logos-lpl-separator-blc

La messe de Luther (2) – La tactique de Luther

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Nous avons présenté dans ses grandes lignes la doctrine protestante sur la messe. Comment Luther diffusa-t-il ses idées ?

La tactique de Luther

Voulant déraciner dans l’âme des Allemands le sens de la messe, Luther comprit qu’il fallait procéder avec habileté. « Pour arriver plus sûrement au but, disait-il, il faut conserver certaines cérémonies de l’ancienne messe pour les faibles qui pourraient être scandalisés par le changement trop brusque ». Par voie de conséquence, Luther conserva certaines prières, certains chants (le Kyriale) pour faire basculer en douceur les fidèles vers l’hérésie.

Conseil qui ne fut pas oublié du père Mortimart, une des chevilles ouvrières du prétendu progrès liturgique : « Si l’on décide des modifications plus radicales, on pourrait conserver les vieux usages, les anciens chants, les formules qui ont charmé notre sacerdoce, dans les monastères et dans certaines églises, qui, par leur caractère ne sont pas fréquentées par un public populaire ; la chapelle Sixtine, les abbayes n’attireront jamais qu’une élite accessible aux chefs d’œuvre de la prière et de l’art » [1].

En somme, une messe pour les esthètes et une autre pour le peuple !

Pour y arriver, il fallait procéder avec méthode, en dosant un certain nombre de suppressions et d’ajouts, que l’on retrouve justement dans la messe de Paul VI.

Nous allons maintenant énumérer les suppressions de la messe protestantes identiques à celles opérées dans la nouvelle messe.

Source : Le Chardonnet / La Porte Latine du 10 juillet 2019

Notes de bas de page

  1. Cité dans La messe a-t-elle une histoire ? , éd. du MJCF, p.84.[]