Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Chronique du District de Suisse : mars et avril 2011

Accès aux archives des chroniques du District de Suisse

Extrait du Rocher n° 71 de juin-juillet 2011

Rédacteur en chef : abbé Claude Pellouchoud

FEUILLES DE ROUTE DU DISTRICT DE SUISSE - Le Rocher n° 71

2 mars 2011

L’état de santé du Frère Armin s’aggrave, et le prieur de Wil me transmet ses inquiétudes. Dans l’après-midi du 2 mars, je rends visite pour la dernière fois à notre cher religieux qui a tant fait pour nous, il a en effet souffert et il a su souffrir pour l’Eglise et la Fraternité. Il gît inconscient sur son lit, avec une respiration un peu forte mais paisible. Ainsi on ne parle pas en vain, car il ne reste rien à faire sinon prier. Une heure plus tard, après mon départ mais en présence de son ami le Thomas, il remet son âme à Dieu. Remettre son âme à Dieu ! Qu’elle est belle cette expression, combien peuvent effectivement dire ainsi !

 

8 mars 2011

S’engager à la suite du Christ ne donne aucune garantie de vie paisible… c’est même humainement un métier dangereux, tous ses plus proches amis y sont passés ! Aujourd’hui c’est notre frère en religion que nous mettons en terre, notre "Bruder Armin" qui a répondu à l’appel du départ que lui adressait le Père céleste. Notre frère a cuit à petit feu comme un pain du Seigneur, tourné et retourné sur toutes ses faces ; je ne sais exactement combien d’années il a souffert de maux de tête, en tous les cas avant son arrivée à Sierre en Valais dans les années 1995.

Il a eu des périodes de répit mais souvent, bien souvent, les douleurs du mal de tête reprenaient, et notre frère restait capable bien souvent de garder bonne figure et de plaisanter sur son état. Nous savons bien que ce sont des détails de la vie, mais justement parce qu’ils sont des détails, ils demandent néanmoins une grande force intérieure.

Cela fait environ huit ans qu’un cancer s’était installé et le suivait comme un compagnon désagréable mais bien fidèle, et toutes les tentatives de s’en débarrasser se sont révélées vaines, aussi l’ultime échéance approchait inexorablement. Le frère Armin, lors d’un entretien qui avait pour sujet la mort et son acceptation, avait dit une phrase qui révélait un peu de ce combat héroïque qu’il a mené : « Ce n’est pas de s’offrir ou d’accepter une fois la mort qui est difficile, mais bien plutôt de s’offrir et s’offrir encore chaque jour alors que toutes nos capacités diminuent… » Devenir toujours plus faible et cependant devoir encore dire oui, cela exige une force admirable.

Bien effrayante mort pour le monde ! Quoi ! des années de souffrance, alors qu’aujourd’hui on préfère dire : « Un tel a eu une belle mort, car il est mort rapidement sans souffrir ! » Dans l’Eglise catholique, on prie plutôt : « De subitanea morte, libera nos, Domine. Seigneur, délivrez- nous de la mort subite. » Ce qui permettait à un des premiers professeurs d’Ecône, le Père Barrielle, grand spécialiste des âmes, de dire : « le cancer, c’est la maladie des prédestinés ». Cette maladie terrible qui fauche tant et tant de personnes, est pour le chrétien une idéale planche de salut. Cette maladie montre le terme proche et permet de rester lucide sur sa situation. Avec le cancer, les projets humains deviennent comme de la paille, une seule chose devient l’unique nécessaire : Dieu !

Je profite du moment et de l’endroit pour parler de la vocation du frère de la Fraternité : le frère sert… (aïe, cela commence mal !), il se fait serviteur par amour de Jésus-Christ. De fait, il ne sert que Jésus-Christ, mais au travers de la foi. Et cette foi lui montre Jésus-Christ spécialement dans les prêtres, car c’est la marque de la Fraternité d’aimer le sacerdoce catholique. Mgr Lefebvre notre fondateur dit qu’il pourra le faire en considérant le caractère sacerdotal plus que la personne. En théorie c’est donc très beau. Oui, c’est cela le regard de foi ; voir Jésus-Christ dans le prêtre à l’autel c’est relativement facile, le voir à table, dans le traintrain quotidien, nécessite une foi plus grande. On voit bien que les motifs d’une telle vocation vont chercher leurs racines bien profondément en Dieu, sinon celui qui espérerait une petite place tranquille ne tiendrait pas longtemps. Notre frère Armin est resté fidèle, et c’est là que retentit l’appel du Souverain Prêtre : « Viens, bon et fidèle serviteur, puisque tu as été fidèle en peu de choses, je t’établirai sur beaucoup, entre dans la joie de ton maître. »(1)

