Accueil    Sommaire    Ordo    Lieux de culte    Catéchisme    Vidéos    Nous aider    Dons en ligne    Liens des sites FSSPX    Contact    Rechercher    Privé 

Les insolites de LPL

   18ème apparition de Lourdes : 7 avril 1858

Retour aux lectures archivées
Retour au dossier consacré au 150ème anniversaire des apparitions


L'apparition du mercredi 7 avril 1858

Mystère glorieux : le couronnement de la Vierge Marie au Ciel

 

La poésie a souvent tenté de décrire la scène du Couronnement de la Vierge Marie dans le Ciel. Elle nous fait entrevoir dans une immense apo­théose le Fils de Dieu se levant de son trône pour placer lui-même sur le front de sa Mère la couronne de la royauté, tandis que les hiérarchies célestes rangées en une autre couronne, celle-là vivante et fantastique, acclament le triomphe de la Vierge déi­pare.

Certains éléments de ce tableau vivant vont se retrouver le 7 avril, à Massabielle, mais remplis d'enseignements infiniment plus riches et émouvants.

Saint Jean, dans l'Apocalypse, a vu « la Femme » couronnée d'un diadème de douze étoiles, ces douze étoiles symbolisant de l'avis quasi unanime des exégètes, les douze Tribus.

Ce ne sont pas douze Tribus qui couronnent Notre-Dame, le 7 avril à Lourdes, mais au dire du commissaire de police qui prit la peine de calculer, douze cents témoins, chiffre énorme si l'on songe que ce mercredi n'était ni jour de marché ni jour de fête, et que rien ne faisait prévoir une Appa­rition. Et ces douze mystiques centuries, groupées autour de la voyante, fléchissent les genoux avec elle et partagent son recueillement et sa ferveur. « L'ordre le plus parfait n'a cessé de régner », dé­clare le maire de Lourdes. C'était comme un rac­courci du spectacle de la Jérusalem céleste, que l'on appelle si justement « La cité de l'Ordre ».

Tous les témoins déclarent que l'extase de Bernadette dénonça ce jour-là une extraordinaire ab­sorption des facultés, que jamais cette extase n'a­vait paru aussi intense. Comme le 4 mars, elle ré­cite trois chapelets, donc son Rosaire en entier. N'est-ce pas ainsi que nous nous représentons l'humble Vierge Marie dans sa gloire ? Elle contemple son Dieu face à face en une vue claire et immédiate qu'aucun voile n'intercepte, qu'aucune autre pensée ne distrait ou n'interrompt. Et ce qu'elle contemple plus spécialement dans l'Etre divin, ce sont les quinze grands épisodes du Mystère Rédempteur auxquels elle a été si indissolublement et si intimement liée, et qui résument toute la puis­sance, toute la sagesse, toute la miséricorde du Créateur. Les mêmes mystères que nous méditons ac­tuellement sur les grains de notre rosaire, la Vierge les pénètre au Ciel de son regard pour qui rien n'est mystère, et elle les revit jusqu'à en épuiser l'abîme insondable.

Pendant l'extase de la voyante, une « espiègle », qui devint plus tard Fille de Saint Vincent de Paul, lui enfonça dans l'épaule, sans que Bernadette ne ressentît rien, « une grosse épingle à tête noire», tandis que la flamme de son cierge léchait sa main sans produire la moindre brûlure. - Voyons dans ces deux faits le rappel que Marie est montée aux cieux avec son corps, qui, comme tous les corps glorieux, jouit de l'impassibilité. Mais « le miracle du cierge » étudié de plus près nous fournit des enseignements plus précis sur ce qui constitue exacte­ment le Couronnement de Marie.

Voici en quelles circonstances il se produisit. Au moment où Bernadette, au cours de sa vision, com­mençait de faire une ascension vers le fond de la Grotte, il survint un temps d'arrêt dans sa marche; et sa main droite, qui tenait le chapelet, se plaça sur la flamme du cierge qu'elle tenait de l'autre main. Ses doigts étaient assez écartés les uns des autres, de sorte que la flamme, activée en ce moment par un courant d'air assez fort, passait entre eux, sans paraître produire sur la chair la moindre altération. Les témoins disaient : « Voyez comme la flamme lui sort entre les doigts ».

