Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   Grégoire 1er (540 - 604), Pape et Docteur de l'Eglise

Accès à tous les documents de la bibliothèque de La Porte Latine
Accès aux pages consacrées aux Docteurs de l'Eglise
Accès à la page consacrées à Grégoire 1er
Accès à la page consacrées aux homélies

Grégoire 1er (540 - 604),
Pape et Docteur de l'Eglise

 

HOMELIES DE GREGOIRE 1er


Télécharger la page pour votre liseuse


Livre 2

Homélie 35

Prononcée devant le peuple dans la basilique de saint Menne, martyr, le jour de sa fête, le 11 novembre 591

Les signes précurseurs de la fin des temps

Saint Menne est mort en Egypte pendant la persécution de Dioclétien. Son culte a pris très vite une immense ampleur. On usait des ampoules d’huile de son sanctuaire dans tout le bassin méditerranéen, et l’on y avait élevé partout des églises en son honneur. A Rome, on en bâtit une hors les murs, entre la porte d’Ostie et la basilique de saint Paul. C’est là que Grégoire a prêché l’Homélie de ce jour, qui porte sur le passage de Luc où Jésus annonce les malheurs qui marqueront la fin du monde.
Après avoir commenté le texte de l’évangile verset par verset, le pape traite assez longuement de la vertu de patience, bien qu’il ait annoncé d’emblée qu’il serait bref, vu la marche nécessaire pour revenir dans la Ville.
I- (1-3) La fin du monde sera marquée par de grands maux, que le Christ nous fait connaître par avance pour nous les rendre plus faciles à supporter. Ces maux nous viendront de tous les éléments, en châtiment des péchés auxquels nous les avons fait servir. Ils puniront le monde d’avoir persécuté les chrétiens. Ces derniers doivent se consoler par la certitude que Jésus mènera lui-même la lutte qu’ils auront à soutenir ; leur récompense sera proportionnée à leurs peines, puisqu’ils ressusciteront. En attendant, c’est par la patience qu’ils posséderont leur âme. Le prédicateur va donc traiter plus longuement de cette vertu.
II- (4-9) La patience est pour nous le moyen de posséder notre âme, en souffrant les maux venant d’autrui sans broncher, ni garder de ressentiment, ni préparer de revanche, mais en continuant, malgré tout, à aimer celui qui nous tourmente. Elle exige une très haute victoire intérieure sur nous-mêmes. Elle fait de nous des martyrs en nous permettant de boire au calice du Christ, comme le prouve l’exemple de patience de l’abbé italien Etienne, dont l’orateur relate la mort admirable. Il achève son Homélie en énumérant les trois grands agents qui exercent notre patience : Dieu, le diable, le prochain. Supporter l’épreuve est peut-être au-dessus de nos possibilités, mais Dieu ne demande qu’à nous donner les forces qui nous manquent : il nous suffit de l’en prier.
Qu’on ne s’étonne pas d’entendre si souvent le saint pape prêcher la patience à ses auditeurs. Les épreuves innombrables qui accablent le peuple romain rendent cette insistance bien nécessaire. Grand malade, Grégoire a appris par ses souffrances combien il en coûte de porter sa croix en silence.

