logos-lpl-separator-blc

L’Intronisation du Sacré-Cœur de Jésus dans les foyers

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Famille par famille, regagnons à son amour le monde entier. Ce sera le gage infaillible et unique de la Paix, de la Joie, du Bonheur !

1) Documents pour l’Intronisation

Sermon de Mgr Tissier de Mallerais prononcé à Lourdes le 28 octobre 1991, que l’on peut écouter avant une Intronisation :

2) Pourquoi introniser le Sacré-Cœur chez soi

La Dévotion au Sacré-Cœur

Qu’est-ce que le Sacré-Cœur ?

Le Sacré-Cœur est le Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ, le fils de Dieu fait homme.

Est-ce le Cœur même de Notre Seigneur Jésus-Christ, son vrai Cœur, son Cœur de chair ?

Oui, c’est le Cœur même de Notre Seigneur Jésus Christ, son vrai Cœur, le Cœur de chair vivant dans sa poitrine.

Pourquoi la dévotion envers ce Cœur de chair ?

Parce que ce Cœur de chair fait partie de la personne de Jésus-Christ qui, tout entière, est adorable.

Mais si la personne de Jésus est tout entière adorable, pourquoi rendre un culte spécial au Cœur lui-même ?

Parce que Notre Seigneur Lui-même a demandé ce culte envers son Cœur qui a tant aimé les hommes.

N’est-ce pas d’ailleurs, l’amour de Jésus que nous voulons honorer, en honorant son cœur ?

Oui, c’est l’immense amour de Jésus pour nous que nous voulons honorer en honorant son cœur.

Le Sacré-Cœur, c’est donc Jésus Lui-même, Jésus aimant ?

Oui, le Sacré-Cœur, c’est Jésus Lui-même; c’est Jésus aimant qui veut être Jésus aimé.

Et pour que le Sacré-Cœur soit aimé, que ferons-nous ?

Pour que le Sacré-Cœur soit aimé, nous L’introniserons dans nos foyers.

En quoi consiste l’Intronisation du Sacré-Cœur dans les foyers

Que veut dire le mot introniser ?

Le mot introniser veut dire : mettre sur le trône.

Qu’est-ce donc, d’après le sens même du mot, qu’introniser le Sacré-Cœur dans les foyers ?

Introniser le Sacré-Cœur dans les foyers, c’est mettre l’image du Cœur de Jésus comme sur un trône, c’est-à-dire à la place d’honneur dans ses foyers.

Pourquoi mettre sur un trône, introniser le Sacré-Cœur de Jésus ?

Parce que Jésus est Roi et qu’Il veut être reconnu comme Roi.

Comment Jésus est-il Roi ?

Jésus est Roi de droit, parce qu’Il nous créés et qu’Il nous a rachetés.

N’a-t-il pas Lui-même affirmé sa royauté ?

Oui, Jésus s’est dit Roi devant Pilate. Et à Sainte Marguerite-Marie, Il a déclaré : « Je régnerai malgré mes ennemis et tout ceux qui s’y opposeront ».

Pourquoi L’introniser sous l’image de son Cœur ?

Parce que Jésus est notre Ami ; c’est par son Cœur, par son Amour qu’Il veut régner.

Pourquoi L’introniser au foyer ?

Parce que le foyer est le centre de la famille, source de la vie.
Parce que le Règne familial du Sacré-Cœur amènera infailliblement son Règne universel et social.

Et pour quoi mettre l’image de son Cœur à la place d’honneur du foyer ?

Parce qu’il est bien évident que Jésus, le Roi des rois, ne peut avoir que la première place au foyer chrétien.

Qu’entendez-vous par la place d’honneur du foyer ?

Par la place d’honneur du foyer, j’entends une place très en vue, dans la pièce principale de la maison, la pièce de famille, afin que les visiteurs voient bien que Jésus est le Roi et l’Ami de cette maison.

Cette installation de l’image du Cœur de Jésus à la place d’honneur du foyer est-elle toute l’Intronisation ?

Non, mais une partie seulement, qui rend plus grandiose et plus complète la Consécration de la famille au Sacré-Cœur.

En quoi consiste donc l’acte de l’Intronisation ?

L’acte de l’Intronisation consiste :

  • à placer l’image du Cœur de Jésus à une place d’honneur de la maison.
  • à se consacrer à Lui.
  • à Lui promettre de « vivre cette consécration » par une vie très chrétienne.

3) Comment se fait l’Intronisation

Comment doit se faire l’Intronisation du Sacré-Cœur dans les foyers ?

L’Intronisation du Sacré-Cœur dans les foyers doit se faire avec solennité.

Pourquoi l’Intronisation doit-elle se faire avec solennité ?

Parce que Jésus-Christ Roi doit être intronisé royalement ;

Parce que le Sacré-Cœur demande d’être reçu « avec magnificence » dans la demeure de ses enfants ;
Parce que Notre Seigneur méconnu, blasphémé publiquement et socialement, veut être publiquement et socialement proclamé Roi des foyers chrétiens.

Que faut-il pour que l’Intronisation soit solennelle ?

Pour que l’Intronisation soit solennelle, il faut observer certaines recommandations, avant, pendant, après la cérémonie.

Qu’est-il recommandé avant la cérémonie de l’intronisation ?

Avant la cérémonie d’Intronisation, il est recommandé :

  • I. d’avoir une belle image statue du Sacré Cœur ;
  • II. d’orner cette image de fleurs, de lumière, du portrait des absents ;
  • III. d’inviter le prêtre, tous les membres de la famille. En l’absence du prêtre, il faut faire bénir auparavant une image du Sacré-Cœur.

La présence du prêtre est-elle nécessaire ?

Elle n’est pas nécessaire pour gagner les indulgences. Mais c’est le désir formel du Fondateur et la pratique constante de l’œuvre de l’inviter toujours à venir présider l’Intronisation comme le Ministre officiel du Roi d’amour, et pour y faire l’allocution prévue par le cérémonial. Il ne faut s’écarter de cette pratique que pour des raisons vraiment sérieuses.

Que conseille-t-on avant l’intronisation ?

On conseille de choisir une date marquante (jour de fête, anniversaire aimé, premier vendredi du mois, etc…) ;
De faire célébrer une messe ou du moins de communier pour le Règne du Sacré-Cœur.

Que faut-il faire pendant la cérémonie elle-même ?

Pendant la cérémonie, il faut suivre avec piété les prières du cérémonial auquel on peut ajouter le chant d’un cantique.

Ne pourrait-on pas lire une autre formule de consécration ?

Pour gagner les indulgences, il est indispensable de se servir de la formule requise. Il est également nécessaire, pour l’unité de l’œuvre, que les autres prières du cérémonial soient partout les mêmes.

Qu’est-il recommandé de faire après la cérémonie ?

Après la Cérémonie, il faut signer le document familial ou Acte authentique de l’Intronisation et le conserver comme souvenir de famille.

Si le père ne veut pas l’Intronisation, la mère peut-elle la faire faire ?

Oui, elle le peut grâce à cet acte de foi le Cœur de Jésus aura pour l’absent des miséricordes infinies.

Et si le chef de famille ne juge pas bon de mettre l’image du Sacré-Cœur à la place d’honneur ?

Il vaut mieux la mettre, dans ce cas, à la place voulue par lui, plutôt que de refuser l’Intronisation ou même de la retarder ; les autres membres de la famille suppléeront à ce manque d’honneur extérieur par plus d’amour et de confiance.

Si ni le père ni la mère ne consentent à l’Intronisation, les enfants peuvent-ils la faire faire ?

Les enfants ne peuvent faire faire l’Intronisation proprement dite, qui doit être demandée par l’un au moins de ceux qui détiennent l’autorité de la famille.

Pourquoi dites-vous : « l’Intronisation proprement dite » ?

Parce que rien n’empêche, dans ce cas, que les enfants ne fassent, dans leur chambre, une Intronisation privée et provisoire, dans l’intention d’obtenir ainsi du Cœur de Jésus la grâce de la véritable Intronisation familiale.

Cette consécration solennelle de la famille au Cœur de Jésus doit-elle être renouvelée ?

Cette consécration solennelle doit être renouvelée, au moins chaque année, le jour de la fête du Sacré-Cœur, et à l’anniversaire de l’Intronisation.

