Du 9 au 11 février 2024

Université d’hiver 2024 – La Foi est-​elle réservée aux simples d’esprit ?

N’hésitez plus ! Découvrez le pro­gramme 2024 de ces jour­nées de réflexion et d’a­mi­tié chré­tienne et inscrivez-​vous avant le 6 février !

Le 23 octobre 2023, la ville de Versailles infor­mait l’organisateur du spec­tacle « Bernadette de Lourdes » de la sup­pres­sion de ce spec­tacle du pass culture, au pré­texte qu’il est incom­pa­tible avec la laï­ci­té. Le 7 décembre, veille de l’Immaculée Conception, Emmanuel Macron célé­brait le début de la fête juive d’Hanouka au palais même de l’Elysée. Un deux poids, deux mesures que les catho­liques subissent mal­heu­reu­se­ment de plus en plus en France, fille aînée de l’Eglise. Cette atteinte régu­lière à la reli­gion catho­lique témoigne certes d’un esprit anti-​chrétien, mais la légè­re­té avec laquelle Emmanuel Macron s’est défen­du sur son action du 7 décembre témoigne aus­si d’un autre aspect de l’apostasie qui règne sur notre socié­té : la désin­vol­ture et la condes­cen­dance des « élites » envers les croyances reli­gieuses dans leur ensemble, et la Foi catho­lique en particulier.

« L’indifférence est le pire des mépris », dit-​on. Notre temps, temps de l’athéisme, de la laï­ci­té, du natu­ra­lisme et du rela­ti­visme, incarne tris­te­ment cette maxime ; et c’est peu dire que la majo­ri­té de nos élites intel­lec­tuelles consi­dèrent la reli­gion au mieux avec moque­rie, au pire avec ennui. Les savants des temps modernes, obnu­bi­lés par la réus­site maté­rielle et aveu­glés par les pou­voirs infi­nis que leur accorde pré­ten­du­ment l’innovation tech­no­lo­gique, ont, à la suite de Descartes, Kant, Newton et Einstein, bri­sé la rela­tion entre les sciences expé­ri­men­tales et la méta­phy­sique, entre l’intelligible et l’inexplicable, entre la rai­son et la Foi. 

Et pour­tant… pour­tant, pen­dant des siècles et des siècles, la reli­gion, la phi­lo­so­phie et les sciences se sont côtoyées, nour­ries et ren­for­cées mutuel­le­ment. Pendant des siècles et des siècles, y com­pris de paga­nisme, la rela­tion entre la croyance et la rai­son n’était un pro­blème que mar­gi­nal, tant l’homme était conscient de son appar­te­nance à un ensemble qui le dépasse, et le dépas­se­ra tou­jours, quels que soient les pro­grès fluc­tuants de la « science ». « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien », disait Socrate. Émerveillé par l’infini du réel et du savoir, à mesure que ses connais­sances pro­gres­saient, il avouait leur maî­trise tou­jours plus inaccessible.

La capa­ci­té à s’émerveiller, l’humilité face à la gran­deur de la créa­tion – et de son Créateur, voi­là ce qui fait cruel­le­ment défaut à notre temps. Et puisque les élites, trop « intel­li­gentes » pour s’abaisser à croire aux élu­cu­bra­tions de la reli­gion, trop habiles pour accor­der le moindre cré­dit aux illu­mi­nés qui la défendent, s’en dés­in­té­ressent pour ne consi­dé­rer que ce que leur cer­veau est capable de mesu­rer, la Foi finit par tom­ber dans l’oubli et le silence. Elle n’apparaît plus aujourd’hui que comme un reli­quat d’un obs­cu­ran­tisme dépas­sé, qui sur­vit péni­ble­ment en para­si­tant les esprits faibles.

La situa­tion est grave. Parce que la Foi traîne aujourd’hui cette répu­ta­tion, parce qu’assumer sa Foi appa­raît désor­mais comme un aveu d’handicap men­tal, les âmes n’osent plus s’y inté­res­ser, et se perdent faute de s’être jamais posé la seule ques­tion qui vaille, la seule qui mérite vrai­ment une réponse. Face à une telle situa­tion, pouvons-​nous res­ter simples spec­ta­teurs, immo­biles et passifs ?

« Tu ado­re­ras Dieu seul, et tu l’aimeras plus que tout » : tel est le pre­mier et le plus grand des com­man­de­ments que Dieu a don­né aux hommes, le com­man­de­ment des com­man­de­ments, celui qui contient tous les autres. Allons-​nous, nous, catho­liques, res­ter sourds à ce com­man­de­ment, et ne pas prendre nos res­pon­sa­bi­li­tés d’enfants de Dieu, pla­cés pré­ci­sé­ment à cette époque afin de rendre témoi­gnage à la lumière ? Si nous ne sommes pas des illu­mi­nés, alors notre devoir est de bran­dir cette lumière au som­met de la mon­tagne. Ce n’est pas parce qu’aux yeux du monde, on n’est pas « brillant », que pour autant, on ne peut éclai­rer. Souvent, c’est même le contraire ! Et pour cela, la pre­mière étape consiste à mon­trer que Foi et rai­son non seule­ment sont com­pa­tibles, mais s’allient sur­tout au sein d’un même tout ; un tout cohé­rent et har­mo­nieux : l’ordre vou­lu par Dieu.

C’est ce que nous nous atta­che­rons à faire lors de la pro­chaine Université d’hiver de la FSSPX, du 9 au 11 février 2024, à l’école Saint-​Michel de Châteauroux. Les ins­crip­tions sont ouvertes : nous vous y atten­dons nombreux ! 🙂

Baudouin le Roux
Directeur des Universités de la FSSPX

Programme et infos pratiques

A lire atten­ti­ve­ment avant de vous inscrire !

Inscriptions

Clôture le mar­di 6 février à 15h00.

Contact

Marguerite
Par email : udtfsspx@​gmail.​com
Par télé­phone : 07 65 73 66 13
Via le site : http://udt-fsspx.fr/​contact

Source : www​.udt​-fsspx​.fr