Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Chronique du District de Suisse : juillet-août 2010

Accès aux archives des chroniques du District de Suisse

Extrait du Rocher

Rédacteur en chef : abbé Claude Pellouchoud

FEUILLES DE ROUTE DU DISTRICT DE SUISSE - Le Rocher n° 67

30 juin au 3 juillet 2010

Qu’est-ce qui se passe à Ecône ? Un canard romand fait sa une en titrant : « Il est là ! » D’ailleurs le nombre de prêtres le jour des ordinations a atteint un nouveau record, qui au contraire de la plupart des ordres religieux actuels peut encore être battu, avec 186 prêtres imposant les mains aux nouveaux ordonnés. Il se passe donc que les quatre évêques, les supérieurs de séminaires, de districts et de maisons autonomes sont réunis par le supérieur général pour une petite session. Donc, que Le Matin se rassure, Mgr Williamson n’est pas là pour nourrir ses cancans.

Ce que recherche Mgr Fellay par de telles rencontres, ce n’est pas d’agir comme un chapitre général, mais plutôt de prendre conseil et aussi le pouls de l’ensemble de la Fraternité sur certaines questions : par exemple celle de l’ordinateur et ses succédanés, natel, palm, wifi et autres. Ces machines possèdent une fâcheuse tendance à envahir bien que leur taille diminue singulièrement ; mais soit avec le temps, soit avec l’information, soit avec les lieux, elles deviennent quasi omniprésentes. Donc il faut les limiter, et là se situe tout le problème… entre le archipratique et le archi-dangereux des engins il faut définir une limite… alors les archi-audacieux ne seront jamais d’accord avec les archi-prudents. D’où le besoin du chef qui tranche la question avec les lumières qui lui sont imparties, et ce en vue du bien commun de la Fraternité.

Enfin ce qu’on peut encore dire dans un journal de route, c’est que l’esprit était très bon ; on y sent l’amour de la famille de la FSSPX. Evidemment cela s’est révélé tout au long de ces trois jours, mais surtout lors d’une petite soirée bien sympathique où chaque confrère se levait pour chanter un air de son pays : on a eu droit à « God save the queen », au « plat pays » qui est le leur, « San Giorgio », etc.

 

10 juillet 2010

Dans la demeure du général Guisan, à Lausanne au bord du lac Léman, se déroule une émouvante cérémonie ; c’est la première Messe de l’abbé Romanens.

Pouvoir célébrer dans cette propriété est hautement symbolique pour nous Helvètes, car le général Guisan a défendu notre patrie, non pas seulement les frontières, ce qui serait déjà beaucoup, mais il a de plus travaillé avec ténacité à développer l’esprit d’indépendance de notre pays et l’amour de la défense de la patrie chez notre armée. Et s’il resta malheureusement protestant (peut être de coeur alla-t-il plus loin avec un chapelet dans sa poche), il n’en demeure pas moins qu’il a bien mérité de l’Helvétie. Le général a su protéger nos valeurs malgré l’ampleur des forces « kolossalement » supérieures qui ceinturaient nos frontières, et voilà le symbole de ce petit troupeau de la Tradition qui garde sa foi malgré le flot d’idées pernicieuses qui s’abat continuellement sur lui.

Si l’image du petit village gaulois qui résiste à l’envahisseur romain peut s’adapter à notre Suisse durant la deuxième guerre mondiale, elle s’ajuste encore mieux à notre réalité, car notre potion magique est le saint sacrifice de la Messe, source de vie, de grâce et d’espoir. Voilà donc notre abbé Romanens lancé dans la lutte, armé de son pouvoir sacerdotal, afin de défendre une petite portion du troupeau contre les raz-de-marée destructeurs du monde moderne. Que la belle foi patriotique du général se transforme en une forte foi surnaturelle pour notre abbé ! Que le Dieu de nos pères entende notre prière !

 

24 au 31 juillet 2010

La fière vallée de Saas dans le Haut- Valais nous accueille pour le camp des adolescents. Comme le groupe est petit, cela permet d’envisager des ascensions de qualité. Nous avons la joie de bénéficier du concours d’un jeune abbé valaisan, qui va nous permettre certains rêves de succession, mais surtout de posséder une tête de cordée solide en qui on peut avoir confiance. Car il y a de sérieuses responsabilités à s’engager sur les crêtes de nos Alpes avec ces gros loulous.

