle journée se termine par une visite d’amitié auprès du cher et vaillant combattant de Fahy et de son épouse bien éprouvée dans sa santé… Le Bon Dieu sait bien sur qui il peut compter pour le soutenir dans cette passion de l’Eglise qui durera jusqu’à la fin du monde. C’est bien émus que nous reprenons la route pour Oensingen.

 

19 octobre 2009

Pour cette réunion des recteurs des écoles de la Fraternité, nous avons recherché une ligne « politique » visant à la formation d’une élite dans le but prochain de donner le maximum de possibilités à un jeune appelé à la vocation d’y répondre le plus parfaitement possible. Au niveau des études, cela devra se faire par une formation aux humanités grecques et latines, laquelle, si elle n’est pas pleinement réalisable dans un premier temps, restera cependant le but essentiel du gymnase.

Pour l’atteindre, il faudra s’en donner les moyens, ce qui sous-entend que le latin devra débuter avec les classes primaires. Notre époque veut l’anglais et l’allemand comme deuxième et troisième langues, alors que le niveau de la langue maternelle diminue sans cesse. Il y aurait tant d’exemples à donner sur ce point, nos aïeux parlaient et écrivaient beaucoup mieux que nous, alors qu’ils n’avaient que quelques heures de français, mais, grande différence, ils avaient une base classique. Il n’y a rien à inventer, là aussi soyons traditionnels.

 

26 octobre 2009

Encore une belle figure qui part et que nous enterrons en ce jour. Zélé et généreux défenseur de la Tradition, M. Frey d’Ettingen s’en est allé après une dernière et pénible maladie. C’est son fils prêtre, l’actuel Directeur de notre séminaire de Zaitzkofen, M. l'abbé Stefan Frey, qui préside la cérémonie.

Ces belles âmes combatives qui partent, ces fortes âmes qui eurent le caractère et le tempérament nécessaires pour dénier les injustices flagrantes de la réforme moderniste dans l’Eglise, ces âmes nous ont souvent dit leur impression que la nouvelle génération était – gentiment dit – déjà un peu installée et que le sacrifice lui faisait souvent peur…

Ce qui est sûr, c’est qu’avec le départ de tant de braves, la Fraternité perd ses plus fidèles ; ils ont tout donné pour elle et donc en définitive pour l’Eglise catholique romaine. Nous sommes bien certains qu’une véritable reconnaissance leur est réservée pour le Ciel.

Abbé Henry Wuillod

 

(1) Le péché est une désobéissance à la loi divine (soit légère et donc vénielle, soit grave et donc mortelle.

 

 

Chronique extraite du Rocher numéro 62 - Bulletin du District de Suisse

 

Supérieur : Abbé Henry WUILLOUD
Prieuré Saint-Nicolas-de-Flüe
Solothurnerstrasse
4613 Rickenbach. SO
SUISSE
 
00 41 62 216 18 18
00 41 62 216 00 22
Le site de la Suisse

 

 

  Accéder au site du District de Suisse pour lire et vous abonner au "Rocher"

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Messes en direct
depuis Saint Nicolas du Chardonnet

Voir les horaires

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 125

L'ordre

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Vendredi 18 octobre 2019
08:17 18:55