logos-lpl-separator-blc

17 juillet 2011 : Messe dominicale à Derchigny (76)

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Présentation de l’apostolat de la FSSPX sur la région de Dieppe

À l’occasion des ordinations du 29 juin prochain à Ecône une dizaine de diacres seront ordonnés prêtres, dont les abbés Benoît Espinasse et Matthieu de Beaunay connus sur notre région, puisque le premier est le frère de Madame Tougne.

Ici, je me permettrais d’évoquer plus précisément le second qui est originaire de Haute Normandie, de la région de Dieppe. Si sa famille ne réside plus en Normandie, elle a gardé une attache très réelle avec notre contrée, disposant de la Chapelle Saint Matthieu de Derchigny.

C’est dans cette belle petite église paroissiale, puis familiale, où se sont mariés ses parents, que le jeune abbé viendra célébrer une de ses premières Messes. Ayant à peine quitté la Suisse, il se rendra auprès de nous pour cette Première Messe qui aura lieu le samedi 2 juillet à 10 H 00. Grâce insigne pour nous que je ne voulais pas manquer de vous signaler, en vous invitant à y participer. Bien sûr, il est toujours précieux de constater la vitalité de la Tradition auprès de nous, que le Seigneur ne manque pas d’appeler des ouvriers à sa moisson et que des jeunes gens ont la générosité de répondre favorablement à cet appel d’autant plus pressant que le nombre de prêtres s’amenuise sur notre sol de France. Pas celui des prêtres de la Fraternité saint Pie X, grâce à Dieu, mais notre présence qui se renforce d’année en année, est loin de pouvoir compenser le vide laissé par le clergé conciliaire vieillissant sans renouvellement suffisant.

« La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux » disait déjà Notre Seigneur Jésus-Christ. Aussi, chaque ordination sacerdotale, qui achève une formation de six années, est-elle une joie particulière. Joie de la grâce insigne d’un autre Christ qui va venir répandre les bienfaits apportés par Notre Seigneur, particulièrement au travers des sacrements, les moyens ordinaires des dons surnaturels de Dieu. Joie de l’Église qui traverse les siècles pour amener aux hommes de chaque époque les moyens du salut.

Avec une première Messe, survient encore la circonstance de nous resserrer autour de l’essentiel: le sacerdoce de Jésus-Christ et d’en recueillir les fruits. À cette occasion de la Première Messe solennelle, l’Église ajoute la grâce signalée des premières bénédictions et l’octroi d’une indulgence plénière si nous nous mettons dans les conditions d’en bénéficier. Ce 2 juillet sera donc une grande et belle journée de grâce, j’espère que vous pourrez en bénéficier.

Tâchons de bien prier pour les vocations sacerdotales et religieuses, et spécialement celles de ces prochaines ordinations.

Si le Bulletin ne peut encore vous donner toutes les précisions pratiques concernant cette journée à Derchigny, néanmoins sachez qu’un déjeuner organisé suivra ces cérémonies. Je ne serai pas mécontent de recueillir les propositions des bonnes volontés qui voudront bien se manifester pour aider à la bonne tenue de cette fête autour du sacerdoce.

Cette Première Messe le sera encore à un autre titre qu’il convient de souligner sans retard. Il y a longtemps que la famille de Beaunay nous proposait de pouvoir utiliser cette petite église pour notre ministère en Normandie. Évidemment, lorsque l’apostolat normand était mené depuis Mantes-la-Jolie, il ne nous était pas envisageable d’ajouter une desserte de plus, malgré l’intérêt apostolique et géographique que pouvait représenter Derchigny, si proche de Dieppe, Eu, Le Tréport, Gamache, Envermeu, Longueville, Offranville ou même Saint Valéry. Nous avons alors privilégié l’ouverture d’une chapelle dans la vaste cité du Havre, notre Chapelle Saint Grégoire-Le-Grand, qui a depuis lors bonifié tant du point de vue des fidèles que sur le plan matériel.

Avec l’ouverture du prieuré sur Rouen depuis bientôt deux ans, et la présence de deux prêtres, nous pouvons estimer le temps propice à une extension de notre apostolat en Normandie. Ce sont nos Supérieurs qui autrefois me retenaient dans la poursuite de ce projet, qui trouvent maintenant le moment favorable. Monsieur l’abbé de Cacqueray, de même que son second assistant, Monsieur l’abbé Jacques Laguérie sont venus voir sur place et ont jugé le site intéressant, tant du point de vue local, que dans la meilleure implantation de la Tradition en France.

Face à un tel encouragement, il convient de nous exécuter avec tout le zèle possible. Il est sûr que si l’abbé Cartier et moi-même n’avons pas l’impression de pouvoir céder à un quelconque ennui au cours de nos journées, nous tâcherons d’assumer au mieux ce nouvel apostolat qui nous est confié par nos Supérieurs. Il est vrai que ces derniers envisagent dans un avenir plus ou moins lointain d’ajouter un prêtre supplémentaire en Haute-Normandie pour la desserte des deux diocèses de Rouen et du Havre. Ce ne sera pas du luxe, puisque déjà nous sommes loin de pouvoir réaliser auprès de vous tout le bien que vous pouvez espérer, mais cette perspective encourageante pourra stimuler et le zèle et la patience.

Le fait qu’il s’agisse d’une belle église, déjà construite, (depuis le XVIIIe siècle !), facilite notre installation. Une convention a été dûment passée entre la famille et la Fraternité Saint Pie X pour l’usage habituel de l’église au profit de cette dernière, lieu hautement symbolique dans laquelle la Nouvelle Messe n’a eu droit de cité et ne l’aura pas.

La photographie jointe montre la toiture qui semble en très bon état, et c’est bien la réalité puisqu’elle a été toute refaite l’an dernier. La porte d’entrée est en cours de réparation. A l’intérieur, tout le mobilier d’église est en place, avec un bel autel en marbre surmonté par deux anges adorateurs. C’est dire que si la perspective de ces premières messes retient notre attention, celle-ci est facilitée par le bon état et l’entretien que la famille a accordée à ce bien sacré familial. Pour l’heure nous comptons apporter l’électricité dans le sanctuaire, et permettre la restauration des rinceaux décoratif du chœur, d’ici à la Première messe du 2 juillet 2011 à 10 h 00.

En ce mois de mai, nous prions la Vierge Marie dont la majestueuse statue orne le fronton de l’église, de daigner bénir et faciliter ce nouvel apostolat sur la côte d’albâtre,

Le Prieur, Abbé François-Xavier CAMPER