Logo La Porte Latine FSSPX
fraternité sainte pie X

Actualités

suivez-​nous !

Saint Bernard

Cistercien, Abbé de Clairvaux et Docteur de l’Église (1091–1153). Fête le 20 août. 

[Photos] La procession du 15 août à Saint-Malo

La Grande Procession en l’honneur de Notre-​Dame dans les rues de Saint-​Malo à réunis cette année envi­ron 900 fidèles avec de très nom­breuses per­sonnes costumés. 

[Photos] Procession à saint Nicolas en l’honneur de l’Assomption de Notre-Dame

Le 15 août a eu lieu à saint Nicolas du Chardonnet la tra­di­tion­nelle pro­ces­sion en l’hon­neur de l’Assomption de Notre-Dame. 

Homélie lors de la canonisation du Curé d’Ars et de saint Jean Eudes

Prononcée le 31 mai 1925 à la cano­ni­sa­tion solen­nelle des Bienheureux Confesseurs Jean-​Baptiste M. Vianney et Jean Eudes 

Sainte Hélène

Veuve, mère de Constantin le Grand (vers 248–328), qui recou­vra la Vraie Croix à Jérusalem. Fête le 18 août. 

Socrate ou la subversion philosophique (vidéo)

Conférence pro­non­cée par l’abbé Jean Bayot le 4 avril 1991 à l’IUSPX.

Assomption : « Les regards tournés vers le ciel »

Homélie pro­non­cée par Mgr Lefebvre au sémi­naire d’Econe, le 15 août 1990. 

Encyclique Orientales Omnes sur l’union de l’Eglise d’Ukraine

Pour le 350e anni­ver­saire de la réunion de l’Eglise Ruthène au Siège Apostolique, 23 décembre 1945 

La splendeur retrouvée du Retable d’Issenheim

Installé dans un ancien couvent de Dominicaines fon­dé en 1252, le musée Unterlinden de Colmar pré­sente une remar­quable col­lec­tion de sculp­tures et de pein­tures de la fin du Moyen Age et de la Renaissance. 

L’inexorable diminution du nombre d’ordinations

Dans Le Figaro du 28 juin 2022, Jean-​Marie Guénois note que : « l’Eglise de France ordonne tou­jours moins de prêtres. » 

Saint Jean-​Marie Vianney

Curé d’Ars (1786–1859). Fête le 8 août. 

Antigone ou la subversion politique (vidéo)

Conférence pro­non­cée par l’abbé Jean Bayot le 18 mars 1991 à l’IUSPX.

La société souffre nécessairement de la diminution du nombre de prêtres

Douzième article de la série sur les voca­tions sacer­do­tales. Ô Marie, par­lez au cœur des parents. 

Nous n’avons pas le même Dieu

Les for­mules de foi catho­liques, musul­manes et juives expriment des dogmes irréconciliables. 
fraternité sainte pie X

Agenda

nos prochains évènements en France

Qui
sommes-nous ?

une communauté sacerdotale

La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X est une socié­té de prêtres catho­liques fon­dée par Mgr Marcel Lefebvre en 1970. Son But essen­tiel est la for­ma­tion de bons prêtres par les moyens que l’Église a tou­jours employés.

La maison
du district

Connaître nos supé­rieurs, accé­der aux com­mu­ni­qués offi­ciels, deman­der un cer­ti­fi­cat de baptême.

Nos maisons
en France

Bastions de la foi et phares de la Chrétienté, elles sont la base de notre apostolat. 

Les œuvres
du district

Offrir à cha­cun la pos­si­bi­li­té de s’in­ves­tir au ser­vice de Notre-​Seigneur Jésus-​Christ et d’ap­pro­fon­dir sa vie chrétienne.

La
vocation

Prêtre, frère, oblate, sœur de la FSSPX. Comment répondre à l’ap­pel de Dieu ? 

Où trouver
nos lieux de messe

la fraternité saint-​pie X en france

La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X est for­te­ment implan­tée en France avec plus de 40 prieu­rés. Elle des­sert 125 lieux de culte où la sainte messe est célé­brée les dimanches, fêtes et jours de semaine. La Fraternité Saint Pie X des­sert éga­le­ment cer­taines com­mu­nau­tés amies. Cliquez ci-​dessous pour trou­ver un lieu de messe de la fra­ter­ni­té et ses horaires en France.

La messe en direct

de saint-​nicolas-​du-​chardonnet

« Le Paradis est dans le cœur des par­faits qui sont bien unis à Notre-​Seigneur ; l’en­fer est dans celui des impies ; le pur­ga­toire dans les âmes qui ne sont pas mortes à elles-mêmes. »
Saint Curé d’Ars
fraternité sainte pie X

Médias

Martyrologe

Au ter­ri­toire de Langres, la mise au tom­beau de saint Bernard, pre­mier abbé de Clairvaux. Glorieux à la fois par sa vie, sa science et ses miracles, il a été décla­ré et confir­mé doc­teur de l’é­glise uni­ver­selle par le sou­ve­rain pon­tife Pie VIII.

Au mont Senario, en Toscane, l’an­ni­ver­saire de saint Manetto confes­seur, l’un des sept fon­da­teurs de l’Ordre des Servites de la bien­heu­reuse Vierge Marie : il expi­ra en réci­tant des hymnes en son hon­neur. Sa fête et celle de ses com­pa­gnons se célèbre la veille des ides de février (12 février).

