Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   12ème apparition de Lourdes : 28 février 1858

Retour aux lectures archivées
Retour au dossier consacré au 150ème anniversaire des apparitions


L'apparition du dimanche 28 février 1858

Mystère douloureux : le portement de la croix

 

Peu de temps après s'être agenouillée, Bernadette cesse de prier et devient plus immobile. A la manière dont ses yeux sont fixés sur la niche, on devine que l'Apparition est là : Elle semble écouter avec une grande attention. Après quoi, comme pour obéir à un ordre reçu, elle se lève, ôte son capulet,. car aujourd'hui doit se jouer à la Grotte le Mystère du Portement de Croix, et la tâche pour la faible enfant va être écrasante. Puis se remettant immédiatement à genoux, elle marche dans cette atti­tude vers le fond du rocher, baisant la terre à cha­que pas, ou du moins à des intervalles très courts­. Du lieu où la voyante partit pour faire cet exer­cice jusqu'au fond de la Grotte, la pente, disent les témoins était « assez raide ». C'est donc un mon­ticule qu'elle dut gravir, elle aussi... Arrivée au point le plus haut de son Golgotha, elle redescendit toujours à genoux et baisant la terre. Puis elle remonta et redescendit encore.

Une troisième fois elle renouvela l'exercice de pénitence.

Jésus, il est vrai, ne monta qu'une fois le chemin du Calvaire, mais il fit trois chutes et se releva trois fois. Ces trois chutes partagent la voie douloureuse comme en trois lugubres tronçons, et quand le chrétien refait en méditation le Chemin de Croix, il a soin de faire, de ces trois chutes, trois stations de douloureuse compassion. Par ailleurs, en gravissant sur ses genoux le monticule qui figurativement était celui où s'est opérée notre Rédemption, et en baisant la trace des pas de notre Rédempteur, elle nous indique dans quels sentiments nous devons méditer le quatrième mystère douloureux.

D'ailleurs, deux nouveaux détails providentiels vont venir renforcer cet enseignement. Il est dit d'une tante de Bernadette qu'elle accompagnait l'enfant durant ses « ascensions », et comme elle, baisait la terre. Discrète évocation de ces femmes de Jérusalem qui suivaient Jésus en se frappant la poitrine et en se lamentant sur lui.

L'Evangile nous rapporte aussi qu'au moment où le cortège sortait de la ville, les soldats rencontrè­rent un homme qui passait par là, revenant des champs : Simon de Cyrène. Ils le réquisitionnèrent et le contraignirent à porter la Croix derrière Jésus.

Les Pères de l'Eglise semblent avoir considéré cet incident comme constituant l'enseignement primor­dial du Portement de Croix. Leur méditation s'est plus spécialement attardée sur ce mot : « Ils contraignirent Simon ». Jésus, disent-ils, a voulu que tous les hommes, en la personne de Simon, l'aidassent à porter sa Croix. Il faut, de toute nécessité, que nous ressemblions à Jésus crucifié. Ce n'est pas un simple conseil. C'est la loi. Il n'a pas demandé son avis à Simon. C'est par ordre qu'il porte la Croix. Cet homme est donc l'expression vivante de la nécessité où nous sommes de partager les souffrances du Christ.

On va voir comment ces enseignements vont trou­ver leur illustration dans l'un des principaux incidents de l'Apparition du 28 février.

Simon de Cyrène, qui revient des champs, va être figuré par le garde-champêtre Vergès. C'est lui qui, ce jour-là, nous intime l'ordre de nous associer aux pratiques de pénitence de la voyante. Soudain, comme possédé par une inspiration surnaturelle, il se tourna vers la foule, et d'une voix très forte « Baisez la terre, tous ! » cria-t-il. Et la foule, docilement, lui obéit. Il y avait tant de monde, et les spectateurs étaient si pressés que tous ne purent baiser la terre; mais tous du moins s'efforcèrent d'obéir. « Le garde-champêtre donnait l'exemple et, à genoux, il baisa la terre plusieurs fois ».

