logos-lpl-separator-blc

Pèlerinages de Tradition – En route pour Compostelle ! Ultreïa !

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

En route pour Compostelle ! Ultreïa !

Pourquoi ce pèlerinage ?

L’Association « Pèlerinages de Tradition », renoue avec cet antique pèlerinage qui a connu son apogée à l’ère médiévale et qui célébrait ce grand saint que fut Jacques le Majeur, frère de Saint Jean, et l’ami de Notre-Seigneur Jésus-Christ dont il fut un intime de Jésus qu’il accompagna dans les grands moments de Sa Vie : Transfiguration, Gethsémani,…

Après la Pentecôte, il reçut la mission d’évangéliser l’Espagne. Et revenant en terre-Sainte pour continuer de répandre l’Evangile, il fut décapité sur ordre d’Hérode Agrippa en 43 ou 44.

Selon la légende ses disciples, Saint Athanase et Saint Théodore, le placèrent dans une barque qui, menée par les vents et les flots accosta au Finisterre galicien par où était déjà arrivé l’apôtre lorsqu’il était venu évangéliser la péninsule ibérique.
Le sépulcre de l’apôtre fut découvert par l’ermite Pelage en 813, qui suivit une étoile étincelante qui s’arrêta dans un champ (Campus Stellae), et Alphonse II, roi des Asturies, qui combattit avec Charlemagne les infidèles fut un des premiers pèlerins de Saint-Jacques vénérant « le Matamore » que fut Saint Jacques, apparaissant lors de la déroute des chrétiens à la bataille de Calvijo (844) sabrant les Maures pour leur redonner courage et leur offrir la victoire.

Et comme dit Monsieur l’abbé de Cacqueray :

« A période exceptionnelle, pèlerinage exceptionnel. Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle est une offrande que la Tradition veut déposer devant le tombeau du Matamore pour en obtenir la délivrance des périls qui ravagent la Chrétienté. »

Le pèlerinage de Saint-Jacques n’a pas en soi de thème, étant un pèlerinage personnel que font les « jacquets ». Nous noterons seulement que 2010 est une « année jacquaire sainte » car la Saint-Jacques (25 juillet) tombe cette année un dimanche.

Ceci dit, rien n’empêche de marcher en guidant ses méditations et prières sur le Combat de la Foi en pensant notamment aux « discussions romaines »…

Pour savoir comment va se dérouler ce pèlerinage de Saint-Jacques, rendez-vous sur le site pelerinagesdetradition.com en cliquant sur l’onglet « Saint-Jacques » où vous trouverez dans les « Consignes aux pèlerins » tout ce qu’il faut savoir pour rejoindre le pèlerinage dès le début comme en cours, ce qu’il faut emmener dans son sac, quelles seront les étapes, dans quel esprit le faire, quelles sont les règles du « Chemin », etc.

Reliant Domezain (départ le 4 juillet) à Saint-Jacques (arrivée le 5 août), l’ensemble du périple fait 820 km en 33 étapes… soit une moyenne de 25 km/jour. Déjà, le pèlerinage du Sacré-Cœur à la Pentecôte a fait une petite mise en jambe…

Le pèlerinage de Saint-Jacques est un pèlerinage personnel. Et le pèlerin doit suivre une règle d’humilité : « le pèlerin de Saint-Jacques n’a aucun droit il n’a que des devoirs ».

  • Chaque Jacquet porte son sac (qui ne doit pas être trop lourd, au maximum 15% de son poids), et vit humblement et simplement pouvant trouver à se nourrir soit avec « le menu du pèlerin » ou en achetant ses denrées dans les épiceries (tiendas) le long du Chemin ; se réfugiant pour dormir sous la voûte étoilée, sous un porche d’église, sous un hangar dans un lavoir, et parfois dans une albergue pour pouvoir prendre une douche quand il n’y a pas de cours d’eau…
  • Le « Jacquet de Tradition », depuis 3 ans (2004-2006-2008) que les Espagnols du Camino francès nous voient marcher, a une bonne réputation à sauvegarder de pèlerins respectueux des règles du chemin. Il représente une tradition millénaire, et doit être digne du rituel de ce superbe pèlerinage. Ainsi le Jacquet de Tradition ne manquera pas d’emporter dans son sac une pierre ou un caillou de son jardin symbolisant le poids des péchés de la vie passée qu’il déposera aux pieds de la Cruz de Ferro (après ~600 km).
  • Il ne marche pas, comme pour Chartres, en chapitre et en chantant, mais il est respectueux de la démarche spirituelle des autres pèlerins, il marche à son gré, à son rythme, en méditant et priant individuellement. Ce pèlerinage est une quête personnelle Le Jacquet de Tradition part quand il veut, marche comme il veut, mange et dort où il veut. Il n’a qu’une obligation : rejoindre l’étape :
    • pour entendre la sainte messe célébrée pour lui chaque soir dans une église (souvent baroque à souhait !) qui lui permet de se refaire une santé spirituelle ;
    • Pour accueillir le pèlerin qui nous rejoint et l’assister lors de sa bénédiction et de celle de son bourdon et de son sac ;
    • De plus, cette étape nous permet de nous assurer de l’état physique des pèlerins.
  • Le Jacquet de Tradition goûtera tout au long du chemin les paysages tellement différents du Nord de l’Espagne, trouvant dans l’œuvre divine une diversité remarquable, de superbes monuments marquant la profondeur de la Foi de cette Chrétienté hélas perdue…
  • Le Jacquet de tradition c’est l’apôtre qui ne refuse pas la rencontre opportune d’un pèlerin avec qui l’on parle du Bon Dieu tel que nous L’aimons, que l’on amène parfois où pour quelques étapes, avec nous à la messe, en lui faisant découvrir (ou redécouvrir) la liturgie tridentine.
  • A l’arrivée à Saint-Jacques,
    • puisque nous sommes dans une année jubilaire, une année sainte, le Jacquet de Tradition entrera dans la basilique par la Porte Sainte et ira se recueillir sur le tombeau du saint apôtre, avant d’aller humblement embrasser l’épaule de la grande statue de l’apôtre
    • puis il assistera à la Grand’messe solennelle de clôture de ce magnifique pèlerinage qui sera célébrée à 12h00, cette année, dans l’église Santa Maria de Salomé
    • puis après un « pot de l’au revoir », les jacquets de Tradition se disperseront pour visiter la Ville, récupérer leur compostela, et préparer leur retour au pays.

Alors partons ensemble à Compostelle !

C’est une superbe et grande aventure pleine de sens et dispensatrice de tant de grâces !

Inscrivez-vous vite ! (le départ est le 3 juillet !)

E Ultreïa !

François-Xavier RENAULD, Directeur de la Coordination