Passant à l'interprétation de ces faits, rappelons­-nous d'abord le symbolisme mystique que la Liturgie nous demande de voir dans le cierge. « La cire des cierges, dit saint Anselme, signifie la chair virginale du divin Enfant, la mèche figure son âme, la flamme sa divinité ».

Nous voyons dès lors transparaître une immense vision derrière le geste modeste en apparence de la voyante montant vers la Grotte, son cierge allumé à la main. En réalité, elle représente Marie dans le Ciel, offrant le Christ son enfant à Dieu le Père, comme le seul hommage digne de sa grandeur. Eternellement Marie, au pied du trône éternel, accomplit son geste d'offrande. Eternellement Dieu le Père contemple son Fils présenté par les mains de Marie.

Le geste que faisait Bernadette en plaçant sa main sur la flamme, était un geste de protection contre les rafales du vent. Et c'est bien ce que nous enseigne la théologie sur le rôle actuel de Marie. Elle protège sur terre les membres du Corps mystique du Christ, qu'elle défend contre les souf­fles du mal, les rafales de l'Enfer, le vent des hérésies, afin que la Lumière continue d'éclairer les hommes. Satan le sait bien, que les mains de Marie sont un bouclier invincible. Aussi, sont-elles sa hantise au sein de ses éternels châtiments.

Pourtant, les mains de Marie ne sont une barrière infranchissable que pour Satan. « Voyez, disaient les spectateurs, comme la flamme lui sort entre les doigts ! » C'est bien ce que proclame l'Assemblée des élus : « Voyez, disent-ils, comme les mains de Marie sont tellement débordantes des mérites de son enfant, qu'elle ne peut les retenir et qu'ils se répandent sur le monde en un flot inépuisable. Voyez comme la grâce divine lui sort entre les doigts, comment les effluves de la divinité au lieu de consumer ses mains semblent être leur naturel joyau, leur ornement approprié ».

Et c'est ce que bientôt sans doute l'Eglise imposera à notre croyance, à savoir que Marie est l'éternelle trésorière et la dispensatrice universelle de la grâce divine, qu'elle en possède comme le maniement.

Et cette vision nous dit comment s'est conclu pour notre salut l'ineffable mystère du Christ Rédempteur.

 

Dix-neuvième apparition

 

 

  Recevez par email nos mises à jour


Catéchisme n° 106
La grâce


Nouvelles parutions
Le Petit Echo de N-D n° 58 - Je ne veux pas brûler au Purgatoire
Fideliter n° 245 de sept.-oct. 2018 - Les paroisses aujourd'hui
Lettre à nos frères prêtres - L'Eglise et le judaïsme moderne; les affaires de pédophilie
L'Acampado n° 142 - Cerveaux cultivés
et épaules d'acier,
abbé X. Beauvais

Le Sainte-Anne n° 307 de novembre - Rendez-moi mon
Dieu !, abbé Legrand

Bergerac - La Voix des Clochers en Périgord n° 53 - Chevaliers au XXI° siècle?, abbé Gabard
Vannes - La Trompette de St-Vincent n° 8 - Quand Noé a-t-il construit son arche?, abbé Labouche
Apostol nº 125 - Les indulgences, abbé Jean-Marie Mavel
Aigle de Lyon n° 340 de nov. 2018 - Memento Mori, abbé Vincent Bétin
Prieuré Ste-Croix - Carillon n° 187 - Fake news, abbé Espinasse

Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...
La Porte Latine a fait la recension de plus de 1 400 textes concernant la crise de l'Eglise et ses conséquences sur les rapports entre Rome et la FSSPX.On peut prendre connaissance de l'ensemble ICI


Carte de France des écoles catholiques de Tradition
La Porte Latine vous propose la carte de France des écoles de Tradition sur laquelle figurent les écoles de garçons, de filles et les écoles mixtes. Sont mentionnées les écoles de la FSSPX et des communautés amiesVoir ICI


Intentions de la Croisade Eucharistique pour 2017
La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X se propose de reconstituer en son sein une Croisade Eucharistique des Enfants, restaurant ainsi ce qui fût autrefois une oeuvre impressionnante tant par sa mobilisation que par son rayonnement spirituel.Tous les renseignements sur la Croisade ICI



Mardi 13 novembre 2018
07:58 17:12

  Suivez notre fil RSS