logos-lpl-separator-blc

Hokoyo Satan n°3 : nouvelles du Zimbabwe

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Traduction : « Fais attention, Satan! »

La Lettre aux Amis et Bienfaiteurs n° 3 du Zimbabwe

Missionnaire au Zimbabwe en 2006 !

Chers pèlerins et bienfaiteurs !

Bien qu’il nous était impossible matériellement d’avoir assisté au célèbre Pèlerinage de Chartres, sachez que nos 230 fidèles, noirs et blancs ont participé indirectement à ces 3 journées offrant leurs prières et leurs sacrifices pour la réussite matérielle et spirituelle du Pèlerinage. Chose faite! Dieu merci! Et dans le même esprit de ces 3 jours, voici quelques éléments pour comprendre au concret la vie de missionnaires dans un pays africain.

Être missionnaire au Zimbabwe, pour un prêtre ou un simple fidèle, cela signifie beaucoup de choses.

1- D’abord et avant tout, il ne faut pas avoir peur de subir ou vivre dans un régime totalitaire et communiste, qui pour une raison ou pour une autre, vous jette en prison. Ici, le mot prison a toute sa signification : on vous enferme dans une sale de 12m2, avec une vingtaine d’autres détenus, ayant comme aération une simple ouverture dans la porte. Si personne ne vous apporte de nourriture, vous restez là des jours et des jours en attendant la mort ou votre premier procès (si vous avez la chance d’être encore en vie), sans hygiène et donc en proie à toutes les maladies de vos voisins! Si je parle de cela, c’est qu’une de nos jeunes filles, Catherine, 18 ans, qui, pour avoir refusé d’accepter de malhonnêtes propositions d’un jeune homme, a dû passer une nuit et une journée en prison. Etant une de mes fidèles, il a fallu la sortir de ce « purgatoire » le dimanche de Pâques. Enfin, le policier « official », accepta de reconnaître son erreur et Catherine fut libérée.

2 – Missionnaire au Zimbabwe, c’est aussi tâcher de survivre. Chaque jour, la crise économique s’accroît. Dans les 3 derniers mois, l’inflation est montée à plus de 1 000%! il nous faut donc, essayer de soutenir nos fidèles qui ne savent plus quoi faire pour payer leur loyer mensuel, leur nourriture (pourtant bien simple, composée pratiquement que de maïs), et de payer les écoles pour leurs enfants. Notre Prieuré paie actuellement l’école à 8 enfants et aide, par différents moyens, les familles. On distribue par exemple des vêtements et de la nourriture. Nous recevons de France quelques colis de vêtements qui font le bonheur des enfants (et des parents)! Aussi, 3 étudiants se logent dans notre maison de Retraite Spirituelle car les parents ne pourraient pas payer les déplacements en bus.

3Au sujet des écoles, le changement de gouvernement en 1980, avait promis leur gratuité en cas d’élection. Les promesses n’ont pas été tenues. Evidemment, pour nous les prêtres, il est un peu difficile de prêcher aux familles d’avoir de nombreux enfants surtout lorsque l’on connaît la vie de pauvreté que mène de nombreux fidèles! On se souvient d’un couple bien pauvre, dont on avait régularisé le mariage et rappelé leurs devoirs d’époux en leur promettant que s’ils étaient généreux, ils auraient une petite fille (après 2 garçons). Ils l’obtinrent, mais nous dûmes payer les visites prénatales à l’hôpital..!

