logos-lpl-separator-blc

Dimanche de Laetare 11 mars 2018 – Pèlerinage à la Sainte Tunique d’Argenteuil

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Aumônerie assurée par M. l’abbé Louis-Marie Berthe

La Sainte Tunique d’Argenteuil

Ces morceaux de laine seraient les rescapés de la Tunique portée par le Christ avant sa mort. « Et même la veille, lorsqu’Il célèbre la fête juive de la Pâque avec ses disciples, un repas au cours duquel Il institue le sacrement de l’eucharistie, c’est-à-dire la première messe de l’Histoire », précise le Père Guy-Emmanuel Cariot, recteur du sanctuaire. La Tunique ressemble d’ailleurs à une chasuble : celle du prêtre célébrant la sainte messe qui actualise la Passion du Prêtre Jésus Christ. Elle forme une sorte de puzzle auquel il manque-rait des pièces. De nombreuses pièces. La Tunique d’Argenteuil, c’est toute une histoire. C’est même l’Histoire.

Jeudi saint au soir. Jésus prie dans la nuit de Gethsémani, suant le sang de l’angoisse extrême. Trahi, Il est arrêté, jugé pour blasphème, livré au gouverneur Pilate. Ses sbires Le dénudent, Le flagellent, L’humilient. Les soudards couvrent le Corps ensanglanté de la Tunique pudique. Au milieu du Vendredi, Jésus porte sa croix jusqu’au Golgotha. On Le déshabille à nouveau, arrachant le tissu collé à ses plaies, avant de Le crucifier. Nu. Cette tunique, imprégnée du sang et de la sueur du Sauveur, est tirée au sort par des soldats avinés tandis que le Christ disloqué agonise. Puis Il rend son âme au Père : « Tout est consommé. » Mission accomplie – à quel prix !

Cette Tunique unique est l’une des trois « reliques textiles » de la Passion. Celle d’Argenteuil rappelle l’agonie et le chemin de croix ; le Suaire d’Oviedo évoque, lui, la descente de croix ; le Linceul de Turin montre les supplices, la mort, et suscite la méditation devant le fait mystérieux de la Résurrection. « Ces linges que nous vénérons apportent une confirmation visuelle et tactile de la foi que nous sommes appelés à vivre et à proclamer », soutient le Père François Le Quéré, théologien et spécialiste de la Tunique (décédé en décembre dernier), auteur d’un ouvrage indispensable sur le sujet récemment réédité. « Cet acte de foi conditionne notre vie, notre devoir de conversion, et ces exigences créent un fossé profond entre l’appel entendu et nos habitudes, notre désir de vie facile et de confort humain. »

Venue de Constantinople, la sainte tunique fut offerte en l’an 800 par Charlemagne au monastère d’Argenteuil et remis à sa propre sœur, abbesse de ce monastère.

La Sainte Tunique d’Argenteuil est une des cinq grandes Reliques que Notre-Seigneur Jésus-Christ nous a laissées sur terre, avec le Linceul de Turin (Italie, antérieurement à Chambéry), le Suaire d’Oviedo (Espagne), la Sainte Couronne d’Epines de Notre-Dame de Paris et la Sainte Robe de Trèves (Allemagne).

Après la magnifique ostension de 2016 à Argenteuil, nous continuons avec une ferveur renforcée notre dévotion à cette plus insigne Relique de Notre Seigneur en France.

Cette Tunique, trempée du Précieux Sang, nous parle surtout de l’humilité de Notre Sauveur qui est devenu obéissant jusque la mort sur la Croix. Nous autres Chrétiens essayons de suivre Jésus sur ce chemin, par un pèlerinage très humble : procession par Argenteuil, chemin de croix dans la Basilique, vénération de la Relique.

Programme

– Départ de la procession à 15 H 30 du Parking situé au 9 Boulevard Héloïse à Argenteuil (près de la Seine),

– Passage devant la gare SNCF d’Argenteuil (trains venant de la gare St Lazare de Paris circulant toutes les 20 minutes),

– Puis procession par le centre-ville,

– 16 H 00 dans la Basilique d’Argenteuil : chemin de croix, dévotions devant la Relique du Christ.

Renseignements :

COSTA (UNEC)
BP70114
95210 Saint Gratien

01 34 12 02 68

Adresse courriel

Adresse du site de l’UNEC : www.radio-silence.tv, rubrique COSTA

fraternité sainte pie X