logos-lpl-separator-blc

Halte à l’amalgame : la récitation du chapelet ne relève pas du terrorisme

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp


Alain Escada,
Secrétaire général de l’Institut Civitas

Halte à l’amalgame : la récitation du chapelet ne relève pas du terrorisme

Ce 2 novembre 2011, les locaux de Charlie Hebdo ont été incendiés par des terroristes, furieux que l’hebdomadaire satirique ait tourné en dérision leur prophète Mahomet.

Plusieurs éditorialistes, qui font honte à leur profession de journalistes, ont tenté d’amalgamer ces terroristes avec les catholiques qui prient depuis quelques jours devant le théâtre de la Ville en réparation de la profanation de l’image de Dieu qui a lieu chaque soir au cours de la pièce de Romeo Castellucci.

Civitas n’a jamais utilisé la violence et ne l’a jamais promue, contrairement aux « artistes » qui répandent des excéments sur le visage du Christ.

Il est regrettable que des autorités civiles et religieuses se soient ainsi abaissées à condamner gratuitement en généralisant sans discernement.

Comparer le recueillement de ces foules qui n’ont pour arme que leur chapelet avec des terroristes qui incendient et attentent à la vie d’autrui est injuste et injurieux.

Jamais Civitas ne se taira. Ni pour dénoncer la christianophobie, ni pour refuser l’étiquette sournoise de fondamentaliste, ni pour rejeter avec force la violence d’islamistes dangereux.

Alain Escada, Secrétaire général de l’Institut Civitas

Pour plus de renseignements

Institut Civitas
17, rue des Chasseurs
95100 Argenteuil
01.34.11.16.94
www.civitas-institut.com