logos-lpl-separator-blc

Nouvelles de Russie

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

‘abbé Bösiger a célébré la Messe à Moscou, le 8 décembre, pour la pre­mière fois un dimanche. La messe était dite, jusqu’à présent, seulement le premier vendredi du mois, mais les fidèles ont tellement insisté… Nous avons des raisons d’espérer que la crise prendra fin. En effet, dans le message de Fatima, le triomphe du Cour Immaculé de Marie est lié à la conversion de la Russie. Or, la Fraternité a des possibilités réelles en Russie en ce moment. En effet, Wladimir Poutine cherche des éléments unificateurs pour tenir la Russie après l’effondrement de l’Union soviétique. Un des éléments les plus importants est l’Eglise orthodoxe qui, officiellement, contient la majorité de la population. Or, les orthodoxes sont favorables à la Fraternité Saint Pie X car beaucoup d’orthodoxes ont en horreur l’ocuménisme actuel. Ils ont même excommunié les orthodoxes « ocuménistes ». Les latins, en Russie, forment en ce moment une petite élite d’intellectuels. La masse est orthodoxe et très attachée au rite oriental. Ce qui est intéressant, c’est que Saint Pie X a favorisé le rite oriental en Russie pour ce même motif : seulement, le rite oriental est capable de convertir le peuple. Le reste est à la providence Deo volente. Nous attendons, certes, la consécration de la Russie par le pape mais nous croyons discerner déjà, maintenant, les pré­mices de cette conversion.
J’ai demandé au Père S. à R., s’il serait prêt éventuellement, à aller de temps à autre en Russie pour célébrer dans le rite oriental. En effet, il est le seul prêtre traditionnel que nous connaissions qui célèbre ce rite, nos ukrainiens ayant un rite oriental latinisé qui ne sera jamais accepté par les Russes de rite « pur oriental ». Il est tout à fait d’accord et m’a appris qu’il y a un certain nombre de prêtres orthodoxes qui sont en réalité catholiques. Il le sait d’autant mieux qu’il est lui-même converti de l’orthodoxie. En effet, pendant la persécution communiste, pas mal de voca­tions catholiques latines ont décidé de ne pas descendre dans l’Eglise clandestine souterraine, estimant qu’ils seraient trop limités dans leurs possi­bilités. Ils ont préféré entrer dans un séminaire orthodoxe, qui était reconnu par l’Etat communiste, l’Eglise catholique officielle et clandestine étant trop persécutée par les soviets. Mais ils sont restés dans leur cour catholiques. Ils sont devenus ortho­doxes par nécessité, par manouvre, et maintenant ces prêtres sont tout à fait disposés à entrer dans l’Eglise catholique… uniate naturellement. Voilà pourquoi l’église orthodoxe, qui sait très bien cela, fait tant de problèmes à l’Eglise catholique, surtout uniate, en Russie, car elle craint une certaine hémorragie. Voilà pourquoi cet accord de Balamand, reje­tant l’uniatisme, devait venir le plus vite possible. Voilà entre autres pour­quoi nous sommes les bienvenus. Nous connaissons actuellement un deuxième prêtre en Russie de rite uniate qui nous est favorable. Bref, ce serait bien que nous nous installions sérieusement en Russie pour prendre contact avec des prêtres qui sympathisent, catholiques et orthodoxes, augmenter le nombre de fidèles, poser un acte de présence clair et net, « parare vias Domini ». Et la Providence fera le reste, n’est-ce pas ?

In Christo et Maria.

Père Eric Jacqmin