logos-lpl-separator-blc

Lettre aux Amis et Bienfaiteurs de l’école de l’Epiphanie n° 3 – Décembre 2015

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Editorial de M. l’abbé Laurent Ramé

Chers amis et bienfaiteurs,

Comme vous le savez, toutes nos écoles catholiques ont de bonnes raisons de vivre, mais ne trouvent pas toujours les moyens de vivre dans leur propre région et encore moins près des parents eux-mêmes, déjà lourdement sollicités. C’est notamment le cas de notre école de l’Épiphanie, qui se développe dans un milieu rural et donc sans beaucoup de ressources financières.

D’où nos appels aux dons lancés au-delà de la Vendée. Permettez-moi d’ajouter pour tous ceux qui n’ont aucun lien particulier avec notre école : « Qui sait, si parmi les enfants de cette petite école de Vendée ne se trouve pas le prêtre qui s’occupera un jour de votre âme ou de celle de vos enfants, ou petits-enfants ou arrières petits-enfants ?… Qui sait, si parmi eux ne se lèvera pas la religieuse qui enseignera vos enfants ou petits-enfants ou arrières petits-enfants ?… Qui sait si parmi eux il n’y a pas celui ou celle qui épousera l’un de vos enfants ou petits enfants ou arrières petits-enfants ? » Autant de perspectives qui sont susceptibles d’élargir vos horizons et surtout votre coeur !

Bien évidemment, nul ne peut répondre à nos appels au-delà de ses limites. Il y a d’abord ce que vos ressources vous permettent de donner et surtout l’ordre des priorités qu’il vous faut respecter dans l’exercice de la charité, et plus spécialement de l’aumône. C’est d’abord les écoles de vos régions, de vos enfants et petits enfants que vous devez soutenir. Il reste cependant que la charité chrétienne s’exerce dans le cadre de l’Église, c’est-àdire du Corps Mystique qui dépasse nos environnements immédiats, comme le démontre le mystère de la « communion des saints ». Aider une école, c’est tout simplement secourir un membre ou plusieurs membres de ce même Corps auquel nous appartenons. De plus, il s’agit des membres que le Seigneur nous présente comme les privilégiés de son divin Coeur : « Laissez les petits enfants et ne les empêchez pas de venir à moi; » (Matthieu XIX, 14) « Puis, prenant un petit enfant, il le plaça au milieu d’eux et, l’ayant embrassé, il leur dit : Quiconque accueille un des petits enfants tels que lui à cause de mon nom, c’est moi qu’il accueille » (Marc IX, 36). Ajoutons aussi que l’enfant, dans son être même, figure parmi les plus pauvres, les plus fragiles, les plus vulnérables, les plus démunis : que peut-il pour se défendre ou se protéger contre toutes les attaques insidieuses que mène le monde pour lui faire perdre son innocence et sa candeur ?

Que peut-il, lui tout seul, pour se prémunir contre les mensonges et les erreurs distillés à travers l’enseignement officiel ? Que peut-il aussi pour échapper à l’influence des nouvelles méthodes pédagogiques qui déstructurent son intelligence ? Nous n’en ferons jamais assez pour protéger nos générations futures, qui à leur tour, auront la grave responsabilité de transmettre ce qu’ils auront reçu de notre part et grâce à tous ceux qui de près ou de loin soutiennent les oeuvres d’éducation catholique. Le Royaume de Dieu que nous devons défendre et étendre sur la terre ne se limite pas à notre petit cercle.

Dans tous les cas, soyez à nouveau vivement remerciés du soutien que vous apportez à notre petite école(1) qui nous laisse augurer, avec la grâce de Dieu, un bon développement dans l’intérêt de nos enfants, de nos familles et de l’Église.

Abbé Laurent Ramé, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

Lire l’intégralité ce cette lettre


Cliquez sur ce lien ou sur l’image ci-dessus pour ouvrir la lettre

(1) Comment nous aider ?


Cliquez sur l’image ci-dessus pour imprimer le tract d’aide à l’école

fraternité sainte pie X