Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   15ème apparition de Lourdes : 3 mars 1858

Retour aux lectures archivées
Retour au dossier consacré au 150ème anniversaire des apparitions


L'apparition du mercredi 3 mars 1858

Mystère glorieux : l'ascension

 

Quand Bernadette, le 3 mars, parvint à Massa­bielle, plusieurs milliers de personnes l'attendaient. Un bon nombre étaient arrivées la veille et avaient passé la nuit à la Grotte. La voyante se mit à genoux, son chapelet enlacé aux doigts. Mais c'est en vain qu'elle attendit « assez longtemps ». La Dame ne lui apparut pas. Elle se retira alors, le coeur rempli de tristesse.

Vers neuf heures, elle sentit soudain en elle un désir impérieux de retourner à la Grotte. Après des hésitations, ses parents le lui permirent. Elle revint donc à Massabielle, où, chose étonnante, une grande partie de la foule du matin se trouvait encore là. - Pour la première fois, Bernadette n'eut pas à attendre. C'était la Dame qui attendait. « Elle eut l'extase, mais courte, disent les témoins; elle se retira bien contente ». La Dame lui dit pourquoi, le matin, elle ne s'était pas montrée : « Il y avait là des personnes qui désiraient voir la contenance que vous auriez en ma présence, et elles en étaient indignes. Elles ont passé la nuit à la Grotte et l'ont déshonorée ».

L'application de ces divers incidents au mystère de l'Ascension est facile, sinon dans tous les détails, du moins dans les lignes essentielles.

C'est d'abord la reproduction du fait même de l'Ascension. L'Ascension, c'est, en effet, la disparition du Christ avec promesse de retour. Saint Luc nous dit que Jésus fut enlevé aux regards de ses disciples. Et, comme ceux-ci continuaient de regar­der le ciel, ne pouvant se faire à l'idée que leur Maître fût disparu pour toujours, deux anges vêtus de blanc leur apparurent : « Hommes de Galilée, pourquoi rester ainsi à regarder le Ciel ? Ce même Jésus qui vient de vous être enlevé dans le Ciel, en reviendra de la même manière que vous l'avez vu monter ».

A Lourdes, la Dame mystérieuse est pareillement soustraite aux regards de Bernadette. Néanmoins, la plupart des curieux persistent à demeurer à la Grot­te près de trois heures, dans une attente inexplicable, les yeux comme rivés à la niche que la Dame semble avoir désertée. Deux anges vont-ils leur apparaître pour leur dire que la chère Vision à la robe blanche va revenir ? Ce sera beaucoup mieux. Ils vont non pas entendre une promesse de retour, mais assister à la réalité même de cette promesse. Vers neuf heures, Bernadette revient. Ils la voient en extase. Leur attente n'a pas été vaine.

Si Jésus nous quitte au jour de l'Ascension, ce n'est pas pour nous abandonner aux tristesses d'un exil sans espoir, ce n'est pas pour jeter des espaces immenses entre sa gloire et nos misères. Il nous a dit lui-même qu'il monte vers son Père pour nous préparer une place.

Il nous a fait une promesse plus précise encore. Après avoir préparé notre place, « je reviendrai de nouveau, a-t-il dit, et je vous prendrai avec moi afin que vous soyez là où je suis ». Et c'est bien ce qui se passe à Lourdes le 3 mars. Tandis que Bernadette se désolait, la Dame lui ménageait la joie du retour. Elle était là, et elle attendait sa voyante. Elle était venue au-devant d'elle...

Quand le Christ parlait de son Ascension, c'était toujours pour rassurer ses apôtres et leur annoncer qu'une grande joie ferait suite à leur accablement. « En vérité, vous serez accablés de tristesse, mais votre tristesse se changera en joie... Vous avez de la tristesse, mais je vous verrai à nouveau, et votre coeur se réjouira ». C'est si bien ce mystère ­là qui se joue aujourd'hui à Lourdes, que le Père Cros intitule le chapitre qui rapporte l'Apparition du 3 mars : « Où l'on raconte les tristesses et les joies d'une journée de Bernadette ».

Les événements du 3 mars comportent pourtant des enseignements plus sublimes encore. Ils sont un raccourci grandiose de l'universel spectacle de la terre. Une foule « compacte et formée de toutes sortes de gens » avait passé la nuit à la Grotte, dans l'attente de l'Apparition, mais tous n'avaient point attendu de la même manière. Les uns avaient prié. Les autres avaient « fait des sottises », de sorte que la Grotte, selon le mot de la Dame, s'en trouvait « déshonorée ». Pour punir ces indignes, la Dame ne se montre point à l'heure habituelle. D'où épreuve pour tous. Tous partagent la même sanction. Mais les « indignes » quittèrent Massabielle, tandis qu'un grand nombre parmi les « dignes » y demeurèrent. Une secrète inspiration les avertissait que leur attente serait récompensée, et c'est ce qui eut lieu.