Chaque année, la première marche est importante, cela permet de tester la résistance, mais aussi la manière de marcher : l’équilibre, l’habileté, la force, l’assurance. L’alpiniste est souvent jaugé sur les chemins de cabane. Et ce premier jour nous montre un jeune adulte moins fier que lorsqu’il a la clope au bec un peu plus bas dans la vallée, ouh là ! c’est parti trop vite pour lui… Cela ne lui évitera pas certains sarcasmes, car à 3 000 mètres il faut assumer.

Il y a chaque année beaucoup de joie à faire découvrir au détour d’une voie d’escalade ou d’une ascension, un bouquetin qui broute, une saxifrage qui émerge d’une fissure, ou la splendeur rayonnante d’un lever de soleil sur les Mischabels. Dieu ne cesse de montrer des étincelles de sa bonté et de sa beauté, mais une étincelle est par définition éphémère, d’où l’importance d’éveiller ces jeunes à ces merveilles. Car cette année encore, on a pu constater l’effet de l’influence. Un copain peut être une aide véritable ou un frein tout aussi véritable. C’est fou ce qu’une âme un peu pusillanime peut verser de mollesse et d’apathie chez ses copains, au point qu’ils en deviennent physiquement fatigués rien qu’à le voir. Enfin cela ne nous a pas empêchés de faire de beaux tours, de toucher de la belle roche, et de contempler de somptueux paysages.

 

4 août 2010

Les incessants et omniprésents travaux de nos autoroutes me font rouspéter contre cette capacité de ralentir nos voies express, mais traversant ensuite la France, un autre motif vient nourrir mes griefs : ces bouchons aux péages et les coûts exorbitants de ces routes rapides. Mais enfin, une Helvète allait revêtir l’habit dominicain à Fanjeaux, le sacrifice en valait donc la peine. On aime bien les vocations… surtout lorsqu’elles n’entrent pas trop loin ! Je plains et j’admire toutes ces familles qui avec une abnégation et un courage admirables font régulièrement ces longs itinéraires afin de passer quelques instants avec leur enfant chéri.



- au premier rang : Frère Michel, OFM. (frère de la nouvelle novice), M. l'abbé Philippe Lovey,
Mère Marie-Tarcisius (soeur de l'abbé Lovey), Mère Marie-Espérance (nouvelle novice),
Mère Myriam Nicolas (Soeur de M. l'abbé Pelouchoud) et mère Marie-Lucie (debout au premier rang) ;
- au deuxième rang : Mère Marie-Claude, Mère Jean-Emmanuel, Mère Thérèse-Elisabeth
(soeur des abbés Pfluger senior et tante des autres abbés Pfluger), Mère Marie-André,
Mère Générale Marie-Geneviève (la seule non Suissesse de la photo), mère Marie-Nicolas ;
- au dernier rang, les abbés Henry Wuilloud, supérieur de district, Marc Jacot
et le séminariste Thibault Favre (frère de la nouvelle novice).


Les religieuses sortaient ainsi de leur retraite, resplendissantes d’un feu que le prédicateur avait allumé dans ses fortes instructions, il faut dire que le thème était chaud puisqu’il tournait précisément sur le feu. Le problème, parce qu’il y a toujours un problème !, le prédicateur était notre abbé Lovey, et ainsi toutes les révérendes charmées le veulent pour leur école respective, aussi vous serez sans étonnement aucun lorsque vous entendrez la réponse : « Il n’y a pas le feu au lac ! » Original, non ?

Nous avons eu la grande joie de faire connaissance avec les Suissesses dont on avait entendu les noms, mais qui avaient quitté la mère patrie voici bien longtemps. Voici la photo qui les rassemble toutes – cela tient de la gageure – sous la houlette de leur Mère Générale Marie-Geneviève.

 

8 août 2010

Présence à Littau/Lucerne. Avec la ronde des permutations de prieurs, il faut commencer avant le 15 août les au revoir ou les adieux des prêtres.

