logos-lpl-separator-blc

Communiqué de l’ACIM du 30 novembre 2006

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

30 novembre 2006 : Une fois de plus l’AFM se trompe de chemin et trompe l’opinion publique.

J’écris à la fois en tant que médecin et père d’un enfant myopathe décédé maintenant il y a 8 ans à l’age de 18 ans et grand-père d’un petit myopathe : à l’époque il s’avérait que ma fille n’était probablement pas vectrice de la maladie.

Lors de la découverte de la maladie de notre fils, il me fut déclaré que par génie génétique un traitement allait être trouvé dans les deux ans.

25 ans plus tard cet objectif n’a pas été réalisé.

Il s’est fait rapidement une dérive dans le cadre du Généthon (alimenté par le Téléthon), dont le but est de tamiser les embryons par le diagnostic pré-implantatoire (DPI), et d’affûter des armes pour le diagnostic préalable in utero (DPN) afin de pratiquer des avortements parfois même la veille de l’accouchement de l’enfant.

Si bien qu’en pratique nos malheureux enfants servent de canard d’appel pour obtenir de l’argent servant à éliminer d’autres myopathes.

Par ailleurs le Généthon s’échine à trouver des moyens de traitement par les cellules souches embryonnaires qui à ce jour n’ont jamais guéri personne, ne donneront des résultats que dans 10 ou 20 ans, s’ils en donnent. Pendant ce temps nos enfants meurent. Or parallèlement « en aval » des succès thérapeutiques nombreux ont été obtenus.

Le plus récent est du 15 novembre dernier (Le Fig. du 17 nov.). Une équipe de Milan a guéri des chiens myopathes avec des cellules souches dites adultes récupérées sur le chien même (allogreffe) ou sur d’autre chiens (hétérogreffes).

Une fois de plus l’AFM se trompe de chemin et trompe l’opinion publique.

30 novembre 2006

Dr Jean-Pierre Dickès

Pour tout savoir sur l’ACIM

le site de l’ACIM