Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   La vraie laïcité, base de la chrétienté (1) ?

Accès aux notes de lecture proposées par La Porte Latine
Accès aux archives des revues de presse du monde de la Tradition
Accès aux bulletins et revues du monde de la Tradition

La vraie laïcité, base de la chrétienté (1) ?

Lire aussi : Face à face

 

Ce qu'est la chrétienté

 

1) L'ordre voulu par Dieu

1. La chrétienté est l’ordre social chrétien, c’est-à-dire l’union, conforme au dessein de Dieu, de l’Église et de la société civile, celle-ci se situant dans la dépendance de celle-là dès qu’il s’agit de faire parvenir les âmes à leur fin dernière. Cette union représente un mystère d’ordre surnaturel, c’est-à-dire une réalité nécessaire, qui ne saurait être connue autrement que par le moyen d’une révélation divine, et que la raison naturelle de l’homme, laissée à ses propres forces, ne saurait ni découvrir (quant à son existence) ni comprendre (quant à sa nature intime) 1. Le fait de la chrétienté s’impose sans doute à la considération de l’histoire, de la philosophie politique ou de la sociologie, mais ce n’est alors ni plus ni moins qu’un fait d’ordre historique, politique ou sociologique, selon différents aspects qui, pour être réels, ne correspondent pas proprement à la nature intime de cette chrétienté. Seul le Magistère de l’Église est en mesure de nous en donner l’intelligence exacte, que la théologie se donne ensuite pour tâche d’approfondir.

2. Le grand texte de référence par lequel l’Église affirme cette doctrine, avec l’autorité de son Magistère ordinaire, est l’Encyclique Immortale Dei du Pape Léon XIII, en date du 1er  novembre 1885. « Il est donc nécessaire », dit le Pape, « qu’il y ait entre les deux puissances un système de rapports bien ordonné, non sans analogie avec celui qui, dans l’homme, constitue l’union de l’âme et du corps 2. » Saint Thomas disait déjà auparavant que « la puissance séculière est soumise à la puissance spirituelle comme le corps à l’âme » 3. Que signifient exactement ces descriptifs empruntés à l’ordre physique ? Léon XIII l’explique dans les termes suivants : « Ainsi, tout ce qui, dans les choses humaines, est sacré à un titre quelconque, tout ce qui touche au salut des âmes et au culte de Dieu, soit par sa nature, soit par rapport à son but, tout cela est du ressort de l’autorité de l’Église. Quant aux autres choses qu’embrasse l’ordre civil et politique, il est juste qu’elles soient soumises à l’autorité civile, puisque Jésus-Christ a commandé de rendre à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu 4

 

2) Le salut des âmes

3. La définition de la chrétienté se décompose donc en trois grandes vérités. Première vérité : l’Église a juridiction sur les matières ordinairement spirituelles, puisque « tout ce qui touche au salut des âmes et au culte de Dieu par sa nature est du ressort de l’autorité de l’Église ». Deuxième vérité : l’Église n’a pas juridiction sur les matières ordinairement temporelles, puisque « les choses qu’embrasse l’ordre civil et politique sont soumises à l’autorité civile ». Troisième vérité : l’Église a juridiction sur les matières temporelles en tant qu’elles se trouvent ordonnées aux matières spirituelles, puisque « tout ce qui touche au salut des âmes et au culte de Dieu par son but est du ressort de l’autorité de l’Église ». Ce propos du Pape nous indique plus précisément en quoi les matières temporelles peuvent devenir spirituelles et tomber pour autant sous la juridiction de l’Église : c’est en raison de leur but. Dans son Apologie pour le Traité sur le pape et le concile 5, Cajetan dit lui aussi que le Pape possède le pouvoir suprême en matière temporelle, « dans la mesure où il y a un ordre du temporel au spirituel ».

On dira donc, selon l’expression consacrée par saint Robert Bellarmin, que le Pape possède un pouvoir indirect en matière temporelle. Cela signifie que le Pape possède ce pouvoir non sur le temporel en tant que tel, mais dans la mesure où celui qui agit en matière temporelle se propose par là d’atteindre le bien spirituel, qui s’identifie avec la fin dernière de l’homme. Cette fin dernière restant toujours le motif dernier de toute entreprise humaine ici-bas, l’Église ne peut jamais se désintéresser de l’ordre temporel et c’est pourquoi l’union de l’Église et de l’État reste toujours nécessaire, union qui doit prendre la forme de la subordination réelle, quoiqu’indirecte, de l’État à l’Église. Le Pape saint Pie X exprimait cette conséquence en ces termes : « Quoiqu’il fasse, même dans l’ordre des choses temporelles, le chrétien n’a pas le droit de mettre au second rang les intérêts surnaturels ; toutes ses actions, en tant que moralement bonnes ou mauvaises, c’est-à-dire en accord ou en désaccord avec le droit naturel ou divin, tombent sous le jugement et la juridiction de l’Église 6. »  C’est justement pourquoi, disait encore le même Pape, « l’on n’édifiera pas la société, si l’Église n’en jette les bases et ne dirige les travaux » 7.