Lc 21, 9-19

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : « Quand vous entendrez parler de combats et de guerres civiles, ne vous effrayez pas, car il faut d’abord que cela arrive, mais ce ne sera pas encore la fin. » Il leur dit alors : « Les nations se dresseront contre les nations, et les royaumes contre les royaumes ; il y aura de grands tremblements de terre, des pestes et des famines en divers lieux, des phénomènes effrayants venant du ciel, et de grands prodiges.
« Mais avant tout cela, on mettra la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous traînera dans les synagogues et dans les prisons, on vous traduira devant les rois et les gouverneurs à cause de mon nom. Toutes ces choses vous arriveront en témoignage. Mettez-vous bien ceci dans l’esprit : vous n’avez pas à préparer vos réponses, car c’est moi qui vous donnerai un langage, et une sagesse à laquelle aucun de vos adversaires ne pourra résister ni répondre. Vous serez livrés même par vos parents et vos frères, par vos proches et vos amis ; ils condamneront à mort plusieurs d’entre vous. Et vous serez haïs de tous à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne périra. C’est par votre patience que vous posséderez vos âmes. »
Comme nous nous sommes bien éloignés de la Ville, il faut nous contenter d’un bref commentaire de ce texte du Saint Evangile, de peur que l’heure trop tardive ne nous empêche de rentrer.
Le Seigneur, notre Rédempteur, nous annonce les maux qui précéderont la fin du monde, pour que nous soyons d’autant moins perturbés lorsqu’ils surviendront que nous les aurons connus d’avance. Car les traits blessent moins quand on peut les voir venir, et les malheurs du monde nous semblent moins intolérables si nous nous en protégeons par le bouclier de la prévoyance.
Voici en effet que le Seigneur nous dit : « Quand vous entendrez parler de combats et de guerres civiles, ne vous effrayez pas, car il faut d’abord que cela arrive, mais ce ne sera pas encore la fin. » Il faut méditer ces paroles de notre Rédempteur : elles nous annoncent que nous aurons à souffrir au-dedans et au-dehors. Car les combats sont relatifs à des armées ennemies, les guerres civiles à des concitoyens. Et si le Seigneur nous déclare que nous aurons à souffrir ici des armées ennemies et là de nos frères, c’est pour nous faire voir que nous serons mis dans le trouble tant au-dedans qu’au-dehors. Mais ces maux préalables ne devant pas être aussitôt suivis de la fin, il ajoute : « Les
nations se dresseront contre les nations, et les royaumes contre les royaumes ; il y aura de grands tremblements de terre, des pestes et des famines en divers lieux, des phénomènes effrayants venant du ciel, et de grands prodiges. » Ou, selon certaines variantes : « des phénomènes effrayants venant du ciel et des tempêtes », à quoi s’ajoute : « de grands prodiges ». L’ultime tribulation est précédée de nombreuses autres, et ces maux fréquents qui arriveront les premiers ne feront que signaler les maux éternels qui les suivront. Ainsi, ce ne sera pas encore la fin après les combats et les guerres civiles, car il faut une longue suite de malheurs pour annoncer un malheur qui ne doit pas avoir de fin.
Mais là où sont énoncés tant de signes de dérangement, un rapide examen de chacun d’eux s’impose à nous, puisqu’il nous faut souffrir telles choses du ciel, telles de la terre, telles des éléments et telles des hommes. Quand le Seigneur déclare : « Les nations se dresseront contre les nations », il s’agit d’un désordre venant des hommes ; lorsqu’il dit : « Il y aura en divers lieux de grands tremblements de terre », il fait allusion aux effets de la colère d’en haut ; « il y aura des pestes » concerne le dérèglement des corps ; « il y aura des famines » désigne la stérilité de la terre ; « des phénomènes effrayants venant du ciel et des tempêtes » décrit le dérèglement de l’atmosphère.
