Discours

3 mai 1939

Le sens de l'attitude de Jésus aux noces de Cana

Donné à Rome, près Saint-Pierre, le 3 mai 1939

Votre présence, très chers époux, rappelle à votre mémoire et à la Nôtre le geste à la fois si délicat et si puissant relaté dans le saint Évangile : le geste de Notre Seigneur Jésus-Christ qui assiste aux noces de Cana en Galilée et qui opère en cette occasion son premier miracle. Jésus présent à un repas de noces avec sa très sainte Mère et ses premiers disciples : ce n’est certes pas sans de profondes raisons que le divin Maître daigne accepter, avec bienveillance pareille invitation. C’est là qu’il donna, pour confirmer sa divine mission et soutenir la foi de ses premiers disciples, le premier signe de sa toute-puissance, et c’est là que commença à se manifester la puissante médiation de Marie auprès de Dieu en faveur des hommes.

Mais lui, le bon Maître, voulut par sa présence apporter une bénédiction toute particulière à ces heureux époux, et comme sanctifier et consacrer cette union nuptiale, de même que lors de la Création le Seigneur avait béni les premiers parents du genre humain. En ce jour des noces de Cana, le Christ embrassait de son divin regard les hommes de tous les temps à venir et en particulier tous les enfants de sa future Eglise ; il bénissait leurs noces et accumulait les trésors de grâces que par le grand sacrement de mariage il allait déverser avec une largesse toute divine sur les époux chrétiens.

Jésus-Christ a béni et consacré aussi vos noces, chers époux, et la bénédiction que vous avez reçue à l’autel, vous voulez la voir confirmée et comme ratifiée aux pieds de son Vicaire sur terre ; c’est à cette intention que vous êtes venus à lui.

Nous vous donnons de tout cœur cette bénédiction, et Nous désirons qu’elle demeure toujours avec vous et qu’elle vous accompagne tout au cours de votre vie. Elle restera avec vous, si à votre foyer vous faites régner Jésus-Christ, sa doctrine, ses exemples, ses préceptes, son esprit ; si, invoquée, vénérée, aimée, la Vierge Marie devient la Reine, l’Avocate, la Mère de la nouvelle famille que vous êtes appelés à fonder et si, sous le doux regard de Jésus et de Marie, vous vivez en époux chrétiens, dignes d’un tel nom et d’une telle profession.

PIE XII, Pape.

fraternité sainte pie X
31 juillet 1940
La lecture
Discours sur la famille
22 avril 1942
L'inviolable dignité du mariage un et indissoluble
Discours sur la famille
22 juillet 1942
Un grand mystère divin se cache dans la modeste condition de « serviteur »
Discours sur la famille
21 janvier 1942
Parole de Dieu : pain des familles
Discours sur la famille
8 juillet 1942
Dominez et domptez votre amour-propre par un amour agissant, par un généreux esprit de sacrifice dans une union assidue avec Dieu
Discours sur la famille
8 novembre 1939
Fonder un foyer
Discours sur la famille
8 janvier 1941
Les leçons de la divine Providence
Discours sur la famille
3 avril 1940
L'harmonie de trois notes accorde l'âme avec Dieu lui-même : la foi, l'espérance, la charité
Discours sur la famille