Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Islam, raison et liberté, par M. l'abbé Bruno France - Juin 2015

Accès aux éditoriaux archivés
Accès aux écoles de Tradition en France
Accès aux bulletins et revues du monde de la Tradition
Accès aux revues de presse du monde de la Tradition
Vatican II - Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...

Notre dossier sur la compromission des hommes d'Eglise avec l'islam


Islam, raison et liberté,
par M. l'abbé Bruno France - Juin 2015


Abbé Bruno France

De l'aveu des convertis de l'islam au christianisme, le sentiment dominant qui suit leur baptême est la joie de se sentir libres et aimés. Aimés, car ils sont devenus enfants de Dieu, fils d'un Père attentif alors qu'ils n'étaient auparavant que les esclaves d'un Dieu inatteignable. Libres, car ils découvrent qu'ils étaient écrasés par une chape de plomb et goûtent la liberté des enfants de Dieu.

Sans s'attarder à faire des comparaisons entre islam et christianisme, cherchons à comprendre la cause de cet emprisonnement vécu dans la religion de Mahomet. Une des réponses principales au niveau naturel est à trouver dans le fait que l'islam rabaisse la raison humaine et en vient à nier la liberté.

 

Témoignages de convertis

Quelle est la place de l'intelligence dans le mahométisme, quels sont les rapports entre foi et raison ? Sans vouloir caricaturer, il faut avouer que dans cette idéologie, comme l'homme, la raison est soumise. Il faut croire sans se poser de questions, la raison n'est pas ici pour découvrir la vérité, elle est simplement au service de la loi. Prenons quelques exemples de conversions. Le célèbre irakien Joseph Fadelle, fervent musulman à ses débuts, a mis sa foi en doute car un chrétien l'a invité à lire le coran en comprenant ce qu'il dit. S'attachant à cette démarche, le futur baptisé alla voir son Imam, un homme savant, qui lui avoua qu'il ne pouvait répondre à toutes les contradictions internes de cette « religion », qu'il fallait « croire-et-c'est-tout ». Ce reniement de l'intelligence qu'a vécu M. Fadelle chez les Chiites, d'autres l'ont retrouvé chez les sunnites. En Egypte, Mark Gabriel, ancien docteur de l'université Al Azhar, du Caire, la plus prestigieuse du monde, a posé aussi des questions pertinentes. On lui répondait toujours « Ce que le prophète vous dit de faire, considérez-le comme allant de soi ». Et lorsque les objections furent trop explicites, il dut subir une véritable persécution qui l'a conduit au christianisme. Sélim Kerboua, né en Algérie en 1958, explique ce qui l'a attiré dans le christianisme : « La profondeur, qui n'existe pas dans l'islam. Beaucoup de trivialités et d'incohérences me choquaient dans le coran. Au contraire de l'Evangile, il n'y a pas d'unité dans le coran. On peut tout interpréter de mille façons selon le lieu et le moment où l'on se trouve. Et puis, les musulmans … ne font pas l'effort de chercher l'objectivité, de tendre vers le haut, car l'islam ne les y incite pas. L'esprit musulman se compromet avec des erreurs manifestes ; il nie la vérité la plus évidente… Personnellement, le baptême m'a libéré ».

 

Pas de quête de vérité

L'islam ne cherche pas la vérité, même naturelle. Tout semble dit dans la révélation, il ne faut pas chercher plus loin. Lorsqu'un musulman va être invité à réfléchir sur sa « religion », c'est uniquement pour trouver quelques réponses déjà données aux objections courantes. L'école Al-Ashari, admise par quasiment tous les docteurs sunnites, enseigne ainsi que la raison n'a à intervenir que pour défendre le coran face aux contradicteurs, non comme critère de vérité. On n'y cherche pas de cohérence interne, à lier les dogmes, à connaître Dieu qui est incompréhensible. Le musulman ne cherche donc pas la vérité, elle lui est donnée par le coran, cela doit lui suffire.