N’est-il pas utile de la renouveler plus souvent ?

Oui, dit sainte Marguerite-Marie, renouvelons souvent notre consécration au Cœur de Jésus et pratiquons la fidèlement. Le Sacré-Cœur y prend un singulier plaisir.

Quand donc peut-elle être renouvelée ?

Beaucoup de familles la renouvellent tous les premiers vendredis du mois. Il est mieux de le faire chaque jour, après la prière du soir, par une courte formule.
On recommande instamment de la renouveler dans les grandes circonstances de la vie, aux jours de joie et de peine, afin que l’amour du Cœur de Jésus devienne une vraie tradition familiale.

Que penser des consécrations de tous les foyers d’une paroisse, faites à l’église seulement ?

Ces consécrations collectives, pour excellentes qu’elles soient, n’ont pas la même portée que les consécrations particulières – ( paroles de Sa Sainteté Benoît XV à Monseigneur l’archevêque de Rouen, le 27 janvier 1918 ). C’est au foyer même que l’Intronisation doit se faire.

L’intronisation peut-elle se faire indistinctement dans toutes les familles ?

Non : l’Intronisation exige certaines conditions de la part de la famille qui la demande.

Quelle sont ces conditions ?

Il faut :

  • Qu’il s’agisse de personnes qui sont mariées religieusement.
  • Qu’au moins un  des conjoints pratique extérieurement sa religion.
  • Que celui qui demande l’Intronisation ait la bonne volonté générale d’observer la loi du Sacré-Cœur.

Que faire lorsque les conjoints ne sont pas mariés religieusement ?

Il ne faut pas sans plus refuser l’Intronisation, mais faire comprendre aux intéressés qu’ils doivent d’abord mettre ordre à leur situation matrimoniale.

Si aucun des parents ne pratique sa religion, que peuvent faire les enfants ?

Ils peuvent faire dans leur appartement l’Intronisation privée dont nous avons parlé plus haut, consacrer devant elle la famille au Sacré-Cœur, demander la conversion des parents en retour de cet hommage et, si possible, faire devant elle l’Adoration nocturne à la même intention.

Quand peut-on juger qu’il y a la bonne volonté exigée par la troisième condition ?

On peut conclure prudemment à la présence de cette bonne volonté lorsque la famille, dûment instruite du sens de l’Intronisation, demande celle-ci spontanément.

Peut-on poser d’autres conditions à l’Intronisation ?

Non : il convient de se contenter des trois conditions indiquées. Mais rien n’empêche de demander aux familles, à l’occasion de l’Intronisation, d’autres pratiques salutaires dont la promesse ne sera pas considérée comme indispensable à l’Intronisation.

4) Conséquences de l’Intronisation

La cérémonie faite, tout est-il fini ?

Non, tout n’est pas fini, mais tout commence.

Et pourquoi tout n’est-il pas fini ?

Parce que l’œuvre de l’Intronisation ne consiste pas seulement à placer au foyer une image du Sacré-Cœur et à prononcer devant elle une consécration.
Après la cérémonie, le Sacré-Cœur doit régner vraiment sur le foyer consacré; Il doit en être le Chef vivant, le vrai Maître, l’Ami intime.

Que reste-t-il à faire pour qu’il en soit ainsi ?

« Il faut, nous dit sainte Marguerite-Marie, commencer tout de bon à ne vivre que pour le Sacré-Cœur et dans Lui ».

N’est-ce pas d’ailleurs à cette condition que le Cœur de Jésus a promis ses grâces ?

Oui, c’est à la condition d’être aimé et honoré que le Cœur de Jésus a promis ces abondantes bénédictions.

Et comment doit-on honorer le Cœur de Jésus ?

On doit, tout d’abord, honorer le Sacré-Cœur, par une vie vraiment chrétienne.

Qu’est-ce à dire : « Par une vie vraiment chrétienne » ?

C’est à dire :

  • En croyant tout ce qu’enseigne l’Eglise catholique romaine ;
  • En remplissant parfaitement nos devoirs d’état ;
  • En observant, sans respect humain, les commandements de Dieu et de l’Eglise – la famille consacrée veillera tout particulièrement à sanctifier le dimanche par le repos et l’assistance aux offices de la paroisse, à respecter le saint Nom de Dieu, les lois du mariage, à donner à ses enfants une éducation chrétienne, à garder soigneusement la justice, la charité, la modestie, l’abstinence et le grand précepte de la Communion pascale ;
  • En priant et en recevant souvent les sacrements.

Où trouve-t-on ce programme de la vie chrétienne ?

Ce programme de la vie chrétienne se trouve dans l’Evangile et le Catéchisme.

Il faut donc étudier ces livres ?

Oui, il faut étudier le Catéchisme en famille, et passer quelques instants du dimanche à lire l’Evangile, qui est l’histoire du Sacré-Cœur, l’histoire de l’Amour de Jésus-Christ pour les hommes.

N’est-ce pas le pape lui-même qui a recommandé cette étude ?

Oui, c’est le pape Benoît XV : « Il importe grandement, nous dit-il, de connaître le Christ, de connaître sa doctrine, sa vie, sa Passion, sa gloire ».

Que pouvons-nous faire encore pour honorer le Cœur de Jésus ?

Nous nous efforcerons de vivre en intimité avec Lui.

Jésus désire-t-il cette intimité ?

Oui, Jésus veut être traité en Ami ; Il veut vivre notre vie, partager avec nous la vie commune, la vie de famille.

Est-il facile de réaliser cette vie d’intimité avec le Cœur de Jésus ?

Rien n’est plus facile ni plus consolant que d’être avec Jésus comme avec un Ami vivant réellement au foyer.

Pratiquement, que ferons-nous de chaque jour, pour vivre avec Jésus cette vie d’intimité ?

Chaque jour, non seulement nous Le prierons, mais devant son image, nous ferons en commun la prière du soir – qui sera la prière de la famille – et nous la terminerons par la courte formule de rénovation et par au moins l’une ou l’autre des invocations suivantes :

  • Cœur de Jésus, que votre règne arrive.
  • Cœur de Jésus j’ai confiance en vous.
  • Cœur de Jésus je crois à votre amour pour moi.
  • Vive le cœur de Jésus dans tous les siècles des siècles !
  • Aux Cœurs Sacrés de Jésus et de Marie honneur et gloire !

Que ferons-nous chaque mois ?

Nous communierons tous les premiers vendredis de chaque mois pour réparer autant qu’il est possible, les outrages que Notre Seigneur reçoit au très Saint Sacrement.

Notre Seigneur n’a-t-il pas attaché à la communion du premier vendredi une grande Promesse de miséricorde ?

Oui, Notre Seigneur a promis à tous ceux qui communieront les premiers vendredis, neuf mois de suite, la grâce de la pénitence finale ; ils ne mourront point dans sa disgrâce, ni sans recevoir les sacrements. Son divin Cœur sera leur asile assuré au dernier moment.

Que pouvons-nous faire encore chaque mois ?

Nous pouvons encore prendre part à l’exercice de l’Heure sainte ou à l’Adoration nocturne au foyer, en nous engageant à faire tous les mois une heure de garde réparatrice devant l’image du Sacré-Cœur.

Que ferons-nous chaque année ?

Chaque année, nous célébrerons, le vendredi après l’Octave de la fête-Dieu, la fête du Sacré-Cœur, qui doit être la fête du foyer.

Comment la fête du Sacré-Cœur sera-t-elle vraiment la fête du foyer ?

Elle le sera par la sainte communion : ce jour-là, dit Notre Seigneur, on honorera mon Cœur en communiant et en lui faisant réparation d’honneur par une Amende honorable ;

  • Par la rénovation, au foyer, de la consécration solennelle ;
  • Par l’assistance aux offices de la journée ;
  • Par quelques douceurs données aux enfants.

N’y-a-t-il pas une autre fête qui doit être particulièrement chère aux familles de l’Intronisation ?

Les familles de l’Intronisation célébreront avec ferveur toutes les fêtes de l’Eglise. Mais elles auront une attention spéciale pour la fête du Christ-Roi, fixée par sa sainteté Pie XI au dernier dimanche d’octobre.

Nommez encore une autre fête qui a un rapport spécial avec l’Intronisation ?

