logos-lpl-separator-blc

Le vrai printemps français, ce sera avec CIVITAS devant le Sénat les 4, 5, 6 et 7 avril 2013

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Le vrai printemps français, ce sera avec CIVITAS
devant le Sénat les 4, 5, 6 et 7 avril 2013

Samedi 6 et dimanche 7 avril 2013 : 15 H 00 place Paul Claudel, « angle » de la rue de Vaugirard et de la rue Médicis, face au Jardin du Luxembourg.

La place Paul Claudel se trouve juste devant le théâtre de l’Odéon.

Seuls les rassemblements durant la semaine se feront Rue de Tournon, donc au-dessous de la place Pierre Dux.

Il est toujours recommandé d’arriver par le bas de la rue de Tournon donc par métro Odéon plutôt que par Luxembourg

Vendredi 5 avril 2013 à 19 H 00 : Rosaire médité par le Père Jean, capucin

Samedi 6 avril à 15 H 00 : chemin de croix médité par M. l’abbé de Cacqueray

Dimanche 7 avril à 15 H 00 : Rosaire médité par M. l’abbé Xavier Beauvais

Lundi 8 avril 2013 : Rosaire médité par le Père Jean Noël de la Fraternité de la Transfiguration.

Mardi 9 avril 2013, de 19 H 00 à 21 H 30 : abbé Pierre-Marie Laurençon

Mercredi 10 avril 201, de 19 H 00 à 21 H 30 : abbé Dominique Rousseau

Jeudi 11 avril 2013, de 19 H 00 à 21 H 30 : abbé Jean-Pierre Boubée

Vendredi 12 avril 2013, de 19 H 00 à 21 H 30 : abbé David Aldalur

Le rosaire sera récité jusqu’à la fin des travaux parlementaires au Sénat. A partir du lundi 8 avril : tous les soirs à 19 H 00, rue de Tournon, côté de la rue qui fait face au Sénat.

Editorial d’Alain Escada

La journée du 24 mars a démontré que la mobilisation nationale et populaire contre le projet de loi Taubira ne faiblit pas. Mieux encore, on constate que le ton de beaucoup de ses participants se radicalise.

Non, les défenseurs de la famille ne sont pas des « casseurs »

Hélas, comme c’était prévisible, celle qui prétend incarner cette mobilisation a trahi ceux qui lui avaient fait confiance.

Elle qui, il y a quelques semaines, avec des accents matamoresques, devant de nombreux journalistes, encourageait les Français à squatter les Champs-Elysées le temps qu’il faudrait pour faire cèder François Hollande, s’est rapidement désolidarisée de ceux qui ont cru à son discours de « printemps français » et ont subi les lacrymogènes et parfois les matraques de policiers et gendarmes. Celle qui se fait appeler Barjot a traité de « casseurs », d' »extrémistes », de « fachos », ces Français de tous âges, qui n’avaient fait qu’agir selon ses propres consignes.

Récupération politique et supercherie

Les interventions à la tribune ont par ailleurs témoigné de la manoeuvre de récupération politique négociée avec Mme Barjot au profit d’une UMP désormais omniprésente.

Pour faire bonne mesure, la parole a bien été donnée à quelques élus de gauche dont un trotskyste, mais c’est l’UMP qui eut la part belle, avec notamment les discours d’Henri Guaino et de Jean-Pierre Raffarin, tandis que Jean-François Coppé se dressait au premier rang de la foule, place de choix pour répondre aux questions des médias. Une « manif pour tous » désormais au service de simples calculs électoralistes, entre préparation des esprits à la candidature de Mme Barjot et promotion d’un pseudo-engagement de l’UMP.

Cette UMP qui a pour chef de groupe au Sénat le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin dont Le Canard enchaîné affirmait il y a peu qu’il avait proposé aux socialistes de liquider en quatre jours à peine le débat en séance plénière du projet de loi Taubira. Ce qui n’étonne guère quand on sait que Jean-Claude Gaudin est un grand ami du lobby homosexuel marseillais. Il a par exemple accordé une importante subvention publique à l’Europride qui se déroulera du 10 au 20 juillet à Marseille et au cours de laquelle une cérémonie baptisée « Les Mariés de l’an 1 » devrait unir symboliquement 2013 duos homosexuels !

Nouvelle mobilisation devant le Sénat

Le vote au Sénat est annoncé comme serré. Des sénateurs de gauche élus de l’Outre-Mer pourraient voter contre le projet de loi Taubira mais font l’objet d’une pression importante. A l’inverse, des élus UMP pourraient voter en faveur de la dénaturation du mariage et de la parenté et c’est eux qu’il faut mettre sous pression.

Il faut être sans aucune illusion à l’égard de ce système parlementaire et des girouettes politiques qui le composent. Mais le vent de colère qui s’exprime peut parfois souffler suffisamment fort pour momentanément orienter les girouettes dans la bonne direction. C’est pourquoi CIVITAS appelle les défenseurs de la Famille à venir faire preuve d’une sainte colère devant le Sénat à partir du 4 avril.

Prière et sainte colère

Le mot d’ordre que CIVITAS lance est clair : ni ballons, ni flonflons, prière et sainte colère.

Ainsi, si des chants doivent précéder discours et prières durant nos rassemblements prochains devant le Sénat, nous choisirons parmi La Blanche Hermine, Les Bleus sont là ou encore Les lansquenets plutôt que le hit-parade mondialiste. Et nos drapeaux ne seront pas roses mais marqués du Sacré-Coeur.

Mais nous tenons avant tout à donner à notre action une dimension spirituelle, convaincus qu’aucune victoire ne sera possible sans le secours divin.

Je rappelle ces mots de Charles Péguy : « Ô mon Dieu, donnez-nous enfin le chef de guerre, vaillant comme un archange et qui sache prier, pareil aux chevaliers qui sur le mont naguère terrassaient les Anglais. Qu’il soit chef de bataille et chef de prière. »

Le programme des mobilisations devant le Sénat est le suivant :

– Les jeudi 4 et vendredi 5 avril, rdv devant le Sénat, place Pierre Dux / Square Francis Poulenc (face à l’entrée principale du Sénat), dès 19h. Manifestations statiques. Discours suivi de la récitation du chapelet.

– Les samedi 6 et dimanche 7 avril, rdv Place Paul Claudel (devant Théâtre de l’Odéon) à 15h. Nous marcherons tout autour du Sénat.
Le samedi 6 avril fera office de rendez-vous national. Des cars s’organisent de province.

Discours suivi d’un chemin de croix autour du Sénat.

CIVITAS organisera de tels rassemblements tant que le Sénat discutera de ce projet de loi. Les autres rendez-vous seront communiqués le 7 avril en fonction du calendrier sénatorial.

Alain Escada, président de CIVITAS

Congrès de la France Catholique

Réservez également déjà vos places pour le Congrès de la France catholique qui se tiendra les 27 et 28 avril à Paris et qui abordera tous les problèmes qui intéressent l’organisation de la Cité et de la société familiale et professionnelle. Alors que notre société subit avec une violence croissante le choc des forces de la subversion, il est temps de nous organiser pour la suite. Résister, riposter, reconstruire, voilà ce que nous voulons, et nous le voulons de façon franchement catholique et sans compromission !

Renseignements

Institut Civitas
17, rue des Chasseurs
95100 Argenteuil
01.34.11.16.94
www.civitas-institut.com

Pour tout savoir sur Civitas et France Jeunesse Civitas

Rendez-vous sur la page qui leur est consacrée