Puisque toutes choses doivent être détruites, toutes sont ainsi ébranlées avant leur destruction. Et nous qui avons péché par toutes ces choses, nous sommes aussi frappés par toutes, afin de réaliser ce qui a été dit : « Le monde entier combattra pour lui contre les insensés. » (Sg 5, 20). Car tout ce que nous avons reçu pour vivre, nous le faisons tourner au péché ; mais tout ce que nous avons infléchi en vue d’un usage criminel se retourne contre nous pour notre châtiment. La tranquillité provenant de la paix entre les hommes, nous en concevons une sécurité illusoire : nous avons préféré l’exil de la terre au séjour de la Patrie. Nous avons fait servir la santé de nos corps à l’entretien de nos vices. L’abondance née de la fécondité du sol, nous l’avons détournée pour alimenter nos plaisirs pervers, au lieu d’en user pour subvenir à nos besoins corporels ; même le charme du ciel d’azur, nous l’avons asservi à notre amour des plaisirs terrestres. Par conséquent, il est bien normal que les éléments, que nous avions soumis tous ensemble à nos mauvais penchants pour satisfaire nos vices, viennent tous ensemble nous frapper, et que nous soyons obligés de souffrir autant de tourments nous venant du monde que nous y avons eu de joies quand tout allait bien.
Il faut noter qu’on nous parle de « phénomènes effrayants venant du ciel et de tempêtes ». Les tempêtes qui éclatent en hiver appartiennent au cours habituel des saisons. Pourquoi donc sont-elles ici prédites comme un signe de malheur, sinon parce que les tempêtes dont le Seigneur nous annonce la venue ne respectent pas le rythme des saisons ? Celles qui viennent en leur temps ne sont pas des signes, mais les tempêtes ont un caractère de signe lorsqu’elles ne suivent plus l’ordre naturel des saisons. N’est-ce pas là ce que nous venons d’éprouver récemment, quand tout un été s’est trouvé changé en hiver par l’abondance des pluies ?
2. Puisque tous ces désordres viennent, non pas de l’injustice de celui qui châtie, mais de la faute du monde qui les souffre, le Seigneur nous décrit d’abord les exactions des hommes dépravés en ces termes : « Mais avant tout cela, on mettra la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous traînera dans les synagogues, on vous traduira devant les rois et les gouverneurs à cause de mon nom. » C’est comme s’il disait clairement : « Ce sont d’abord les cœurs des hommes, puis les éléments qui seront bouleversés. » Ainsi voit-on clairement ce que cette confusion de l’ordre des choses vient punir. Car bien que cela tienne à la nature même du monde d’avoir une fin, le Seigneur, ayant en vue tous les hommes pervers, indique quels sont ceux qui méritent d’être écrasés sous les ruines du monde : « On vous traduira devant les rois et les gouverneurs à cause de mon nom. Toutes ces choses vous arriveront en témoignage. » En témoignage contre ceux qui vous mettent à mort quand ils vous persécutent, ou bien qui ne vous imitent pas lorsqu’ils vous voient. Si en effet la mort des justes est un secours pour les bons, elle vient en témoignage contre les mauvais, en sorte que cela même qui sert à porter les élus au bien pour qu’ils vivent, enlève toute excuse aux méchants quand ils périssent.
3. Mais les cœurs des disciples encore faibles auraient pu être troublés d’entendre tant de choses terrifiantes ; aussi le Seigneur y joint-il une consolation, en ajoutant aussitôt : « Mettez-vous bien ceci dans l’esprit : vous n’avez pas à préparer vos réponses, car c’est moi qui vous donnerai un langage, et une sagesse à laquelle aucun de vos adversaires ne pourra résister ni répondre. » C’est comme s’il disait clairement à ses membres infirmes : « Ne craignez pas ; ne vous effrayez pas. C’est vous qui allez au combat, mais c’est moi qui mène la lutte. C’est vous qui prononcez les mots, mais c’est moi qui parle. »
Le texte poursuit : « Vous serez livrés même par vos parents et vos frères, par vos proches et vos amis ; ils condamneront à mort plusieurs d’entre vous. » Les maux causent moins de douleur s’ils nous sont portés par des étrangers. Mais ils nous font souffrir davantage si nous les subissons de la part de ceux en qui nous avions confiance, car à la souffrance du corps vient alors se joindre celle d’avoir perdu une amitié. Voilà pourquoi le Seigneur, par la bouche du psalmiste, dit au sujet de Judas qui l’a trahi : « Si mon ennemi m’avait maudit, je l’aurais supporté ; et si celui qui me haïssait avait proféré sur moi des paroles orgueilleuses, je me serais simplement tenu caché loin de lui. Mais toi qui ne faisais qu’un avec moi, mon guide et mon ami, qui partageais avec moi les doux mets de ma table, nous marchions en plein accord dans la maison de Dieu. » (Ps 55, 13-15). Et ailleurs : « Même l’homme qui était mon ami, qui avait ma confiance et qui mangeait mon pain, a levé le talon contre moi. » (Ps 41, 10). C’est comme s’il disait clairement à propos de celui qui l’a trahi : « J’ai d’autant plus souffert de sa trahison que je l’ai ressentie comme venant de celui qui paraissait être tout à moi. »