C’est la fête de sainte Marguerite-Marie Alacoque, fixée au 17 octobre. Elle est la patronne de l’Association Pieuse du Règne social.

N’y a-t-il pas encore d’autres délicatesses que nous pouvons avoir, pour vivre avec le Cœur de Jésus, dans la plus grande intimité ?

Oui, nous pouvons, par exemple :

  • Lui offrir notre travail au moins par la pensée ;
  • Lui dire nos joies et nos peines ;
  • Recourir à Lui en toutes circonstances, lui demandant lumières, force, consolations ;
  • Lui apporter des fleurs…
  • Lui amener les petits enfants, et pour qu’ils soient bien à Lui, les faire communier, dès qu’ils en sont capables, le premier vendredi du mois ;
  • Le recevoir dans la sainte Eucharistie autant qu’il nous sera permis ;
  • Communier souvent pour l’extension de son Règne social.
  • Faire l’exercice de l’Heure sainte, au moins la veille du premier vendredi du mois ;
  • Chercher à Le faire connaître et aimer autour de nous ;
  • Aimer sa mère, la Vierge Marie, qui doit être la Reine du foyer.

Et alors, que sera ce foyer ?

Ce foyer sera la demeure de Jésus, son « chez Lui », son ciel ici-bas. Il sera le sanctuaire où le Sacré-Cœur réalisera toutes ses promesses infaillibles.

Quelles sont les promesses de Notre Seigneur en faveur des familles dévouées à son Cœur ?

Notre Seigneur a promis :

  • Qu’Il les bénirait ;
  • Réunirait celles qui sont divisées ;
  • Protégerait celles qui sont en quelque nécessité ;
  • Répandrait d’abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises ;
  • Les consolerait dans toutes leurs peines.

Donnez maintenant, en quelques mots, tout le vrai sens de l’Intronisation.

Le vrai sens de l’Intronisation est dans ces paroles :

Introniser l’image du Cœur de Jésus au foyer, c’est le proclamer Roi et Maître de ce foyer ; Lui dire qu’on se met sous sa dépendance, sous sa loi, sous son bon plaisir, c’est lui dire solennellement que désormais, il présidera en Roi et en Ami à la vie domestique ; C’est faire de son foyer une maison sacrée, y établir en permanence une sorte de présence de Dieu.

Monseigneur l’évêque de Bayonne, lettre pastorale du 26 juillet 1916.

But de l’Intronisation – son Opportunité

D’après les données précédentes, quel est le but immédiat de l’Intronisation ?

Le but immédiat de l’Intronisation est de sanctifier la famille; de refaire des foyers chrétiens par la dévotion au Sacré-Cœur, devenu le Roi, le Père, l’Ami, le Tout de ces foyers.

Pourquoi dites-vous : « le but immédiat » ?

Parce que le but éloigné de l’Intronisation est d’établir le Règne social du Cœur de Jésus.

Comment le Règne social du Cœur de Jésus est-il la conséquence du Règne familial ?

Parce que la famille est le fondement de la société. Si la famille est chrétienne, la société le sera, comme elle sera païenne si la famille est sans foi.

N’est-ce pas d’ailleurs à la famille que l’impiété s’est attaquée avant tout ?

Oui, c’est à la famille que l’impiété s’est attaquée par le divorce, l’école sans Dieu et autres moyens ; elle l’a corrompue pour corrompre la société.

Cette Œuvre n’est-elle pas un hommage de réparation ?

Oui, cette Œuvre est un solennel hommage de réparation sociale. Elle s’applique à réparer deux péchés particuliers à notre époque :

  1. la laïcisation et la dissolution de la famille ;
  2. L’attentat social contre la majesté divine de Jésus-Christ.

Comment répare-t-elle ces deux péchés ?

Elle les répare en faisant proclamer publiquement, au sein de la famille, la Royauté méconnue de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Quelle est la conclusion qui s’impose ?

La conclusion qui s’impose est que l’œuvre de l’Intronisation du Cœur de Jésus est une œuvre des plus opportunes.

Cette opportunité n’a-t-elle pas été proclamée par le pape Benoît XV ?

Cette opportunité a été proclamée par le pape Benoît XV dans une lettre au Révérend Père Matéo : « Rien, dit-il, n’a plus d’opportunité dans les temps présents que votre entreprise ».

De plus, cette « entreprise » n’est-elle pas tout particulièrement opportune pour notre patrie ?

Oui, parce que le Sacré-Cœur veut régner sur elle et Il ne régnera vraiment sur elle qu’après l’avoir reconquise, famille par famille.
De plus, si notre patrie veut répondre au désir du Cœur de Jésus, elle doit se faire l’apôtre de son règne d’amour, et l’établir par conséquent solidement chez elle tout d’abord.

L’expérience a-t-elle montré que le Règne familial du Sacré-Cœur, par l’Intronisation, conduit à son Règne social ?

Oui, l’expérience l’a montré et le montre encore tous les jours d’une façon éloquente. De la famille, l’Intronisation a passé aux écoles, aux communautés, aux salles d’œuvres sociales, aux hôpitaux, aux places publiques enfin. Le Sacré-Cœur a été même intronisé officiellement dans plusieurs pays qui reconnaissent sa fête comme fête nationale.

Légitimité de l’intronisation

L’Intronisation ainsi comprise est-elle une dévotion nouvelle ?

Non, « c’est bien la pure, la simple, la franche dévotion au Sacré-Cœur, telle qu’elle nous a été transmise dans les révélations de sainte Marguerite-Marie, telle que l’Eglise l’a sanctionnée de sa suprême autorité » a dit le Cardinal L. Billot.

Cette façon d’honorer le Sacré-Cœur n’a-t-elle pas toutefois quelque chose de particulier ?

Elle a ceci de particulier que l’installation de l’image du Sacré-Cœur est une installation solennelle à la place d’honneur du foyer ; que la consécration de la famille faite au foyer lui-même doit être constamment renouvelée et vécue ;

Que l’œuvre est une vraie croisade organisée par toute la terre, pour préparer le Règne social du Cœur de Jésus.

Quel est le fondateur et le grand apôtre de cette croisade universelle ?

Le fondateur et l’apôtre de cette croisade universelle est le R. P. Matéo Crawley religieux péruvien de la congrégation des SS. Cœurs de Picpus. 

Et sur quoi le R. P. Matéo s’est-il basé pour entreprendre son apostolat ?

Le R. P. Matéo s’est basé sur la révélation de Paray-le-Monial, résumée tout entière dans cette affirmation du Sauveur : « Je régnerai malgré mes ennemis ».

Citez d’autres paroles de Notre Seigneur prouvant son désir d’être intronisé dans les foyers.

« Il m’a encore assuré, dit sainte Marguerite-Marie, qu’Il prenait un singulier plaisir d’être honoré sous la figure de ce Cœur de chair dont Il voulait que l’image fût exposée en public et que partout où cette image serait exposée pour y être singulièrement honorée, elle attirerait toutes sortes de bénédictions ».

Il promet « qu’Il ne laissera jamais périr tous ceux qui se consacreront et se dévoueront à Lui… ».

« Il désire entrer avec pompe et magnificence dans la maison des princes et des rois, etc… ».

Sainte Marguerite-Marie n’a-t-elle pas elle-même intronisé le Sacré-Cœur ?

Oui, sainte Marguerite-Marie est la toute première personne qui ait intronisé le Sacré-Cœur. Elle plaça son image au milieu de fleurs et se consacra à Lui, entouré des jeunes novices de Paray-le-Monial, dont elle était la maîtresse.

Y a-t-il dans l’Evangile des scènes que nous pouvons rapprocher de cette entrée de Notre Seigneur dans les familles ?

Oui, il y en a surtout deux :

  • L’entrée de Notre Seigneur dans la maison de Zachée le publicain, où Il fut reçu avec honneur et joie.
  • L’entrée de Notre Seigneur à Béthanie, chez Lazare, au foyer duquel il était reçu en vrai Roi et en Ami.

L’Eglise approuve-t-elle cette croisade de l’intronisation ?

Oui, l’Eglise et l’approuve : avec les pape Pie X, Benoît XV, Pie XI, Pie XII, d’innombrables évêques, archevêques et cardinaux l’ont fortement recommandée.

Quelles sont les paroles de Pie X ?

