Discours

Fondateurs de nouvelles familles

24 mai 1939
Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Donné à Rome, près Saint-Pierre, le 24 mai 1939

Nous Nous sentons vraiment heureux et profondément ému de vous voir ici, chers époux, vous dont la bénédiction nuptiale a sanctifié et consacré l’amour et qui avez déposé au pied de l’autel la promesse d’une vie chrétienne toujours plus intense. Dorénavant vous vous sentirez une double obligation de vivre en vrais chrétiens : Dieu attend des époux qu’ils soient des conjoints chrétiens et des parents chrétiens.

Mission des nouvelles familles.

Jusqu’à hier vous avez été des enfants soumis aux devoirs propres aux enfants ; mais dés l’instant de votre mariage vous voilà devenus des fondateurs de nouvelles familles, aussi nombreuses que les couples d’époux qui Nous entourent.

Nouvelles familles destinées à alimenter un avenir qui se perd dans les secrets de la divine Providence. Familles destinées à ali­menter la société civile de bons citoyens soucieux de procurer à la cité ces biens dont jamais peut-être le besoin ne s’est fait sentir comme aujourd’hui : le salut et la sécurité. Familles destinées à ali­menter l’Eglise de Jésus-Christ, parce que c’est des nouvelles familles que l’Eglise attend de nouveaux enfants de Dieu qui obéissent à ses saintes lois. Familles destinées enfin à préparer de nouveaux citoyens à la patrie céleste, au terme de cette vie temporelle.

Mais ce grand bien que vous êtes appelés à réaliser dans votre nouvel état de vie, vous ne pouvez y compter que si vous vivez en époux chrétiens et en parents chrétiens.

Vivre chrétiennement dans le mariage, c’est accomplir fidèle­ment, outre les devoirs communs à tout chrétien, à tout enfant de l’Eglise catholique, les obligations propres à l’état conjugal. L’apôtre saint Paul, écrivant aux premiers époux chrétiens d’Ephèse, mettait en relief leurs mutuels devoirs et les ramassait en une vigoureuse formule : « Que les femmes soient soumises à leurs maris comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme le Christ est le chef de l’Eglise » (Eph., v, 22, 23). « Maris, aimez vos fem­mes comme le Christ a aimé l’Eglise et s’est livré lui-même pour elle » (Ib., v, 25). « Et vous, pères, n’exaspérez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les avertissant selon le Sei­gneur » (Ib., vi, 4).

Tout en vous rappelant, chers époux, l’observance de ces devoirs, Nous formons les meilleurs vœux pour vous et Nous vous accor­dons la bénédiction que vous êtes venus demander au Vicaire de Jésus-Christ et que Notre prière souhaite abondante, et pour les familles dont vous sortez et pour les nouvelles que vous venez de fonder.

PIE XII, Pape.