Logo La Porte Latine FSSPX
fraternité sainte pie X

Actualités

suivez-​nous !

[Photos] La procession du 15 août à Saint-Malo

La Grande Procession en l’honneur de Notre-​Dame dans les rues de Saint-​Malo à réunis cette année envi­ron 900 fidèles avec de très nom­breuses per­sonnes costumés. 

[Photos] Procession à saint Nicolas en l’honneur de l’Assomption de Notre-Dame

Le 15 août a eu lieu à saint Nicolas du Chardonnet la tra­di­tion­nelle pro­ces­sion en l’hon­neur de l’Assomption de Notre-Dame. 

Homélie lors de la canonisation du Curé d’Ars et de saint Jean Eudes

Prononcée le 31 mai 1925 à la cano­ni­sa­tion solen­nelle des Bienheureux Confesseurs Jean-​Baptiste M. Vianney et Jean Eudes 

Sainte Hélène

Veuve, mère de Constantin le Grand (vers 248–328), qui recou­vra la Vraie Croix à Jérusalem. Fête le 18 août. 

Socrate ou la subversion philosophique (vidéo)

Conférence pro­non­cée par l’abbé Jean Bayot le 4 avril 1991 à l’IUSPX.

Assomption : « Les regards tournés vers le ciel »

Homélie pro­non­cée par Mgr Lefebvre au sémi­naire d’Econe, le 15 août 1990. 

Encyclique Orientales Omnes sur l’union de l’Eglise d’Ukraine

Pour le 350e anni­ver­saire de la réunion de l’Eglise Ruthène au Siège Apostolique, 23 décembre 1945 

La splendeur retrouvée du Retable d’Issenheim

Installé dans un ancien couvent de Dominicaines fon­dé en 1252, le musée Unterlinden de Colmar pré­sente une remar­quable col­lec­tion de sculp­tures et de pein­tures de la fin du Moyen Age et de la Renaissance. 

L’inexorable diminution du nombre d’ordinations

Dans Le Figaro du 28 juin 2022, Jean-​Marie Guénois note que : « l’Eglise de France ordonne tou­jours moins de prêtres. » 

Saint Jean-​Marie Vianney

Curé d’Ars (1786–1859). Fête le 8 août. 

Antigone ou la subversion politique (vidéo)

Conférence pro­non­cée par l’abbé Jean Bayot le 18 mars 1991 à l’IUSPX.

La société souffre nécessairement de la diminution du nombre de prêtres

Douzième article de la série sur les voca­tions sacer­do­tales. Ô Marie, par­lez au cœur des parents. 

Nous n’avons pas le même Dieu

Les for­mules de foi catho­liques, musul­manes et juives expriment des dogmes irréconciliables. 

Saint Dominique

Fondateur de l’Ordre des Frères Prêcheurs domi­ni­cains. (1170–1221) Fête le 4 août. 
fraternité sainte pie X

Agenda

nos prochains évènements en France

Qui
sommes-nous ?

une communauté sacerdotale

La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X est une socié­té de prêtres catho­liques fon­dée par Mgr Marcel Lefebvre en 1970. Son But essen­tiel est la for­ma­tion de bons prêtres par les moyens que l’Église a tou­jours employés.

La maison
du district

Connaître nos supé­rieurs, accé­der aux com­mu­ni­qués offi­ciels, deman­der un cer­ti­fi­cat de baptême.

Nos maisons
en France

Bastions de la foi et phares de la Chrétienté, elles sont la base de notre apostolat. 

Les œuvres
du district

Offrir à cha­cun la pos­si­bi­li­té de s’in­ves­tir au ser­vice de Notre-​Seigneur Jésus-​Christ et d’ap­pro­fon­dir sa vie chrétienne.

La
vocation

Prêtre, frère, oblate, sœur de la FSSPX. Comment répondre à l’ap­pel de Dieu ? 

Où trouver
nos lieux de messe

la fraternité saint-​pie X en france

La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X est for­te­ment implan­tée en France avec plus de 40 prieu­rés. Elle des­sert 125 lieux de culte où la sainte messe est célé­brée les dimanches, fêtes et jours de semaine. La Fraternité Saint Pie X des­sert éga­le­ment cer­taines com­mu­nau­tés amies. Cliquez ci-​dessous pour trou­ver un lieu de messe de la fra­ter­ni­té et ses horaires en France.