Ainsi, tous les élus, du fait qu’ils sont les membres de la tête suprême, suivent aussi dans les souffrances celui qui est leur chef : il leur faut subir dans la mort l’inimitié de ceux dont la vie leur inspirait confiance, et ils voient la récompense de leurs œuvres s’accroître d’autant plus que la perte d’une amitié fait plus avancer en vertu.
4. Mais comme ces prédictions de persécution et de mort sont très dures, le Seigneur parle aussitôt après de la consolation et de la joie de la résurrection : « Pas un cheveu de votre tête ne périra. » Nous le savons, mes frères, la chair souffre lorsqu’on la coupe, mais pas les cheveux. Le Seigneur déclare donc à ses martyrs : « Pas un cheveu de votre tête ne périra », ce qui signifie en clair : « Pourquoi craindre de voir périr ce qui souffre quand on le coupe, puisque même ce qui en vous ne souffre pas quand on le coupe ne peut périr ? »
Le texte poursuit : « C’est par votre patience que vous posséderez vos âmes. » Si la possession de l’âme gît dans la vertu de patience, c’est que la patience est la racine et la protectrice de toutes les vertus. C’est par la patience que nous possédons nos âmes, car ce n’est qu’en apprenant à nous dominer nous-mêmes que nous commençons à nous posséder nous-mêmes. La patience consiste à souffrir avec sérénité les maux venant d’autrui et à n’être tourmenté d’aucun ressentiment contre celui qui nous les inflige. Supporter les mauvaises actions du prochain tout en souffrant en silence et en préparant l’heure de la revanche, ce n’est pas posséder la patience, mais en avoir seulement les dehors. Il est écrit en effet : « La charité est patiente ; elle est bienveillante. » (1 Co 13, 4). Elle est patiente en ce qu’elle supporte les maux venant des autres ; elle est bienveillante en ce qu’elle aime ceux-là mêmes qu’elle supporte. La Vérité en personne dit dans le même sens : « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, priez pour ceux qui vous persécutent et vous calomnient. » (Mt 5, 44). Si donc, aux yeux des hommes, c’est vertu de supporter ses ennemis, aux yeux de Dieu, la vertu est de les aimer. Car le seul sacrifice que Dieu tienne pour agréable est celui qu’il voit consumé par la flamme de la charité sur l’autel de nos bonnes œuvres.
5. Il faut d’ailleurs savoir que nous ne paraissons souvent patients que parce que nous ne pouvons pas rendre le mal pour le mal. Mais, comme nous l’avons déjà dit, ne pas rendre le mal parce qu’on n’en a pas le pouvoir, ce n’est évidemment pas être patient, puisque la patience est à chercher dans le cœur, et non dans ce qu’on fait voir au-dehors.
Le vice de l’impatience détruit même la bonne doctrine, la mère nourricière des vertus. Car il est écrit : « La bonne doctrine de l’homme se révèle par sa patience. » (Pr 19, 11). Ainsi, plus on laissera paraître son impatience, moins on passera pour docte. Impossible en effet de dispenser le bien par son enseignement, si dans sa vie on ne supporte pas avec patience le mal causé par autrui.
Salomon indique encore à quel sommet atteint la vertu de patience, en affirmant : « Celui qui est patient vaut mieux que l’homme fort ; et celui qui est maître de son âme vaut mieux que le guerrier qui prend des villes. » (Pr 16, 32). Prendre des villes est une moindre victoire, puisqu’on ne l’emporte qu’au-dehors. L’emporter par la patience est plus grand, parce que c’est d’elle-même que l’âme triomphe alors, et c’est encore elle qu’elle soumet à elle-même quand sa patience la contraint à une humble résignation.
Il faut d’ailleurs savoir qu’il est habituel à ceux qui endurent des malheurs ou entendent des injures, de n’éprouver sur le moment aucun ressentiment, et de faire preuve d’assez de patience pour pouvoir garder l’innocence du cœur. Mais lorsque peu après, ils se rappellent tout ce qu’ils ont souffert, ils sont enflammés d’un très violent ressentiment : ils cherchent un moyen de se venger, et changeant d’attitude, ils se départent de la douceur qu’ils avaient mise à supporter le mal.