« Mon enfant, je ne vous permets pas… Je vous commande de vous dévouer à cette Œuvre… Je vous ordonne de l’entreprendre. Consacrez-y toute votre vie ». (1907)

Quelle sont celles de Benoît XV ?

« Nous vous exhortons à persévérer activement dans l’apostolat commencé… En agissant ainsi, vous obéissez à Jésus-Christ lui-même ».

Celles de Sa Sainteté Pie XI ?

« Nous Prions Dieu dans sa bonté, de vous conserver très longtemps… Car aujourd’hui plus que jamais, dans l’extrême perturbation de toutes choses, il est absolument nécessaire que règne enfin sur la société humaine le Roi pacifique, Notre Seigneur Jésus-Christ, qui seul est la Voie, la Vérité et la Vie ».

Celles de Pie XII ?

« Nous souhaitons ardemment que la charité de Jésus-Christ, jaillissant de son divin Cœur, reprenne possession de la vie privée des hommes et de la vie publique des peuples… Mais il est une chose que nous désirons tout spécialement… c’est que les familles chrétiennes se consacrent au Cœur de Jésus.

Le Ciel lui-même ne se plaît-il pas à combler de grâces cette Œuvre de l’Intronisation ?

Le Ciel lui-même se plaît à combler de grâces, dont quelques-unes paraissent vraiment miraculeuses, cette Œuvre de l’Intronisation.

Par elle, le Règne d’amour du Cœur de Jésus se propage avec une telle rapidité qu’on la surnommée « la croisade de la Providence ».

Nous pouvons donc en toute confiance introniser le Sacré-Cœur ?

Oui, nous pouvons en toute confiance Introniser le Sacré-Cœur, puisque c’est sur le désir des Souverains Pontifes, Vicaires de Jésus-Christ, sur le désir de tous les évêques, que l’Intronisation est prêchée par toute la terre.

Apostolat de l’intronisation

La famille du Sacré-Cœur doit-elle être apôtre ?

Oui, la famille  du Sacré-Cœur doit être apôtre ; elle doit chercher à faire connaître et aimer son roi, à l’introniser dans d’autres foyers.

Pour quelles raisons doit-elle être apôtre ?

Elle doit être apôtre parce que Dieu a confié à chacun le soin de son prochain; parce que celui-là n’aime pas vraiment le Sacré-Cœur qui ne cherche pas à le faire aimer.

Notre Seigneur ne veut-il pas que nous le fassions aimer ?

Oui, Notre Seigneur le veut. « Si tu savais, disait-Il à sainte Marguerite-Marie, combien Je suis altéré de me faire aimer des hommes !… Tu n’épargnerais rien pour cela…. Je brûle du désir d’être aimé… Je veux que tu me serves d’instrument pour attirer des cœurs à mon amour.

Quelles promesses Notre Seigneur a-t-il fait aux apôtres de son Cœur ?

Aux apôtres de son Cœur, Notre Seigneur a fait de magnifiques promesses. Sainte Marguerite Marie nous dit :

  • Heureux seront ceux dont Il se sera servi pour établir son empire.
  • Ils auront leur nom inscrit dans son Cœur et il n’en sera jamais effacé.
  • Il s’attire par là l’amitié et les bénédictions éternelles de cet aimable Cœur.
  • Il m’a promis que tout ceux qui lui seront dévoués et consacrés ne périront jamais.
  • Ceux qui travaillent au salut des âmes auront l’art de toucher les cœurs les plus endurcis…

Et alors, nous serons ses apôtres, nous Lui gagnerons des foyers ?

Oui, nous serons ses apôtres nous Lui gagnerons des foyers par la prière, la souffrance, la charité, l’action.

Comment serons nous apôtres par la prière ?

Nous serons apôtres par la prière en redisant souvent : « Cœur Sacré de Jésus, que votre Règne arrive » ;
En choisissant un jour par mois, par quinzaine, par semaine, où nous communierons pour le Règne du Sacré-Cœur.
En prenant part, si possible, à l’Adoration nocturne au foyer.

Comment serons nous apôtres par la souffrance ?

Nous serons apôtres par la souffrance, en offrant au Cœur de Jésus, pour l’avènement de son Règne d’amour, nos fatigues, nos maladies, nos sacrifices, nos épreuves morales.

Comment serons-nous apôtres par la charité ?

Nous serons apôtres par la charité, en favorisant de nos aumônes l’apostolat de l’œuvre.

Comment seront nous apôtres par l’action ?

Nous serons apôtres par l’action, en donnant l’exemple d’une sainte vie ; en profitant de toutes les occasions favorables pour faire connaître, aimer, introniser le Cœur de Jésus.

L’intronisation du Sacré-Cœur dans les écoles et les œuvres de jeunesse n’a-t-elle pas une importance spéciale ?

Oui, parce que :

  • L’école est une famille où se forme l’esprit et le cœur des enfants ;
  • L’enfant est l’avenir, la famille de demain ;
  • L’enfant est ingénieux. Il gagnera facilement à sa cause le cœur d’un père, d’une mère, d’un ami;
  • L’enfant est tout particulièrement aimé du Cœur de Jésus.

Comment le Sacré-Cœur sera-t-il vraiment le Roi de nos écoles ?

Le Sacré-Cœur sera vraiment le Roi de nos écoles, si le maître, après l’avoir solennellement intronisé dans sa classe, se considère comme son adjoint ;
Si l’enfant regarde le Sacré-Cœur comme son vrai Maître, prend l’habitude de travailler, d’obéir, d’être sage pour Lui;
Si chaque jour il pense à Lui offrir ses difficultés, ses joies, ses peines, quelques privations.

Comment procéderons-nous dans cet apostolat ?

Nous procéderons dans cet apostolat avec toute la délicatesse et tout l’amour de notre âme.
Nous procéderons surtout avec un grand esprit de foi.

Où puiserons nous ce grand esprit de foi ?

Nous puiserons ce grand esprit de foi dans ces paroles de Notre Seigneur :

« Si tu le crois, tu verras la puissance de mon Cœur dans la magnificence de mon amour ;
Je serai ta force ; ne crains rien ;
Tu ne manqueras de secours que lorsque mon Cœur manquera de puissance ;
Les richesses infinies de mon Cœur suppléeront et égaleront tout ;
Je régnerai malgré mes ennemis et tous ceux qui s’y opposeront ».

N’est-il pas doux de mourir après s’être dévoué pour le Cœur de Jésus ?

« Oui, il est doux de mourir nous dit sainte Marguerite-Marie, après avoir eu une tendre et constante dévotion au Sacré-Cœur de Jésus-Christ ».

Réponses aux principales objections

Encore une Œuvre !

Oui, mais cette Œuvre en est la flamme, la vie, le rayonnement divin de toutes les autres, l’huile pour toutes les lampes, selon l’expression du R. P. Matéo.

Pourquoi ne pas s’en tenir au crucifix ?

Parce que le divin Crucifié Lui-même a demandé que l’image de son Cœur soit exposée et honorée au sein des familles.
De plus, le Cœur qui a voulu la croix par amour pour nous, mérite, avant la croix elle-même, nos adorations et notre amour confiant.

N’y a-t-il pas des inconvénients à ce que l’image du Sacré-Cœur soit au salon ou dans la pièce principale du foyer ?

Non; les conversations qu’on tient et les fêtes qu’on donne sont honnêtes, et alors Notre Seigneur peut les présider ; ou ces fêtes, ces conversations sont déshonnêtes, et un chrétien ne doit jamais les tolérer.

Mais il y a des statues, des tableaux inconvenants ?…

Il faut alors choisir entre Jésus et ces statues,… ces livres et ces journaux !… On ne peut servir deux maîtres à la fois.

Nous avons l’image du Sacré-Cœur dans notre maison, à quoi bon l’Intronisation ?

À faire honorer, par une vie chrétienne, le Cœur Sacré de Jésus dont l’image n’est pas souvent exposée ;
À réparer, par une solennelle et permanente proclamation d’amour, les outrages qui lui sont faits sans cesse.

Mais pourquoi faire tant de cérémonies pour une action si simple en elle-même : celle de placer chez soi une image du Sacré-Cœur ?

Parce que l’Intronisation est tout autre chose qu’une simple installation d’image.