 

28 et 29 mars 2011

Monsieur l'abbé Jean-Michel Gleize , éminent professeur à Ecône et membre du groupe chargé des conversations doctrinales à Rome, nous fait profiter de sa science sur l'évolution de la théologie de l'Eglise. Les confrères romands du district sont en effet réunis à Enney pour deux jours d'étude sur l'Eglise. De l'encyclique Satis cognitum (29 juin 1896) de Léon XIII à Mystici Corporis (29 juin 1943) de Pie XII, on se rend compte que non seulement les notions se précisent mais aussi que les erreurs deviennent plus subtiles. Il nous faut donc approfondir ce mystère de l'Eglise. Les esprits veillent pendant les conférences, mais les langues de délient à table autour d'une bonne fondue.

 

25 mars 2011

La Suisse allemande se déplace en forte délégation à Ecône pour célébrer les vingt ans du décès de Mgr Lefebvre. Elle a été très encouragée par la promesse qui se trouvait sur l’affiche et qui concernait la traduction de l’homélie. Car trop souvent ils sont venus et sont repartis déçus de n’avoir rien reçu, d’avoir tout entendu mais rien compris. Avec l’abbé Schmidberger c’était facile d’éviter la fausse manoeuvre. L’ancien Supérieur général est venu vingt ans plus tard, afin de célébrer la mémoire de notre vénéré fondateur, et nous parler des vertus de notre vaillant évêque. Un très bel éloge où on pouvait bien remarquer combien l’estime – ou mieux l’amour – du prédicateur pour Monseigneur restait bien vivant malgré les années qui se sont écoulées.

Dans cette société qui va tellement vite, nous avons les mêmes problèmes que tout le monde… : on ne fait plus mémoire et on oublie. On arrive même à confondre – des prêtres me l’ont rapporté – Mgr Fellay avec Mgr Lefebvre. Les anciens ne racontent plus, car plus personne ne les écoute et tous sont au chevet des dernières nouvelles qui nous arrivent électroniquement de l’autre bout de la planète. Les repas communs, les veillées en famille, les promenades culturelles permettent cette transmission, mais qui est encore aussi rétrograde ?

L’après-midi, après une frugale mais excellente soupe, on a voulu montrer par un court montage Mgr Lefebvre tel qu’il était, avec son bon visage, avec sa belle véhémence pour la défense des droits de Dieu et de son Eglise, mais aussi avec sa bonhomie et sa capacité à être tout à tous. En Afrique et en Europe, avec des gens éminents comme avec les plus simples, il se montre un autre Christ ; c’est pour cela que les foules le suivaient, et c’est pour cela que les pharisiens le haïssaient. Que notre vénéré fondateur daigne implorer du Tout-Puissant pour toute la grande famille de la Tradition les grâces de force et de fidélité tant nécessaires ici-bas, en les enrobant de la suave et apaisante charité !

 

3 avril 2011

La bénédiction de notre nouvelle église à Schlieren s’est faite sans trombone ni fanfare. Fin mars le bail de la chapelle du Struppen était résilié et toute une page de l’histoire de la Tradition zurichoise se tournait. Et une semaine plus tard, grand-messe dans la Christ-König-Kapelle qui enchantait tous les fidèles présents. Enfin un lieu où l’on est chez soi, avec places de parc et un peu de verdure. Au Struppen, dès que l’on sortait de la chapelle, on se trouvait dans le hall d’un immeuble locatif ou sur le trottoir, ce qui fait que les échanges entre les fidèles étaient assez courts, chacun repartait ayant satisfait à ses devoirs religieux… mais pas forcément à ceux liés à la communauté.