Ceci montre un déséquilibre car il n'y a pas de recherche de la vérité. Tout doit être ingurgité sans être compris. Pour un catholique, il y a au contraire cette harmonie entre la foi et la raison, cette soif de connaître le vrai.« Je suis la Voie, la Vérité et la Vie » a dit Notre Seigneur à ses disciples, et devant Pilate: « Je suis né et venu en ce monde pour rendre témoignage à la Vérité ». La raison donne envie de mieux connaître la foi, la foi n'a pas peur des questions de la raison et si la raison ne répond pas à tout, elle n'en reste pas moins capable d'atteindre la profondeur des choses, de ne pas s'arrêter qu'aux apparences. Pour l'islam dominant, de même que leur Dieu est au dessus de tout, on ne peut rien comprendre de ce qui est au dessus de la nature visible. Il y a bien eu des philosophes dans le monde arabe, comme Avicenne ou Averroès, mais ils ont été écartés, exilés dès qu'ils s'intéressaient trop à la théologie. De même pour les mystiques, comme les maîtres soufis, qui ont été vite pourchassés s'ils faisaient trop d'ombre au pouvoir.

 

L'Ijtihiad

Objection, nous dit le musulman, car vous oubliez l'Ijtihiad, qui est l'effort personnel du savant pour approfondir les principes et les appliquer concrètement… Certes, mais le problème est que pour les sunnites, ce principe est fermé. Durant les deux ou trois siècles qui ont suivi l'hégire (622, point de départ du calendrier) fut pratiqué « l'Ijtihiad absolu », période de fondation des écoles. Puis, l'Ijtihiad devint relatif au sein même des différentes écoles, plus tard encore il s'efface devant les règles fixées par les différentes écoles islamistes. Bref, il n'y a plus de réflexion, et si des réformistes musulmans ont appelé dès le XIX° siècle à une réouverture de l'Ijtihiad, cette louable demande serait insuffisante car de toute façon, la raison ne peut atteindre l'inaccessible par principe.

 

Pas de liberté

« La Vérité vous rendra libre » a dit Jésus-Christ (Jn 8, 32). S'il n'y pas d'accès à la vérité, il n'y a pas d'accès non plus à la liberté dans l'islam. On rejoint la prédestination et le fatalisme. « C'était écrit , Mektoub ». Ainsi, Al-Ashari fait de la toute-puissance du créateur la cause du mal : « nous reconnaissons… que Dieu...égare les infidèles…, qu'il a voulu qu'ils fussent infidèles…, et qu'ils les abandonne et met un sceau sur leurs coeurs ; et que le bien et le mal dépendent de Dieu et des décrets de sa puissance.» As-Sanusi, un autre docteur, enseigne que l'homme n'est libre « qu'en apparence d'agir, ou de s'abstenir.» Il est donc totalement soumis à son destin.

Prions donc pour que le Christ libère ces âmes, non par la fausse liberté religieuse actuelle oubliant les droits de Dieu, mais bien par la Vérité du Rédempteur.

Abbé Bruno France, prêtre de la FSSPX

Source : Hermine n° 46 de juin-juillet 2015

 

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Catéchisme n° 97
Les péchés contre
le 1er commandement


Catéchisme par
correspondance

Actualisation des cours de catéchisme par correspondance dispensés par les Soeurs de la FSPX


UDT 2018
12-16août - XIII ° Université d'été
Visionner la vidéo de présentation


Camp cadres
14-29 juillet : 10° Camp de formation
des cadres


Lettre de "Missions" de juillet 2018 : Russie, Lituanie, Hongrie, Madagascar, Inde, Nigeria, Liban
Vers les sommets de juillet 2018 - Ton mot d'ordre : Sois fidèle au rayonnement de ta foi, abbé Gérard
Foyers Ardents : Des vacances catholiques pour tous
Mysterium Fidei n° 92 - Un trimestre important, abbé François Fernandez
Le Petit Echo de N-D n° 54 de juillet 2018 - Arrête ! le Coeur de Jésus est là !

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Mercredi 18 juillet 2018
06:08 21:46

  Suivez notre fil RSS