6. Le rusé adversaire, en effet, suscite la guerre aux deux partis : l’un qu’il enflamme de colère pour l’amener à proférer le premier des insultes, l’autre qu’il excite, une fois blessé, à répondre aux insultes. Mais parce qu’il s’est rendu victorieux de celui qu’il a poussé à proférer des insultes, il n’en est que plus amer contre celui qu’il n’a pu pousser à répondre aux injures. Il s’ensuit qu’il se dresse de toute sa force contre celui qu’il voit supporter vaillamment les insultes. N’ayant pu l’exciter au moment où il recevait les coups, il cesse de l’attaquer ouvertement, et dans le secret de ses pensées, il guette le moment favorable pour le tromper ; ayant perdu la guerre déclarée, il s’ingénie à tendre des pièges en cachette. A l’heure de la tranquillité, il revient à l’âme qui l’avait vaincu, et lui rappelle soit les dommages causés à ses biens, soit les injures qu’elle a reçues. Il lui répète en l’exagérant tout ce qu’on lui a fait subir, et le lui présente comme intolérable. Celui qui s’était apaisé, il l’enflamme d’une telle fureur que cet homme patient, pris au piège malgré sa victoire, en vient souvent à rougir d’avoir supporté tout cela avec égalité d’âme, à regretter de n’avoir pas répondu aux insultes, et à s’efforcer de rendre le mal avec usure si l’occasion s’en présente.
A qui donc comparer de telles âmes, sinon aux guerriers qui l’emportent par leur courage sur le champ de bataille, mais qui ensuite, par leur négligence, se laissent capturer dans l’enceinte de la ville ? Ou bien à ces hommes qu’une grave maladie n’a pas arrachés à la vie, mais qu’un léger regain de fièvre conduit à la mort. Ainsi, celui-là garde vraiment la patience qui, sur le moment, endure sans ressentiment les maux causés par le prochain, et quand par la suite il s’en souvient, se réjouit de les avoir supportés, afin de ne pas perdre au temps de la paix le bienfait de la patience conservée dans la tempête.
7. Puisque nous célébrons aujourd’hui la fête d’un martyr, mes frères, nous devons nous sentir concernés par la forme de patience qu’il a pratiquée. Car si nous nous efforçons avec l’aide du Seigneur de garder cette vertu, nous ne manquerons pas d’obtenir la palme du martyre, bien que nous vivions dans la paix de l’Eglise. C’est qu’il y a deux sortes de martyres : l’un consistant en une disposition de l’esprit, l’autre joignant à cette disposition de l’esprit les actes extérieurs. C’est pourquoi nous pouvons être martyrs même si nous ne mourons pas exécutés par le glaive du bourreau. Mourir de la main des persécuteurs, c’est le martyre en acte, dans sa forme visible ; supporter les injures en aimant celui qui nous hait, c’est le martyre en esprit, dans sa forme cachée.
Qu’il y ait deux sortes de martyres, l’un caché, l’autre public, la Vérité l’atteste en demandant aux fils de Zébédée : « Pouvez-vous boire le calice que je vais boire ? » Ceux-ci ayant répliqué : « Nous le pouvons », le Seigneur répond aussitôt : « Mon calice, vous le boirez en effet. » (Mt 20, 22-23). Que devons-nous comprendre par ce calice, sinon les souffrances de la Passion, dont il dit ailleurs : « Mon Père, s’il est possible, que ce calice passe loin de moi. » (Mt 26, 39). Les fils de Zébédée, à savoir Jacques et Jean, ne moururent pas tous les deux martyrs, et pourtant il leur fut dit à tous deux qu’ils boiraient le calice. En effet, bien que Jean ne soit pas mort martyr, il le fut cependant, puisque les souffrances qu’il n’avait pas subies dans son corps, il les éprouva dans son esprit. Il faut donc conclure de cet exemple que nous pouvons nous aussi être martyrs sans passer par le glaive, si nous conservons la patience dans notre âme. Je ne crois pas hors de propos, frères très chers, de rapporter ici pour votre édification un exemple de cette vertu de patience.
8. Il se trouva, en un temps proche du nôtre, un personnage répondant au nom d’Etienne, qui fut abbé du monastère situé près des remparts de la ville de Rieti. C’était un homme très saint, remarquable surtout par sa patience. Beaucoup de ceux qui l’ont connu sont encore vivants, et ils racontent sa vie et sa mort. Son langage n’était pas savant, mais sa vie était celle d’un sage. Il avait tout méprisé pour l’amour de la patrie céleste, et il refusait de rien posséder en ce monde ; il évitait l’agitation des hommes et s’appliquait à des prières longues et répétées. La vertu de patience avait tellement grandi en lui qu’il tenait pour des amis ceux qui lui avaient causé du tort, et qu’il remerciait des outrages reçus. Malgré son dénuement, il prenait pour un grand avantage les dommages qu’on lui infligeait, et il ne voyait en tous ses adversaires que des soutiens. Quand arriva le jour de la mort pour l’obliger à sortir de son corps, nombreux furent ceux qui vinrent recommander leur âme à cette âme si sainte qui quittait le monde. Tous ces gens s’étaient groupés autour du lit. Les uns virent de leurs propres yeux des anges qui entraient, sans toutefois pouvoir articuler un mot ; les autres ne virent rien du tout. Et toute l’assistance fut saisie d’une crainte si violente que personne ne put rester là pendant que cette sainte âme sortait [de son corps]. Ceux qui avaient vu, comme ceux qui n’avaient rien vu du tout, tous s’enfuirent frappés et terrifiés de la même crainte, et aucun d’eux ne put assister à cette mort.