C’est donc une nouvelle vie, une nouvelle manière de vivre que les fidèles de Schlieren doivent apprendre, mais qui peut se targuer qu’il ne doit pas toujours apprendre ? En tout cas pas ceux qui filent dès le dernier évangile récité afin de n’avoir pas de liens avec ces gens à problème que sont les « traditionnalistes » ! C’est pour cette raison que j’ai voulu insister durant le sermon sur la qualité du chrétien d’être une pierre dans l’édifice. L’édifice ne tient que si les pierres sont liées entre elles, mais qui dit lié, dit qu’il est coincé entre d’autres pierres : une dessus, une dessous, une sur le côté gauche et la dernière sur le côté droit. C’est saisissant comme image, mais on n’en décolle pas. Sinon pas d’église digne de ce nom, puisque « église » signifie communauté et que cette communauté est constituée de tous les individus qui la fréquentent, qu’ils soient agréables ou non !

A Zürich, ce fut un plaisir de constater combien les fidèles restèrent, bien charmés de pouvoir faire mieux connaissance les uns des autres, et pouvant enfin aller plus loin qu’un Grüetzi wohl ! sur un coin de trottoir.

 

16 avril 2011

Un couple qui se tient la main devant un autel, cela oriente tout naturellement notre esprit vers un mariage. Sauf qu’aujourd’hui c’est en partie vrai et en partie faux ! Non, ce n’est pas un mariage, mais en quelque sorte bien plus… : un jubilé des 50 ans de mariage. C’est un peu comme comparer avoir un enfant ou l’éduquer, il y a un monde de différence. Bien plus rares sont ceux qui arrivent au bout, que ceux qui ont entamé le chemin ensemble.

Alors c’est une grande joie de célébrer cette fidélité qui résonne des échos de la bénédiction nuptiale : « Enfin, qu’ils voient tous deux les enfants de leurs enfants, jusqu’à la troisième et à la quatrième génération ; et qu’ils atteignent une heureuse vieillesse ! » et que leur famille les accompagne, preuve vivante de l’authenticité de leur amour. L’Eglise tient très à coeur de bénir un tel jubilé, mais souvent cette cérémonie du rituel romain est tout simplement ignorée. Et pourtant n’est-ce pas d’abord devant l’autel du sacrifice qu’il convient de se retrouver pour rendre grâces pour tout ce chemin gravi ; cela manifeste aussi combien Dieu est fidèle dans son secours et son soutien. Après seulement peuvent venir les fleurs et le bon repas.

Durant l’après-midi, suivant sur l’autoroute le fil de la Sionge (en terre fribourgeoise), le souvenir d’une famille à visiter me revient à l’esprit et comme le temps n’a pas roulé trop vite, cela m’en laisse. A la Verrerie, je me retrouve chez un inventeur… recettes ou remèdes de toutes sortes ! Passant rapidement devant certaines mixtures pouvant résoudre certains problèmes, je m’arrête perplexe devant une bouteille à l’avenante étiquette : « Au bouleau ! » En général, pour un tel travail on ne rechigne guère, sauf que juste dessous pouvait-on lire : bière blanche à la sève de bouleau. Ma mine manifestait un doute très concret et je suis reparti avec quelques échantillons, bien certain de prendre un risque, mesuré mais un risque tout de même ! Eh bien, cette bière est excellente, gouleyante, sans amertume. Avis aux amateurs !

 

17 avril 2011

Le col du Marchairuz me permet d’arriver aux Rousses par une route au splendide panorama, et en ce dimanche matin avec guère de circulation et un ciel dégagé, cela vaut le petit détour. Mais ce mois d’avril est une cuvée exceptionnelle, car voici la deuxième bénédiction d’église pour le district de Suisse. Il est vrai que pour ce cas précis, les frontières du pays se sont montrées légèrement extensibles !

La belle petite communauté avec son pasteur en tête, a bien fait avancer les travaux et on se retrouve dans un local des plus dignes. Les fidèles quittent sans peine la chapelle miniature aux multiples recoins et à l’ameublement disparate, pour entrer fièrement dans la nouvelle demeure du Seigneur. Et comme c’est le jour des Rameaux, la procession part tout naturellement de la grange de Bethléem pour le temple de Jérusalem avec de grands hosanna ! Ce pauvre Jura français voit diminuer inexorablement d’année en année le nombre de prêtres, alors on espère que Les Rousses deviennent la flamme qui manifeste la présence de Dieu pour toute cette région.

