Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Réponse à quelques questions sur les Sœurs Oblates de la Fraternité Saint-Pie X, par les Sœurs Oblates

Accès aux ordres religieux et aux communautés religieuses de la Tradition

Qui sont les Oblates de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

Réponse à quelques questions sur les Sœurs Oblates
de la Fraternité St Pie X, par les Sœurs Oblates

 Pour connaitre les activités régulières des oblates

 

Désireuses de quitter la vie séculière pour vivre de l’esprit de la Fraternité et venir en aide à ses œuvres, les sœurs Oblates de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X se sanctifient au contact de la Fraternité en faisant du saint sacrifice de la Messe la source inépuisable de leur vie spirituelle et religieuse. Elles ont pour modèle la Vierge Marie, Mère du Prêtre éternel. Comme elle, elles offrent leur vie quotidienne pour aider à la rédemption des âmes, spécialement à la sanctification des prêtres, heureuses de participer au Sacrifice de Notre Seigneur, comme Notre-Dame de Compassion, debout au pied de la Croix. Membres d’une société de vie com­mune sans vœux, elles prononcent un engagement.

 

1.- Que signifie le nom « Oblate »?

Selon l’étymologie latine, «oblata » du verbe « offerte » : offrir, le terme « oblate » signifie « offerte » et résume autant qu’il exprime toute notre vocation.

En effet, plus qu’une simple désignation parmi les multiples familles religieuses, ce titre d’oblate n’est-il pas en lui-même un appel au don total de soi ?

C’est ce que toute novice doit avoir compris lorsqu’au jour de son oblation, agenouillée au pied du tabernacle ouvert, unie à Notre-Dame de Compassion, elle fait à Dieu son offrande de victime avec la divine Victime :

« Je vous fais l’offrande de ma personne, de ma vie, de tout ce que j’ai, de tout ce que je suis, pour votre plus grande gloire, ô mon Dieu, pour le salut de mon âme, le salut de toutes les âmes, et tout spécialement la sanctification des prêtres et des futurs prêtres ». (Acte d’oblation).

 

2.- Comment les Oblates appartiennent-elles à la Fraternité ?

En 1973, dans la Lettre aux Amis et Bienfaiteurs n° 5, à cette question qui lui était posée : « La Fraternité comprend-elle plusieurs familles ? », Monseigneur Lefebvre répondait : « Elle comprend les prêtres et futurs prêtres, puis des frères auxiliaires, des sœurs Oblates, et bientôt, nous l’espérons, des sœurs religieuses de la Fraternité … Enfin, nous comptons avec l’aide de Dieu, faire profiter les laïcs dans le monde des bienfaits spirituels de la Fraternité. »

En 1980, avec la naissance du Tiers-Ordre de St Pie X, Monseigneur Lefebvre voyait la réalisation de son Œuvre telle qu’il l’avait conçue avec les quatre familles de la Fraternité.

Lorsque l’on énumère ces quatre branches de l’Œuvre, un ordre de simple préséance extérieure étant toujours nécessaire pour classer personnes et choses, la coutume a été prise de placer les Sœurs Oblates dans la 3e famille, la 1ère étant celle des Prêtres, des Frères et des séminaristes, la 2e, celle des Sœurs de la Fraternité, et la 4e, celle du Tiers-Ordre.

 

3.- Qui les a fondées ?

Fondée par Son Excellence Monseigneur Lefebvre, cette famille des Sœurs Oblates de la Fraternité a vu le jour en 1973.

Obligée en conscience de quitter sa famille religieuse devenue infidèle, une première Sœur française, hospitalière, Sœur Marie Bernard, vint frapper à la porte d’Écône.

D’autres n’ont pas tardé à faire de même, et c’est ainsi qu’est née notre Société.

A l’origine, les Sœurs Oblates sont donc des religieuses canoniquement libérées de leurs obligations vis-à-vis de leur propre Congrégation et désireuses de sauver leur vocation de la débâcle postconciliaire.

