Logo La Porte Latine FSSPX
fraternité sainte pie X

Actualités

suivez-​nous !

fraternité sainte pie X

Agenda

nos prochains évènements en France

Qui
sommes-nous ?

une communauté sacerdotale

La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X est une socié­té de prêtres catho­liques fon­dée par Mgr Marcel Lefebvre en 1970. Son But essen­tiel est la for­ma­tion de bons prêtres par les moyens que l’Église a tou­jours employés.

La maison
du district

Connaître nos supé­rieurs, accé­der aux com­mu­ni­qués offi­ciels, deman­der un cer­ti­fi­cat de baptême.

Nos maisons
en France

Bastions de la foi et phares de la Chrétienté, elles sont la base de notre apostolat. 

Les œuvres
du district

Offrir à cha­cun la pos­si­bi­li­té de s’in­ves­tir au ser­vice de Notre-​Seigneur Jésus-​Christ et d’ap­pro­fon­dir sa vie chrétienne.

La
vocation

Prêtre, frère, oblate, sœur de la FSSPX. Comment répondre à l’ap­pel de Dieu ? 

Où trouver
nos lieux de messe

la fraternité saint-​pie X en france

La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X est for­te­ment implan­tée en France avec plus de 40 prieu­rés. Elle des­sert 125 lieux de culte où la sainte messe est célé­brée les dimanches, fêtes et jours de semaine. La Fraternité Saint Pie X des­sert éga­le­ment cer­taines com­mu­nau­tés amies. Cliquez ci-​dessous pour trou­ver un lieu de messe de la fra­ter­ni­té et ses horaires en France.

La messe en direct

de saint-​nicolas-​du-​chardonnet

« Ô mon Jésus, pardonnez-​nous nos péchés, préservez-​nous du feu de l’enfer, condui­sez toutes les âmes au ciel ; nous vous prions spé­cia­le­ment pour celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. »
Prière ensei­gnée par la Sainte Vierge aux enfants de Fatima
fraternité sainte pie X

Médias

suivez-​nous !

Martyrologe

Sainte Thérèse de l’Enfant-​Jésus et de la Sainte-​Face, vierge de l’Ordre des Carmes déchaus­sés, patronne spé­ciale de toutes les Missions. Son anni­ver­saire est men­tion­né la veille des calendes d’oc­tobre (30 septembre).

A Rome, au lieu dit « l’Ours coif­fé », saint Candide martyr.

Chez les anciens Saxons, les deux saints mar­tyrs Ewald. Prêtres, ils avaient com­men­cé à prê­cher le Christ dans cette pro­vince quand ils furent sai­sis et mas­sa­crés par les païens. Une grande lumière brilla durant la nuit autour de leurs corps, fit connaître le lieu où ils étaient, et com­bien grand était leur mérite.

Le même jour, les saints mar­tyrs Denis, Fauste, Caïus, Pierre, Paul et quatre autres. Ils eurent beau­coup à souf­frir sous l’empereur Dèce ; enfin, sous Valérien, ils endu­rèrent de longs tour­ments par ordre du pré­fet émi­lien, et méri­tèrent la palme du martyre.

En Afrique, saint Maximien, evêque de Bagaï. Deux fois cruel­le­ment tour­men­té par les dona­tistes, il fut enfin pré­ci­pi­té du haut d’une tour et lais­sé pour mort. Peu de temps après, recueilli par des pas­sants et gué­ri par leurs soins dévoués, il ne ces­sa de com­battre pour la foi catho­lique qu’au moment où il s’en­dor­mit dans le Seigneur, deve­nu célèbre par sa glo­rieuse confession.

A Léon, en Espagne, saint Froilan, évêque de cette ville : il fut célèbre par son zèle pour la pro­pa­ga­tion de l’é­tat monas­tique, par sa géné­ro­si­té envers les pauvres, par ses autres ver­tus et par ses miracles.

Au dio­cèse de Namur, en Belgique, saint Gérard abbé.

En Palestine saint Hésyque confes­seur, dis­ciple de saint Hilarion et son com­pa­gnon dans ses voyages.

A Savone, en Ligurie, sainte Marie Josepha Rosello, fon­da­trice de l’Institut des Filles de Notre-​Dame de la Miséricorde, remar­quable par ses œuvres de cha­ri­té. Le pape Pie XII l’a mise au nombre des saintes Vierges.

Sanctoral

Sainte Thérèse de l’Enfant-​Jésus et de la Sainte-​Face Vierge

Marie-​Françoise-​Thérèse Martin naquit à Alençon (Orne) le 2 jan­vier 1873. éle­vée dans une famille admi­ra­ble­ment chré­tienne, elle fit ses études chez les Bénédictines de Lisieux. Tout enfant, elle s’é­tait sen­tie atti­rée vers le cloître, et dès l’âge de quinze ans, à force de démarches et de sup­pli­ca­tions, elle obtint la per­mis­sion d’en­trer au Carmel de cette ville. Elle vou­lait « par son immo­la­tion et ses sacri­fices », aider les prêtres, les mis­sion­naires, toute l’Église. Ayant lu dans la sainte écri­ture cette invi­ta­tion : « Si quel­qu’un est tout petit, qu’il vienne à moi », elle s’a­ban­don­na pour tou­jours à Dieu comme au plus aimant des pères, avec la confiance d’une enfant ». Elle mou­rut le 30 sep­tembre 1897 à l’âge de vingt-​quatre ans et fut cano­ni­sée en 1925. Elle ne cesse depuis de réa­li­ser sa pro­messe : « Je veux pas­ser mon Ciel à faire du bien sur la terre ». Aussi son culte a‑t-​il un rayon­ne­ment pro­di­gieux et l’Église l’a décla­rée patronne de toutes les missions.