Or la terre n'est-elle pas, comme la Grotte de Lourdes durant la nuit du 3 mars, un lieu de ténèbres, et d'attente ? Dieu nous y a placés pour que nous nous préparions à la grande Apparition du Ciel. Mais il y a les Vierges sages et les Vierges folles. Les premières tiennent prudemment leurs lampes allumées, afin d'être prêtes quand reten­tira la clameur : « Voici l'Epoux qui vient ! » Les autres se dissipent et se déshonorent. A cause de ce « déshonneur », Dieu va demeurer caché à la terre. La faute de quelques-uns va rejaillir sur tous les hommes. La terre deviendra « un lieu de ronces et d'épines », un purgatoire de malédiction.

Mais combien différente sera la rétribution fi­nale ! Les vierges folles ne seront pas là quand viendra l’Epoux. Elles auront beau frapper à la porte du festin. Il sera trop tard. L'Epoux n'entrouvrira même pas la porte, de peur que le souvenir de son visage entrevu ne béatifiât leur enfer. Il leur criera de l'intérieur : « Je ne vous connais pas ».

Quant aux Vierges sages, qui n'ont eu de désir et de joie que pour l'attente de l'éternelle vision, un surnaturel instinct - cette vertu d'espérance qui est le fruit du deuxième mystère glorieux - les a averties que leur temps d'épreuve aurait une fin et qu'à la neuvième heure Dieu se révélerait à leur âme altérée. Dieu est fidèle à sa promesse. A la sortie de ce monde, elles entendront les paroles béatifiantes : « C'est moi... Votre place est prête. Je vous attendais... »

Les documents nous disent que, le 3 mars, Bernadette demanda à son cousin et parrain « Jean­-Marie », « son préféré », de l'accompagner le len­demain à la Grotte. Ce minime incident a-t-il valeur de symbole ? Si oui, il nous fait songer au « dépôt sacré que reçut saint Jean au pied de la Croix. Ce fut lui que Jésus chargea de veiller sur la Sainte Vierge.

Il en était le cousin. Il allait en devenir comme le protecteur et le « parrain ». Son rôle, certes, commença dès la mort du Christ, mais il prit toute sa raison d'être après l'Ascension. C'est alors que l'on put voir « le disciple préféré » accompagner Notre-Dame à la Grotte de la Résurrection où, ainsi que le veut la tradition, elle venait quotidiennement accomplir son pèlerinage.

 

16ème apparition

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Catéchisme n° 94
La tentation


Camp cadres
et UDT 2018

14-29 juillet : 10° Camp de formation
des cadres

XIII ° Université d'été de la FSSPX


Bulletin des Foyers Adorateurs de mai
Vers les sommets - Ton mot d'ordre : Aime vraiment tes frères dans le Christ
La Malle aux Mille Trésors de mai-juin
Courrier de Rome Tourné vers le concile; le schisme; les antéchrists; non à l'ostpolitik
Ecole St-Michel Garicoïts - L'éducation des enfants : vigilance, abbé Gonzague Peignot
Marie Reine des Coeurs - Agnès de Langeac et le saint Esclavage, abbé
Guy Castelain

Lettre à nos frères prêtres - L'Église et la célébration des sacrements; Le baptême selon Mgr Lefebvre
Aux Sources du Carmel n° 50 - L'Église : si nous l'aimons, nous devons la servir


Camps d'été 2018

Pour garçons
et jeunes gens

Camp St-Joseph
en Suisse (Simplon)
du 9 au 21 juillet

Camp à Triac-Lautrait (Charente)
du 9 au 22 juillet

Camps Saint-Pie X à l'Etoile du Matin à Eguelshardt du 6 et
du 9 au 24 Juillet

Camp St-Pierre-Julien Eymard :
7 au 23 juillet
châteaux de la Loire

Vox cantorum :
4 au 10 juillet
à La Peyrate

Compagnons de l'Immaculée - Camp du 10 au 31 juillet à Saint-Bonnet-le-Château
Camp Bx Th. Vénard du 16 au 28 juillet à Kernabat
MJCF - Août : Tyrol, Espagne, Portugal, de Vienne à Budapest, Italie
Camp St-Michel du 3 au 10 août dans la plaine du Forez
Camp itinérant
à vélo - Raid Saint Christophe
du 6 au 20 août

Camp Saint-Dominique en Vendée du 11 au 25 août
Compagnie de la Sainte Croix - Camp nature près de Cholet du 20 au 24 août

Pour filles et
jeunes filles

Camps Marie
Reine en Brenne
du 10 au 19 juillet

Compagnons de l'Immaculée - Camp du 10 au 31 juillet à Saint-Bonnet-le-Château
Camps Marie
Reine en Bretagne
du 21 au 30 juillet

Camp ménager du 16 au 25 juillet 2018,
à Wil en Suisse

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Dimanche 27 mai 2018
05:58 21:39

  Suivez notre fil RSS