Assez vite se sont jointes à elles des personnes d’âge mûr, libérées de leurs devoirs d’état et désireuses de se sanctifier au contact de la Fraternité tout en se dévouant à ses œuvres. Actuellement, la crise de l’Église persistant, source de nouveaux besoins, notre recrutement tend à se modifier, notre structure plus souple permettant à d’autres vocations de trouver un terrain favorable à leur épanouissement.

 

4.- Ont-elles une hiérarchie propre ?

Non, les Sœurs Oblates n’ont pas de hiérarchie propre, à la différence de la plupart des Congrégations féminines dont celle des Sœurs de la Fraternité qui, nonobstant leur nom et les liens spirituels profonds qu’elles entretiennent avec notre Fraternité, sont juridiquement indépendantes.

Membres de la Fraternité à part entière, comme les Prêtres et les Frères, nous n’avons pas de Supérieure générale élue dans nos rangs mais dépendons du Supérieur Général de la Fraternité, actuellement Monseigneur Bernard Fellay. C’est entre ses mains que nous faisons notre Oblation, demeurant à son entière disposition pour les besoins de la Fraternité. Dans nos prieurés, nos Sœurs dépendent directement du Prieur.

Si la communauté compte plus de trois membres, une supérieure peut être désignée par Monseigneur Fellay, après avis du Prieur.

 

5.- Quelle différence y a-t-il entre une religieuse et une oblate ?

Selon les termes mêmes de nos Statuts – rédigés par Monseigneur Lefebvre en 1982 – les Sœurs Oblates forment « une société de vie commune sans vœux, mais avec un engagement comme la société des Prêtres de la Fraternité Sacerdotale St Pie X ».

Qu’est-ce à dire ?

Lorsque nous suivons l’histoire de l’Église, nous constatons une évolution certaine, depuis la conception générale et traditionnelle du monachisme (avec la stabilité et la solennité des vœux) jusqu’aux formes les plus récentes des « États de Perfection ».

En effet, au cours des âges, sans rien abandonner de la tradition monastique qui garde sa place privilégiée, de nouvelles familles se sont créées, selon des formules de plus en plus souples. Se dégageant de formes extérieures certes très importantes, mais non indispensables, elles n’ont gardé que l’essentiel d’une vie toute donnée à Dieu, acceptée et approuvée par l’Église.

C’est ainsi qu’à côté de «l’état canonique complet de perfection » – type parfait des États de perfection – auquel appartiennent les Ordres de vœux solennels et les Congrégations de vœux simples, le code de droit canonique définit comme « second état canonique de perfection » les sociétés de vie commune sans vœux. Dépourvues de plusieurs éléments juridiques nécessaires pour constituer l’état canonique complet de perfection, tels les vœux publics de Pauvreté, Chasteté et Obéissance, ces sociétés n’en possèdent pas moins les autres qualités appartenant à la substance de la vie de perfection.

Cela paraît peut-être un peu compliqué et subtil: mais non! Tout simplement, selon le droit de l’Église, si ces sociétés ne sont pas au sens propre des Instituts religieux, ni leurs membres des religieux, ils y sont pourtant assimilés par le Code.

Sœurs Oblates, telles nous sommes, voulues par Son Excellence Monseigneur Lefebvre, avec une place bien définie dans la Fraternité comme dans l’Église. La route ne nous a-t-elle pas été frayée, par exemple, par les Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul, lesquelles selon le désir exprès de leur fondateur n’ont jamais été religieuses au sens canonique du terme ?

 

6.- Quelle est la spiritualité des Sœurs Oblates ?

La spiritualité des Sœurs Oblates est celle de la Fraternité qui est la spiritualité même de l’Église dont le cœur est le St Sacrifice de la Croix renouvelé chaque jour sur nos Autels par le Saint Sacrifice de la Messe. Aussi la Sainte Messe est-elle la source inépuisable de notre vie spirituelle et religieuse (Statuts).

