logos-lpl-separator-blc

La Milice de l’Immaculée du prieuré de Nantes

Partager sur print
Partager sur email

Le mot du prieur

A quoi correspond notre engagement dans la Milice de l’Immaculée ?

Chers amis,

Le jour de votre engagement, vous vous êtes consacrés à l’Immaculée. L’entrée dans la Milice se fait lors d’une cérémonie toute simple et, vous le savez, les membres ont pour seules obligations le port de la médaille miraculeuse et la récitation quotidienne de l’invocation :

« O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous et pour tous ceux qui n’ont pas recours à Vous, spécialement pour les francs-maçons. »

En somme, fort peu de choses ! Faut-il donc considérer que notre engagement dans la Milice est un acte presque négligeable, qui n’influera que peu sur notre vie.

Bien au contraire ! Nous nous sommes consacrés totalement à la Vierge immaculée : il ne s’agit pas seulement d’ajouter une prière à notre emploi du temps quotidien. Il s’agit de vivre désormais en permanence sous les yeux de Marie, d’être aussi dociles entre ses mains qu’un instrument entre celles d’un artisan. Nous lui avons fait de nous-même une donation complète, irrévocable, absolue, pour le temps et pour l’éternité. Cela veut dire que nous avons accepté de ne plus vouloir que ce qu’elle voudra. Si la médaille miraculeuse est légère à porter autour du cou, il y a des jours certainement où la volonté de l’Immaculée, qui ne fait qu’un avec la volonté de Dieu, nous semblera lourde, au contraire. C’est alors qu’avec son aide, il faudra rester fidèle à notre engagement. C’est alors que nous lui prouverons notre amour. Rappelons-nous que

« l’amour de l’Immaculée ne consiste pas seulement dans un acte de consécration récité même avec grande ferveur, mais dans le fait de beaucoup souffrir de privations et de travailler pour elle sans arrêt. »(1)

Cet amour pour l’Immaculée emplit notre coeur et fait notre joie. Quoi de plus doux que d’être consacré à la Mère de Dieu ? Nous devons veiller cependant à ne pas nous contenter de cette consolation. Notre amour doit s’épanouir en charité et porter des fruits apostoliques. Dès sa fondation, la Milice a eu pour but le salut des âmes.

« Elle est un mouvement qui doit entraîner les masses et les arracher à Satan », disait le père Kolbe, qui ajoutait : « L’appartenance à la M.I. permettra à chaque membre de donner à l’apostolat tout ce qu’il a de meilleur en lui-même, et de rejoindre de cette façon la perfection chrétienne dans son propre état, ou dans sa profession. »

Soyons donc toujours soucieux de faire du bien autour de nous. Pour cela, il nous faudra d’abord prier : sinon rester longuement en oraison à genoux, car ce n’est pas toujours possible, du moins élever à chaque instant notre âme vers Dieu, vers Notre- Seigneur, vers l’Immaculée par des oraisons jaculatoires et offrir tous nos travaux, toutes nos peines.

Il nous faudra ensuite ne pas hésiter à nous montrer chrétiens, à entamer une discussion, si les circonstances s’y prêtent, à diffuser la médaille miraculeuse.

Les statuts de la Milice recommandent ce moyen :

« Distribuons la médaille miraculeuse partout où cela est possible, aux bons comme aux mauvais, aux catholiques comme à ceux qui ne le sont pas, car si l’un d’eux manifeste ne serait-ce que ce petit hommage à l’Immaculée qui consiste à porter sa médaille, elle ne l’abandonnera plus et le conduira à la foi et à faire pénitence.»

Enfin, dans nos prières aussi bien que dans nos essais apostoliques, il nous faudra « cibler » particulièrement les ennemis de l’Eglise, les francs-maçons. Dans l’esprit du Père Maximilien, ils devaient être les premiers bénéficiaires des grâces demandées par les membres de la Milice à leur reine, « trésorière de toutes les grâces ».

Nous voici engagés dans un combat hors du commun :

« Sous l’étendard de l’Immaculée, se livrera une grande bataille et nous ferons flotter ses bannières sur les forteresses du prince des ténèbres. Alors, l’immaculée deviendra la Reine du monde entier et chaque âme en particulier. »(2)

Quel beau programme !

Abbé Pierpaolo-Maria Petrucci

(1). Père Kolbe, lettre du 12 avril 1933.

(2). Père Kolbe, lettre du 30 mai 1931.

Le bulletin de la Milice de l’Immaculée de Nantes

Le manteau de l’Immaculée

Le Manteau de l’Immaculée n° 1

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
fraternité sainte pie X