4. La chrétienté ne saurait donc se définir, dans sa nature intime, telle que Dieu nous l’a révélée et telle que le Magistère nous la fait connaître, ni comme l’absorption de l’État par l’Église ou de l’Église par l’État, ni comme la séparation de l’Église et de l’État. L’absorption de l’Église par l’État ainsi que la séparation de l’Église et de l’État sont deux erreurs directement condamnées par le Magistère ordinaire de l’Église, la première dans la constitution Licet juxta doctrinam du Pape Jean XXII en 1327 8, dans la Constitution Auctorem fidei du Pape Pie VI en 1794 9 ainsi que dans le Syllabus de Pie IX en 1864 10, la seconde dans la Lettre Encyclique Vehementer nos du Pape saint Pie X en 1906 11. L’absorption de l’État dans l’Église est une erreur indirectement condamnée par le Magistère ordinaire de l’Église, du fait que celui-ci enseigne que la société civile est une société parfaite 12.

Abbé Jean-Michel Gleize

Suite : La juridiction de l'Eglise


La vraie laïcité, base de la chrétienté ? (2) - La juridiction de l'Eglise
La vraie laïcité, base de la chrétienté ? (3) - Depuis Vatican II
La vraie laïcité, base de la chrétienté ? (4) - L'explication de Benoît XVI
La vraie laïcité, base de la chrétienté ? (5) - Un pèlerinage de « saine laïcité »


1. Cf. GARRIGOU-LAGRANGE, De revelatione, T. I, 3e  édition de 1926, p. 76-78
2. LÉON XIII, Immortale Dei dans Acta sanctæ Sedis, T. XVIII (1885), p. 166.
3. SAINT THOMAS D’AQUIN, Somme théologique, 2a2æ pars, question 60, article 6, 3e objection et ad 3.
4. LÉON XIII, Immortale Dei dans Acta sanctæ Sedis, T. XVIII (1885), p. 166-167.
5. Au chapitre XI, n° 639-640 de l’édition Pollet.
6. SAINT PIE X, Lettre Encyclique Singulari quadam du 24 sep- tembre 1912 dans Acta apostolicæ Sedis, T. IV (1912), p. 658.
7. ID., Lettre aux archevêques et évêques français Notre charge apostolique du 25 août 1910 dans Acta apostolicæ Sedis, T. II (1910), p. 612.
8. Proposition condamnée n° 3, DS 943.
9. Proposition condamnée n° 5, DS 2605.
10. Proposition condamnée n ° 19, DS 2919.
11. SAINT PIE X, Lettre encyclique Vehementer nos du 11 février 1906 dans Acta sanctæ Sedis, T. XXXIX (1906), p. 12-13.
12. LÉON XIII, Immortale Dei dans Acta sanctæ Sedis, T. XVIII (1885), p. 166-167 ; PIE  XI, Divini illius magistri du 31 décembre 1930 dans Acta apostolicæ Sedis, T. XXII, p. 53.

 

Source : Courrier de Rome n°622


 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 121

Le sacrement de pénitence

Camps d'été 2019

Pour garçons
et jeunes gens

Juillet 2019 : activités proposées par l'école Saint Joseph des Carmes (camp travaux, camp vélo)
Vox cantorum : camp de vacances pour garçons à partir de 8 ans - 30 juin au 6 juillet 2019 à Châteauroux (36)
Camp Saint-Joseph pour garçons de 8 à 13 ans à Bourg-Saint-Pierre, du 6 au 20 juillet 2019
Camp pour garçons de 10 à 15 ans à St-Aubin-d'Aubigné (35) du 8 au 21 juillet
Camp St-Pierre J-E. pour garçons de 14 à 17 ans au milieu des volcans d'Auvergne
du 11 au 26 juillet

Camps Saint-Pie X à l'Etoile du Matin à Eguelshardt du 12 et du 15 au 30 Juillet 2019
Camp Bx Théophane Vénard pour garçons de 8 à
13 ans du 17 au 30 juillet à Kernabat

Camp Saint-Dominique pour garçons de 13 à 17 ans en Dauphiné du 27 juillet au 10 août
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp garçons du 1er au 15 août 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)
Camp itinérant à vélo Raid Saint Christophe du 5 au 19 août 2019 pour les garçons de 14 à 17 ans

Pour filles et
jeunes filles

Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 10 au 19 juillet pour filles de 7 à 17 ans
à Châteauroux

Soeurs de la FSPX - Camp ménager du 23 juillet au 1er août pour jeunes filles de 15 à 18 ans à Châteauroux
Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 23 juillet au 1er août pour filles de 7 à 17 ans à Châteauroux
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp filles du 17 au 31 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Dimanche 25 août 2019
06:59 20:47