Office divin – Prime, Sexte et Comlies – méditation, chapelet en commun, lecture spirituelle, temps de prière personnelle : toute notre journée est immergée dans le Sang de l’Agneau, fixées que nous sommes par notre Oblation au pied de la Croix :

« Elles sont heureuses de participer au Sacrifice de Notre-Seigneur, comme Notre-Dame de Compassion, debout au pied de la Croix. » (Statuts)

Contempler Jésus Crucifié avec les yeux et le cœur de Marie : telle est en vérité la vocation d’une Oblate.

« Elle ajoutera spécialement comme intention de sa vie spirituelle la compassion aux douleurs de Jésus sur la Croix, à l’image de Notre-Dame de Compassion, leur Patronne, pour la rédemption des âmes, pour la sainteté des Prêtres, pour sa propre sanctification. » (Statuts)

« Pour les Prêtres » : membres d’une Fraternité dont le but est le Sacerdoce et tout ce qui s’y rapporte, c’est avant tout pour les Prêtres que nous devons nous sanctifier.

S’adressant aux Sœurs Oblates d’Écône en la fête de Notre-Dame de Compassion – le 10 avril 1981 - Monseigneur Lefebvre ne leur disait-il pas :

(…) «Alors vous, bien chères Sœurs, auxiliaires du Prêtre, auxiliaires non pas seulement de vos mains, mais auxiliaires aussi de vos âmes, de votre esprit, du Sacerdoce, du Sacrifice de Notre-Seigneur Jésus-Christ, de sa Croix, de l’extension de son Règne, de l’extension de son Amour, alors, vous vous unirez d’une façon toute particulière à la Très Ste Vierge Marie.

Comme Elle auprès de son Divin Fils, vous compatirez et ainsi vous contribuerez aussi d’une manière très efficace à la rédemption des âmes, dans la mesure où vous pouvez le faire, dans la mesure où la Providence vous donne les grâces pour le faire.

Ainsi vous vous associerez d’une manière plus profonde au sacerdoce des Prêtres, demandant que ces Prêtres, que ces séminaristes que vous servez deviennent de vrais Prêtres, qu’ils deviennent vraiment d’autres Christ, qu’ils s’associent, eux, d’une manière encore plus profonde, encore plus parfaite à la Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ…

Vous le demanderez à la Très Ste Vierge Marie. Alors, offrez vos souffrances, offrez vos sacrifices dans cette intention, afin que le règne de Notre-Seigneur Jésus-Christ s’étende. »

En cette heure de tourmente pour l’Église et pour le Sacerdoce, il est encore une intention spécifique que Monseigneur Lefebvre a désiré inclure dans notre mission :

« Plus que jamais, il y a des abandons sacrilèges, des abandons douloureux de Notre-Seigneur, et particulièrement par les âmes consacrées à Dieu. C’est pourquoi nous vous invitons vivement à offrir vos petites épreuves, vos sacrifices, vos difficultés, toutes les douleurs que le Bon Dieu peut permettre que vous souffriez, que vous avez, en union avec les douleurs de la Très Ste Vierge Marie afin de réparer pour tous ces sacrilèges. » (Sermon du 6 avril 1979)

Si nous voulions résumer notre spiritualité, nous dirions que tout est exprimé dans notre Acte d’Oblation. Aussi avons-nous à cœur de le redire le plus souvent possible afin d’en faire jaillir une vie toujours plus intense et féconde.

 

7.- Quel est leur genre de vie ?

« Apostolique » pourrait-on dire, puisque les Sœurs Oblates doivent prolonger aux côtés des Prêtres le rôle discret, mais voulu par Dieu, de la Ste Vierge et des Stes Femmes auprès de Notre-Seigneur et de ses Apôtres.

Dans un cadre de vie religieuse aux structures plus souples – propre aux sociétés de vie commune sans vœux ; cf. question 5 – nous sommes à même de servir les Prêtres quelles que soient les conditions d’exercice de leur ministère – vie active aux formes les plus diverses que ne limite aucune disposition de nos Statuts.

 

8.- A qui faut-il s’adresser pour entrer chez les Oblates ?

C’est au Supérieur Général de la Fraternité qu’il faut s’adresser pour entrer chez les Oblates.