Considérez donc, mes frères, de quelle terreur le Dieu tout-puissant nous frappera lorsqu’il viendra en juge plein de menace, s’il a frappé d’une telle terreur ceux qui étaient là quand il est venu en juge bienveillant pour récompenser, et combien il y aura lieu de le craindre lorsqu’il se rendra visible à nos yeux, s’il a ainsi effrayé ceux qui étaient présents alors qu’ils ne pouvaient le voir.
Voilà, frères très chers, quelle fut la grandeur de la récompense dont Dieu a gratifié la patience que ce saint homme avait conservée dans la paix de l’Eglise. Quel grand bien le Créateur a-t-il dû donner à ce saint au-dedans de lui, puisqu’il nous l’a fait connaître au-dehors par une telle gloire au moment de sa mort ! Ne devons-nous pas penser qu’il a été associé aux saints martyrs, celui qui a été accueilli par les esprits bienheureux, comme certains en ont eu l’assurance par leurs yeux corporels ? Ce n’est pas d’un coup de glaive qu’il mourut, et il reçut cependant en sa mort la couronne de la patience qu’il avait gardée en esprit. Nous vérifions chaque jour la vérité de ce qui a été dit avant nous : « La sainte Eglise regorge des fleurs des élus : dans la paix, elle a des lys ; dans la persécution, des roses. »1
9. Il faut encore savoir que la vertu de patience peut être pratiquée de trois façons, selon qu’il s’agit d’épreuves imposées par Dieu, par l’antique ennemi ou par le prochain. Du prochain, nous supportons persécutions, dommages et injures ; de l’antique ennemi, les tentations ; et de Dieu, les épreuves. L’âme doit donc veiller en elle-même avec grand soin sur ces trois terrains : elle ne doit ni se laisser entraîner à rendre au prochain le mal pour le mal, ni se laisser séduire par les tentations de l’ennemi jusqu’à la complaisance et jusqu’au consentement à la faute, ni se révolter contre les épreuves envoyées par le Créateur au point de murmurer2 contre lui. Car pour être parfaitement victorieuse de l’ennemi, notre âme doit à la fois refuser toute complaisance et tout consentement en face de la tentation, se garder de toute haine en face des outrages venant du prochain, et ne pas murmurer en face des épreuves envoyées par Dieu.
En agissant de la sorte, nous ne devons pas chercher notre récompense dans les biens de la vie présente. Car les biens qu’il nous faut espérer en récompense de nos efforts de patience se situent dans la vie à venir : nous commencerons à jouir du fruit de nos peines au moment où toute peine cessera. C’est en ce sens que le psalmiste dit : « A la fin, on n’oubliera pas le pauvre ; la patience des pauvres ne périra pas à la fin. » (Ps 9, 19). Il semble pour ainsi dire que la patience des pauvres périt, puisque les humbles ne reçoivent en ce monde aucune récompense. Mais la patience des pauvres ne périra pas à la fin, car c’est au moment où toutes leurs peines trouveront un terme qu’ils en recevront la gloire.
Cette [vertu de] patience, mes frères, exercez-la donc en esprit, et mettez-la en acte quand le besoin s’en fait sentir. Qu’aucune parole injurieuse ne vous conduise à haïr votre prochain, que nulle perte subie en vos biens périssables ne vous trouble. Si vous gardez toujours à l’esprit la crainte de la perte éternelle, vous ne ferez plus aucun cas de la perte des choses qui passent. Si vous considérez la gloire de l’éternelle récompense, vous ne vous affligerez pas pour d’éphémères injustices. Supportez donc vos ennemis ; mais aimez comme des frères ceux que vous supportez. Recherchez d’éternelles récompenses pour des pertes qui ne sont qu’éphémères. N’allez pourtant pas croire que vous pourrez parvenir à une telle vertu par vos propres forces, mais priez pour l’obtenir de celui qui vous ordonne de la pratiquer. Nous savons que Dieu a plaisir à s’entendre demander ce que lui-même nous commande. Car à ceux qui ne cessent de frapper à sa porte en priant, il accorde son aide sans retard dans la tentation, par Jésus-Christ Notre-Seigneur, qui, étant Dieu, vit et règne avec lui dans l’unité du Saint-Esprit, dans les siècles des siècles. Amen.

