logos-lpl-separator-blc

Lettre n° 86 de Mgr Bernard Fellay aux Amis et Bienfaiteurs de la FSSPX de juillet 2016

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

1917-2017, actualité du message de Fatima

Chers Amis et Bienfaiteurs,

n 1917, Notre Dame a daigné visiter la terre. Elle a confié aux trois voyants de Fatima un message composé de plusieurs parties, dont certaines sont regroupées sous le nom de « secret », en sorte que « message » et « secret » de Fatima sont devenus comme synonymes. Il faut cependant les distinguer. Le message était communiqué immédiatement. Les parties relevant du « secret » étaient destinées à être divulguées ultérieurement, à des dates diverses, au plus tard en 1960. Elles concernent de grands événements dans l’Eglise et dans le monde, en relation avec la manière dont les hommes se comportent envers Dieu. Il y est question de guerres, de la disparition de nations entières, de graves erreurs répandues sur tous les continents, de la consécration de la Russie par le pape et les évêques, du triomphe du Cœur Immaculé et d’un temps de paix.

Établir dans le monde la dévotion au cœur Immaculé de Marie

Un an avant la célébration du centenaire des apparitions de Fatima, reconnues comme authentiques par l’Eglise, permettez-moi de revenir sur l’importance de cet événement et de ce message qui nous rappellent un certain nombre de vérités fondamentales de la foi, et nous montrent l’intervention réelle de Dieu dans l’histoire des hommes.

1) L’essentiel du message réside dans ces paroles de la Sainte Vierge à Sœur Lucie, le 13 juin 1917 : « jésus veut se servir de toi afin de me faire connaître et aimer. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. A qui embrassera cette dévotion, je promets le salut. Ces âmes seront chéries de Dieu, comme des fleurs placées par Moi pour orner son Trône. »

Lorsque l’on réfléchit sur l’ensemble du message de Fatima, avec son secret, en considérant l’influence qu’il a eue et qu’il a encore dans l’histoire de l’Eglise et du monde, il devient évident que tout tourne autour d’une intervention divine : « Il (Jésus) veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé» . Plus tard, lorsque Sœur Lucie demandera au Sacré- Cœur pourquoi il veut la consécration de la Russie, Notre Seigneur répondra : « parce que je veux que mon Eglise entière reconnaisse cette consécration comme un triomphe du Cœur Immaculé de Marie, afin d’étendre ensuite son culte et de placer la dévotion au Cœur Immaculé à côté de la dévotion à mon Divin Cœur» (printemps 1936).

2) La deuxième vérité fondamentale qui ressort du message de Fatima, est bien l’intervention réelle du Dieu Tout-Puissant dans l’histoire des hommes, soit comme individus, soit comme nations. Il s’agit là d’une vérité évidente pour nous, mais qui est aujourd’hui très attaquée dans un monde athée, libéral ou socialo-communiste, un monde maçonnique qui prétend réaliser ses activités, mener à terme ses projets, sans aucun regard sur le Créateur et Sauveur, Dieu, Notre Seigneur Jésus-Christ. Malheureusement, beaucoup d’hommes d’Eglise sont, eux aussi, imbus de cette idée selon laquelle le monde, les Etats, les gouvernements temporels n’ont pas de compte à rendre au Christ-Roi, Roi des Nations. Beaucoup d’éléments du message de Fatima nous montrent radicalement le contraire. En voici trois :

a) La Très Sainte Vierge explique aux enfants de Fatima que Dieu a remis entre les mains de Marie la paix des nations. Qu’elles jouissent de la paix ou souffrent de la guerre dépend en premier lieu de Notre Dame, par disposition expresse de la Divine Providence.

b) Répondant à la demande de consécration à son Cœur Immaculé, les évêques du Portugal ont obéi ; l’Espagne a négligé cette demande. Sœur Lucie elle-même explique que les malheurs qui ont ensuite frappé l’Espagne et qui ont été évités au Portugal, sont des conséquences de cette consécration faite ou non – au Cœur Immaculé.

c) Après avoir annoncé que si le monde ne se convertissait pas, il y aurait une guerre encore plus terrible ; et ce fut la Seconde Guerre mondiale. En considérant de près les dates les plus importantes de cette guerre, force est de constater qu’elles correspondent à des fêtes de la Très Sainte Vierge Marie. En particulier le 8 mai, fête de Marie médiatrice – anciennement fête de saint Michel Archange -, date de la capitulation allemande ; et le 15 août, fête de l’Assomption de Marie, date de l’acceptation par l’empereur du Japon de la reddition de son pays.