Il est toutefois recommandé que cette démarche soit approuvée par le Supérieur de District auquel on appartient.

 

9.- Quelles sont les aptitudes requises pour devenir Oblate ?

Le but secondaire des Sœurs Oblates de la Fraternité étant le dévouement aux œuvres de la Fraternité, c’est-à-dire l’aide aux Prêtres, que ce soit dans les séminaires, les prieurés ou les écoles, pour l’admission de toute candidate, une question se pose : – « Plus tard, sera-t-elle une aide ou un poids dans la vie de communauté ? »

Dans cette perspective, les aptitudes requises sont les suivantes :

- un bon équilibre général,

- un minimum de jugement et de bon sens,

- une volonté suffisante pour persévérer malgré les difficultés,

- une maturité adulte, l’Oblate devant pouvoir faire face par elle-même à toutes sortes de situations,

- un développement et un équilibre affectif normal, d’autant plus nécessaire pour une Oblate qu’elle est
appelée à vivre au service, et donc, au contact des Prêtres,

- les qualités de sociabilité nécessaires à la vie commune.

Notons que la présence des aptitudes requises n’est pas nécessairement un signe de vocation : toute personne qui les possède n’est pas systématiquement appelée à la vie religieuse, en revanche, une personne qui ne les a pas n’y est certainement pas appelée.

Notons également que ce qui pourrait être empêchement canonique pour l’admission dans certaines Congrégations ne l’est pas nécessairement pour l’admission chez les Oblates, chaque cas particulier relevant de l’appréciation du Supérieur Général.

Comme pour toute vie religieuse, ce qui importe avant tout pour devenir Oblate, c’est l’appel de Dieu, c’est-à-dire la vocation.

 

10.- Y a-t-il une préparation spéciale ou des études exigées ? un âge minimum ? maximum ?

Aucune préparation spéciale n’est demandée pour entrer chez les Oblates, si ce n’est celle d’une vie chrétienne déjà bien assise dans la Tradition.

Quant à la tranche d’âge, elle est très variable …

Selon nos Statuts, peuvent solliciter leur admission les « personnes d’un âge qui ne leur permet pas d’entrer dans la Société des Sœurs de la Fraternité », ce qui veut dire à partir de 30 ans. Mais il est des cas où il est dérogé à cette règle lorsque d’autres empêchements que l’âge ne permettent pas aux candidates d’être reçues chez les Sœurs.

Aucune limite d’âge n’est fixée dès lors que les aspirantes sont encore capables de s’adapter à la vie commune et de servir la Fraternité.

 

11.- Une bonne santé est-elle requise ?

Il faut certes avoir les forces suffisantes pour pouvoir se dévouer et rendre service, selon ses propres aptitudes, là où l’Obéissance nous place.

Mais une santé plus fragile ou même certaines maladies, ne sont pas nécessairement un obstacle pour entrer chez les Oblates.

 

12.- Une dot est-elle exigée ?

Aucune dot n’est exigée pour entrer chez les Oblates.

En revanche, notre Noviciat de Salvan n’ayant aucun revenu propre, pour nous aider à subvenir aux besoins matériels de la maison, nous demandons aux postulantes et novices qui le peuvent une pension dont le montant proposé est de 165 Euros par mois.

 

13.- Y a-t-il un temps de postulat ? de noviciat ? En quoi consistent-ils ?

Nos Statuts prévoient une année de postulat et une année de noviciat.

Jusqu’en 1993, nos aspirantes étaient formées soit dans l’une de nos maisons – notamment celle de Bitche en France – soit au Noviciat des Sœurs de la Fraternité. Ces dernières en effet, ont eu la charité de nous suppléer dans la formation de nos novices jusqu’à ce que le nombre croissant des vocations ait déterminé nos Supérieurs majeurs à les regrouper dans un Noviciat spécifique qui sans être strictement canonique, assurerait la formation particulière des Sœurs Oblates.

Ce projet s’est réalisé en 1993 à Menzingen où venait de s’établir la Maison Généralice de la Fraternité sous le supériorat de Monsieur l’Abbé Franz Schmidberger.