______________________________

1 Sur le mot « componction », cf. l’introduction à l’Homélie 15.
2 L’exacteur est un officier de justice chargé de faire payer aux gens ce qu’ils doivent.
3 L’Isaurie et la Lycaonie sont d’anciennes contrées d’Asie Mineure.
4 Les entrailles sont, selon la Bible, le siège de la compassion et de la tendresse.

Homélie précédente       Homélie suivante

 

  Recevez par email nos mises à jour

   

Kermesses

Fêtes paroissiales : retrouvez sur cette page ces moments de convivialité catholique

Nouvelles parutions

Bulletins de la Tradition

Catéchisme n° 118

Ordonnance de la messe

Camps d'été 2019

Pour garçons
et jeunes gens

Vox cantorum : camp de vacances pour garçons à partir de 8 ans - 30 juin au 6 juillet 2019 à Châteauroux (36)
Camp Saint-Joseph pour garçons de 8 à 13 ans à Bourg-Saint-Pierre, du 6 au 20 juillet 2019
Camp pour garçons de 10 à 15 ans à St-Aubin-d'Aubigné (35) du 8 au 21 juillet
Camp St-Pierre J-E. pour garçons de 14 à 17 ans au milieu des volcans d'Auvergne
du 11 au 26 juillet

Camps Saint-Pie X à l'Etoile du Matin à Eguelshardt du 12 et du 15 au 30 Juillet 2019
Camp Bx Théophane Vénard pour garçons de 8 à
13 ans du 17 au 30 juillet à Kernabat

Camp Saint-Dominique pour garçons de 13 à 17 ans en Dauphiné du 27 juillet au 10 août
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp garçons du 1er au 15 août 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)
Camp itinérant à vélo Raid Saint Christophe du 5 au 19 août 2019 pour les garçons de 14 à 17 ans

Pour filles et
jeunes filles

Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 10 au 19 juillet pour filles de 7 à 17 ans
à Châteauroux

Soeurs de la FSPX - Camp ménager du 23 juillet au 1er août pour jeunes filles de 15 à 18 ans à Châteauroux
Soeurs de la FSPX - Camp Marie Reine du 23 juillet au 1er août pour filles de 7 à 17 ans à Châteauroux
Compagnons de l'Immaculée Conception - Camp filles du 17 au 31 juillet 2019 à Saint-Bonnet-le-Château (42)

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Dimanche 19 mai 2019
06:06 21:30