Voici comment on nous décrit l'aspect de la voyante, au cours de l'Apparition. « Elle paraissait absorbée et demeurait comme seule au milieu de la foule, sans qu'aucun bruit l'empêchât de paraître absorbée, ou dans la contemplation de la Dame, ou dans l'exécution de ses ordres ». L'on nous dit encore qu'elle accomplissait ses exercices de péni­tence « avec un si grand courage, qu'on ne pouvait, en la voyant, s'empêcher de pleurer. Le temps était pluvieux. Bernadette, en baisant la terre, salissait ses lèvres et ses mains, mais elle ne se rebutait pas ».

C'est bien ainsi que les peintres nous représen­tent le Christ durant l'Ascension douloureuse. Ployé sous le poids rédempteur, tandis qu'autour de lui les femmes se lamentent, il marche sur le chemin rocailleux. Parfois il tombe, et en tombant, « il se salit les lèvres et les mains ». Mais il se re­lève pour donner aux hommes un éternel exemple de courage, puis il reprend sa marche, étranger à tout ce qui l'entoure, n'entendant rien, ne voyant rien, uniquement absorbé par la pensée de son Père, dont il accomplit l'adorable volonté...

On se souvient que le jour même où s'était joué à la Grotte le Mystère de la naissance de Jésus, Bernadette avait commencé d'être « persécutée », comme l'avait été l'Enfant-Dieu. Il fallait, afin que jus­qu'au bout fût reproduite la tragédie de l'Homme­Dieu, qu'avant l'Apparition symbolique du Crucifiement, les persécutions reprissent de la part des autorités officielles de Lourdes, et que Bernadette fût traduite devant les juges.

C'est après la grand'messe que, « par ordre du Commissaire », l'on met la main sur elle, et qu'on l'entraîne chez le juge d'instruction, de même que le Christ avait été arrêté après la première Messe solennelle qui fut célébrée sur terre... On lui rap­pelle que son père a dû subir la prison pour vol qualifié, « afin que se trouve accomplie la prophétie : Il a été mis au rang des malfaiteurs ». On lui reproche d'ameuter la population. On la menace de la mettre en prison, de la faire mourir. Mais l'enfant répond fièrement : « Je suis prête. Mettez­-moi en prison, et qu'elle soit solide et bien fermée. Les verrous ne tiendront pas longtemps, je m'en échapperai ». La pierre qui obstruait le tombeau du Christ, si bien scellée qu'elle fût, ne put tenir longtemps, elle non plus. Trois jours après, le Christ s'en échappait, comme il l'avait prédit.

Finalement, le juge dit au commissaire: « Que voulez-vous y faire ? Nous n'avons rien à mordre avec elle ! » C'est à peu près la parole de Pilate : «Voici que je vous l'amène, afin que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun motif de condamnation ».

 

13ème apparition

 

 

  Recevez par email nos mises à jour

   


Messes dans l'Océan Indien : du 29 déc. 2018 au 6 janv. 2019
La Réunion
L'Île Maurice


Nouvelles parutions
LAB de l'école St-Bernard de Bailly de décembre 2018 - Fière d'être catholique, par M. l'abbé Tranchet
La Placelière - LAB n° 12 - Viser l'excellence, par M. l'abbé Lajoinie
Apôtre aux Antilles
n° 04 - Dieu et l'argent,
abbé M. Frament

Saint-Nicolas (75) - Le Chardonnet nº 343 - L'Étoile du matin, abbé P. Petrucci
Ecole St-Michel Garicoïts - Une augmentation sensible de nos effectifs, abbé Arnaud d'Humières
MI - Lettre n° 05 - Décembre 2018 - Dociles dans les mains de l'Immaculée
L'Acampado n° 143 - "Dios no muere"
Dieu ne peurt pas,
abbé X. Beauvais

Nlle Calédonie - La Bonne nouvelle n° 06 - Abbé de Clausonne
N-D d'Aquitaine nº 58 - Si tu veux être parfait…, par l'abbé Amaury Graff
Couronne de Marie n° 70 - Rencontre entre le cardinal Ladaria et l'abbé Pagliarani


Catéchisme n° 108
Les sacrements


Editions Clovis
Fabiola, un grand classique de la littérature catholique

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 600 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2019
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Jeudi 13 décembre 2018
08:38 16:53