Depuis 1993, les aspirantes n’ont cessé de se présenter si bien que la Maison Généralice est devenue trop petite pour les abriter toutes et qu’il fallut trouver un autre nid.

C’est ainsi qu’en août 1999, Monseigneur Fellay décida de transférer le Noviciat des Sœurs Oblates à Salvan, petit village du Valais, situé à vingt-cinq kilomètres d’Ecône, où la Fraternité possédait déjà une maison achetée du vivant de Monseigneur Lefebvre dans la pensée d’y ouvrir une école de garçons.

Cela fait maintenant environ six ans que nous sommes installées en ces lieux trop longtemps restés à l’abandon et pour la rénovation desquels nous n’avons pas fini de dépenser nos énergies … sans rien perdre de notre joie, communicative, semble-t-il aux dires des villageois eux-mêmes qui pour cette raison, nous ont très vite adoptées parmi eux.

Que faisons-nous à Salvan ? Certes, nos Sœurs ont dû se mettre à tout et apprendre à manier aussi bien le balai et la débroussailleuse que le pinceau ou la perceuse ! Et plus d’une fois, là où l’expérience manquait il fallut faire preuve d’ingéniosité…

Mais là n’est pas l’essentiel.

S’étendant normalement sur deux années – l’année de postulat qui s’achève par la prise d’habit, laquelle marque l’entrée proprement dite au Noviciat pour une nouvelle année – ce temps du Noviciat est un temps de formation qui peut être comparé à celui des semailles.

Dans le silence et le recueillement d’une vie plus retirée, postulantes et novices se préparent à devenir les auxiliaires du Prêtre, auxiliaires, nous l’avons déjà dit, non pas seulement de leurs mains, mais auxiliaires aussi de leur âme, de leur esprit.

Non encore mêlées aux tracas de la vie active, elles posent les bases de leur vie de demain et s’initient aux secrets de la vie intérieure, « raison d’être des personnes consacrées à Dieu », disent les Statuts. Elles apprennent que cette vie d’union à Dieu doit être d’autant plus profonde qu’elle sera moins protégée plus tard, et les adaptant à leur propre état, elles font leurs ces paroles que St Vincent de Paul adressait à ses Filles :

(…) « A raison de ce qu’elles sont plus exposées au dehors, aux occasions de péché, que les religieuses obligées à la clôture, n’ayant pour monastère que la maison (ou l’école du prieuré) (…), pour clôture, l’obéissance, pour grille, la crainte de Dieu, elles doivent avoir autant ou plus de vertu que si elles étaient professes dans un Ordre religieux et sont obligées de se comporter dans tous les lieux où elles se trouvent parmi le monde avec autant de récollection, de pureté de cœur et de corps, de détachement des créatures et d’édification que de vraies religieuses dans la retraite propre à leur monastère. »

Vaste programme pour l’apprentissage duquel vous devinez que ces deux années de Noviciat ne sont pas de trop !

Matin et après-midi, selon les niveaux, des cours sont donnés aux Sœurs. L’enseignement de la doctrine catholique et de l’histoire de l’Église revient à l’aumônier tandis que la maîtresse des Novices assure tout ce qui concerne la pratique de la vie et des vertus religieuses. La découverte de la liturgie s’intègre au rythme même de l’année liturgique, la proximité d’Écône permettant à toutes de goûter aux splendeurs des cérémonies, les jours de fête. La lecture spirituelle, jointe à la lecture quotidienne de l’Écriture Sainte sont encore là pour nourrir l’âme et fortifier l’esprit. Un temps d’étude personnelle permet ensuite à chacune d’assimiler les données ou de les approfondir selon ses besoins.

A côté de cette formation spirituelle, nos Sœurs sont également initiées aux tâches ménagères et reçoivent des connaissances pratiques de cuisine, de couture, de lingerie, de sacristie, en un mot, de tout ce qui fait la vie d’un prieuré.