Intervention réelle de Dieu dans l’histoire des hommes

3) «De Dieu, on ne se moque pas» (Gal 6, 7). Voici, selon le témoignage de Sœur Lucie, les paroles de Notre Seigneur lui-même, deux ans après que Notre Dame soit venue lui dire, en 1929, que le temps de la consécration de la Russie était arrivé, demande restée sans suite : «Dis à mes ministres que, puisqu’ils ne respectent pas mes ordres, comme le roi de France, ils le suivront dans son infortune » {août 1931). Ces paroles rappellent la demande du Sacré-Cœur faite à Louis XIV; en 1689, et que le roi de France dédaigna d’exécuter. Cent ans plus tard, éclatera la Révolution qui entraînera la perte du roi Louis XVI et sa décapitation. Les menaces de Notre Seigneur envers ses ministres sont donc terribles… Ils suivront le roi de France dans son infortune. Les persécutions actuelles exercées sur de très nombreux chrétiens, les attentats contre des personnes consacrées permettent de penser que malheureusement les prêtres, les évêques, les ministres de Notre Seigneur n’ont pas encore bu ce calice d’infortune jusqu’à la lie.

Tout cela montre l’importance que Notre Seigneur lui-même donne à Fatima et à son message sur la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.

Nous pouvons conclure que l’histoire des XX° et XXI° siècles est profondément conditionnée par cette intention divine : la dévotion au Cœur Immaculé, et la négligence grave du monde et de beaucoup d’hommes d’Eglise à réaliser cette intention, pourtant manifestée avec tant de clarté et accompagnée de miracles véritablement extraordinaires.

Selon les paroles mêmes de Notre Dame, nous devons aussi conclure que les desseins de Dieu parviendront à l’apothéose du triomphe du Cœur Immaculé de Marie, à l’occasion de la consécration de la Russie par le Saint-Père, auquel seront unis les évêques du monde entier. Avec ce triomphe, un temps de paix est promis au monde et à l’Eglise.

Jusqu’ici les multiples tentatives de consécration n’ont pas obtenu les effets promis par Marie. Et malgré un indéniable renouveau religieux de la Russie orthodoxe, ces dernières années, nous ne voyons aujourd’hui ni sa consécration, ni le développement dans le monde de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Bien au contraire.

Une année pour préparer le centenaire de Fatima

C’est pourquoi, afin de bien préparer le centenaire des apparitions de Fatima, nous avons décidé de lancer une nouvelle croisade du Rosaire, cette prière que le Cœur Immaculé de Marie a demandée si fortement.

Afin de correspondre au plus près aux intentions divines et vu l’insistance de Notre Dame sur la nécessité de la réparation des péchés, nous aurons à cœur de joindre à nos rosaires de nombreux sacrifices. Nous espérons bien pouvoir offrir une couronne de douze millions de rosaires et de cinquante millions de sacrifices. De tout cœur nous voulons travailler à répandre la dévotion au Cœur Immaculé, particulièrement pendant ce temps de prière et de pénitence. C’est la première intention de notre croisade, à laquelle nous joignons aussi la demande filiale du triomphe de son Cœur Immaculé et de la consécration de la Russie, selon les indications de Notre Dame elle-même. Et enfin, dans les temps troublés que nous connaissons, tant dans le monde que dans l’Eglise, nous demandons à notre Mère céleste une protection particulière pour la Fraternité Saint­ Pie X, toutes ses œuvres et toutes les sociétés religieuses amies.

Nous vous invitons tous, pour l’amour de la Mère de Dieu, de son Cœur douloureux et immaculé, à multiplier les actes qui nous feront, nous-mêmes, pratiquer plus intensément cette dévotion et la diffuser. Ainsi, nous vous proposons de consacrer, après une diligente préparation, vos foyers et vos œuvres au Cœur Immaculé, de bien pratiquer la dévotion des cinq premiers samedis du mois, de porter personnellement le scapulaire de Notre Dame du Mont-Carmel, et de diffuser la médaille miraculeuse donnée par la Sainte Vierge à la rue du Bac, à Paris, médaille qui montre sur son revers les deux Cœurs de Jésus et de Marie.

Puissions-nous ainsi apporter notre petite contribution aux demandes du Ciel, recevoir la protection divine et surtout obtenir la réalisation en son temps de la plus belle des promesses : notre salut, le salut des pécheurs.

Daigne Notre Dame vous bénir avec l’Enfant-Jésus, comme le dit une belle et pieuse prière du bréviaire : « Nos cum prole pia benedicat Virgo Maria».

En la fête de Notre Dame du Mont-Carmel, le 16 juillet 2016

+ Bernard Fellay

Sources : FSSPX/MG – DICI n°339 du 05/08/16