En Judée, le saint pro­phète. Samuel, dont les osse­ments sacrés, (au rap­port de saint Jérôme), furent trans­por­tés à Constantinople et pla­cés près de l’Hebdome, par les soins de l’empereur Arcade.

En Chypre, saint Lucius séna­teur. Témoin de la constance de l’é­vêque de Cyrène Théodore, au moment où il était mar­ty­ri­sé, il se conver­tit à la foi du Christ, et y atti­ra aus­si le pré­fet Dignien. Il alla ensuite à Chypre avec ce der­nier et, voyant que d’autres chré­tiens y étaient cou­ron­nés pour avoir confes­sé le Seigneur, il se pré­sen­ta de lui-​même, fut déca­pi­té, et méri­ta de rece­voir comme eux la cou­ronne du martyre.

En Thrace, trente sept bien­heu­reux mar­tyrs, que, pour la foi du Christ, le pré­fet Apellien fit jeter dans une four­naise ardente, après leur avoir fait cou­per les mains et les pieds.

Dans la même région, les saints mar­tyrs Sévère et Memnon cen­tu­rion, qui endu­rèrent le même sup­plice et entrèrent vic­to­rieux dans le ciel.

A Rome, l’an­ni­ver­saire du bien­heu­reux Pie X, Pape et Confesseur, défen­seur invain­cu de l’in­té­gri­té de la foi et de la liber­té de l’é­glise ; il s’est dis­tin­gué par un admi­rable zèle pour la dif­fu­sion de la reli­gion. Sa fête est célé­brée le 3 des nones de septembre.

A Cordoue, en Espagne, les saints moines mar­tyrs Léovigilde et Christophe. Durant la per­sé­cu­tion des Arabes, ils furent jetés en pri­son pour la défense de la foi chré­tienne, et bien­tôt après, déca­pi­tés puis brû­lés, ils obtinrent la palme du martyre.

Dans l’île de Noirmoutier, saint Philibert abbé.

A Rome, le bien­heu­reux Porphyre. Homme de Dieu, il ensei­gna au saint mar­tyr Agapit les prin­cipes de la foi et la doc­trine du Christ.

Dans la place forte de Chinon, en Gaule, saint Mesme confes­seur, qui fut dis­ciple du bien­heu­reux évêque Martin.

Sanctoral

Saint Bernard Abbé et Docteur de l’Église

On aime à pou­voir célé­brer au cours de l’Octave de l’Assomption la fête de saint Bernard, le Docteur aux paroles de miel, « Doctor meli­fluus », dont le prin­ci­pal titre de gloire fut d’a­voir chan­té, avec une indi­cible ten­dresse et une ardente pié­té, dans ses prières, ses ouvrages et ses ser­mons, les gran­deurs de Marie. Né en 1090, en Bourgogne, d’une famille noble, il sut, dès l’âge de vingt-​deux ans, gagner à Jésus-​Christ trente gen­tils­hommes qui embras­sèrent avec lui la vie monas­tique à Cîteaux. L’Ordre Cistercien, cette branche sor­tie du vieux tronc béné­dic­tin, en acquit une vigueur nou­velle qui lui per­mit de cou­vrir de ses reje­tons l’Europe entière. Bernard fon­da bien­tôt la grande abbaye de Clairvaux à laquelle son sou­ve­nir est res­té atta­ché. Il y répan­dit sur une com­mu­nau­té de 700 moines les tré­sors de doc­trine et de sagesse que Dieu lui avait dépar­tis et qui rendent son nom immor­tel. Moine aus­tère, grand ora­teur chré­tien et savant doc­teur, il fut le flam­beau, dont parle l’Évangile, qui éclai­ra le monde au XIIe siècle et lui impri­ma son carac­tère si net­te­ment chré­tien. Le Pape Eugène III, qui avait été for­mé par lui à la vie monas­tique, sol­li­ci­ta et reçut ses conseils ; au Concile d’é­tampes, il mit fin à un schisme qui, en oppo­sant Anaclet à Innocent II, trou­blait le cler­gé et le peuple de Rome.

Il fut consul­té par Guillaume d’Aquitaine, par la duchesse de Lorraine, par la com­tesse de Bretagne, par Henri fils du roi de France, par Pierre fils du roi de Portugal, par Louis VI, Louis VII, Conrad, Lothaire et par l’ab­bé de Saint-​Denis. Il ter­ras­sa, au Concile de Sens, l’hé­ré­sie d’Abélard, et démas­qua avec sa puis­sante logique les erreurs d’Arnaud de Brescia et de Pierre de Bruys. Il s’at­ta­qua enfin à l’Islamisme en prê­chant la seconde croi­sade ; à Vézelay, il sou­le­va par son entraî­nante élo­quence la vieille Europe tout entière.

Saint Bernard mou­rut à Clairvaux le 20 août 1153, où son corps fut dépo­sé aux pieds de l’au­tel de la Vierge. Il lais­sait après lui cent soixante-​cinq monas­tères, qu’il avait fon­dés en Europe et en Asie.

Ses écrits, pleins d’une doc­trine ins­pi­rée par la sagesse divine, le firent mettre au rang des Docteurs de l’Église par Pie VllI. Disons avec pié­té le Salve Regina dont il aimait à répé­ter sans cesse les trois der­nières invo­ca­tions : Ô clé­mente, ô misé­ri­cor­dieuse, ô douce Vierge Marie.