Ajoutez à cela une demi-heure de chant par jour, deux récréations dans une joie toute fraternelle, une excursion par mois (ou presque) dans les belles montagnes suisses et vous aurez une idée à peu près complète de la vie que nous menons dans notre petit Noviciat Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus – Noviciat de langue française … mais pour l’instant international en attendant l’heure où la Providence … et les effectifs permettront l’ouverture d’un Noviciat de langue anglaise, allemande et… espagnole !

 

14.- Au terme de cette préparation, prononce-t-on des vœux ? des engagements ?

Au terme de cette préparation, la novice s’engage, non par des vœux publics, mais par un acte dans lequel elle fait à Dieu son oblation avec la divine Victime et promet d’observer les Statuts spécialement ce qu’ils prescrivent concernant les vertus d’Obéissance, de Pauvreté et de Chasteté.

Après six années d’engagement annuel, les Oblates peuvent demander de le renouveler pour trois ans, et après neuf années, elles peuvent demander un engagement définitif.

Le renouvellement de l’engagement se fait en la fête de Notre-Dame des 7 Douleurs, le 15 septembre.

Celles qui le désirent peuvent intensifier leur union à la divine Victime par des vœux privés.

Mais toutes « doivent s’efforcer de pratiquer les vertus religieuses » (Statuts), lesquelles s’étendent bien au-delà de la matière imposée par les vœux.

 

15.- Après leur temps de préparation, à quel genre d’apostolat se consacrent les Oblates ?

Nos Statuts ne stipulant d’autre but que le dévouement aux œuvres de la Fraternité selon les talents de chacune, l’apostolat des Oblates peut donc être aussi varié que ces œuvres elles-mêmes.

A la fin de son Noviciat, la nouvelle Oblate peut être envoyée soit dans un prieuré, soit dans une école, soit dans un séminaire.

Là, dans ces cadres de vie en eux-mêmes déjà très différents l’un de l’autre, de façon très humble, parfois très cachée, elle pourra exercer les tâches les plus diverses, en fonction de ses aptitudes : tâches ménagères, couture, travail de bureau, secrétariat, catéchisme, enseignement primaire et secondaire, soins infirmiers… Dans le rayonnement de l’apostolat du prieuré, tout est possible et notre Supérieur Général peut trouver pour chacune la place où elle sera le mieux à même de développer les richesses de sa personnalité pour la plus grande gloire de Dieu …

Où qu’elle soit nommée, la Sœur Oblate n’oubliera jamais qu’elle est offerte pour servir …

 

16.- Quel est l’horaire type d’une journée d’Oblate ?

Voici notre règlement, tel qu’il est prescrit dans nos Statuts :

06h00 Lever
06h30 Prière commune (Prime ou Laudes) suivie de la méditation
07h15 Ste Messe
08h00 Collation, Temps libre – Mise en ordre de la chambre
09h00 Travail
12h00 Fin du Travail
12h15 Sexte
12h30 Repas, recréation
Temps libre, lecture spirituelle
15h00 Travail
16H15 Goûter
16h30 Travail
18h00 Temps libre
Chapelet ou Bénédiction du St Sacrement
19h30 Repas
20h45 Complies, grand silence

Pendant le temps du Noviciat, quelques modifications adaptent ce règlement aux nécessités de la formation.

 

17.- Combien d’Oblates y a-t-il pour le moment ? De quelles nationalités ?

Les Sœurs Oblates peuvent être appelées à exercer leur apostolat dans tout lieu où est implantée la Fraternité.

