logos-lpl-separator-blc

Un article de David Limbaugh

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

David Limbaugh fait l’éloge de Gibson

e qui est tellement ironique avec la passion de Mel Gibson pour « LA PASSION » c’est que, lorsqu’un réalisateur de film prend des libertés artistiques avec la vérité historique on le porte aux nues en disant combien il est créatif et brillant, mais, si un autre réalisateur prend soin d’être fidèle à cette même vérité historique il est vilipendé. L’acteur réalisateur Mel Gibson est en train de découvrir ses dures réalités alors qu’il a eu de la difficulté à trouver un studio ou un distributeur américain pour son nouveau film « LA PASSION » qui décrit les 12 dernières heures de la vie de Jésus Christ.
Gibson a co-écrit le scénario et financé, dirigé et produit le film. Pour le scénario, lui et son co-auteur se sont basés sur les textes des 4 Évangélistes : Matthieu, Marc, Luc et Jean, mais aussi sur les Visions de Ste Anne-Catherine Emmerich (1774-1824) et de Marie d’Agreda dans son récit « LA CITÉ DE DIEU ». Gibson ne voulait pas que son récit soit aseptisé comme tant d’autres oeuvres religieuses. « J’ai essayé de raconter cette histoire de manière très personnelle tout en voulant être le plus près possible de la réalité ». Pour être le plus fidèle possible à ce que beaucoup considèrent comme les 12 heures les plus importantes de l’histoire de l’humanité, Gibson a même tourné son film en utilisant la langue araméenne de l’époque. En réponse aux objections disant que les spectateurs ne pourraient pas comprendre cette langue, Gibson répond : «Heureusement, j’ai pu transcender les barrières de langue avec mon récit très visuel; si j’ai échoué, j’ai échoué, mais alors ce serait un échec monumental. » Pour pousser encore plus loin le souci de vérité, Gibson s’est entouré des conseils de pasteurs, théologiens et a reçu leurs critiques.
Don Hodel, président de « Focus on the family » dit « J’ai été très impressionné. Le film est historiquement et théologiquement exact.»
Ted Haggard, pasteur de « NEW LIFE CHURCH » à Colorado Springs, Colorado, et président de l’Association Nationale Évangélique, s’enflamme «Ce film montre avec beaucoup de vérité, plus que n’importe quel autre film, qui était Jésus. »
Durant le tournage du film, Gibson, un catholique fervent, assistait à la messe chaque matin parce que «nous devions être parfaitement disposés intérieurement pour travailler sur un tel sujet.» Du point de vue de Gibson, ce film n’est pas un film de Mel Gibson. C’est plus que cela. « Je ne suis pas un prêcheur ni un pasteur » dit-il. «Mais j’ai vraiment senti qu’au stade où j’en étais rendu dans ma carrière c’est cela que je devais faire. Le Saint-Esprit m’accompagnait tout au long du film et j’avais juste à diriger le tout. Je souhaite que ce film ait la force d’évangéliser.» Avant même que le film ne sorte, programmé pour mars 2004, Gibson a vu son souhait réalisé « Tous ceux qui ont travaillé pour ce film ont été transformés. Il y avait des agnostiques et des musulmans en train de se convertir à la chrétienté et des personnes qui ont été guéris de maladies» Gibson veut que les gens comprennent à travers ce film si ce n’est pas déjà fait, l’influence incalculable que le Christ a eu sur ‘humanité. Et il insiste pour dire que le CHRIST est objet de controverse précisément à cause de ce qu’il est : DIEU INCARNÉ. « Et C’est cela le point central de mon film : montrer le bouleversement extrême qu’il entraîna parmi les hommes politiques, les chefs religieux et le peuple, par ce QU’IL EST.
Gibson commence à expérimenter combien la figure du Christ est controversée. Les critiques n’ont pas seulement mis en doute l’authenticité du film mais ont aussi affirmé qu’il dénigre les Juifs, ce que Gibson dément avec véhémence. « Ce n’est pas du tout une attaque chrétienne contre les Juifs! Jésus est venu dans ce monde et il n’a pas été reconnu. En regardant la crucifixion du Christ, c’est ma propre culpabilité que je vois » Le père jésuite William J.Fulco qui a traduit le scénario en Araméen et en latin, dit qu’il ne voit aucune trace d’antisémitisme dans le film. IL ajoute « Je serais atterré d’entendre une quelconque insinuation affirmant que Mel Gibson est antisémite. » Pourtant, certains groupes et quelques uns des courants dominants ont été très critiques à l’endroit de la PASSION de Gibson.
Andrea Payer du New York Post le réprimande « IL est toujours temps, Mel, de dire la vérité. » Le chroniqueur du Boston Globe James Carroll dénonce la lecture littérale des récits bibliques. « Même une reproduction fidèle des récits évangéliques de la mort de Jésus peut faire du mal justement parce que ces récits portent en eux-mêmes le virus de la haine des juifs » écrit Carroll. Un groupe de juifs et d’universitaires chrétiens a publié un article de 18 pages démolissant tous les aspects du film, y compris l’emphase mise sur la Passion du Christ plutôt qu’une « vision plus élargie ». Cet article désapprouve la Passion du Christ dans le film présenté comme un fait historique.
La morale de cette histoire : si vous voulez que la masse loue votre travail sur le Christ, faites attention de le dépeindre comme un homosexuel ou comme un vulgaire pécheur sans qualité qui rachète ses défauts. Dans notre culture anti-chrétienne, le film blasphématoire « LA DERNIÈRE TENTATION DU CHRIST » est célébré et « LA PASSION » condamné. Mais si ce film continue à toucher les gens comme il l’a fait, aucune opposition des média d’Information, des gens bien-pensants ne pourra endiguer sa force et son impact positif dans la vie de tous. Mel Gibson est un modèle de foi et de courage. »

Cet article a été traduit de l’américain par Frédéric Prayal

Adresses et sites à parcourir

Pro Passio

Association « Pro Passio »
22, rue Didot
75014 Paris

01 45 41 29 39
propassio@free.fr
http://www.lapassionduchrist.com/main.html

fraternité sainte pie X