4 – Missionnaire en Afrique, c’est en même temps penser aux vocations! Nous sommes des prêtres « non noirs » (un français et un Philippin) et il faudra un jour ou l’autre « lâcher » le pays qui devient de plus en plus difficile. Alors, pour trouver des vocations et continuer la Tradition sur place, nous organisons des mouvements de jeunesse tel qu’un groupe de jeunes qui étudient chaque 15 jours un sujet (Hot-Topic) afin de redresser la vérité déformée dans leurs écoles. Puis il y a la S.A.S (pour jeunes filles), la Croisade Eucharistique pour nos plus jeunes enfants, et la Confraternité de St Etienne pour nos servants de messe. Chacun des groupes se compose de plus ou moins une vingtaine de jeunes.
Nous n’oublions pas les catéchismes. Actuellement, quelques 14 catéchistes laïcs assurent le catéchisme à 160 enfants! N’est-ce pas un bel apostolat que celui de transmettre les vérités de la foi? Il faut voir nos petits païens qui pour la première fois font le signe de la croix. Avec quelle dévotion, quel amour et quel respect ils réalisent ce résumé de la foi catholique! Puis, quand ils prient, ils imitent nos catéchistes en joignant leurs mains et fermant les yeux. Presque naturellement nos petits noirs ont une âme religieuse! Nous citons ici, l’exemple d’une fille de 14 ans (Lucie) qui reçut le baptême à Noël et dès le lendemain ouvrit un centre de catéchisme dans son village avec quelques 90 enfants! Elle se prépare à la première communion pour la Fête de « Corpus Christi ». Enfin, le 31 Mai, jour de la fête de Marie-Reine, après une retraite, un de nos jeunes africains accepte de vivre avec nous pour une année, afin de se préparer à entrer au séminaire en 2007. Qu’Il est bon le Bon Dieu! Seigneur, donnez-nous des prêtres, donnez-nous de saints prêtres!

5 – Enfin, être missionnaire au Zimbabwe nous incite à répondre aux appels de fidèles d’autres pays. De fait, des personnes ont pris contact avec la Fraternité et nous avons organisé différents voyages dans 2 pays tels que la Zambie et Malawi. C’est en Zambie que le nombre de fidèles croît le plus. Un « Frère laïc » du Tiers-Ordre Franciscain (Brother Chapewa) a désiré revenir à la Tradition avec son épouse et ses 7 filles en 2005. Certains d’entre eux ont profité des retraites de St Ignace prêchées pour 11 hommes (dont 5 de Zambie) et 11 dames (dont 4 de Zambie). Le voyage en Zambie nous fit rencontré des lions, et toutes sortes d’animaux dont les films sont très friands!

Conclusion : Bien chers bienfaiteurs, prions durant ce temps précieux pour donner aux prêtres et aux fidèles, l’esprit de la Mission. Nous étions à Harare, dans notre Prieuré St Joseph, 90 fidèles, voici presque 3 ans et nous sommes actuellement plus de 230. Chacun des fidèles, enfants ou adultes a invité durant ces années des amis afin de recevoir le catéchisme et « sauver son âme ». Nous leur parlons de l’autre vie qui sera bien belle si nous sommes fidèles à l’enseignement de l’Homme-Dieu.
Enfin, si vous désirez nous aider et venir voir par vousmême notre apostolat, vous serez les bienvenus. Une jeune fille allemande s’est proposée de passer un mois dans notre mission. Elle arrivera fin juillet et participera au camp des filles.
Et si les voyages vous paraissent un peu difficiles, vous pouvez nous aider par un don. Sachez que tout don sera bien employé: pour aider un enfant dans sa scolarité, pour aider une famille à payer son loyer, à payer les bus qui vont chercher les fidèles les plus éloignés du Prieuré afin qu’ils puissent assister à la messe dominicale; et aussi pour nous aider à préparer le camp des filles qui durera une semaine! Ou bien tout simplement à aider un Prieuré qui n’a d’autre moyen de survie que votre charité. Soyez parrains et marraines de nos enfants. Nous préparons pour le mois d’août un camp pour quelques 60 filles! Seul moment de « vacances » pour ces enfants qui dorment chaque soir pour la plupart sur le sol de leur cuisine!
N’oubliez jamais:

« tout ce que vous ferez au plus petit d’entre les miens, c’est comme à moi que vous le faites ».

Un grand merci d’avance pour votre générosité!

Abbé Pascal Gendron †

Totalité du reportage avec les photos en format pdf, pages 1, 2 et 3

Pour toute donation: Libeller les chèques à :

« Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, Apostolat du Sud de l’Afrique »
Prieuré de L’Annonciation
Schwandegg
6313 Menzingen Suisse

Pour joindre la mission de la FSSPX au Zimbabwe

Desservant : Abbé Pascal GENDRON

St. Joseph’s Priory
9, Jean Lane
Strathaven
Harare
ZIMBABWE
00 263 4 33 94 40
00 263 4 33 94 40
Les centres de messe
fraternité sainte pie X