Actuellement (octobre 2010), nous sommes dans 12 pays du monde:

- 24 sœurs sont en Suisse, dont 9 à la Maison Généralice de Menzingen, 5 au séminaire d’Écône, 5 au Noviciat de Salvan, 2 à Rickenbach, maison du District, 2 au prieuré d’Oberriet et une à Enney.
- 12 sœurs sont en France, principalement dans les écoles de Bitche et de Domezain.
- L’Allemagne quant à elle, compte 11 Sœurs Oblates : 3 au séminaire de Zaitzkofen, 3 dans notre maison de personnes âgées à Weihungszell, une à Berlin et 4 dans l’école de filles de Schönenberg, tenue par les Oblates.
- Une sœur estau prieuré de Montalenghe en Italie.
- L’école Saint Michel en Angleterre occupe 4 sœurs.
- Sept sœurs sont au Canada : 2 dans l’école de Lauzon, 3 au prieuré de Toronto et 2 au prieuré de Shawinigan.
- Trois sœurs se trouvent aux États-Unis et une sœur est au prieuré de Buenos Aires en Argentine.
-
Quatre sœurs tiennent la Maison de Béthanie aux Philippines. Il s’agit d’un pré-noviciat où les jeunes filles peuvent réfléchir à leur vocation, avant de s’orienter vers une congrégation de la Tradition.
- Enfin, en Afrique, deux sœurs sont au prieuré de Roodepoort en Afrique du Sud. Et trois sœurs se dévouent dans une maison près de Nairobi, au Kenya.

Vous avez compris que chez nous comme souvent dans la Tradition, « la moisson est abondante mais les ouvriers trop peu nombreux… »

 

18.- Une Oblate retourne-t-elle obligatoirement dans son pays après son oblation ?

Non, une Oblate ne retourne pas obligatoirement dans son pays après son oblation. Nous la faisons entre les mains du Supérieur Général de la Fraternité et nous savons que nous sommes en conséquence au service de la Fraternité.

Mais nous savons aussi que dans ses nominations, notre Supérieur tient compte de la santé, de la langue et des aptitudes de l’Oblate. Aussi est-ce sans crainte que nous lisons ces paroles de nos Statuts :

« L’Oblate devra avec générosité s’adapter aux circonstances de son apostolat et faire confiance dans les grâces que Dieu donne aux âmes de bonne volonté. »

 

19.- Que signifie l’habit des Oblates ?

Comme tout habit religieux, celui des Sœurs Oblates signifie notre séparation d’avec le monde et notre totale appartenance à Dieu.

Afin de le distinguer de celui des Sœurs de la Fraternité, Monseigneur Lefebvre a souhaité que la forme en pointe de leur voile soit pour nous arrondie ainsi que l’encolure carrée de leur scapulaire.

En outre, au lieu de la médaille de St Pie X, c’est la croix de St Benoît que nous recevons et portons sur notre cœur. N’est-elle pas pour nous l’invitation constante à vivre notre oblation en union avec Notre-Dame de Compassion ? Oblata…

 

 

 

Maitresse des Novices
    Aumônier : Prieuré de Vouvry

Noviciat Sainte-Thérése
Fraternité Saint-Pie X
La Combe 22
CH - 1922 Salvan
SUISSE
 
00 41 27 761 21 28

 

 

Adresser la correspondance à :

Abbé Niklaus Pfluger
Haus Mariae Verkündigung
Schwandegg
6313 MENZINGEN (ZG)
SUISSE

00 41 41 755 36 36

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Messes dans l'Océan Indien en août 2018
Madagascar
La Réunion
L'Île Maurice


Cahiers Saint Raphaël n° 131 - Le piège des écrans
Lettre de l'école St-Jean-Bosco de Marlieux n° 30 - Mens sana in corpore sano, par M. l'abbé L. Girod
Le Petit Echo de N-D n° 55 d'août 2018 - Pour servir à la cause de Benoîte Rencurel
Marie Reine des Coeurs - Lettre de liaison nº 158 - L'âme mariale et montfortaine d'Edel Quinn,
abbé Castelain

Vers les sommets d'août 2018 - Ton
mot d'ordre : fidélité, abbé Gérard

La Malle aux Mille Trésors n° 64 de
juillet-août 2018


Catéchisme n° 99
Le troisième commandement

Catéchisme par
correspondance

Actualisation des cours de catéchisme par correspondance dispensés par les Soeurs de la FSPX


UDT 2018
12-16août - XIII ° Université d'été
Visionner la vidéo de présentation

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Mardi 14 août 2018
06:44 21:07

  Suivez notre fil RSS