logos-lpl-separator-blc

Commentaires de Paul Harvey

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Paul Harvey, 84 ans, est un présentateur bien connu de la station de radio ABC. Son émission, « Nouvelles et commentaires », est reprise par 1600 autres stations dans tout le pays. Sa carrière radiophonique dure depuis soixante ans. Il est connu comme « la voix la plus écoutée de l’histoire de la radio ».

Ne ratez surtout pas ce film

e ne savais vraiment pas à quoi m’attendre! J’étais inquiet d’avoir été invité à une représentation privée du film de Mel Gibson « LA PASSION», mais j’avais aussi lu tous les commentaires très réservés et j’étais très indécis! J’ai grandi dans une ville juive et ma foi en a été très influencée Tout au long de ma vie, j’ai eu une aversion profonde Pour Tout ce qui pouvait encourager, même indirectement, toute forme de pensée, de paroles ou d’actions antisémites. J’allai à cette projection privée de « LA PASSION », se déroulant à Washington (dans le District de Columbia) et je saluai quelques visages familiers. L’environnement était typiquement «washingtonien », avec des gens qui vous saluent d’un sourire, mais semblent presque absents, ayant un objectif inavoué. Le film fut présenté très brièvement, sans tambour ni trompette, puis les lumières s’éteignirent et le film commença. Depuis la première scène émouvante du Jardin de Gethsémani, en passant par le portrait si tendre et humain de la mission sur terre de Jésus, à travers la trahison, son arrestation, la flagellation, le Chemin de la Croix, la rencontre avec les deux larrons, la mort sur la Croix, jusqu’à la scène finale du tombeau désert, ce n’était pas un film comme un autre; c’était une rencontre ne ressemblant à rien de ce que j’avais pu expérimenter jusque là! En plus d’être un chef-d’oeuvre au plan de la réalisation cinématographique mais aussi un chef-d’oeuvre artistique, « LA PASSION » m’a entraîné dans des réflexions plus profondes, plus douloureuses, plus intenses que tout ce que j’avais éprouvé jusqu’ici, y compris même mon mariage, mon ordination et la naissance de mon enfant. Franchement je ne serai plus jamais le même.
Quand le film se termina, tous ces gens influents de Washington (District de Columbia) qui avaient été invités pour cette projection privée s’agitaient encore mais cette fois parce qu’ils étaient réellement saisis par l’émotion et pris de sanglots. Je ne suis pas sûr qu’il y ait alors eu une seule personne n’ayant pas les larmes aux yeux! La foule qui avait été accueillie chaleureusement avant le film était maintenant plus que silencieuse! Plus personne ne pouvait parler parce que les mots ne pouvaient exprimer ce que l’on ressentait. Nous avions expérimenté une forme d’art si exceptionnelle et qui n’arrive quasi jamais dans une vie : celle qui permet au ciel de toucher terre!
Une scène du film est maintenant gravée à tout jamais dans ma mémoire. Un Jésus, brutalisé, blessé, qui va bientôt encore retomber sous le poids de la Croix. Sa mère s’est frayée un chemin sur la Via Dolorosa.
Comme elle court vers lui, elle revoit dans un « flash-back » Jésus enfant, tombant sur la route de terre à l’extérieur de leur maison. Alors qu’elle cherche à le protéger de cette chute, elle tente de toucher son visage d’adulte meurtri. Jésus la regarde alors avec des yeux si pleins d’amour pur, une expression si sincère (et c’est comme s’il regardait chacun de nous à travers l’écran) et il dit « Voici que je fais toutes choses nouvelles ».
Ces mots sont extraits du dernier livre du Nouveau Testament : le livre des Révélations. Soudainement, le sens de toute cette souffrance devenait si clair et les blessures, plus tôt dans le film qui étaient si difficiles à voir sur son visage, son dos, en fait sur tout son corps, prenaient une dimension d’une beauté si intense. Toutes ses souffrances avaient été offertes volontairement par amour. Après la fin du film et que nous ayons eu la chance de récupérer un peu de toutes ses émotions, une période de questions et de réponses s’ensuivit. Les éloges unanimes pour le film, venant d’une foule très disparate, furent aussi stupéfiants que les compliments étaient démonstratifs.
Parmi les questions posées, inévitablement la fameuse question qui semble rattachée à ce film, même s’il n’est pas encore à l’affiche pour le grand public. «Pourquoi ce film est-il considéré par certains comme antisémite?» Franchement, après avoir vu « LA PASSION » (mais vous vous ne l’avez pas encore vu), c’est une question à laquelle il est impossible de répondre. Un «homme de loi » pour qui j’ai beaucoup d’admiration était assis en avant de moi. Il leva la main et répondit : « Après avoir vu ce film, je ne puis comprendre comment quiconque peut insinuer qu’il est même suggéré que ce sont les juifs qui ont tué Jésus. Ce n’est pas du tout cela. » Et il continua : « Ce film m’a permis de réaliser que ce sont mes péchés qui ont tué Jésus » Je partage cet avis. Il n’y pas une parcelle d’antisémitisme qui puisse être relevée dans ce film si puissant. S’il y en avait eu j’aurais été le premier à le clamer. Ce film raconte avec une grande foi l’histoire de l’Évangile d’une manière dramatiquement belle, sensible et avec un engagement profond. Ceux qui allèguent cela, ou bien n’ont pas été voir le film, ou bien ont un but inavoué qui expliquent leurs critiques. Ce n’est pas un film « chrétien », dans le sens qu’il va toucher seulement ceux qui s’identifient comme disciples du Christ. C’est une histoire profondément humaine, si belle, qui touchera profondément tous les hommes et toutes les femmes.
C’est une ouvre d’art merveilleuse.
Oui, il est vrai que le producteur est un catholique et que, Dieu merci, il est resté fidèle aux textes des Évangiles; si cela n’est pas un comportement acceptable, alors nous sommes tous dans le pétrin! La vérité historique demande d’être fidèle aux sources et les Chrétiens ont le droit de le proclamer. Après tout, nous croyons que c’est la plus grande histoire jamais racontée et que le message d’amour qui en découle est destiné à tous les hommes et à toutes les femmes. Le plus grand de tous les droits est celui d’écouter et d’entendre la vérité. Nous serions bien avisés de nous rappeler que les textes des Évangiles auxquels « LA PASSION » est si fidèle ont été écrits par des juifs qui suivaient un autre juif dont la vie et les écrits ont changé à tout jamais l’histoire du monde. Le problème n’est pas le message mais ceux qui l’ont déformé et utilisé plus pour la haine que pour l’amour. La solution n’est pas de censurer le message, mais plutôt de promouvoir le genre de merveilleux cadeau d’amour qu’est le plus grand film de Mel Gibson « LA PASSION». Il doit être vu par le plus grand nombre possible de personnes. J’ai l’intention de faire tout ce que je peux pour que ce soit le cas.
Je suis passionné par ce film « LA PASSION »

Faites-le aussi. Ne ratez surtout pas ce film. »

Cet article tiré de « The rest of the story » a été traduit de l’américain par Frédéric Prayal

Adresses et sites à parcourir

Pro Passio

Association « Pro Passio »
22, rue Didot
75014 Paris

01 45 41 29 39
propassio@free.fr
http://www.lapassionduchrist.com/main.html

fraternité sainte pie X