logos-lpl-separator-blc

Grande pétition nationale contre l’oeuvre imposée au baccalauréat

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

GRANDE PETITION NATIONALE
Enseigner, c’est transmettre des valeurs !

!

Madame, monsieur,

Le Bulletin officiel n°15 de l’Education Nationale impose comme oeuvre obligatoire à l’épreuve de latin du baccalauréat L’art d’aimer, d’Ovide.

Alors que nos écoles souffrent de la violence souvent sexuelle,
Alors que les agressions contre les femmes augmentent dangereusement,
Alors que l’opinion publique réclame une loi contre l’inceste,
Alors que s’enracine imperturbablement dans les relations sociales la loi du plus fort,

Cette oeuvre ouvertement misogyne (« Les femmes sont une race perfide »), qui se présente comme un cours de séduction, fait la promotion du viol, de l’inceste, de la tromperie, etc.

Nos adolescents apprendront que l’inceste est désiré et même que les femmes aiment être violées. Parmi tant d’autres citations :

« C’eût été lui faire violence, dis-tu ? Mais cette violence plaît aux belles, ce qu’elles aiment à donner, elles veulent encore qu’on le leur ravisse. Toute femme, prise de force dans l’emportement de la passion, se réjouit de ce larcin : nul présent n’est plus doux à son coeur. Mais lorsqu’elle sort intacte d’un combat où on pouvait la prendre d’assaut, en vain la joie est peinte sur son visage, la tristesse est dans son coeur. Phoebé fut violée; Ilaïre, sa soeur, le fut aussi; cependant l’une et l’autre n’en aimèrent pas moins leurs ravisseurs. »

Les jeux de l’amour deviennent une guerre où les femmes sont l’ennemie méprisée. Par exemple :

« Que l’anniversaire de la naissance de ton amie t’inspire une sainte horreur, et regarde comme néfastes les jours où i1 faudra lui faire un présent. Tu auras beau chercher à l’éviter, elle t’arrachera quelque cadeau : une femme sait toujours trouver les moyens de s’approprier l’argent d’un amant passionné. »

Pour profiter pleinement des femmes, les pires mensonges et manipulations seront encouragés. Notamment :

« Tâche aussi de plaire au mari de la belle; rien ne sera plus utile à tes desseins que son amitié. Si le sort, te favorisant, te donne la royauté du festin, aie soin de la lui céder ; ôte ta couronne pour en orner sa tête. Qu’il soit ton inférieur ou ton égal, n’importe, laisse-le se servir le premier, et, dans la conversation, n’hésite pas à prendre le second rôle. Le moyen le plus sûr et le plus commun de tromper, c’est d’emprunter le nom de l’amitié. »

Promotion du principe selon lequel la fin justifie les moyens, cette oeuvre est une atteinte grave à la dignité des femmes, doublée d’une atteinte à la liberté d’éducation puisque l’oeuvre est obligatoire.

Les familles sont fatiguées de devoir rattraper en permanence les égarements de plus en plus graves de l’Education Nationale.

Il n’est pas encore trop tard !

Signez d’urgence notre pétition nationale, afin de rappeler énergiquement à l’ordre ceux qui ont en charge l’éducation de nos enfants !

No data was found
fraternité sainte pie X