La messe en direct

de saint-​nicolas-​du-​chardonnet

« Le Paradis est dans le cœur des par­faits qui sont bien unis à Notre-​Seigneur ; l’en­fer est dans celui des impies ; le pur­ga­toire dans les âmes qui ne sont pas mortes à elles-mêmes. »
Saint Curé d’Ars
fraternité sainte pie X

Médias

Martyrologe

A Caen, en France, saint Jean Eudes confes­seur, mis­sion­naire apos­to­lique. Il fon­da la Congrégation des prêtres de Jésus et de Marie, ain­si que l’Ordre des moniales de Notre-​Dame de Charité, et fut le pro­mo­teur du culte litur­gique des Sacrés Cœurs du Christ et de sa Mère. Il a été ins­crit au cata­logue des saints par le pape Pie XI.

A Rome, saint Jules, séna­teur et mar­tyr. Livré au juge Vitellius qui le mit en pri­son, il fut, par ordre de l’empereur Commode, frap­pé à coups de bâton, jus­qu’à ce qu’il ren­dit l’âme. Son corps fut inhu­mé dans le cime­tière de Calépode, sur la voie Aurélienne.

A Anagni, saint Magne, évêque et mar­tyr, mis à mort durant la per­sé­cu­tion de Dèce.

En Cilicie, l’an­ni­ver­saire de saint André tri­bun, et des sol­dats, ses com­pa­gnons. Après avoir, avec l’aide de Dieu, vain­cu les Perses, ils se conver­tirent à la foi du Christ : accu­sés d’être chré­tiens, ils furent, sous l’empereur Maximien, mas­sa­crés par l’ar­mée du pré­fet Séleucus, dans les défi­lés mon­ta­gneux du Taurus.

En Palestine, saint Timothée mar­tyr. Durant la per­sé­cu­tion de Dioclétien, sous le pré­fet Urbain, il endu­ra de nom­breux sup­plices, puis fut brû­lé à petit feu.

Dans la même contrée, souf­frirent aus­si Thècle et Agape ; la pre­mière, expo­sée aux bêtes et broyée sous leurs dents, s’en alla vers l’é­poux ; le second endu­ra de nom­breux tour­ments et fut réser­vé pour de plus grands combats.

A Rome, saint Sixte III, pape et confesseur.

Dans la place forte de Brignoles, en Provence, la mise au tom­beau de saint Louis, de l’Ordre des Frères Mineurs, évêque de Toulouse, célèbre par la sain­te­té de sa vie et ses miracles. Son corps, trans­por­té de là à Marseille, fut ense­ve­li avec hon­neur dans l’é­glise des Frères Mineurs ; dans la suite on le trans­fé­ra à Valence en Espagne, pour le pla­cer dans l’é­glise cathédrale.

Au pays de Sisteron, en France, le bien­heu­reux Donat, prêtre et confes­seur. Dès ses plus jeunes années, il fut favo­ri­sé de grâces extra­or­di­naires de la part de Dieu, mena pen­dant de longues années la vie d’a­na­cho­rète, et, après s’être ren­du célèbre par l’é­clat de ses miracles, s’en alla vers le Seigneur.

En Berry, saint Marien confes­seur. Le bien­heu­reux Grégoire évêque de Tours a fait de grands éloges de ses ver­tus et de ses miracles.

A Mantoue, saint Butin confesseur.

A Nuremberg, saint Sébald ermite, célèbre par ses ver­tus et ses mérites ; il a été insé­ré au cata­logue des saints par le pape Martin V.

Sanctoral

Saint Jean Eudes Confesseur

Né à Rye, dans l’Orne, le 14 novembre 1601, saint Jean Eudes se dis­tin­gua dès son enfance par une tendre dévo­tion envers la Très sainte Vierge ; à l’âge de 14 ans, il vou­lut se consa­crer à Marie par le vœu de la chas­te­té per­pé­tuelle. Ordonné prêtre en 1625, il fon­da en 1643 la Congrégation des Religieux de Jésus et de Marie, connus sous le nom d’Eudistes, et en 1644 la Congrégation des Filles de Notre-​Dame de la Chanté, dont le ber­ceau est à Caen, pour la conver­sion et le relè­ve­ment des âmes tombées.

Saint Jean Eudes ren­dit d’im­menses ser­vices à l’Église par la fon­da­tion de Séminaires, et par les Missions qu’il prê­cha dans presque toutes les pro­vinces de France avec un suc­cès qui tient au miracle. Mais son plus beau titre de gloire, c’est d’être, d’a­près la décla­ra­tion même de Pie X, le Père, le Docteur et l’Apôtre du culte litur­gique des Cœurs de Jésus et de Marie. écri­vain ascé­tique, il rédi­gea un grand nombre d’ou­vrages dont le pius connu est : « Vie et Royaume de Jésus dans les âmes », admi­rable doc­trine sur la vie inté­rieure. Il mou­rut le 19 aoüt 1680, fut béa­ti­fié par Pie X en 1909 et cano­ni­sé par Pie XI en 1925.