L’Intronisation est :

  • I. un hommage rendu par une famille à la Royauté de Jésus-Christ. Or cet hommage doit être aussi solennel que possible :
    Parce que Notre Seigneur l’a demandé ;
    Parce que sa Royauté méconnue, outragée publiquement et socialement, doit être reconnue publiquement et socialement.
  • II. une consécration solennelle de la famille au Sacré-Cœur de Jésus. C’est un contrat… entre les deux : la famille consacrée doit mener avec Jésus, son Roi et son Ami, une vie d’union, d’intimité, de vie commune…

Or, pareil contrat mérite bien quelque solennité !

Ma consécration au Sacré-Cœur est faite et signée depuis longtemps !

L’Intronisation du Sacré-Cœur ajoute à la consécration : c’est Jésus entrant solennellement au foyer, Jésus vivant dans la famille avec son Cœur rempli de miséricorde et de tendresse.

À votre consécration, ajoutez donc l’Intronisation :

  1. « Ayez, dit le pape Benoît XV, l’esprit de force chrétienne qui s’impose pour pratiquer cette belle forme de la dévotion au Sacré-Coeur, pour accomplir l’acte nécessaire de placer son image à un poste éminent. ( Discours de Benoît XV à l’occasion de la lecture des décrets concernant la canonisation de la bienheureuse Marguerite-Marie le 17 mars 1818 )
  2. Renouvelez solennellement, avec tous les vôtres, votre consécration première ;
  3. Vivez cette consécration, c’est-à-dire, vivez désormais pour le Sacré-Cœur et avec Lui.

5) Le cérémonial de l’Intronisation

Indulgencié et par les papes Pie X et Benoît XV

Etes-vous prêts ?

  1. Pensez-vous à assister à la sainte messe et à communier le matin de la cérémonie ?
  2. Avez-vous une belle statue ou image du Sacré-Cœur ?
  3. Avez-vous préparé la place d’honneur ; l’avez-vous décemment ornée et selon vos possibilités ?
  4. Avez-vous de l’eau bénite pour la bénédiction de la statue ?
  5. Avez-vous autant d’exemplaires du cérémonial qu’il y a de personnes à assister à la cérémonie ?
  6. Avez-vous le grand document Familial ou diplôme que vous aurez signé après la cérémonie et que vous garderez chez vous ?

Cérémonial

 ( des cantiques au Sacré-Cœur, chantés par les enfants, peuvent entrecouper heureusement les diverses parties du cérémonial )

I° bénédiction de l’Image

Le prêtre, revêtu du surplis et de l’étole blanche, bénit l’image selon la formule du Rituel.

Lorsque le prêtre n’assiste pas à la cérémonie, on aura soin de faire bénir l’image par lui d’avance.

 V. Adjutorium nostrum in nomine Domini.
R. Qui fecit coelum et terram.
V. Dominus vobiscum.
R. Et cum spiritu tuo.
Oremus   
Omnipotens sempiterne Deus, qui sanctorum tuorum imagines Sanctorum aut pingi non reprobas, ut quoties illas oculis corporis intuemur, toties eorum actus et sanctitatem ad imitandum memoriae oculis meditemur, hanc, quaesumus, Imaginem in honorem et memoriam Sacratissimi Cordis Unigeniti Filii tui Domini Nostri Jesu Christi adaptam, benedicere et sanctificare digneris ; et praesta, ut quicumque coram illa Cor Sacratissimi Unigeniti Filii tui suppliciter colere et honorare studuerit, illius meritis et obtentu, a te gratiam in praesenti et aeternam gloriam obtineat in futurum.   Per Christum Dominum nostrum.  
Amen.
 V. C’est du Seigneur que nous vient le secours.
R. Du Seigneur qui a fait le ciel et la terre.
V. Le Seigneur soit avec vous.
R. Et avec votre esprit.
Prions   
Dieu tout-puissant et éternel, vous ne désapprouvez pas de nous voir sculpter et peindre les images de vos Saints. Car chaque fois que nous les regardons, nous nous sentons portés à les imiter dans la sainteté de leur vie. Daignez donc bénir et sanctifier cette image qui évoquera désormais pour nous le souvenir et la présence du Cœur Sacré de votre Fils Unique, Notre Seigneur Jésus-Christ. À tous ceux qui viendront prier avec confiance devant cette image et qui s’efforceront de lui rendre hommage, accordez, par les mérites et l’intercession du Cœur de votre Fils, la grâce dans la vie présente et la gloire éternelle dans la vie future. Nous vous le demandons par Jésus-Christ Notre Seigneur.
Ainsi soit-il.

Puis, le prêtre asperge l’Image d’eau bénite.

II° Installation de l’Image

Après la bénédiction, le chef de famille installe l’Image du Sacré-Cœur à la place d’honneur qui lui a été préparée.

III° Récitation du Credo

Tous récitent alors (ou chantent) à haute voix le Credo, afin de rendre un témoignage explicite de la foi de toute la famille.

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, – Créateur du Ciel et de la terre, – et en Jésus-Christ, son Fils unique, Notre Seigneur, – qui a été conçu du Saint-Esprit, – est né de la Vierge Marie, – a souffert sous Ponce Pilate, – a été crucifié, – est mort et a été enseveli, – est descendu aux enfers, – le troisième jour est ressuscité des morts, – est monté aux cieux, – est assis à la droite de Dieu, – le Père tout-puissant – d’où il viendra juger les vivants et les morts.

Je crois au Saint-Esprit, – à la Sainte Eglise Catholique, – la communion des Saints, – la rémission des péchés, – la résurrection de la chair, – la vie éternelle. – ainsi soit-il.

IV° Allocution du prêtre

Le prêtre rappelle, en quelques mots bien sentis :

  • La signification profonde de l’Intronisation ;
  • La vie chrétienne de soumission, de confiance et d’amour que le Sacré-Cœur attend des familles qui lui ont rendu cet hommage ;
  • Les bénédictions spéciales et surabondantes dont elles sont l’objet si elles sont fidèles à leurs engagements 
  • Le grand devoir pour la famille de renouveler fréquemment la consécration comme prière familiale, de préférence à la prière du soir en commun.

V° Acte de Consécration au Sacré-Cœur

Cette formule approuvée par Pie X le 19 mai 1908 est requise pour le gain des indulgences, et ne peut donc être modifiée. Elle est récitée à genoux par le prêtre et la famille. Si le prêtre n’était pas présent, elle serait dirigée par le chef de famille.

Cœur Sacré de Jésus, – Vous qui avez manifesté à Sainte Marguerite-Marie – le désir de régner sur les familles chrétiennes, – nous venons aujourd’hui – proclamer votre Royauté la plus absolue sur la nôtre. – Nous voulons vivre désormais de votre vie, – nous voulons faire fleurir dans notre sein – les vertus auxquelles vous avez promis la paix dès ici-bas, – nous voulons bannir loin de nous – l’esprit mondain que vous avez maudit.

Vous régnerez sur nos intelligences – par la simplicité de notre foi. – Vous régnerez sur nos cœurs – par l’amour sans réserve – dont ils brûleront pour Vous – et dont nous entretiendrons la flamme – par la réception fréquente de votre divine Eucharistie.

Daignez, ô divin Cœur, – présider nos réunions, – bénir nos entreprises spirituelles et temporelles, – écarter nos soucis, – sanctifier nos joies, soulager nos peines. – Si jamais l’un ou l’autre d’entre nous – avait le malheur de Vous affliger, – rappelez-lui, ô Cœur de Jésus, – que Vous êtes bon et miséricordieux – pour le pécheur pénitent. – Et quand sonnera l’heure de la séparation, – quand la mort viendra jeter le deuil au milieu de nous, – nous serons tous, et ceux qui partent et ceux qui restent, – soumis à vos décrets éternels. – Nous nous consolerons par la pensée – qu’un jour viendra où toute la famille, – réunie au Ciel, – pourra chanter à jamais – vos gloires et vos bienfaits.

Daigne le Cœur Immaculé de Marie, – daigne le glorieux patriarche saint Joseph – Vous présenter cette consécration – et nous la rappeler tous les jours de notre vie ! – Vive le Coeur de Jésus, notre Roi et notre Père !