 

26 avril 2011

Un lever tôt pour franchir la frontière au tunnel du Saint-Bernard et nous diriger vers la ville de Plaisance et plus précisément vers San Damiano. Le district de Suisse a reçu la responsabilité de ce lieu afin de couvrir les besoins pastoraux des fidèles qui y viennent régulièrement. De concert avec Monsieur l’abbé Epiney, ainsi que certains prêtres du district, nous allons nous efforcer de couvrir ces premières exigences. Mais si San Damiano est un lieu de grâces, aujourd’hui c’est aussi un objet de souci ! Car l’auberge du Pèlerin nécessite d’urgents travaux et durant plusieurs années seul le minimum a été accompli. Aussi avec un fidèle italien qui s’y connaît dans la construction nous faisons une visite approfondie des lieux, et effectivement il faudra se retrousser les manches et mettre sérieusement la main à la pâte. Mais il y aurait aussi des travaux de maintenance comme peindre la grille, nettoyer le parc, vider la maison d’objets encombrants, qui ne nécessitent pas de compétences précises, et cela pourrait très bien être accompli par des personnes ayant un peu de temps à donner. Il y aura certainement durant cette année un appel pour un apport bienvenu de bras.

Pour la petite histoire, le retour se fit laborieux dès les abords de Viège. En effet, un gigantesque incendie de forêt venait de s’allumer et sous la puissance du vent, d’énormes flammes s’élevaient par instants et couvraient en un instant les arbres les plus hauts. Implacable, le feu ne se pose pas la question de ce qu’il détruit, mais ronge sans cesse plus loin.

Dieu soit loué, le vent s’est apaisé un peu plus tard, permettant aux petits hommes de contrôler l’imposant brasier.

Abbé Henry Wuillod

 

 

Notes

(1) Mat. 25/21.


 

Chronique extraite du Rocher numéro 71 - Bulletin du District de Suisse

 

Supérieur : Abbé Henry WUILLOUD
Prieuré Saint-Nicolas-de-Flüe
Solothurnerstrasse
4613 Rickenbach. SO
SUISSE
 
00 41 62 216 18 18
00 41 62 216 00 22
Le site de la Suisse

 

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 121

Le sacrement de pénitence

Camps d'été 2019

Pour garçons
et jeunes gens

Juillet 2019 : activités proposées par l'école Saint Joseph des Carmes (camp travaux, camp vélo)
Vox cantorum : camp de vacances pour garçons à partir de 8 ans - 30 juin au 6 juillet 2019 à Châteauroux (36)
Camp Saint-Joseph pour garçons de 8 à 13 ans à Bourg-Saint-Pierre, du 6 au 20 juillet 2019
Camp pour garçons de 10 à 15 ans à St-Aubin-d'Aubigné (35) du 8 au 21 juillet
Camp St-Pierre J-E. pour garçons de 14 à 17 ans au milieu des volcans d'Auvergne
du 11 au 26 juillet

Camps Saint-Pie X à l'Etoile du Matin à Eguelshardt du 12 et du 15 au 30 Juillet 2019
Camp Bx Théophane Vénard pour garçons de 8 à
13 ans du 17 au 30 juillet à Kernabat

Camp Saint-Dominique pour garçons de 13 à 17 ans en Dauphiné du 27 juillet au 10 août
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp garçons du 1er au 15 août 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)
Camp itinérant à vélo Raid Saint Christophe du 5 au 19 août 2019 pour les garçons de 14 à 17 ans

Pour filles et
jeunes filles

Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 10 au 19 juillet pour filles de 7 à 17 ans
à Châteauroux

Soeurs de la FSPX - Camp ménager du 23 juillet au 1er août pour jeunes filles de 15 à 18 ans à Châteauroux
Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 23 juillet au 1er août pour filles de 7 à 17 ans à Châteauroux
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp filles du 17 au 31 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Jeudi 18 juillet 2019
06:08 21:46