logos-lpl-separator-blc

De l’oecuménisme à l’apostasie silencieuse, 25 ans de pontificat, par Mgr Fellay – Menzingen (2004)

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp


Le funeste esprit d’Assise

Le pape Jean-Paul II embrassant le coran

Lettre de Mgr Bernard Fellay, Supérieur Générale de la FSSPX

Télécharger la lettre pour votre liseuse

Présentation de l’argument

1. Le 25ème anniversaire de l’élection de Jean-Paul II est l’occasion de réfléchir sur l’orientation fondamentale que le Pape a donnée à son pontificat. Dans la suite du concile Vatican II, il a voulu le placer sous le signe de l’unité : « La restauration de l’unité de tous les chrétiens était l’un des buts principaux du IIème concile du Vatican (cf. UR n° 1) et, dès mon élection, je me suis engagé formellement à promouvoir l’exécution de ses normes et de ses orientations, considérant que c’était là pour moi un devoir primordial [1] » Cette « restauration de l’unité des chrétiens » marquait, selon Jean-Paul II, un pas vers une unité plus grande, celle de la famille humaine tout entière : « L’unité des chrétiens est ouverte sur une unité toujours plus vaste, celle de l’humanité tout entière.[2] »

2. En raison de ce choix fondamental, Jean-Paul II a estimé devoir « reprendre en main cette « magna charta » conciliaire qu’est la constitution dogmatique Lumen gentium[3] » laquelle définit l’Eglise comme un « sacrement, c’est‐à‐dire à la fois le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain.[4] » Cette « reprise en main » était faite en vue de « réaliser toujours mieux cette communion vitale dans le Christ de tous ceux qui croient et espèrent en lui, mais également en vue de contribuer à une plus ample et plus forte unité de la famille humaine tout entière[5]»; Jean-Paul II a consacré l’essentiel de son pontificat à la poursuite de cette unité, multipliant rencontres interreligieuses, repentances et gestes oecuméniques. Ce fut également la principale raison de ses voyages : « Ils ont permis d’atteindre les Eglises particulières dans tous les continents, en portant une attention soutenue au développement des relations oecuméniques avec les chrétiens des différentes Confessions[6] ». Jean-Paul II a donné l’oecuménisme pour trait caractéristique du Jubilé de l’an 2000.[7] En toute vérité, donc, « on peut dire que toute l’activité des Eglises locales et du Siège apostolique ont eu ces dernières années un souffle oecuménique.[8]» Désormais, vingt‐cinq ans ont passé, le Jubilé s’en est allé : l’heure des bilans a sonné.

3. Longtemps, Jean-Paul II a cru que son pontificat serait un nouvel Avent[9] permettant à « l’aube de ce nouveau millénaire [de] se lever sur une Eglise qui a retrouvé sa pleine unité.[10] » Alors se serait réalisé le « rêve » du Pape : « Tous les peuples du monde en marche, de différents lieux de la Terre, pour se réunir auprès du Dieu unique comme une seule famille.[11] » La réalité est tout autre : « Le temps que nous vivons apparaît comme une époque d’égarement [où] beaucoup d’hommes et de femmes semblent désorientés.[12]» Règne par exemple sur l’Europe une « sorte d’agnosticisme pratique et d’indifférentisme religieux », au point que « la culture européenne donne l’impression d’une « apostasie silencieuse. »[13] » L’oecuménisme n’est pas étranger à cette situation.

L’analyse de la pensée de Jean‐Paul II (1ère partie) nous fera constater, non sans une profonde tristesse, que la pratique oecuménique est héritée d’une pensée étrangère à la doctrine catholique (2ème partie) et mène à l' »apostasie silencieuse » (3ème partie).

Chapitre I – ANALYSE DE LA PENSÉE OECUMÉNIQUE

Chapitre II – LES PROBLÈMES DOCTRINAUX POSÉS PAR L’OECUMÉNISME

Chapitre III – LES PROBLÈMES PASTORAUX POSÉS PAR L’OECUMÉNISME

CONCLUSION GÉNÉRALE

Notes de bas de page

  1. ‐ Jean-Paul II, Allocution au secrétariat pour l’unité des chrétiens du 18/11/ 1978, La documentation catholique (DC) n°1753 du 03/12/1978 p. 1017.[]
  2. ‐ Jean-Paul II, Angélus du 17/01/1982, DC n°1823 du 07/02/1982, p. 144.[]
  3. ‐ Jean-Paul II, 1er message au monde du 17/10/1978, DC n°1751 du 05/11/ 1978, p. 902‐903.[]
  4. ‐ Conc. oecum. Vat. II, Const. dogm. Lumen Gentium, n°1.[]
  5. ‐ Jean-Paul II, 1er message au monde du 17/10/1978, DC n°1751 du 05/11/ 1978, p. 903.[]
  6. ‐ Jean-Paul II, Tertio millennio adveniente, n°24. Cf. Jean‐Paul II, Ut unum sint, n°42 : « Les célébrations oecuméniques sont parmi les événements les plus importants de mes voyages apostoliques dans les différentes parties du monde. »[]
  7. ‐ Jean-Paul II, Homélie à l’ouverture de la Porte Sainte à Saint-Paul-hors-les-Murs du 18/01/2000, DC n°2219 du 06/02/2000, p. 106 : « La Semaine de Prière pour l’unité des chrétiens commence aujourd’hui à Rome avec la célébration qui nous voit réunis. J’ai voulu qu’elle coïncide avec l’ouverture de la Porte Sainte dans cette basilique consacrée à l’Apôtre des nations, pour souligner la dimension oecuménique qui doit caractériser l’Année jubilaire 2000. »[]
  8. ‐ Jean-Paul II, Tertio millennio adveniente, n°34.[]
  9. ‐ Jean-Paul II, Redemptor hominis, n°1.[]
  10. ‐ Jean-Paul II, Homélie prononcée en présence du Patriarche oecuménique de Constantinople Dimitrios 1er le 29/11/1979 à Istanbul, DC n°1776 du 16/12/ 1979, p. 1056.[]
  11. ‐ Jean-Paul II, Message pour la XV° Rencontre internationale de prière pour la paix, DC n°2255 du 07/10/2001, p. 818.[]
  12. ‐ Jean-Paul II, Ecclesia in Europa, n°7, DC n°2296 du 20/07/2003, p. 670‐671.[]
  13. ‐ Jean-Paul II, Ecclesia in Europa, n°7 & 9, DC n°2296 du 20/07/2003, p. 671672.[]