VI° Prière pour les défunts et les absents de la famille

Personne ne devant manquer au foyer en ce jour si solennel, à cette heure bénie, évoquons le souvenir et la présence des chers défunts de la famille, et récitons pour eux et pour les absents un Pater et un Ave.

Notre Père, qui êtes aux cieux…
Je Vous salue, Marie…
V. Que les âmes de nos chers trépassés, par la miséricorde du Seigneur, reposent en paix !
R. Ainsi soit-il.
V. Sanctifiez, Seigneur, ceux qui se dévouent à votre service.
R. Et tous ceux qui mettent en Dieu leur espérance.

VII° Prière de la famille

Toute la famille, guidée par le prêtre, ou par le chef du foyer, récite à genoux la prière suivante.

Les jeunes époux peuvent, s’ils le préfèrent, se servir de la formule en annexe.

Gloire au Sacré-Cœur de Jésus, pour la miséricorde infinie – dont Il a usé envers ses heureux serviteurs, – les membres de ce foyer, – qu’Il a choisi entre mille autres, – comme un héritage d’amour – et un sanctuaire de réparation – où on Le dédommagera de l’ingratitude des hommes !

Quelle n’est pas, ô Seigneur Jésus ! – la confusion de cette portion de votre troupeau fidèle – en acceptant l’honneur insigne – de Vous voir présider notre famille ! – comme elle Vous adore en silence – et se réjouit – de pouvoir partager sous le même toit – les fatigues, – les soucis – et les joies innocentes de vos enfants ! – Nous ne sommes pas dignes, – il est vrai, – que vous entriez sous cet humble toit, mais déjà Vous avez prononcé la parole – qui nous rassure – lorsque Vous nous avez révélé – la beauté de votre Cœur très saint, – et nos âmes qui ont soif de Vous – ont trouvé dans la blessure de votre côté, – ô bon Jésus, – les eaux vives – qui jaillissent jusqu’à la vie éternelle.

Ainsi donc, contrits et confiants, – nous venons nous donner à Vous – qui êtes la vie immuable, – restez au milieu de nous, – ô Cœur trois fois saint, – car nous sentons l’irrésistible besoin – de Vous aimer et de Vous faire aimer, – Vous qui êtes le buisson ardent – qui doit embraser le monde, – pour le purifier. Un asile aussi doux que celui de Béthanie, – où Vous puissiez trouver le repos – près des âmes aimantes – qui ont choisi la meilleure part – dans l’heureuse intimité de votre Cœur ! – Qu’elle soit, – ô Sauveur aimé, – pendant l’exil que Vous infligent vos ennemis, – en humble mais hospitalier refuge – semblable à celui de l’Égypte.

Venez, Seigneur Jésus, venez, – car ici, comme à Nazareth, – on aime d’un tendre amour la Vierge Marie, – cette douce Mère – que vous-mêmes nous avez donnée. – Venez remplir par votre douce présence – les vides que le malheur et la mort – ont laissé parmi nous. – O Ami très fidèle, – si vous aviez été ici aux tristes heures – de la douleur et du deuil, – nos larmes auraient été moins amères, – Nous aurions senti le baume salutaire – sur ces secrètes blessures – que Vous seul connaissez… – Venez, – car voici que s’approche peut-être pour nous – le soir angoissant des chagrins – et que décline le jour fugitif – de notre jeunesse et de nos illusions. – Restez avec nous, car déjà il se fait tard – et le monde pervers – veut nous envelopper – des ombres de ses négations, – alors que nous ne voulons nous attacher qu’à Vous, – parce que seul Vous êtes la Voie, – la Vérité et la Vie. – Laissez entendre, ô Jésus, – ces mots des temps passés : – il faut qu’aujourd’hui – vous me donniez l’hospitalité – dans cette maison. ( St Luc XIX-5 )

Oui, Seigneur, – établissez ici votre séjour, – pour que nous vivions de votre amour – et dans votre compagnie, – nous qui Vous proclamons notre Roi, – car nous n’en voulons pas d’autre que Vous.

Aimé, béni et glorifié, – soit à jamais dans ce foyer, – le Cœur triomphant de Jésus ! – Que son règne arrive ! – Ainsi soit-il.

VIII° Hommage au Cœur de Marie

Pour remercier le Cœur de Marie de la grâce de l’Intronisation que Jésus accorde par elle à la famille, et pour proclamer cette bonne Mère comme Reine du foyer, on récite ou l’on chante le Salve Regina.

On peut y ajouter, si on le désire l’acte de consécration cité en annexe.

   Salve Regina Mater misericordiae : vita, dulcedo, et spes nostra salve. Ad Te clamamus, exsules, filii Hevae.    Ad Te suspiramus, gementes et flentes in hac lacrimarum valle.    Eia ergo, advocata nostra, illos tuos misericordes oculos ad nos converte. Et Jesum, benedictum fructum ventris tui, nobis post hoc exsilium ostende.    O clemens : O pia : O dulcis Virgo Maria.   Salut, ô Reine, Mère de miséricorde, notre vie, notre douceur, et notre espérance, salut. Enfants d’Eve, exilés, nous élevons vers vous nos cris de détresse.    Vers vous nous soupirons dans cette vallée de larmes.    De grâce, notre avocate, tournez vers nous les regards si doux de votre miséricorde. Et, après cet exil, faites-nous voir Jésus, le fruit béni de vos entrailles.    O clémente, o bonne o douce Vierge Marie.

IX° Invocations finales

Cœur de Jésus, ayez pitié de nous ! ( trois fois )

Cœur Immaculé de Marie, priez pour nous !

Saint Joseph, priez pour nous !

Saint Marguerite-Marie, priez pour nous !

Vive le Cœur de Jésus dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

X° Bénédiction du prêtre

Le prêtre bénit l’assistance par la formule rituelle :

Que la bénédiction du Dieu Tout-puissant, Père, Fils et Saint-Esprit, descende et repose sur vous !

Et tous les membres présents de la famille signent le document familial de l’Intronisation.

XI° Rénovation de la Consécration Familiale

A faire après la prière du Soir, en union avec toutes les familles qui ont intronisé le Sacré-Cœur

Très doux Sauveur, agenouillés humblement à vos pieds, nous renouvelons la consécration de notre famille à Votre divin Cœur. Soyez toujours notre Roi; nous avons en Vous confiance pleine et entière. Que votre esprit imprègne nos pensées, nos désirs, nos paroles et nos œuvres. Bénissez nos entreprises; prenez part à nos joies, à nos épreuves, à nos travaux ; accordez-nous de mieux Vous connaître, de Vous aimer davantage, de Vous servir sans défaillance. Que d’une extrémité de la terre à l’autre retentisse cette acclamation : Aimé, béni et glorifié soit partout et toujours le Cœur triomphant de Jésus ! Ainsi soit-il.

6) Appendice

Litanies du Sacré-Cœur et références scripturaires

Mt XVI,16
Mt I,20
Jn I,14-Col II,9
Mt XXV,31
Jn II,21
Heb IX,12
Gen XXVIII,17–Jn I,15
Lc XVIII,19–Ep II,4
Heb I,9
Lc XVIII,19–Tt III,4
Ap XXII,1–Ph IV,7-9
Ap V,12-14
Heb II,8
Col II,3
Col II,9
Mt XVII,5
Jn I,16
Gen XLIX,26–Jn XII,22
2 Th III,5
Rm X,12
Is XII,3–Jn VII,37 I
Jn II,2
Lm III,30
Is LIII,5
Ph II,8
Is LIII,5–Jn XIX,34
E Col I,3
Jn XIV,6–Jn XI,25
Ep II,16-17-Col I,20
Jn II,2–Heb II,14
Ac IV,12–Heb IX,28
1Th IV,15–Tt III,7
Ap XIX,7
Cœur de Jésus Fils du Père éternel
Cœur de Jésus formé par le Saint-Esprit dans le sein de la Vierge
Cœur de Jésus uni substantiellement au Verbe de Dieu
Cœur de Jésus d’une infinie majesté
Cœur de Jésus temple saint de Dieu
Cœur de Jésus tabernacle du Très-Haut
Cœur de Jésus maison de Dieu et porte du Ciel
Cœur de Jésus foyer brûlant de charité
Cœur de Jésus sanctuaire de la justice et de l’amour
Cœur de Jésus plein d’amour et de bonté
Cœur de Jésus fleuve céleste de toutes les vertus
Cœur de Jésus digne de toute louange
Cœur de Jésus roi et centre de tous les cœurs
Cœur de Jésus en qui sont tous les trésors de la sagesse et de la science
Cœur de Jésus en qui demeure toute la plénitude de la divinité
Cœur de Jésus en qui le Père a mis toutes ses complaisances
Cœur de Jésus de la plénitude de qui tous nous avons reçu
Cœur de Jésus qui nous attire tous à Vous
Cœur de Jésus patient et très miséricordieux
Cœur de Jésus libéral envers tous ceux qui Vous invoquent
Cœur de Jésus fontaine de vie et de sainteté
Cœur de Jésus propitiation pour nos péchés
Cœur de Jésus accablé d’outrages
Cœur de Jésus brisé de douleur à cause de nos péchés
Cœur de Jésus obéissant jusqu’à la mort
Cœur de Jésus transpercé par la lance
Cœur de Jésus source de toute consolation
Cœur de Jésus notre vie et notre résurrection
Cœur de Jésus notre paix et notre réconciliation
Cœur de Jésus victime des pécheurs
Cœur de Jésus salut de ceux qui espèrent en Vous
Cœur de Jésus espérance de ceux qui meurent en votre amour
Cœur de Jésus délices de tous les saints

