logos-lpl-separator-blc

Le Ciel et la politique – Frère Jean Benoît – Juin 2009

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Frère Jean Benoît – Juin 2009

Le premier mai dernier, Monseigneur Fellay, relançait une troisième croisade du rosaire. Après deux victoires, la nouvelle cause à défendre est celle de la consécration de la Russie par le Saint Père, au Coeur Immaculé de Marie, selon les demandes de la Sainte Vierge à Fatima en 1917.

Pourquoi une telle démarche à l’heure actuelle ? Pourquoi solliciter encore les fidèles avec une période de prière aussi longue, jusqu’au 25 mars 2010 ? Pourquoi revenir sur une affaire qui, semble-t-il, a été réglée par Jean-Paul II en son temps ?

Le Ciel a ses raisons dont nous ne comprenons pas forcément toute la portée. Mais celui qui regarde autour de lui s’aperçoit que la situation mondiale est loin de correspondre aux promesses que la Sainte Vierge attachait à cette demande, lorsqu’en juillet 1917 elle s’adressa aux trois enfants de Fatima :
– La conversion de la Russie à la foi catholique.
– Un temps de paix dans le monde.
– Le salut éternel d’un grand nombre d’âmes.

La révolution marxiste avait des visées internationales. La Russie, puis la Péninsule Ibérique, n’étaient que des points de départ pour mieux étrangler l’Europe, cette vieille Terre de Chrétienté.

La Sainte Vierge avait donc de bonnes raisons de nous avertir.

Si le communisme fut le grand péril du XXème siècle, son esprit n’a pas disparu et nos démocraties modernes issues de 1789 en sont toutes naturellement imprégnées. La Russie essaye de se réveiller aujourd’hui d’un coma moral dans lequel elle était plongée depuis bien longtemps. Tout reste à faire pour lui rendre sa puissance d’antan, mais la rééducation sera de longue haleine.

Son gouvernement actuel tente l’impossible pour sortir le pays d’une misère profonde due à la ruine économique et sociale dans laquelle elle se trouve. Si dans quelques villes principales la misère régresse, ce sont néanmoins des millions de gens qui vivent dans un dénuement extrême. Les enfants et adolescents abandonnés par millions vivent et meurent dans la rue, ou survivent par des moyens de débauche.

Avec une politique résolument nationaliste, le gouvernement russe actuel travaille à rendre sa dignité, sa fierté même à ce grand peuple qui s’attache avec confiance à ses chefs. Sa politique extérieure démontre qu’aujourd’hui la Russie est un rempart pour l’Occident contre l’Islam et une force dans l’équilibre mondial contre l’Atlantisme.

Imaginons alors un instant ce que Dieu peut réaliser par l’intercession de Notre-Dame si le pape consacre réellement ce pays selon les directives du Ciel et non selon les pensées des hommes !

Quelles conséquences pourraient en résulter pour la France, l’Europe et le monde !

La Russie à été confiée à Marie par le souverain Pontife précédent, mais pas consacrée ; la situation actuelle le démontre bien.

Que faut-il donc faire ?

À Fatima, comme dans bien d’autres lieux d’apparitions, Notre-Dame s’adresse à des enfants et leur demande des prières et des sacrifices. Si la Reine du Ciel transmet de telles demandes sur des sujets si graves qui regardent en premier lieu les souverains de la Terre, c’est bien la preuve que le Ciel se sert des plus humbles pour nous faire obtenir les grandes grâces, les grandes victoires, malgré les déploiements de forces les plus inimaginables mis en oeuvre par les puissants de ce monde.

Il est donc nécessaire de mêler nos enfants à cette grande intention, car leur prière est puissante pour toucher le coeur de Dieu. À l’École comme à la maison, nos chapelets doivent s’élever vers Dieu avec cette foi en la victoire, cette espérance d’une véritable paix promise par le Ciel et cette charité pour les hommes qui sont loin de notre Mère l’Église, qui seule est en mesure de nous procurer le salut.

En réalité, le choix d’une telle croisade est d’une importance capitale, voulue par la Providence. Notre mobilisation enthousiaste doit répondre favorablement à l’appel de notre Supérieur Général ; la cause est vitale pour l’avenir de l’Occident.

Voilà pourquoi nous invitons les élèves de notre école à se joindre à cette croisade ; c’est la principale intention du chapelet offert chaque soir à la chapelle.

Le pape Benoît XVI s’inscrira-til dans l’Histoire par cet acte ? Dieu le sait. Mais à titre indicatif, nous savons qu’après son élection au souverain pontificat, il confiait à Monseigneur Haas, archevêque de Vaduz, ses deux regrets :
– L‘échec des négociations avec Mgr Lefebvre en 1988,
La Russie n’avait pas fait l’objet d’une réelle consécration, selon les demandes de Notre-Dame à Fatima.

« Priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps » nous dit la Sainte Vierge à Pontmain. Dieu nous aide !