Lorsqu’on a oeuvré de tout son coeur et de toutes ses forces pour une communauté d’âmes, on comprend aisément ce qui se passe là, dans le coeur du prêtre : il a dû être père ayant le souci d’enfants, de familles, d’oeuvres diverses, de bâtiments, de l’église. Après plusieurs années, les liens s’affermissent, s’affinent. Il a dû accompagner tant et tant de misères, mais de joies aussi, qu’il est devenu un des leurs, et voilà que l’appel du Seigneur retentit pour aller dans un autre pâturage afin de prendre soin de brebis qu’il ne connaît pas encore. Alors une blessure est ouverte, quelquefois ce n’est pas la première, qui lui permet de ressembler un peu mieux au bon Pasteur qui veut que son serviteur donne sa vie pour les âmes, et cela se réalise lorsqu’il quitte ceux qu’il aime : « Comme prêtre, disait don Putti, je tiens plus du chien que du chat ; car le chat tient au lieu tandis que le chien tient au maître. »

Alors si le bon Maître nous entraîne jusqu’au bout du monde, il faut être prêt à y aller, du moment qu’Il vienne avec nous, c’est « que du bonheur » comme disent les jeunes actuellement ! Notre abbé Bayer s’est beaucoup donné, et nous voulons ici réitérer notre gratitude pour sa générosité dans sa tâche. Il a été un excellent artisan pour apporter à l’église de Littau son état d’achèvement : autels, orgue, statues, etc., nous sommes dans un lieu bien digne. L’école a bénéficié particulièrement de sa compétence, notamment envers les reconnaissances étatiques qu’il a obtenues à notre grande satisfaction. Tous nos bons voeux l’accompagnent là-bas dans la capitale allemande, où à l’ombre du Reichstag son apostolat divergera complètement de celui qu’il a eu parmi nous.

 

15 août 2010

Après trois jours passés en famille, ayant eu la joie de gravir un « 4 000 » le jour anniversaire des 60 ans d’un de mes frères – eh oui ! la montagne c’est un peu une marque de famille – c’est un peu bronzé que je me retrouve sur la chaire de Wil pour la prédication. En plus de la fête de l’Assomption, il nous faut parler d’un autre départ ! A la Vierge sainte qui quitte la terre avec son corps et son âme et qui entre triomphante en souveraine dans le Ciel éternel, on unit le départ du prieur, qui a donné sept années de sa vie et qui part avec son corps et son âme… il part oui… mais non pour le Ciel, mais pour Littau.

Il retourne chez lui , et lorsqu’on dit cela, on ne peut s’empêcher de penser à la phrase de notre Seigneur : « Je vous le dis en vérité, aucun prophète n’est en faveur dans son pays ! » Lorsque Notre-Seigneur dit cela, il est à Capharnaüm qui est distant d’environ 30 km de Nazareth et dans cette ville il fit un grand nombre de miracles et de prédications. En général, cela concerne plutôt le prêtre qui retourne dans son village d’origine, mais pas forcément dans son propre pays. D’ailleurs dans tous nos diocèses c’est parmi les enfants du pays qu’étaient recrutés les pasteurs. Donc on n’espère pas outrepasser le conseil du Seigneur en l’envoyant dans son pays.

 

22 août 2010

Heureusement si les dimanches se suivent, ils ne se ressemblent pas forcément : grand-messe, bon repas, quelques variétés musicales. Enfin au mois d’août, ils se ressemblent quand même assez, mais peu importe, à l’intérieur des paroisses il se passe quelque chose. Bien des rencontres, bien des échanges s’établissent.

Pour la fête du Coeur Immaculé de Marie, c’est l’institut Fatima de Wangs qui ouvre ses portes. Les garçons un peu roidis dans leur complet qui enserre leur cou et leur taille, entrent pour la première fois – pour beaucoup – dans ce nouvel univers qui va les entretenir durant plusieurs années. Les mamans ne cachent guère leurs émotions de laisser là leur « propre chair », et les différents tempéraments s’affichent ainsi dès le premier jour… très précieux pour un psychologue.

