Logo La Porte Latine FSSPX
fraternité sainte pie X

Actualités

suivez-​nous !

Article à la une

Les 40 ans du rappel à Dieu du R. P. de Chivré – Le Chouan de Dieu

Combattu, mépri­sé, bri­sé, réduit au silence, appa­rem­ment vain­cu… mais tou­jours main­te­nu debout par son union vitale à Notre-Seigneur ! 
fraternité sainte pie X

Agenda

nos prochains évènements en France

Qui
sommes-nous ?

une communauté sacerdotale

La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X est une socié­té de prêtres catho­liques fon­dée par Mgr Marcel Lefebvre en 1970. Son But essen­tiel est la for­ma­tion de bons prêtres par les moyens que l’Église a tou­jours employés.

La maison
du district

Connaître nos supé­rieurs, accé­der aux com­mu­ni­qués offi­ciels, deman­der un cer­ti­fi­cat de baptême.

Nos maisons
en France

Bastions de la foi et phares de la Chrétienté, elles sont la base de notre apostolat. 

Les œuvres
du district

Offrir à cha­cun la pos­si­bi­li­té de s’in­ves­tir au ser­vice de Notre-​Seigneur Jésus-​Christ et d’ap­pro­fon­dir sa vie chrétienne.

La
vocation

Prêtre, frère, oblate, sœur de la FSSPX. Comment répondre à l’ap­pel de Dieu ? 

Où trouver
nos lieux de messe

la fraternité saint-​pie X en france

La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X est for­te­ment implan­tée en France avec plus de 40 prieu­rés. Elle des­sert 125 lieux de culte où la sainte messe est célé­brée les dimanches, fêtes et jours de semaine. La Fraternité Saint Pie X des­sert éga­le­ment cer­taines com­mu­nau­tés amies. Cliquez ci-​dessous pour trou­ver un lieu de messe de la fra­ter­ni­té et ses horaires en France.

La messe en direct

de saint-​nicolas-​du-​chardonnet

La jour­née du chré­tien se passe à essayer de conser­ver le rem­part, le rem­part de la fidé­li­té, le rem­part de la pure­té, le rem­part de l’honneur, le rem­part du devoir.
Père de Chivré
fraternité sainte pie X

Médias

suivez-​nous !

Martyrologe

Saint Bonaventure, de l’Ordre des Frères Mineurs, car­di­nal et évêque d’Albano, confes­seur et doc­teur de l’é­glise, qui le len­de­main de ce jour s’en alla vers le Seigneur.

A Rome, l’an­ni­ver­saire de saint Camille de Lellis, prêtre et confes­seur, fon­da­teur des Clercs Réguliers char­gés du soin des malades. Célèbre par ses ver­tus et ses miracles, il a été ins­crit au nombre des saints par le sou­ve­rain pon­tife Benoît XIV ; Léon XIII l’a pro­cla­mé patron céleste des hos­pi­ta­liers et des infirmes. Sa fête se célèbre le 15 des calendes d’août (18 juillet).

A Rome encore, saint Just sol­dat, sous le tri­bun Claude. A l’ap­pa­ri­tion mira­cu­leuse d’une croix, il crut au Christ, fut bap­ti­sé bien­tôt après, et don­na tous ses biens aux pauvres. Arrêté par le pré­fet Magnétius, il fut bat­tu à coups de nerfs de bœuf, coif­fé d’un casque brillant, jeté dans un bra­sier ; n’en ayant reçu aucune atteinte, pas même en un seul de ses che­veux, il ren­dit l’es­prit en confes­sant le nom du Seigneur.

A Sinope, dans le Pont, saint Phocas mar­tyr, évêque de cette ville. Sous l’empereur Trajan, il souf­frit avec cou­rage la pri­son, les chaînes, le fer et le feu pour l’a­mour du Christ, puis s’en­vo­la au ciel. Ses reliques furrent por­tées à Vienne, en France et dépo­sées dans l’é­glise des saints Apôtres.

A Alexandrie, saint Héraclas évêque. L’historiographe Jules l’Africain déclare s’être ren­du tout exprès à Alexandrie pour le voir, en rai­son de sa grande renommée.

A Carthage, saint Cyr évêque, en la fête de qui saint Augustin pro­non­ça devant son peuple un discours.

A Côme, saint Félix, pre­mier évêque de cette ville.

A Brescia, saint Optatien évêque.

A Déventer, en Gaule-​Belgique (auj. la Hollande), saint Marcellin, prêtre et confesseur.

A Lima, au Pérou, saint François Solano, prêtre de l’Ordre des Frères Mineurs et confes­seur. Après s’être ren­du célèbre dans les Indes occi­den­tales par sa pré­di­ca­tion, ses miracles et ses ver­tus, il s’en alla vers le Seigneur. Il a été ins­crit au cata­logue des saints par le sou­ve­rain pon­tife Benoît XIII.

Sanctoral

Saint Bonaventure Évêque, Confesseur et Docteur de l’Église

Saint Bonaventure naquit en Toscane (Italie) en 1221. Il entra dans l’Ordre fran­cis­cain, à la suite d’une gué­ri­son mira­cu­leuse due à l’in­ter­ces­sion de saint François d’Assise. Il eut pour maître Alexandre de Halès, qui aimait à dire de son dis­ciple vir­gi­nal qu’on l’au­rait cru pré­ser­vé du péché ori­gi­nel. A trente ans, il était doc­teur en théo­lo­gie et pro­fes­sait à l’Université de Paris en même temps que saint Thomas d’Aquin avec lequel il était très uni. On lui décer­na le titre de Docteur séra­phique. Nommé géné­ral de son Ordre en 1257, il exer­ça sur son Ordre une telle influence, qu’on le consi­dère comme son second fon­da­teur. Puis, créé Cardinal évêque d’Albano, il mou­rut le 14 juillet 1274 lors du Concile géné­ral de Lyon où Grecs et Latins, ain­si rap­pro­chés, admi­rèrent à l’en­vi la cha­leur et la clar­té de sa doctrine.

Pénétré de l’es­prit de saint François d’Assise, Bonaventure expri­mait ain­si la loi fon­da­men­tale du chris­tia­nisme : « Aime tous les hommes… aie pour eux l’a­mour et les atten­tions qu’une mère a pour son fils unique… Aimant tout le monde dans la cha­ri­té du Christ, rends-​toi éga­le­ment aimable à tous ».

L’ardent amour de Bonaventure pour l’hu­ma­ni­té du Christ mar­qua pro­fon­dé­ment la pié­té chré­tienne du Moyen Age et l’a fait pro­cla­mer par la suite « Docteur de l’Église ».

Dimanche 14 juillet 2024

8e Dimanche après la Pentecôte

2e classe