Mt XVI,16
Mt I,20
Jn I,14-Col II,9
Mt XXV,31
Jn II,21
Heb IX,12
Gen XXVIII,17–Jn I,15
Lc XVIII,19–Ep II,4
Heb I,9
Lc XVIII,19–Tt III,4
Ap XXII,1–Ph IV,7-9
Ap V,12-14
Heb II,8
Col II,3
Col II,9
Mt XVII,5
Jn I,16
Gen XLIX,26–Jn XII-22 2
Th III,5
Rm X,12
Is XII,3–Jn VII,37 I
Jn II,2
Lm III,30
Is LIII,5
Ph II,8
Is LIII,5–Jn XIX,34
E Col I,3
Jn XIV,6–Jn XI,25
Ep II,16-17-Col I,20
I Jn II,2–Heb II,14
Ac IV,12–Heb IX,28  
1Th IV,15–Tt III,7
Ap XIX,7

Cœur de Jésus Fils du Père éternel
Cœur de Jésus formé par le Saint-Esprit dans le sein de la Vierge
Cœur de Jésus uni substantiellement au Verbe de Dieu
Cœur de Jésus d’une infinie majesté
Cœur de Jésus temple saint de Dieu
Cœur de Jésus tabernacle du Très-Haut
Cœur de Jésus maison de Dieu et porte du Ciel
Cœur de Jésus foyer brûlant de charité
Cœur de Jésus sanctuaire de la justice et de l’amour
Cœur de Jésus plein d’amour et de bonté
Cœur de Jésus fleuve céleste de toutes les vertus
Cœur de Jésus digne de toute louange
Cœur de Jésus roi et centre de tous les cœurs
Cœur de Jésus en qui sont tous les trésors de la sagesse et de la science
Cœur de Jésus en qui demeure toute la plénitude de la divinité
Cœur de Jésus en qui le Père a mis toutes ses complaisances
Cœur de Jésus de la plénitude de qui tous nous avons reçu
Cœur de Jésus qui nous attire tous à Vous
Cœur de Jésus patient et très miséricordieux
Cœur de Jésus libéral envers tous ceux qui Vous invoquent
Cœur de Jésus fontaine de vie et de sainteté
Cœur de Jésus propitiation pour nos péchés
Cœur de Jésus accablé d’outrages
Cœur de Jésus brisé de douleur à cause de nos péchés
Cœur de Jésus obéissant jusqu’à la mort
Cœur de Jésus transpercé par la lance
Cœur de Jésus source de toute consolation
Cœur de Jésus notre vie et notre résurrection
Cœur de Jésus notre paix et notre réconciliation
Cœur de Jésus victime des pécheurs
Cœur de Jésus salut de ceux qui espèrent en Vous
Cœur de Jésus espérance de ceux qui meurent en votre amour
Cœur de Jésus délices de tous les saints

A ) Prière pour les jeunes époux

Gloire au Sacré-Cœur de Jésus, pour la miséricorde infinie – dont Il a usé envers nous, – jeunes époux – qu’Il vient d’unir pour la vie – par les liens du mariage chrétien. – Il a choisi notre jeune foyer – comme un héritage d’amour – et un sanctuaire de réparation – où on Le dédommagera de l’ingratitude des hommes !

Quelle n’est pas, ô Seigneur Jésus ! – la confusion de nos cœurs aimants – en acceptant l’honneur insigne – de Vous voir présider notre vie commune ! – Nous Vous adorons en silence – et nous nous réjouissons – de pouvoir partager sous le même toit – les joies – les fatigues et les soucis – de vos enfants.

Nous ne sommes pas dignes, – il est vrai, – que vous entriez sous cet humble toit, mais déjà Vous avez prononcé la parole – qui nous rassure – lorsque Vous nous avez révélé – la beauté de votre Cœur très saint, – et nos âmes qui ont soif de Vous – ont trouvé dans la blessure de votre côté, – ô bon Jésus, – les eaux vives – qui jaillissent jusqu’à la vie éternelle.

Ainsi donc, contrits et confiants, – nous venons nous donner à Vous – qui êtes la vie immuable, – restez au milieu de nous, – ô Cœur trois fois saint, – car nous sentons l’irrésistible besoin – de Vous aimer et de Vous faire aimer, – Vous qui êtes le buisson ardent – qui doit embraser le monde, – pour le purifier. Un asile aussi doux que celui de Béthanie, – où Vous puissiez trouver le repos – près des âmes aimantes – qui ont choisi la meilleure part – dans l’heureuse intimité de votre Cœur ! – Qu’elle soit, – ô Sauveur aimé, – pendant l’exil que Vous infligent vos ennemis, – en humble mais hospitalier refuge – semblable à celui de l’Égypte.

Venez, Seigneur Jésus, venez, – car ici, comme à Nazareth, – on aime d’un tendre amour la Vierge Marie, – cette douce Mère – que vous-mêmes nous avez donnée. – Venez bénir et guider –  les élans de nos cœurs – qui veulent s’aimer – en Vous et pour Vous. – Venez nous aider – dans l’accomplissement fidèle – de la glorieuse mission – que Vous nous confiez, – pour notre bonheur, – pour l’avenir de l’Eglise – et du genre humain !

 Ne permettez pas – que le monde pervers – vienne nous envelopper – des ombres de ses négations. Car  nous ne voulons nous attacher qu’à Vous, – parce que seul Vous êtes la Voie, – la Vérité et la Vie. – Laissez entendre, ô Jésus, – ces mots des temps passés : – il faut qu’aujourd’hui – vous me donniez l’hospitalité – dans cette maison. ( St Luc XIX-5 )

Oui , Seigneur, – établissez ici votre séjour, – pour que nous vivions de votre amour – et dans votre compagnie, – nous qui Vous proclamons notre Roi, – car nous n’en voulons pas d’autre que Vous.

Aimé, béni et glorifié, – soit à jamais dans ce foyer, – le Cœur triomphant de Jésus ! – Que son règne arrive ! – Ainsi soit-il.

B ) Acte de Consécration de la famille au Cœur Immaculé de Marie

O Cœur Immaculé de Marie, – Mère du Cœur de Jésus, Mère et Reine de notre foyer, – pour nous conformer à votre ardent désir, – nous nous consacrons à Vous, – et nous Vous supplions – de régner sur notre famille.

Régnez sur chacun de nous, – et apprenez-nous – comment nous pouvons faire régner et triompher – le Cœur Sacré de votre divin Fils – en nous et autour de nous, – comme Il a régné et triomphé – en Vous et par Vous.

Régnez sur nous, Mère bien-aimée, – pour que nous soyons vôtres – dans la prospérité comme dans l’adversité, – dans la joie comme dans la peine, – dans la santé comme dans la maladie, – à la vie et à la mort.

