logos-lpl-separator-blc

12° Opération Rosa Mystica dans l’île de Mindanao à Polomolok – N° 04 : mercredi 11 avril 2018

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Ça y est, le rythme est pris, pas moyen de se dérober ! En arrivant à 7h sur place, nous nous faufilons au milieu de la foule qui attend. Et ce soir, il faudra même renvoyer plus de cent personnes pour ne pas pousser à bout les médecins… Ils ont encore deux jours à tenir, dans des conditions qui n’ont rien à voir avec leur cabinet de ville occidentale, soigné, propre et silencieux. Ici, c’est poussière, promiscuité, saleté, et bruit à volonté !

Quatrième journée : mercredi 11 avril 2018

Les militaires assurent notre sécurité tout autour du bâtiment. Le lieutenant-colonel Otida, chef du 27e Bataillon d’Infanterie, vient s’assurer du bon fonctionnement de la mission. Il nous fournit dix hommes. Ils ne sont pas surmenés pendant la journée, mais en bons Philippins, ils savent attendre avec patience pendant des heures… En attendant, c’est rassurant de les avoir, sachant que la menace terroriste n’est pas un vain mot chez eux non plus. Nous avons d’ailleurs énormément de femmes voilées qui viennent se faire soigner ; apparemment, elles passent outre l’aspect religieux pour profiter des soins gratuits. Comme on dit chez nous, l’argent n’a pas d’odeur !

Cette année, les box de chirurgie deviennent des hauts-lieux d’expression artistique ! Au milieu de tant de misère, il faut bien apporter ici ou là quelques touches de douceur ou de fantaisie ! D’autant que la venue de chirurgiens ayant été annoncée, il y a énormément de soins à faire.

Un jeune enfant se présente avec une aplasie d’oreille bilatérale, il n’a pas de conduit auditif. Rien n’a été fait pour lui, il est considéré comme sourd et va apprendre le langage des signes. C’est toujours désolant pour les médecins de constater cela, alors qu’en France il aurait pu être pris en charge et avoir une vie sociale normale.


 » Baby boss au travail. Bravo!« 

Un autre vient montrer son épaule ; il a eu un grave accident de moto il y a huit mois, et ne peut plus mouvoir son bras sans aide. Il n’y a pas de fracture, semble-t-il, mais une importante atrophie musculaire. Dr de Geofroy junior [Voir photo ci-dessus de Baby boss au travail] demanderait bien un IRM pour constater l’ampleur des dégâts, mais cela risque de coûter trop cher. Peut être une atteinte du plexus brachial….

Aujourd’hui, le Dr Ledoux a plusieurs cas de cancers, notamment deux adultes qui souffrent : une personne de 40 ans a la moitié du visage prise par la tumeur ; il serait encore temps de lui faire de la chimio. Pour cela, le médecin demande un scanner pour faire un bilan d’extension, c’est envisageable puisque cela reviendrait à 180€.

L’autre patiente a une tumeur manifestement maligne, extériorisée au niveau du conduit auditif externe, avec une paralysie faciale débutante, témoignant d’un envahissement de l’os du rocher. Son cas est plus grave, il faut faire un IRM de toute urgence pour voir s’il y a des métastases et pouvoir porter un pronostic. Le docteur voit aussi un pauvre enfant impressionnant à voir : il a un meningocèle (protrusion méningée déformant le visage).

En France, le moindre kyste bénin se fait enlever, et il est impensable de ne pas prendre en charge le plus tôt possible de telles tumeurs. Mais ici pas d’argent, pas de souci des apparences ; seulement la pauvreté et l’acceptation de son sort… C’est très frustrant de se sentir si démuni pour soigner ces gens. Idéalement, il faudrait avoir une structure hospitalière à notre disposition la semaine de mission et le mois qui suit, pour pouvoir opérer et traiter rapidement les cas les plus urgents.

Autre pathologie moins grave, mais très répandue : les goitres qui déforment le cou. Pour exemple, en trois jours, le Dr Ledoux en a vu 57 sur ses 130 patients, ce qui est absolument énorme. C’est bénin le plus souvent, peu douloureux, alors on vit avec, sans se poser trop de questions.

Sinon, c’est Alexandra qui rencontre encore quelques cas difficiles, en voici un : c’est un jeune homme de 30 ans presque aveugle : à 8 ans, un accident lui a complètement laminé l’œil droit ; et le gauche est très myope (-9). Il n’est donc pas allé à l’école, et ne sait ni lire, ni écrire. Pour tester sa vue, il faut donc trouver autre chose que des lettres, Alexandra lui essaie des lunettes avec lesquelles il identifie des dessins à quelques mètres. C’est presque une résurrection pour lui !

Malgré la fatigue, la bonne humeur règne chez les volontaires et les dîners sont animés. Ajoutez quelques bouteilles de Red Horse Beer, et l’ambiance est assurée ! En plus, nous avons ce soir Jean-Pierre Dickès au téléphone, il est content de suivre en direct sa mission, et reconnaissant de l’investissement des nouveaux médecins.

Merci à tous !

Sources : Rosa Mystica 2018 / Jeanne de Vençay / La Porte Latine du 12 avril 2018

Suite des reportages 2018

Accès au reportage n° 05 du jeudi 12 avril 2018
Accès au reportage n° 06 du vendredi 13 avril 2018
Accès au reportage n° 07 du samedi 14 avril 2018
12° Opération Rosa Mystica n° 08 : mission à Davao – « Ce n’est qu’un au revoir… »
12° Opération Rosa Mystica aux Philippines – N° 09 : la vidéo de cette magnifique mission 2018

Pour continuer à aider la Mission Acim Asia 2018

Les dons pour ACIM ASIA doivent être envoyés au :

Dr Jean-Pierre Dickès
2, route d’Equihen
62360 St-Etienne-du-Mont
jpdickes@gmail.com

Il est rappelé que la totalité des dons est envoyé à la mission sans prélèvement de quelque nature que ce soit.
D’autant qu’ACIM France prend en charge intégralement le fonctionnement
de sa petite sœur d’Asie. Tous les volontaires sont les bienvenus tout au long de l’année.

Reçus fiscaux sur demande