Mais c’est surtout une grande joie de pouvoir accueillir toutes ces familles, ces enseignants, ces prêtres dans ce nouveau bâtiment tellement plus adapté aux besoins d’un internat et d’une école de garçons. Belles chambres ; beaucoup plus de place à l’extérieur, qui va permettre à ces jeunes d’être moins sous tension. Mels était étriqué en espace, et l’atmosphère s’en ressentait. Après quelques jours de cours, les enseignants sont unanimes, c’est tout autre.

Dans la chapelle, on a salué l’arrivée d’un nouvel autel. C’est très moderne : il y a un autel face au peuple, mais avec un peuple qui lui tourne le dos ; et un autel dos au peuple, avec un peuple tourné vers lui. Très fort comme symbolique ! Allez voir, l’effet est saisissant. De plus, il n’y a plus que le prédicateur qui est confronté directement à l’effrayant visage du Christ au centre d’une sorte de grand vitrail. Mon Dieu, les années septante sont vraiment à mettre entre parenthèses dans l’histoire de l’art !

 

28 et 29 août 2010

Voyant la caravane des pèlerins, je fus bien impressionné, car il y avait beaucoup d’enfants, mais aussi des personnes d’un bel âge, des étrangers, des parents avec le petit sur le dos et ce alors… qu’il pleuvait et qu’il pleuvra toute la journée ! « Ils m’épatent, ils m’épatent, ils m’épatent », aurait dit monsieur de Funès. La météo deviendra toujours plus clémente par la suite, et les tentes seront pliées sous un beau soleil.

Le pèlerinage du Flüeli redevient populaire et s’est énormément rajeuni. 280 personnes pour la marche de Stans au Ranft, puis des messes bien fréquentées, et surtout beaucoup de monde pour la prière de la nuit. Les paupières lourdes peut-être, cependant beaucoup ont à coeur de tenir toute la nuit. Comme le Seigneur a souvent prié durant les heures nocturnes, ils imitent le bon Maître sur les traces de notre bon saint Nicolas. Que les autres imitent à leur tour ces bons chrétiens !

Abbé Henry Wuillod

 

Chronique extraite du Rocher numéro 67 - Bulletin du District de Suisse

 

Supérieur : Abbé Henry WUILLOUD
Prieuré Saint-Nicolas-de-Flüe
Solothurnerstrasse
4613 Rickenbach. SO
SUISSE
 
00 41 62 216 18 18
00 41 62 216 00 22
Le site de la Suisse

 

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 121

Le sacrement de pénitence

Camps d'été 2019

Pour garçons
et jeunes gens

Juillet 2019 : activités proposées par l'école Saint Joseph des Carmes (camp travaux, camp vélo)
Vox cantorum : camp de vacances pour garçons à partir de 8 ans - 30 juin au 6 juillet 2019 à Châteauroux (36)
Camp Saint-Joseph pour garçons de 8 à 13 ans à Bourg-Saint-Pierre, du 6 au 20 juillet 2019
Camp pour garçons de 10 à 15 ans à St-Aubin-d'Aubigné (35) du 8 au 21 juillet
Camp St-Pierre J-E. pour garçons de 14 à 17 ans au milieu des volcans d'Auvergne
du 11 au 26 juillet

Camps Saint-Pie X à l'Etoile du Matin à Eguelshardt du 12 et du 15 au 30 Juillet 2019
Camp Bx Théophane Vénard pour garçons de 8 à
13 ans du 17 au 30 juillet à Kernabat

Camp Saint-Dominique pour garçons de 13 à 17 ans en Dauphiné du 27 juillet au 10 août
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp garçons du 1er au 15 août 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)
Camp itinérant à vélo Raid Saint Christophe du 5 au 19 août 2019 pour les garçons de 14 à 17 ans

Pour filles et
jeunes filles

Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 10 au 19 juillet pour filles de 7 à 17 ans
à Châteauroux

Soeurs de la FSPX - Camp ménager du 23 juillet au 1er août pour jeunes filles de 15 à 18 ans à Châteauroux
Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 23 juillet au 1er août pour filles de 7 à 17 ans à Châteauroux
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp filles du 17 au 31 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Samedi 20 juillet 2019
06:10 21:44