logos-lpl-separator-blc

Les Psaumes : une prière efficace en ce temps d’épidémie (1)

Partager sur print
Partager sur email

Les étapes d’une vraie conversion (2)
Les secrets de la sérénité en temps d’épidémie (3)

La période de confinement peut être l’occasion de découvrir le Psautier. Cette prière fait mieux connaître Dieu et notamment sa justice et sa miséricorde. Elle montre les étapes à franchir pour parvenir à une vraie conversion et attirer sur notre pays et sur l’Église les grâces divines. Elle donne enfin des repères pour garder la sérénité au milieu de l’épreuve que nous traversons. Loin de chercher à être exhaustif tant les exemples abondent, je voudrais me contenter d’appliquer quelques versets du Psautier à la situation présente.

La justice divine et la miséricorde

Dieu est juste. Voilà pourquoi au dernier jour, « il rendra à chacun selon ses œuvres » Ps 61,13. En attendant, les péchés des hommes l’irritent et attirent sur le monde le fléau de sa colère. Le Psalmiste se demandait : « Qui connaît la puissance de votre colère, [mon Dieu] ? combien votre colère est redoutable, qui le comprend ? » Ps 89, 11 Lorsque le Psalmiste parle de la colère de Dieu, il n’entend pas qu’il y aurait des passions en Dieu, mais que le bon Dieu punit les méchants qui ne reviennent pas à lui.

Certains psaumes rappellent l’histoire du peuple élu et mettent en valeur d’un côté les bénédictions divines et de l’autre l’ingratitude d’Israël envers son Dieu et les justes châtiments qui en ont découlé. C’est le cas notamment du psaume 105. Je ne mentionne pas les infidélités du peuple en détails pour en arriver à la fin du psaume qui rapporte l’attitude de Dieu devant tant de péchés et sa réaction lorsque le peuple finit par reconnaître ses torts : « Leurs ennemis les tourmentèrent, et ils furent humiliés sous leurs mains. Souvent Dieu les délivra ; mais ils l’irritèrent par leurs desseins, et ils furent humiliés par leurs iniquités. Et il les vit dans leur détresse, et il écouta leur prière. Il se souvint de son alliance, et il se repentit selon la grandeur de sa miséricorde, et il fit d’eux un objet de sa miséricorde, à la vue de ceux qui les avaient asservis. » Ps 105, 43-46 Dans le psaume 106, le Psalmiste établit à nouveau le lien entre la faute et la peine : « Dieu les a retirés de la voie de leur iniquité ; car ils avaient été humiliés à cause de leurs injustices. » Ps 106, 17 La réaction de Dieu devant les péchés d’Israël au temps de Moïse se retrouve tout au long de l’histoire du peuple élu. En témoigne la promesse de Dieu faite à David de le bénir ainsi que ses descendants tant qu’ils lui seront fidèles et de les punir s’ils violent sa Loi comme cela est consigné dans le psaume 88.

Bénédictions divines, ingratitude des hommes

Le survol de l’attitude de Dieu à l’égard de son peuple dans l’Ancien Testament est très éclairant pour discerner la pédagogie divine et comprendre les événements actuels. Sans rentrer dans les détails, comment ne pas voir que les déviations doctrinales et morales de beaucoup d’hommes d’Église jusque dans sa hiérarchie jointes aux lois immorales promulguées dans tant de pays du globe ne peuvent qu’attirer sur notre pauvre monde un juste châtiment divin. Et nous-mêmes hélas ! sommes-nous vraiment fidèles aux grâces immenses reçues sans mérite de notre part ? Comment ne pas voir que nous aussi, nous avons irrité le bon Dieu par notre conduite coupable et attiré sur nous sa juste colère !

Supplier Dieu qu’il nous fasse miséricorde

Aussi, convient-il de le supplier d’avoir pitié de nous afin qu’il nous fasse miséricorde. Car si Dieu est infiniment juste, il est également infiniment miséricordieux. Beaucoup de psaumes le proclament. Ainsi, le psaume 102 renferme ces paroles si consolantes : « Le Seigneur est compatissant et miséricordieux, patient et très miséricordieux. Il ne s’irritera pas perpétuellement, et ne menacera pas sans fin. Il ne nous a pas traités selon nos péchés et il ne nous a pas punis selon nos iniquités. Car autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant il a affermi sa miséricorde sur ceux qui le craignent. » Ps 102, 8-11 Le Psalmiste indique comme condition pour bénéficier de la miséricorde divine de craindre Dieu. La crainte de Dieu implique, avec la reconnaissance de son existence, la révérence que l’on doit avoir à son égard. Ceci est très bien exprimé dans la collecte de la messe en temps d’épidémie : « Ô Dieu qui désirez non pas la mort, mais le repentir des pécheurs, regardez avec bonté votre peuple qui revient à vous et, puisqu’il se montre dévot à votre égard, daignez détourner de lui avec clémence les fléaux de votre colère. Par Jésus-Christ. » Dans cette collecte, on s’appuie sur les bonnes dispositions du peuple catholique pour bénéficier de la miséricorde divine.

Abbé Patrick Troadec, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X (prieuré de Brest)

Sources :La Porte Latine du 5 avril 2020

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
fraternité sainte pie X