O Cœur très compatissant de Marie, – Reine des vierges, – veillez sur nos esprits et sur nos cœurs, – et préservez-les – du torrent d’orgueil et d’impureté – dont vous vous plaignez si amèrement. Nous désirons réparer – les crimes si nombreux – commis contre Jésus et contre Vous. – Nous voulons appeler sur notre foyer, – sur les foyers de notre patrie – et du monde entier, – la paix du Christ – dans la justice et la charité.

Voilà pourquoi nous promettons – d’imiter vos vertus, – par la pratique d’une vie chrétienne, – par la communion fréquente et fervente, – sans tenir compte du respect humain. – Nous acceptons d’avance les sacrifices – que cette vie chrétienne nous imposera – et nous les offrons – au Cœur de Jésus – par votre Cœur immaculé – en esprit de réparation et de pénitence.

Aux Cœurs sacrés de Jésus de Marie – amour, honneur et gloire – dans tous les siècles ! – ainsi soit-il !

C ) Première Consécration au Sacré-Cœur de Jésus

Composée par sainte Marguerite-Marie

Je N…, me donne et consacre au Sacré-Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ ma personne et ma vie, mes actions, peines et souffrances, pour ne plus vouloir me servir d’aucune partie de mon être que pour L’honorer, L’aimer et Le glorifier.

C’est ici ma volonté irrévocable que d’être toute à Lui et faire tout pour son amour en renonçant de tout mon coeur à ce qui pourrait Lui déplaire.

Je vous prends donc, ô Sacré-Cœur, pour unique objet de mon amour, le protecteur de ma vie, l’assurance de mon salut, le remède de ma fragilité et de mon inconstance, le réparateur de tous les défauts de ma vie et mon asile assuré à l’heure de ma mort.

Soyez donc, ô Dieu de bonté, ma justification envers Dieu le Père, en détournant de moi les traits de sa juste colère, ô Cœur d’amour ! Je mets toute ma confiance en Vous, car je crains tout de ma malice et de ma faiblesse, mais j’espère tout de votre bonté.

Consumez donc en moi tout ce qui peut Vous déplaire et résister ! Que votre pur amour Vous imprime si avant dans mon cœur que jamais je ne puisse Vous oublier ni être séparée de Vous ; je Vous conjure par toutes vos bontés que mon nom soit écrit en Vous puisque je veux faire consister tout mon bonheur et toute ma gloire à vivre et à mourir en qualité de votre esclave.

D ) Formule de Consécration au Sacré-Cœur de Jésus au clergé

Recommandée par saint Pie X le 17 août 1908

Domine Jesu, Redemptor noster amantissime et Sacerdos in aeternum, nos supplices tuos, quos appellare amicos et sacerdotii tui participes facere dignatus es, propitius respice. Tui sumus ; tui perpetuo esse volumus : ideo Sacratissimo Cordi tuo, quod tanquam unicum salutis perfugium laboranti humano generi ostendisti, dedicamus nos hodie totos et addicimus. Tu, qui sacerdotibus, Cordis tui cultoribus, uberes divini ministerii fructus promisisti, fac nos, quaesumus, idoneos in vinea tua operarios, vere humiles et mites, spiritu devotionis et patientiae plenos, ita flagrantes amore tui, ut eumdem  charitatis ignem in animis fidelium excitare et fovere non cessemus. Nostra igitur corda incendio tui Cordis innova, ut jam nihil aliud studeamus, quam tuam promovere gloriam et animas tibi lucrari, quas pretioso sanguine redemisti. Miserere, Pastor bone, praesertim sacerdotum, Fratrum nostrorum, si qui ambulantes in vanitate sensus sui, te et dilectam Sponsam tuam, Ecclesiam, lacrimabili defectione constritarunt. Concede nobis ad tuum complexum eos reducere, aut certe ipsorum expiare delicta, resarcire damna, et dolorem, quo te afficiunt, amoris nostri consolatione minuere. Sine, denique, te quisque nostrum exoret his Augustini verbis : « O dulcis Jesu, vivas tu in me et concalescat spiritu meo vivus carbo amoris tui, et crescat in ignem perfectum, absconditis animae meae ; in die consummationis meae consummatus inveniar apud te, qui cum Patre et Spiritu Sancto, vivis et regnas Deus in saecula saeculorum. Amen.Seigneur Jésus, notre très aimant Rédempteur et Prêtre éternel, regardez-nous favorablement, nous vos suppliants, que vous avez daigné appeler vos amis et rendre participants de votre sacerdoce. Nous sommes à Vous; nous voulons être à Vous pour toujours : c’est pourquoi nous nous donnons et nous consacrons aujourd’hui totalement à votre très saint Coeur, que Vous avez montré au genre humain malade comme son unique refuge de salut. Vous qui avez promis aux prêtres dévots à votre Coeur de bénir leur divin ministère par des fruits abondants, faites de nous, nous vous en prions, des ouvriers propres à cultiver votre vigne, vraiment humbles et doux, pleins de l’esprit de dévotion et de patience, tellement brûlants d’amour pour Vous qu’ils ne cessent d’exciter et d’attiser dans les âmes des fidèles cette même flamme de la charité. Que nos coeurs se renouvellent donc au feu allumé par votre Coeur, afin que nos efforts n’aient plus d’autre but que de promouvoir votre gloire et de vous gagner des âmes que Vous avez rachetées par votre précieux Sang. Prenez en pitié, ô bon Pasteur, surtout ceux des prêtres, nos frères, qui, marchant selon la vanité de leurs pensées, Vous auraient contristé, Vous et l’Eglise votre Epouse bien-aimée, par une déplorable défection. Faites-nous la grâce de les ramener à vos embrassements, ou du moins d’expier leurs fautes, d’en compenser les suites funestes, et d’adoucir par les consolations de notre amour la douleur qu’ils Vous causent. Enfin, permettez à chacun de nous de Vous adresser cette prière de saint Augustin : « O doux Jésus, vivez en moi, et que votre amour, comme un charbon ardent, échauffe mon esprit et parvienne à l’enflammer entièrement; qu’il brûle sans cesse sur l’autel de mon coeur, et me consume jusqu’à la moelle des os, jusqu’au plus intime de mon âme, afin que, au jour de la consommation de ma vie, je sois trouvé consommé en vertu devant Vous qui, étant Dieu, avec le Père et le Saint-Esprit, vivez et régnez dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

E ) Consécration d’un enfant au Sacré-Cœur le jour de sa première Communion

Doux Cœur de Jésus – je Vous donne mon coeur. – Combien Vous nous aimez – nous, les tout-petits. – Quand vous étiez encore sur la terre – Vous les avez attirés vers Vous. –  les avez pris dans vos bras – les avez pressés sur votre Coeur. – Doux Coeur de Jésus – Vous m’aimez, moi aussi.

Coeur Sacré de Jésus – je Vous donne mon pauvre coeur de péché. – prenez-le et rendez-le semblable au vôtre. – Apprenez-moi à prier comme Vous.

Divin Coeur de Jésus – mon coeur ne bat que pour Vous.

Il Vous aimera au Paradis. – Ainsi soit-il.

F ) Consécration d’un enfant à la Très Sainte Vierge le jour de sa première Communion

O Marie, Mère de Jésus et ma Mère – c’est Vous qui m’avez donné ce matin – Jésus. – Vous l’avez fait descendre – de vos bras – dans mon coeur. – je Vous remercie.

O ma bonne Mère – apprenez-moi à aimer Jésus de tout mon coeur – à ne jamais l’attrister par le péché. – je veux Vous donner de la joie, Mère bien-aimée. – je veux me consacrer à Vous – pour toujours. – Oh !  Apprenez-moi – à prier, comme votre enfant – être obéissant, comme votre enfant – être pur, comme votre enfant, – mais surtout – à aimer Jésus par-dessus tout. – O ma bonne Mère – conduisez-moi – le plus souvent possible – à votre Jésus – dans la sainte Eucharistie.

Gardez aussi et bénissez – O Mère Très Bonne – tous ceux qui m’aiment – et qui m’ont appris à Vous aimer. –  Inspirez-nous à tous – un ardent amour de la sainte Communion.

Marie, ma bonne Mère – ne m’oubliez jamais ! Secourez-moi pendant cette vie ; – à l’heure de ma mort – prenez-moi par la main – conduisez-moi vers Jésus – votre divin Fils – dans la gloire du ciel. – Ainsi soit-il.

Table des matières

fraternité sainte pie X

Articles en relation